Elisabeth Lévy et Finkielkraut, abjects et ridicules donneurs de leçons à Renaud Camus


Elisabeth Lévy et Finkielkraut,  abjects et ridicules donneurs de leçons à Renaud Camus

Il y a 5 ans, le hasard avait fait que nous nous étions retrouvés, croyant participer à une réunion de Résistants, dans une soirée parisienne où se trouvaient, au milieu d’une cinquantaine de personnes, Renaud Camus, Elisabeth Lévy et Finkielkraut. Il est devenu très vite très clair que la soirée était le prétexte trouvé pour que les deux journalistes règlent leurs comptes publiquement avec Renaud Camus qui avait fait la faute immense d’appeler à voter Marine Le Pen.

La scène était écoeurante, c’était une scène de lynchage voulue, avec des arguments disant tout de la Lévy et de son courage : je ne pourrai plus vous interviewer au Point, c’est un suicide…

C’était un cri de colère, de révolte. Comment cet âne de Renaud Camus pouvait-ils savonner la planche à ses amis et leur faire perdre une occasion de plus d’écrire dans le Point ?

J’étais intervenue pour fustiger les lyncheurs et les renvoyer à leurs contradictions. A part aboyer et critiquer pour le plaisir de critiquer, que faisaient-ils d’autre que participer au système qui nous envoyait/envoie droit dans le mur ? Ni l’un ni l’autre n’avait su me répondre et quand j’avais pris Finkielkraut à part, en lui disant au revoir, il avait convenu que, effectivement, puisque la situation était désespérée, on ne risquait peut-être pas grand-chose à essayer Marine Le Pen.. Mais c’était en tête à tête et je soupçonne le philosophe d’être trop bien élevé ( ou trop lâche ? ) pour avoir osé argumenter sur le fond avec moi.

C’était la deuxième fois que nous avions des mots publiquement. Déjà un ou deux ans auparavant, Elisabeth Lévy avait fait une conférence à la Mairie du XVIème, invitée par le Bnai Brith sur islam et République qui m’avait fait sortir de mes gonds. Elle avait défendu l’idée que la République était forte et saurait toujours s’en sortir… J’avais pris la parole pour fustiger son point de vue, elle m’en a voulu beaucoup et m’a ostensiblement ignorée quand j’ai pu la croiser ultérieurement. Elle a un côté caractériel, la donzelle. Après tout, pourquoi pas, mais, quand on n’aime pas être contredit, il vaut mieux penser juste et ne pas traîner ses « amis » dans la boue… Ce qu’elle n’hésite pas à faire en compagnie de son copain Finkie dès qu’il s’agit de Renaud Camus, coupable de rester droit dans ses bottes et de ne pas craindre les foudres de ses amis ou ex-amis, coupable de ne même pas craindre de vivre pauvrement, faute d’éditeur… Le prix à payer pour son infinie liberté.

De l’eau a coulé sous les ponts, me direz-vous ; depuis,  la situation s’est aggravée, ô combien, ils ont forcément évolué, non ?

Hélas…

Leur dernière prestation, lamentable, nous dit leur lâcheté, leur peur du qu’en-dira-t-on, leur peur d’être mis au ban des medias, des soirées parisiennes et, plus grave sans doute, leur capacité à enculer les mouches pour échapper à l’étiquette infâme  » pense comme Renaud Camus« .

Et ils se prétendent libres et républicains.

Ce serait comique si les conséquences n’en étaient pas tragiques.

Comme on aimerait qu’ils aient la liberté de ton et de parole d’un Eric Zemmour, qui prend chaque des risques, risques d’être mis au  ban de la bonne société, des medias, de perdre son travail, ses émissions, de se retrouver au tribunal… Comme on aimerait…

Voici les deux clowns en action :

L’introduction de Lévy est particulièrement putassière, évoquant les « affaires Camus », rappelant que Finkielkraut était resté fidèle à son amitié pour l’inventeur du Grand Remplacement malgré la brouille passagère quand « Le paria de la république des lettres  » avait dénoncé les « hordes barbares déferlant sur la France ».

Et Lévy de porter un jugement sans appel sur Renaud Camus et ses deux tweets « particulièrement gratinés »

Le premier sur la comparaison entre le génocide des juifs et le Grand Remplacement.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/26/le-genocide-des-juifs-preparait-le-grand-remplacement-plainte-de-luejf-contre-renaud-camus/

Question de Lévy à Finkielkraut : pardonnez-vous vraiment tout à la littérature ?

Dans un premier temps, tout va bien, Finkielkraut reconnaît que l’immigration de peuplement que dénonce Renaud Camus n’est pas un mythe mais pour ajouter tout de suite que l’écrivain »succombe au démon de l’analogie ».

Diantre ! Quel est donc ce démon ? 

« Renaud Camus appelle à la Résistance, c’est là que je me sépare radicalement de lui. Si l’on veut éviter de verser dans l’inhumain il faut se garder comme de la peste de toute comparaison avec les sombres temps du XXème siècle et s’efforcer de penser le présent dans ses propres termes, l’exactitude encore et toujours. »

Diantre ! ( bis ). On pourrait évoquer Marathon, Salamine, les colonels grecs, Cromwell, Hiroshima… mais pas touche à la seconde guerre mondiale ? Impossible de s’y référer, de comparer quoi que ce soit ? 

Etrange fonctionnement intellectuel. 

Mais écoutons Finkielkraut, pourquoi il se refuse à cette comparaison : 

« J’ai dit à Renaud Camus  que parler d’occupation c’est considérer tout Arabe et tout Africain croisé dans la rue comme un envahisseur… le mot d’occupation suscite l’image du nazisme et qu’y avait-il de plus légitime, de plus salutaire même que de haïr les nazis ? RC n’a rien voulu savoir….il a même augmenté son analogie d’un quatrième terme, après l’occupation, la collaboration, la Résistance, voici le Génocide. Avec ce mot, le lien que la pensée de Renaud Camus entretient encore avec la réalité se rompt.

Comment les Français de 1940 qui croisaient les soldats allemands devaient-ils les considérer ? Sans doute que nombre d’entre eux n’étaient pas nazis et se contentaient d’obéir aux ordres. Fallait-il pour autant ne pas les combattre, ne pas les considérer comme porteurs du danger nazi ? 

De deux choses l’une, ou bien le Grand Remplacement est un mythe, et Renaud Camus a tort, ou  bien c’est une réalité et donc, forcément, toute personne venue de l’étranger peut être suspectée de vouloir ce remplacement, cette invasion, tant qu’elle n’a pas donné des gages s’appelant intégration et amour de la France.

Le génocide c’est la destruction physique d’un peuple. Rien de tel ne menace ces temps-ci l’Europe. Ceux-là même qui, tels Youssef Qaradawi, désirent explicitement islamiser l’Europe ne souhaitent pas l’extermination des Infidèles, mais leur départ, éventuellement leur conversion ou, pour reprendre le mot de Houellbecq, leur soumission.

Ecoutez Finkielkraut délivrer la bonne nouvelle : nous ne risquons rien, même les plus remplacistes des musulmans, comme Qaradawi ne veulent pas nous faire disparaître, juste nous convertir, nous soumettre ou nous faire quitter notre pays. 

Finkielkraut est-il sot ? Nous convertir c’est bien faire disparaître notre civilisation, notre liberté, nos valeurs, faire accoucher notre peuple d’une autre peuple, non ? Et si nous quittons le pays pour faire de la place aux musulmans c’est bien nous faire disparaître de notre pays, non ? 

Si on en croit Finkielkraut, tout peuple chassé de son territoire n’a pas à se plaindre, puisqu’il est encore en vie et n’a pas été remplacé dans l’absolu.

Oh le jésuite de Finkie… Oh la mauvaise foi… 

Quant au remplacisme global dénoncé à juste titre par Renaud Camus , qui consiste à vouloir remplacer par l’immigration la baisse de fécondité des pays d’Europe, il procède de l’universalisation de l’idée du semblable.

L’universalisation de l’idée du semblable…Bigre ! On atteint des sommets de conceptualisation. Ils sont entre eux, incompréhensibles pour le commun des mortels, mais ce n’est pas grave, cela évite de fâcher Billancourt tout en paraissant être un intellectuel cultivé.

C’est parce qu’aucune différence n’est définitive, insurmontable, absolue, que n’importe qui partout peut faire l’affaire. On peut dire que la démocratie ou que la vision démocratique du monde, a enfanté un monstre mais ce monstre n’est pas génocidaire. Car ce qui rend le génocide pensable et donc possible  c’est la contestation de l’unité de l’espèce humaine. C’est le fait de voir dans l’autre, un autre que l’homme. POUr Hitler pour que les Aryens soient il faut que les Juifs ne soient pas, il faut que les Juifs disparaissent de la surface de la terre.

Là, ça ne s’arrange pas. Il devient gâteux, Finkie ? Le Grand Remplacement est un monstre mais pas un génocide… parce que selon lui les musulmans ne voudraient pas  faire disparaître les non musulmans.

Apparemment Finkie n’a pas lu le Coran ni les haddith-s de Mahomet, il va falloir qu’on lui envoie Les Assassins obéissent au Coran puisqu’il ne sait toujours pas que les textes sacrés musulmans ont un but et une obsession, faire disparaître les non musulmans de la surface de la terre, de gré ou de force. Mais pour Finkie ce n’est pas un génocide.

On passe ensuite au second tweet de Renaud Camus qui fait, selon Levy, « une comparaison odieuse » : « au regard des remplacistes Trudeau Macron Hitler ne paraîtra pas moins criminel mais peut-être plus franc, plus direct ».

Et Finkie de continuer son lâche salmigondis 

« Je souffre de voir Renaud Camus s’égarer de cette manière. »

Quelle bonté d’âme chez l’ami Finkie… Quelle empathie avec son ami !

« Les ignorants qui l’accablent enterrent vivant un très grand écrivain, je confirme. Et voici la tragédie : celui-ci leur apporte son concours avec ses analogies et ses raccourcis, il creuse sa tombe, il est à lui-même son propre fossoyeur. Il veut provoquer un sursaut, résultat il provoque un haut-le-coeur même chez les plus clairvoyants. »

Il y a juste un souci, c’est que c’est Finkie qui enterre Renaud en ne le défendant pas, en passant plus d’une demi-heure à le démolir, à prendre de la distance avec lui, alors qu’il a reconnu que la réalité décrite par l’écrivain était juste. 

Haut-le-coeur. Et la raison qui devrait guider les clairvoyants ? Où est-elle ? 

« Son angoisse lui fait perdre les pédales. Renaud Camus a entouré ses grands livres d’une muraille de tweets fous que plus personne, bientôt, ne voudra franchir. Internet rend-il bête ? La question se pose, je crois qu’Internet abêtit la parole. »

En l’occurrence, la bêtise, la sottise crasse se trouve en face de nous, chez Lévy et Finkielkraut, enterrant consciencieusement le Président du Parti de l’In-nocence, afin de rester, à tout prix, dans le « camp du bien ». Le haut-le-coeur et le mépris, c’est nous qui l’avons.

Troisième point abordé par Lévy : « à  présent évoquons ce thème du Grand Remplacement, c’est très important en effet parce que c’est aujourd’hui ce qui le rend célèbre.« 

Levy arrogante, méprisante et ricaneuse  qui beugle son mépris pour ceux qui disent la réalité de l’invasion :  » essayer de blanchir Renaud Camus avec Tribalat là vous perdez votre temps  « . A gifler.

Finkielkraut : »Dire grand remplacement c’est tenir pour acquis que l’intégration est une foutaise et que les nouveaux venus sont tous ou presque tous des ennemis. J’observe avec stupéfaction qu’il y a en France des laudateurs du Grand Remplacement et qu’ils ont pignon sur rue. »

A l’ouest rien de nouveau, il dit à nouveau ce qu’il a dit un peu plus tôt… La peur de la généralisation… 

Ainsi il nous faut nous résigner à être envahis, remplacés sans le dire, sans le déplorer, au cas où nous blesserions une partie des immigrés qui ne pensent pas à mal. Surtout ne pas se défendre de peur de faire payer un innocent. Et nos enfants, nos petits-enfants, ils sont coupables ? Ils doivent payer et accepter la violence, la privation des libertés, le halal, l’ imposition du voile, pour ne pas froisser des immigrés gentils mais incapables de lutter à nos côtés ? 

La fin de l’émission est un vrai festival où Lévy et Finkielkraut s’en donnent à coeur joie,  ils dénoncent les ennemis de la France, de la nation qui se gargarisent à l’idée du Grand Remplacement en cours.

Finkielkraut :  il y  parmi eux des sentinelles de l’anti-racisme chouchoutés par les medias, autrement dit le Grand Remplacement est un fantasme ignoble quand on s’en inquiète et une réalité merveilleuse quand on le célèbre. Je crois que la terminologie de Renaud Camus est inadéquate car trop radicale, c’est pourquoi je ne la reprends pas à mon compte mais force m’est de constater que c’est chez ses ennemis déclarés qu’il trouve son plus précieux renfort.

Toujours la même idée. Pas d’analogie. Pas d’amalgame. Il y a des ennemis de la France qui disent comme Renaud Camus et s’en réjouissent ? Honte à Renaud Camus d’être en si mauvaise compagnie…

« Le propos de Renaud Camus est indéfendable, le mot « petit bras  » est absurde et atroce mais on ne peut en aucun cas accuser Renaud Camus de contestation de crime contre l’humanité ou d’apologie puisqu’il dit très explicitement que le génocide des juifs était plus criminel. Ce propos ne relève pas des tribunaux.

Comme lors du dernier passage de Renaud Camus au tribunal, on peut être sûr que Finkielkraut, quoi qu’il en pense et en dise, trouvera un prétexte pour ne pas aller soutenir son « ami » en témoignant pour lui, je ne crains.

Le mot de la fin aux deux manipulateurs :

Lévy : c‘est désolant cette autoradicalisation.

Finkielkraut : oui il se radicalise tout seul

Lévy :  sans même aller en prison, et elle rit, l’imbécile.

 




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


36 thoughts on “Elisabeth Lévy et Finkielkraut, abjects et ridicules donneurs de leçons à Renaud Camus

  1. Albert

    Bonsoir Christine.
    C’est parce que je vous estime et que je partage beaucoup des idées de R.C., et bien sûr en particulier ce superbe concept de Grand Remplacement (qui s’inscrit dans le prolongement de « l’immigration de remplacement » dont parle l’ONU), que je voudrais faire quelques remarques sur cette nouvelle polémique.
    1°. Je « n’ai pu » suivre jusqu’au bout l’émission de Lévy et Finkie , c’est dire que je n’approuve pas tous leurs propos, mais
    2°. On ne peut attendre autre chose de leur part pour des raisons évidentes, et surtout :3°.je pense aussi que les propos de RC sur le sujets sont malvenus et critiquables, tant sur le fond que dans la forme,
    et 4°. qu’ils sont contre-productifs.
    Je souhaiterais que RC -mais c’est un vœu pieux- revienne un peu sur ses propos (les mots ont dépassé la pensée…, la passion peut égarer…) plutôt que de s’enferrer jusqu’au Tribunal. Ce serait tout avantage pour lui et pour son camp (le nôtre).
    Mais je ne me fais pas d’illusions: on n’arrête pas des trains lancés à grande vitesse.
    Cordialement

        1. frejusien

          le 2ème : les raisons évidentes ?
          le 3ème ; les propos malvenus ?
          le 4ème contreproductifs

          du boulot pour éclairer vos propos, merci

          1. Albert

            -les raisons évidentes: en particulier le fait qu’ils soient, comme la plupart des juifs, marqués à vie par la Shoa. Personne n’y peut rien! Ce n’est pas une raison pour les jeter comme le bébé avec l’eau du bain.

            -propos malvenus: j’ai dit « sur le fond et dans la forme ». Il vous faut un dessein pour comprendre ce que je veux dire? Après, on peut ne pas être d’accord avec moi.

            -contreproductifs: les excès nuisent à la crédibilité de ceux qui les débitent, alors même que ceux-ci disent par ailleurs des choses parfaitement exacts.

  2. butterworth

    VOIR ARTICLE FORMATION du pakistan 1947 VIDEOS ET MASSACRES ARTICLE DEMANDE CREATION CALIFAT ISLAMIQUE A STOCKHOLM un musulman n est integre qu a l islam commencement de troubles en inde saphyr news et eradication des islamistes phillipins ect ect

  3. Olivier de V

    Chez E.L ce coté caractériel,je l’ai constaté lors d’un bistro liberté et une certaine capacité à créer des conflits et des palabres sans intérèt avec les gens de son camp .

    Quant à A.F, il parait parfois se perdre dans des dédales de dialectiques sur le sexe des anges et la bataille des mots. Un petit tour en Syrie avec les députés français qui y sont allés il y a quelques mois ne lui aurait pas fait de mal.

  4. clairement

    …A propos de califat, je lis  » l’Europe et le spectre du califat  » de BAT YE’OR que je recommande …

  5. cosamentale

    Chère Christine,
    Je trouve votre analyse du dialogue Lévy/Finkielkraut parfaitement pertinente, excellente!

  6. Charcutailleur

    Ne rêvons pas ! Ces deux là ne sont pas des nôtres , c’est tout ; ils nous sont parfaitement étrangers .

  7. J

    « Parler d’occupation, c’est considérer que tout arabe ou africain croisé dans la rue est un envahisseur »…
    Comment dire…
    Quant à ce « culte du semblable », je ris. C’est démontré scientifiquement que la race africaine est différente de la race européenne, comme de la race asiatique. Donc, prosaïquement, ils ne sont pas semblables. Je ne vais pas dire qu’un caniche est semblable à un rottweiler même s’ils font partie de l’espèce canine.
    Soutien à M. Camus.

      1. pierre17430pierre17430

        à Albert,
        ce sont  » vos propos qui sont contestables » ! Renseignez-vous vous le premier, avant de parler. ( voir les résultats de grands scientifiques récemment ).

      2. Dorylée

        Une spécialiste de la greffe de moelle osseuse a expliqué que cette greffe entre un caucasien et un africain n’est pas possible. Un militant d’extrême gauche qui voulait prouver le contraire en est mort et c’est bien fait pour sa gueule. https://www.buzzbeed.com/il-se-fait-greffer-la-moelle-osseuse-dun-africain-pour-prouver-que-les-races-nexistent-pas
        Mis à part sa capacité à réfléchir (souvent de travers) et à parler (pour dire trop souvent des conneries), l’homme est un animal qui comporte, comme les autres animaux, plusieurs races tels les lapins, les chats, les chiens, les vers de terre ou les coccinelles ! Nier la pluralité des races humaines est aussi con que de prétendre qu’une race est supérieure à l’autre.

        1. Albert

          Et dire des conneries est universel !
          Votre démonstration ne vaut rien, car les incompatibilités pour les greffes sont courantes, je dis bien courantes, même au sein d’une même « race ».

  8. frejusien

    On croirait voir deux copains de lycée jouant un sale tour à un de leurs amis,
    Mais ces deux-là ne sont-ils pas des universitaires-intellos et d’éternels adolescents ?

  9. frejusien

    « Renaud Camus appelle à la Résistance, c’est là que je me sépare radicalement de lui. Si l’on veut éviter de verser dans l’inhumain il faut se garder comme de la peste de toute comparaison avec les sombres temps du XXème siècle et s’efforcer de penser le présent dans ses propres termes, l’exactitude encore et toujours. »

    Voilà t-y pas que fink donne la corde pour le pendre, car penser le présent, c’est déjà le déformer , avec  » penser le présent  » on s’éloigne grandement de la réalité, on la « pense », et Fink la pense à sa façon,
    Le philosophe se transforme en démiurge pour éviter de tomber dans l’inhumain, COCASSE !!!!
    « 

  10. bm77

    Si on considère pour reprendre les termes de Finkielkraut que les immigrés sont intégrés, oui ils le sont mais pas à la France éternelle, ils le sont à notre société de consommation, à l’Islam en France et aux prestations sociales qu’ils touchent en masse
    Ils ne portent aucun intérêt à la France et sa culture sinon parfois quand ils ont été un peu à l’école pour la critiquer ou la haïr et nos lois, ils ne s’y conforment que lorsqu’elle va dans leur sens et qu’elle ne les dérange pas trop.
    Enfin là je parle de la France des banlieues qui sont les points de chute de tout ce que compte l’immigration et là aussi que le problème du grand remplacement est le plus visible avec toutes ses joyeusetés: délinquance , Islamisme, fraude aux allocations etc….
    Si il y a des étrangers assimilés, ils sont comme nous à supporter les dérives de la majorité des autres;
    Je ne parle pas des Germanopratins, les quartiers c’est tellement à cent lieues de ce qu’ils vivent!

    1. bm77

      Je rajouterais à mon message qu’il n’y a pas d’assimilation ou même d’intégration possible avec un tel flux continuel d’immigration, c’est la course en avant suicidaire pour notre pays sans aucune évaluation possible des conséquences puisque l’on a pas le droit de la remettre en question sous peine de se faire taxer de fasciste raciste et j’en passe, sans risquer aucun procès en diffamation pour ceux qui profèrent de tels propos insultants et faux !
      Est-ce pour cela que Renaud Camus l’appelle le grand remplacement!!

  11. Alexandra Dougary

    Ils sont juste lâches ! en fait ils n’osent pas appeler un chat : un chat ! Ils souhaitent continuer à être invités dans les « salons très parisiens » car ils savent qu’ils pourraient en être évincés s’ils soutenaient ouvertement R.Camus. Alors ils se perdent en propos « moelleux » et « mous » de façon à ne vexer personne hors ceux qui luttent âprement pour lutter contre la peste verte. Le nazisme de notre époque, n’en déplaise à Finkie. Ils se perdent en atermoiements bref, je suis en accord total avec Christine. Cela n’est rien d’autre que de la pure lâcheté. Le passé (seconde guerre mondiale) a déjà montré comment se conduisaient ceux qui avaient peur et ceux qui n’avaient pas peur. Ces derniers sont montés au combat, peu en 40, avec certainement la trouille au ventre car qui ne l’aurait pas eu ? Je pense que Lévy et Finkie font partie de la première catégorie. Ils sont juste de sombres trouillards pour de très mauvaises raisons. Car, eux, ne risquent pas d’être fusillés comme l’étaient les trouillards de 1940, ils sont pires, ils risquent juste d’être ostracisés par une profession qui n’a rien d’honorable puisqu’elle passe son temps a nié la vérité. Honte à eux.

    1. frejusien

      oui, très bien dit, très bonne analyse, de minables petits trouillards qui se gargarisent de mots pompeux qui , malheureusement ne cachent pas la misère qui se trouve dessous

  12. DIOGENE

    Une éponge ne peut pas absorber toute l’eau d’un étang…
    La france ne peut pas absorber toute la misère mondiale…

    La « culture » des autres ne peut pas être la mienne.
    La mienne est chrétienne (même si je suis athée) et mes racines sont gréco-latine. J’exige que ma culture reste prédominante en France; or : dans de multiples quartiers, ce n’est plus le cas.

    Le temps n’est pas loin où des départements vont demander leur indépendance (le 93 ?) comme la Catalogne.

    Le « phénotype » des gens m’importe peu pourvu qu’ils respectent « ma » culture.

    Soyons clairs : les adeptes de la secte de « thanatos » ne sont pas les bienvenus en France…

    Pendant que les « intellectuels » pérorent et glosent, d’autres, qui ne sont pas des « intellectuels », mais des fous-furieux, préparent leurs prochains massacres…

  13. Fomalo

    Première fois que je décèle vraiment une embrouille manifeste de la part de Christine T. Certes, nous ne sommes pas tous philosophes et conduits à juger des tweets d’un ami susceptible de se fourvoyer… Mais vous, Madame, qui dénoncez à juste titre l’islam assassin, vous ne comptez tout de même pas mettre dans la même balance, au moment d’un antisémitisme exponentiel, Tariq Ramadan et E. Levy ou Finkielkraut? Si? ? Renaud Camus est brillant et passionnant. Par chance nous ne lisons pas ses tweets, mais ses livres ! Mais attention, vous risquez de devenir très proche des » anti-Trump  » et de leurs méthodes.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Fomalo, du diable si je comprends un traître mot à ce que vous dites… Dans la même balance Ramadan et Finkie ? Vous avez bu ? Antisémitisme exponentiel ? De qui ? Désolée mais je ne comprends rien

  14. DURADUPIF

    Ils ne franchiront pas le Rubicon pour voler au secours de celui qui dit La Vérité. Ces mêmes en d’autres lieux et d’autres temps qui hésitaient entre le boire et le manger pendant des heures devenues sombres. L’avenir n’est écrit nulle part mais les prévisions clignotent toutes aux rouges pour notre Pays qu’ils ont mené à la catastrophe annoncé.

  15. Pouf

    Il y aurait donc un problème dans le tweet de Renaud Camus ??? C’est bizarre, je l’ai lu et relu, je ne vois rien ! Si, peut-être, qu’il parle indirectement de la Shoah ???
    Sujet on ne peut plus tabou…
    Il n’a pas tenu de propos négationnistes : il compare simplement des génocides, justement en s’appuyant sur celui qui a fait couler le plus d’encre, celui perpétré par les nazis. Ce qui montre justement qu’il le tient pour criminel et ignoble. Serait-ce donc un crime de lèse-majesté que de dire qu’il y en a eu d’autres aussi sinon plus conséquents.
    Les nazis ont assassiné par idéologie…et les communistes, ce n’était pas pareil ? Pour les nazis, c’était tuer le Juif…qui n’était pas forcément « Juif de souche ». L’idéologie islamiste poursuit le même principe. Doucement, tant que la majorité n’est pas atteinte…après, il n’est pas difficile de deviner la suite !
    Renaud Camus ne fait que dire la réalité ( dixit Finkie parlant de R. Camus : « il voit ce qu’il voit et il dit ce qu’il voit » ).
    Renaud Camus a le courage de dire la vérité, Finkie la voit mais il n’a pas ce même courage.
    Ménager la chèvre et le chou ne mène pas loin ….

  16. reuri

    Je suis tout à fait d’accord sur votre analyse.
    En fait ce sont deux bobos hystériques donneurs de leçon , finkelkraut est une vieille planche pourrie (comme vous le dites très bien) un néo-con à la kouchner . Quand à l’agitée elisabeth levy , je n’ai pas pu regarder tv liberté jusqu’à la fin tant elle était insupportable .
    Ces deux là jouent les rebelles de salon , mais pas trop hein, sinon ils ne seraient plus invités à la tv pour jouer les experts toutologues.

Comments are closed.