La République nous autorise à dénoncer l’islam assassin et à montrer les images des égorgements


La République nous autorise à dénoncer l’islam assassin et à montrer les images des égorgements

Memento à l’attention de Macron : les valeurs républicaines en 4 points

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp#preambule

Constitution de la République française

Constitution du 4 octobre 1958

(Version mise à jour en janvier 2015)

[…]

TITRE IER

DE LA SOUVERAINETÉ

Article 2 

La langue de la République est le français.

L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

L’hymne national est la  « Marseillaise ».

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

[…]

Article 21

Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale. Il assure l’exécution des lois. Sous réserve des dispositions de l’article 13, il exerce le pouvoir réglementaire et nomme aux emplois civils et militaires.

[…]

Article 35

La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

[…]

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/dossier-historique-la-marseillaise/les-paroles-de-la-marseillaise

 

Aux armes, citoyens !

Formez vos bataillons !

Marchons, marchons !

Qu’un sang impur…

Abreuve nos sillons !

 

COUPLETS

COUPLET DES ENFANTS

[pour mémoire]

http://www.liberation.fr/france/2015/11/14/manuel-valls-nous-sommes-en-guerre_1413503

Libération – Par Lilian Alemagna et Laure Bretton — 14 novembre 2015

Manuel Valls : «Nous sommes en guerre»

Le Premier ministre était ce samedi l’invité du 20 heures de TF1. […]

Il l’a dit neuf fois en moins de dix minutes. Manuel Valls n’avait samedi soir qu’un mot à la bouche – «guerre» – pour qualifier les attentats de Paris, qui ont fait 129 morts selon un bilan toujours provisoire. Après une intense présence médiatique de François Hollande, le Premier ministre a pris le relais, au 20 heures de TF1, pour afficher la détermination du gouvernement à «anéantir le terrorisme». «Ce que je veux dire aux Français, c’est que nous sommes en guerre. Oui nous sommes en guerre. Ce qui s’est passé était un acte de guerre organisé méthodiquement», a-t-il martelé, se justifiant d’avoir utilisé ce mot après les attentats de janvier, un registre de langage dramatique qui lui avait alors été reproché dans son camp.

«Le 13 janvier dernier […] j’avais déjà dit que nous étions en guerre», a-t-il rappelé samedi, légitimant aussi ses mises en gardes répétées sur la menace terroriste en France. «Nous avons toujours dit qu’il n’y avait pas de risque zéro, qu’il pouvait y avoir des attentats qui frapperaient plus durement la France», a souligné Manuel Valls. […]

 

Commentaire par Jean Lafitte, juriste

Par l’article 1er de son décret du 26 messidor an III (14 juillet 1795), la Convention avait décidé ceci : « L’hymne patriotique intitulé Hymne des Marseillais, composé par le citoyen Rouget de Lisle, et le Chœur de la Liberté, paroles de Voltaire, musique de Gossec, exécutés aujourd’hui, anniversaire du 14 juillet, dans la salle des séances, seront insérés en entier au Bulletin. » Dès lors, la Marseillaise sera l’hymne national de la France républicaine, jusqu’à sa dernière confirmation par l’article 2 de notre Constitution de 1958.

C’est par la mention explicite de leurs crimes barbares que ses paroles désignent aux Français patriotes les ennemis qui les menacent : « ces féroces soldats viennent égorger vos fils, vos compagnes ». Et la « liberté chérie » ne peut tolérer que « des cohortes étrangères [fassent] la loi dans nos foyers ».

Or depuis plus de deux ans, nous sommes en guerre, puisque le Premier ministre M. Valls « responsable de la Défense nationale », l’a dit et redit. Et ce faisant, il n’a pas « déclaré » la guerre sans l’autorisation du Parlement, mais constaté qu’« un acte de guerre organisé méthodiquement » a été commis sur notre territoire, ce qui implique l’existence d’un ennemi de la France.

Or cet ennemi se réclame de l’islam, ses soldats (moudjahid = soldat du Djihad, la guerre sainte selon le Coran) assassinent au cri religieux de « Allahu akbar », Dieu est le plus grand !

Deux questions (à la Cour de cassation, voire au Conseil constitutionnel) :

Puisque l’on tue explicitement au nom de l’islam et qu’aucune autorité suprême de cette religion n’a déclaré la guerre aux assassins qui trahiraient l’islam, en quoi la désignation de l’islam comme assassin serait-elle contraire aux paroles de la Marseillaise que valide notre loi suprême, la Constitution ?

Et puisque les moyens de communication sociale de 1795, paroles, écrits et chants, sont aujourd’hui complétés par de nombreuses techniques modernes, en quoi la diffusion d’images d’égorgements perpétrés par les « féroces soldats » de l’ennemi serait-elle contraire à ces mêmes paroles de l’hymne national ?

 




Jean Lafitte

Linguiste, colonel de l'armée de l'air retraité


7 thoughts on “La République nous autorise à dénoncer l’islam assassin et à montrer les images des égorgements

  1. u figuré

    Bien que je n’aie aucune attirance ni sympathie pour le citoyen Rouget de L’Isle, spécialiste du retournement de veste (sous la Restauration !), il faut bien reconnaître qu’il s’est montré prophète !  » ces féroces soldats qui viennent jusque dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes », « des cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers » ! Nous y sommes ! Car les cohortes étrangères que dénonce le citoyen Rouget, étaient , après tout, européennes, de même (ou quasiment) religion que les français, de mêmes traditions, tandis qu’aujourd’hui, n’est-ce-pas…

  2. Révolution

     » des cohortes étrangères feraient la lois dans nos foyers »
    L’hymne national est encore et toujours plus d’actualité

  3. Xtemps

    Bonne initiative, et c’est pas les images et filmes qui manquent des horreurs de l’islam, je partage le droit de dénoncer les horreurs de l’islam, comme ceux du Nazisme, du Fascisme et du communisme.
    Cela montre qu’une chose, c’est que la France et les français ne supportent pas l’injustice et preuves que la France avait été bâtie sur une justice de la liberté, de l’égalité, et de la fraternité par des gens libres et l’esprit sains.

  4. Lemalabsolu

    Si nous sommes en guerre (et c’est le cas) nos politiciens sont des traitres de la patrie car ils laissent l’ennemi nous envahir !

  5. Pierre ESCANDE

    En septembre 2014, quelques jours après le lâche assassinat d’Hervé GOURDEL en Algérie (les attentats en France n’avaient pas encore commencé) j’avais écrit ce poème, inspiré par la colère soulevée, à l’époque, par ce crime !!
    J’étais loin de me douter de ce qui allait suivre : Charlie Hebdo, Merah , le Bataclan , les mitraillages des cafés , le kosher de Vincennes , Nice , etc…..jusqu’à l’égorgement des cousines de la gare St-Charles à Marseille……..et ce n’est, hélas, pas fini !!
    CE POÈME ÉTAIT DONC PRÉMONITOIRE !!

     » Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité
    devient un acte révolutionnaire »

    Georges ORWEL (1903 – 1950)

    A toi Hervé Gourdel…….

    Je ne sais quoi te dire, toi le preux égorgé
    Je ne sais si hurler, maudire ou insulter
    Je te vois immolé, torturé, humilié
    Par des bourreaux ignares, aux coeurs fanatisés

    L’Algérie, mon pays, soumis à la charia
    Où tu voulais connaître les monts du Djurdjura
    Toi l’innocent « roumi » comme ils disaient là-bas
    Au temps de mes ancêtres, quand la France était là.

    Combien d’occidentaux seront-ils sacrifiés
    À l’idole islamique, fanatique et raciste
    Daniel, James, Steven, David et toi Hervé
    Vous êtes les martyrs de la cause djihadiste.

    Votre seul tort à tous était d’être présents
    Sur des terres islamiques: alias « dar al-islam »
    Où vous accomplissiez, c’est bien valorisant,
    Des tâches humanitaires. C’est pour ça qu’ils vous blâment!

    Car, reconnaissons-le, ce qui est à leurs yeux
    Une tare abominable, c’est ne pas être comme eux.
    Être du « dar al-harb », la terre de nos aïeux,
    Celle qui doit être conquise par le fer, par le feu !

    Cette logique « rebeu » je la connais un peu
    Ils se mettent à plusieurs pour tabasser une « meuf »
    Mais quand les « flics » arrivent, c’est le grand sauve qui peut
    Sauf si leur fief, est un quartier, sans loi ni « keufs ».

    Cette logique, vois-tu, c’est la même qui te tue,
    S’en prendre à un dhimmi isolé, sans défense,
    Acte paranoïaque aux relents de démence,
    Acte raciste enfin, là est bien son statut.

    Mais il ne faut pas croire que toute cette racaille
    Ait la fibre musulmane, ils fument, ils sniffent, ils boivent
    Ils violent quand ils le peuvent, prenant comme cobaye
    Les filles de la cité, surprises dans les caves.

    Car cette religion n’en est pas une en fait:
    Il faut montrer à l’autre que je suis bon croyant,
    Que mon Islam à moi n’a rien de défaillant
    Bien qu’en réalité je suis bien imparfait.

    Tous ces printemps arabe d’il y a trois années,
    Combien de ces libyens, égyptiens, tunisiens,
    Espéraient accéder, sans être condamnés,
    A la vraie République formée de citoyens.

    Mais les mollahs, imams, et autres ayatollahs
    S’empressent de museler toute velléité
    De libération, réflexion ou vérité
    Chez ces peuples soumis aux lois du dieu Allah.

    Car ici le mensonge est le sel de la terre
    Tout érigé en dogme, une vraie institution.
    On nous parle de paix, mais on pense à la guerre!
    Les preuves sont ton martyre et ton exécution!

    C’est une vraie qualité que de mentir à l’autre
    En terre de « dar al-harb »: Vivent les droits de l’homme!
    Vive la démocratie! Ils s’en font les apôtres!
    En fait, c’est la « charia » qu’ils poussent vers le podium!

    Que va-t-il advenir de notre belle Europe,
    Si nous laissons entrer des hordes de musulmans?
    Espagnols, italiens, français et allemands….
    Cessons d’être naïfs, cessons d’être philanthropes!

    Interdisons l’islam sur nos terres chrétiennes
    Bien que je sois athée j’en reconnais l’essence,
    Nos lois démocratiques, notre vie citoyenne
    Rejettent l’obscurantisme de toute cette croyance.

    Pierre ESCANDE, 27 septembre 2014.

Comments are closed.