Les patrons juifs de ses ancêtres ont donné à la Pimentia qu’aime pas les Blancs son nom…


Les patrons juifs de ses ancêtres ont donné à la Pimentia qu’aime pas les Blancs son nom…

Pimientia ?

http://resistancerepublicaine.eu/2017/11/02/lantiracisme-en-concert-lido-pimential-place-les-noirs-devant-les-blancs-derriere-lantiracisme-en-concert-lido-pimential-place-les-noirs-devant-les-blancs-derriere/

Connais pas…..

Mais pour la toute petite histoire j’ai tenté de savoir comment cette bactérie malfaisante pouvait porter un patronyme typiquement Juif Portuguais

Déjà lire ça :

« Les noms des Juifs du Portugal au temps de l’Inquisition
http://www.darnna.com/phorum/read.php?6,112607,page=3
15 déc. 2007 – Quelques textes en anglais au sujet Juifs sepharades au Portugal. … Pacifico, Pallache, Pariente, Pimienta, Pinto, Querub, Roffe, Ruah, Rygor, … »

Bien! jusque là rien de surprenant quand on tripote l’onomastique, comme d’ autre la litote, sans mettre leur main dans la poche du futa.l 😆

En fait les Juifs chassés du Portugal -merci Joao II -iront peupler les îles du Cap Vert pour certains, certaines que la « inquisiçao » leur ficherait la paix là bas.

Ils s’ installèrent, firent fructifier le Caboverde, et employèrent la main d’ oeuvre noire venue du Sénégal , juste en face mais comme les Noirs n’avaient pas de noms de famille, les juifs portugais leur donnèrent leurs propres noms de famille!

Résultat: aujourd’ hui les Cap Verdiens ont un vrai répertoire de ces noms : Barroso, Nunez,Furtado, Duarte, Cardozo, Figueira et autres Carvalho ou Delgado. Plus rien de Juif, bien métissés, et profondément catholiques. J en connais, et parfois, avec même un prénom hébraïque ancien, comme au Moyen Age à Paris, telle cette dame amie de mon épouse, prénommée Margalit (perle en hébreu ancien) incapable , bien sûr de me renseigner, me disant que c’était le prénom de sa grand-mère et ne sachant même pas ce que ça signifiait.

Les Pimienta sont/ furent nombreux au Maroc, à Tanger, ils le sont à Anvers, Amsterdam et au Brési …

Et cette personne dite Lido (plage, en Latin) a bien fait de migrer vers d’ autres rivages ….parce qu elle oublie que la « Roue tourne » …

PS: Pimienta (poivre) désigne un épicier, au sens vendeur d’ épices… vestige de la route des épices qu ouvrit le Portugal au moyen age avec Magellan,

chez les Juifs ashkénazes ce sont les « Pfeifer ».

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




13 thoughts on “Les patrons juifs de ses ancêtres ont donné à la Pimentia qu’aime pas les Blancs son nom…

  1. MaximeMaxime

    Ne manque-t-il pas à la liste les Dos Santos, plus souvent africains que portugais ?
    Toujours l’impression d’ouvrir une encyclopédie en lisant « Machinchose »… petit pseudo mais grand savoir 🙂

    1. Machinchose

      Bonjour Maxime et Merci 😆

      vous trouverez dans cette liste trés loin d’ etre exhaustive, un Santos , qui a soldé son Dos

      http://www.darnna.com/phorum/read.php?6,112607

      je vous dis le cas d’ un de ces descendants de ces marranes dits « christaos novos », un chouette bonhome, propriétaire d’ une plage privée du coté de Nice
      son patronyme affiché: Mario Do Sa Pereira

      et aprés recherche a la BN, je finis par comprendre

      Mario: normal, c’est notre Marie appliqué a des garçons , style Jean Marie

      Pereira: Juif confirmé ( en effet pour échapper a l’ inquisition ils adoptèrent des noms d’ arbres ! Pereira:poirier, figueira:figuir,Carvalho: chêne, Barroso:bouleau,Oliveira: olivier…
      ça leur permettait ainsi de se reconnaitre entre eux et éviter les mariages mixtes avec des « vieux chrétiens »

      ainsi les ancêtres de ce brave plagiste sont des Do Santos Pereira, histoire de bien accentuer la pseudo chrétienneté 😆
      mais on apprend qu a la suppression de l’ inquisition au Potugal, en 1834 ..tout de même 😆 , les descendants portant ce nom coupèrent ( j’ allais dire : circoncirent..) le Do Santos, en Do Sa…..ce qui « déchristianisait » leur patronyme a leurs yeux

      le bonhomme dont je vous parle, sait trés bien tout ça, mais y est « réticent », il affirme n’ avoir aucune religion et ne pas etre baptisé…c’est son droit!

      et je réponds en même temps a Frontalier, pour lui dire que ce roman est « romancé » et si la passionnante véritable histoire de Dona Gracia Nassi l’ intéresse, le meilleur ouvrage a ce sujet est celui de Cecil Roth publié chez Liana Lévi
      tout comme son magistral « histoire des Marranes » chez lemême éditeur
      deux bouquins a posséder dans sa bibliothèque

  2. Frontalier74

    Justement, j’avais bien aimé le roman de Catherine Clément sur « La Senora » (Dona Gracia Nasi), grande dame un peu « mischlinge », obligée de fuir le Portugal de cette époque…

    1. Machinchose

      Dona Gracia Mendes Nasi, ou Bétrice de Luna (la même personne) gagna le surnom de « Banquière des Rois » qui la sollicitaient pour le financement de leurs passe-temps ruineux et imbécile: la guerre !

      prestige qu elle utilisa pour aider et soulager la misère de ses coreligionnaires a travers l’ Europe du 16 eme siècle

      1. Frontalier74

        Ha ha ha, on ne peut plus vous arrêter !
        Je sais bien que l’histoire de Catherine Clément est romancée mais l’ouvrage était fort agréable à lire.
        Dans un autre registre, j’aimais bien aussi l’histoire de Nissim de Camondo. Bon bref.

        Je viens de passer par Carpentras et j’avais envie de raconter à mes enfants l’affaire du cimetière…
        Ben quoi, c’est halloween !

  3. Xtemps

    Ces gens là du métissage, sont des véritables racistes, ils ne respectent et ne supportent pas l’authenticité des vrais races, les vrais blancs, les vrais noirs, les vrais asiatiques, ni même les cultures authentiques.
    Ils veulent uniformiser toutes les races, cultures et traditions en une seul entité race, culture et traditions, en enlevant les barrières protectrices.
    J’ai déjà rencontrer ces racistes, avec leurs discours ineptes, qui traitent les autres de raciste à leurs places, pour eux, il n’y a qu’une seul race sur terre, mais les mélanges des races, cultures et traditions sont un enrichissement quand même pour eux, lié le tout avec l’amour de l’autre, qui est stupide évidement, cela n’a pas de sens.
    S’il n’y a qu’une seul race sur terre, comment font ils pour métisser alors!, c’est débile, mais le mal immense qu’ils font aux gens avec çà.
    Ces gens là n’enrichissent personne avec leurs melting pots uniformisateur racistes et leurs ethnocides, ils font de l’ethnocide contre toutes les cultures et traditions, du racisme contre toutes les races authentiques de la planète
    Que ces racistes là et pour l’ethnocide de toutes les cultures et traditions, nous foutent la paix avec leurs conneries à deux balles, et apprendre à apprécier les peuples comme ils sont en respectant nos différences, avec le respect du chacun chez soi dans sa demeure culturel authentique, serait déjà plus honnêtes et moins haineux de leurs par, de respecter l’authenticité des vrais richesses de chacune des communautés sur notre planète.
    La diversité est mondial et pas locale, les vrais richesses sont les échanges entre ce qui existe encore de la diversité des peuples du monde et pas de ce qui n’existe plus des diversités, détruit par l’uniformisation centralisateur ethnocide et raciste, tout le monde la même chose.
    Mais tout cela c’est encore pour tout centraliser l’espèce humaine, comme avec tout le reste en un seul, pour la domination du monde, où tout et tout le monde est à la même couleurs partout, sans les différences culturels, traditions et raciales, qui arrange bien l’empire pour la domination mondial.
    Ces gens là doivent être dénoncé comme étant des vrais racistes et pour l’ethnocide de touts les cultures mondiales, surtout pas en les détruisant, qui n’a rien à voir avec l’amour des peuples.
    Ce qui nous amène tous à l’invasion migratoire et Islamisation destructeur et dévastateur des peuples du monde.
    Notre combat est de remettre les pendules à l’heur et de faire prendre conscience aux gens par la rééducation et leurs origines à défendre avant qu’elles disparaissent.
    Vivre dans sa culture, traditions propres avec les siens, c’est les entretenir, et d’arrêter de se prendre pour les autres qui les entretiennent pas si on se prend pour des autres.
    Se dire je suis un noir en rejetant les siens, en étant blanc, ne fera pas de moi un noir pour autant, c’est comme vouloir se faire prendre pour une poule ou un éléphant, c’est stupide et n’a pas de sens.
    Et d’arrêter de vivre aux crochets des autres, n’aidera pas ces origines pour autant.
    Si dire français quand on l’ai pas, c’est renier les siens, il y aurait déjà beaucoup moins de pauvre et moins de guerres dans le monde.
    Le chacun chez soi oblige le respect mutuel quand on passe chez les autres, les invités et les voisins ne demandent pas d’ exiger les mêmes droits comme chez soi.
    Il y a que les sans gênes qui se croient chez eux partout.

  4. Révolution

    Les gens métissé à ce point ne savent même plus d’où ils viennent quels sont leurs origines ni à quels cultures ils appartiennent , donc ne savent où ils vont …
    cela peut créer chez certains un grand déséquilibre
    on le voit avec cette jeune personne Lido Pimentia (inconnue et sans grand intérêt pour moi) .

    1. Machinchose

      Merci Anne, je ne connaissais pas cette Dame
      son recueil de contes est assez révélateur, son lagage ressemble plus au Haketilla nord marocain, et elle introduit le typique bouffon savant du Maghreb, Djoha, ou Jha, ou Djéha
      personnage connu du Rif a la Lybie

      asi la biva de Djoha….

      Biva, biba, les lettres B et V étant substituable sont issues de Vida, Bida

      les Juifs ibériques dont beaucoup portaient le nom hébraique de Haïm en hébreu, traduisirent ce nom , sous les Wisigoths probablement et devinrent des Bibas, Biba, qui a leur tour, expulsés de la Lusitanie deviendront a Bayonne (avant de gagner Anvers) des Vidal, bien de chez nous!!

      si le sujet vous intéresse, cherchez chez l’ historien remarquable Nathan Weinstock, grand spécialiste des Marranes portuguais qu il a poursuivis jusque au Brésil et trouvés dans le sauvage Nordeste

Comments are closed.