Le délire du politiquement correct ne connaît plus de bornes : les maths outil de la domination blanche


Le délire du politiquement correct ne connaît plus de bornes : les maths outil de la domination blanche

Un professeur d’enseignement des mathématiques à l’université de l’Illinois a affirmé dans un livre nouvellement publié que les capacités d’algèbre et de géométrie perpétuent un « privilège immérité » parmi les Blancs.

Rochelle Gutierrez [ndt : en illustration], professeur à l’université de l’Illinois, fait cette affirmation dans une nouvelle anthologie pour professeurs de mathématiques, affirmant que les enseignants devraient être conscients des [implications] « politiques qu’apportent les mathématiques » dans la société.

« À de nombreux niveaux, les mathématiques elles-mêmes opèrent comme Blancheur. Qui reçoit crédit pour la pratique et le développement des mathématiques, qui est capable en mathématiques, et qui est vu comme faisant partie de la communauté mathématique est généralement vu comme blanc », a affirmé Gutierrez.

Peut-être que ce sont des Blancs qui reçoivent crédit pour la plupart des progrès en mathématiques parce qu’ils en sont bien les auteurs ?

Les contributions d’autres groupes existent, mais elles sont quantitativement et qualitativement moindres, et par là bien moins décisives.

Qui a empêché les Africains, les Indiens ou les Chinois (ces derniers ayant pourtant une intelligence certaine) de développer les mathématiques modernes avant l’Homme Blanc ?

Est-ce armes à la main qu’on les aurait persécutés pour les empêcher de faire des mathématiques ?

Soyons sérieux !

Gutierrez s’inquiète aussi que l’algèbre et la géométrie perpétuent les privilèges, s’inquiétant que « les programmes insistant sur des termes comme le théorème de Pythagore et le nombre  « pi »  perpétuent une perception selon laquelle les mathématiques auraient été largement développées par les Grecs et d’autres européens ».

Les mathématiques contribueraient aussi activement au privilège blanc, parce que la façon dont notre économie place une prime sur les capacités de mathématiques donne une forme de « privilège immérité » pour les professeurs de mathématiques, qui sont de façon disproportionnée blancs.

Si vous êtes intelligent et que vous travaillez dur pour acquérir et développer des connaissances, vous êtes « privilégié » aux yeux des gauchistes, qui veulent vous mettre sur pied d’égalité avec un idiot improductif et paresseux.

Et puis, si l’économie considère les mathématiques plus importantes que, disons, les « études de genre », c’est peut-être parce que ça correspond à une réalité ?

La totalité de la physique moderne, et subséquemment la quasi-totalité des inventions techniques modernes – aviation, satellites, ordinateurs, techniques de construction, diverses formes de production et transmission d’électricité, etc. – reposent sur un fondement mathématique !

« Sommes-nous vraiment si intelligents seulement parce que nous faisons des mathématiques ? » demande-t-elle, s’interrogeant de plus sur pourquoi les professeurs de mathématiques reçoivent plus de bourses de recherche que les professeurs en « études sociales ou anglais ».

Je crois que son exemple démontre amplement que faire des mathématiques ne suffit pas pour être intelligent !

De plus, elle s’inquiète que l’évaluation des capacités mathématiques puisse perpétuer la discrimination contre les minorités, en particulier si elles font pire que leurs camarades blancs.

« Si une personne n’est pas vue comme mathématique, il y aura toujours un sentiment d’infériorité qui peut être provoqué », dit-elle, ajoutant qu’il y a tant de minorités qui ont « subi des micro-agressions pour avoir participé à des cours de mathématiques […] [où les gens sont] jugés selon s’ils peuvent ou non raisonner abstraitement ».

Pour combattre cela, Gutierrez encourage les aspirants enseignants de mathématique à développer un « conocimiento politique », une expression espagnole pour désigner le « savoir politique pour enseigner ».

http://lesobservateurs.ch/2017/12/01/les-mathematiques-un-outil-de-domination-blanche/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




21 thoughts on “Le délire du politiquement correct ne connaît plus de bornes : les maths outil de la domination blanche

  1. schneiter

    Faut il rappeler que les muzz lisent de droite à gauche…. et n’ont pas inventé les chiffres ! Ce sont les indiens qui ont crée le chiffres appelés à tort arabes….

    Hormis cela, tout va bien…

    1. otoosan

      L’occident a utilisé un graphisme dérivé de l’arabe pour noter les chiffres, c’est plus facile que la notation romaine, la notion de zéro et son écriture est normalement le fait des Indiens d’Inde, (mais il existe une suspicion relativement à une origine sud américaine, non confirmée à ce jour)

  2. J

    Soi-disant, les matheux ont un esprit cartésien, capable de raisonner. Cette conne est l’une des exceptions confirmant la règle. A-t-elle oublié que l’algèbre et les chiffres (faussement appelés arabes d’ailleurs) ont été développés en Inde (vachement blancs, les Indiens). Est-elle au courant que les élèves qui obtiennent régulièrement les meilleures notes en math sont Asiatiques (vachement blancs, eux aussi). Si les Blancs, comme elle dit, ont développé la géométrie, la trigonométrie, les équations (Formule d’Euler), c’est peut-être parce qu’ils ont la curiosité scientifique et l’envie de comprendre le monde, pas de prendre pour argent comptant les élucubrations d’un illuminé qui a décidé que la Terre était plate et que lui seul avait raison.
    On remarquera, au niveau des prix Nobel scientifiques, que les Blancs et les Asiatiques sont majoritaires. Et au niveau des Q.I, ils ont les plus élevés. On ne fera jamais d’un âne un cheval de course.

  3. Laurent P.Laurent P.

    Coquille :
    > fait cette affirmation dans dans une nouvelle
    répétition inutile de « dans »

    Suggestion :
    > le théorème de Pythagore et pi perpétuent
    Malgré le niveau des blancs en math, tous le monde ne sait pas ce que c’est que « pi », surtout que normalement ça s’écrit sous forme d’un seul symbole, la lettre grecque en question. donc il y a des gens qui vont comprendre « pi » comme étant une abréviation de « puis » comme dans « et pi (puis) c’est tout »
    D’où ma suggestion : rajouter « le nombre » devant « pi » pour que tous le monde comprenne : « le nombre pi »

  4. Frontalier74

    Je n’ai pas compris ce qu’était le « conocimiento politique », le « savoir politique pour enseigner »…

    A part inciter les arabes ou les noirs à travailler plus leur niveau de mathématiques pour se rapprocher des blancs (et des asiatiques), je ne vois pas quelle est la solution envisagée par ce professeur…

    Comme le dit J, « on ne fera jamais d’un âne un cheval de course ». D’une racaille islamisée ultra violente, on ne fera jamais un scientifique, un chercheur ou un intellectuel faisant avancer la cause de l’humanité.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je crois que son désir est de purement et simplement d’éradiquer les maths pour faire plaisir aux minorités qui pourrissent les classes et ne foutent rien à l’école.

      C’est déjà commencé largement en France : on n’enseigne plus la littérature classique (trop décalée avec le public), l’Histoire de France (trop offensante pour certains) etc etc

      Maintenant il s’agit de finir le boulot en dézinguant les sciences « dures » …

      1. JackJack

        Vous avez mis le doigt dessus Antiislam. Résultat : d’une éducation nationale française qui comptait parmi les meilleures du monde, « on » en a fait l’une des plus minables. C’est plus ou moins en cours aux USA, tout au moins aux niveaux primaire et secondaire, je le sais de source directe (deux de nos filles sont profs… )

  5. Jean-Paul Saint-Marc

    Cela rappelle la condamnation des maths traditionnels fin des années 60 début 70.
    Les math tradi. menaient à la reproduction sociale inégalitaire… Il fallait les détruire et vive les maths modernes.
    Alors PCET (prof de Collège d’enseignement technique), le constat a été que les pauvres élèves de CET qui avaient besoin de concrets ont payé encore plus cher la reproduction sociale !

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      C’était un peu la folie structuraliste à tous les étages.

      Je me souviens du physicien Leprince-Ringuet, alors à l’Académie des Sciences, avouant à la télévision qu’il ne comprenait pas la définition moderne du vecteur donnée en quatrième, mais il poussait un peu …

      La quatrième, avec son plan à nombre fini de points (9) !

  6. Xtemps

    Cette masochiste blanche là fait vite des raccourcis et en même temps elle oublie les Asiatiques, qui eux s’en sortent très bien en mathématique comme nous les blancs justement et même pour certains asiatiques mieux que certains blancs de chez nous et aux USA, car ce sont des gens disciplinés, en générale.
    Ce qui fait d’elle dans son langage stupide, une raciste envers les Asiatiques, que ces gens là ne parlent que trop rarement, comme s’il y avait que des noirs et des blancs sur terre.
    Avec des gens pareilles, c’est le racisme four tout et à n’importe quoi pour excuser les soient disant minorités, c’ est surtout de l’incitation de mettre les gens les uns contre les autres, en utilisant nos différences.
    J’appel çà instaurer la haine entre les gens pour avoir de l’importance aux yeux des gens.
    Ce racisme et les autres raccourcis sont véritablement des impostures, de la manipulation, inventés de toutes pièces, biens bidons par des escrocs imposteurs manipulateurs.
    Quand j’entend dire de tels âneries, comme les minorités soient disants dans un pays libre! où tout le monde sont égaux devant la liberté, les minorités ne peuvent pas exister, puisque tout le monde est libre où personne est moins libre que d’autres.
    Pour encore une fois de plus diviser les gens entre eux, quand ce sont pas encore entre les blancs et les noirs, c’est la majorité contre la minorité, mais pour toujours désigner les mêmes âneries pour diviser les gens entre eux.
    Et c’est même pas en générale les noirs et autres qui en parlent, ce sont ces gens là qui incitent les gens à la division, les conflits, comme c’est pas les musulmans non plus qui islamisent en premier, mais ces escrocs imposteurs dirigeants aux pouvoirs.
    Bientôt ce sera les moustachus majoritaires contre les barbus minoritaires, tellement qu’ils sont escrocs manipulateurs et malhonnêtes.
    Mais il y a des noirs qui ont la peau sur les os en Afrique, mais ces escrocs là parlent à l’aise dans leurs bons fauteuils à la maison bien au chaud des mathématiques et n’hésitent pas de faire des rapprochements avec les minorités et les mathématiques, qui est d’une grande aide sûrement pour les pauvres.
    Bravos Madame la blanche américaine qui mange à sa faim, formidable!.
    Je ferai remarqué qu’il y aussi des noirs qui réussissent en mathématique aux USA comme en Europe.
    Cela sent l’empire là derrière, le Soros et autres escrocs imposteurs manipulateurs.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Exactement.

      D’ailleurs, les troisièmes cycles de sciences dures, aux USA, sont peuplés majoritairement d’Asiatiques.

      Les « Blancs » se refusant pour beaucoup à se casser la tête dans des études exigeantes.

      C’est vrai que c’est plus « cool » de délirer dans les Socials studies, les Minority studies, les Muslims studies et autre co***ries que de se casser la tête sur du « dur » ..

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sokal.

    1. Claude LaurentClaude Laurent

      « Tout ce que les endoctrinés font, c’est prier Dieu toute la journée, et blâmer le reste du monde pour leurs défaillances multiples.».

      Que voulez-vous ce sont des coups de chance qui ont permis à des Boyle Mariotte, Bernouilli, Laplace, Watt, Edison et autres espions de dérober le savoir « immense » détenu par les musulmans dans les fontes de leurs chameaux.
      En effet, ces dénommés scientifiques profitèrent de la distraction de ces valeureux combattants (qualificatif inscrit sur les plaques de Vouneuil sur vienne) venus nous apporter les notions d’amour et de tolérance.

      Dans l’Afrique subsaharienne, impossible d’inventer l’électricité – la recherche demande calme et persévérance – car très occupée à fabriquer des machettes pour se défendre des tribus voisines pendant que les blancs, eux, s’occupaient à creuser le sous-sol et voler les bananes.
      Les historiens-socio-philo-collabos expliqueront bientôt à nos enfants, que ces mauvais blancs avaient installé sur des billes de bois, des longs fer (appelés rails -mot inventé par un calife) dans l’intention de faire chuter les autochtones circulant pieds nus.

      Plus tard, les esclavagistes faisaient aussi rouler sur ces rails, des chariots à vapeur pour écraser les tribus voisines qui essayaient de traverser les dits rails.

    2. Frontalier74

      Je crois qu’en Amérique, avant l’arrivée des européens, on ne connaissait pas la roue également…

      Ce qui m’interpelle quand on voit les monuments incroyables des civilisations précolombiennes.

  7. Tapis rouge .

    Elle a raison . C’est la faute aux Romains et à Napoléon ( sans oublier les Grecs ) si on en est là . Les Romains en nous infligeant le sens de l’ingénierie ont contribué au développement de ces écoles d’ingénieurs (1 ) et du développement de l’énergie nucléaire que le monde entier nous envie et ils ont bien tort . Fermons ces grandes écoles . Napoléon a amplifié le problème en développant le sens du Droit et de l’Administration . Ces Grecs , qui leur avait demandé de nous imposer leur géométrie , leur théâtre et leur médecine ? , c’est fou !

    1 – Bon , il y a 154 écoles à fermer , je ne vous en cite que quelques unes :

    Classement par rang d’excellence académique des 25 premières écoles supérieures d’ingénieurs :
    1.École Polytechnique – Palaiseau

    2.ENSCP – Chimie ParisTech
    3.ENSTA ParisTech

    4.ESPCI ParisTech

    On ne peut même plus revenir à nos courageux ancêtres gaulois …

Comments are closed.