Plus fous que le Philippulus de Tintin, ils travaillent à notre disparition


Plus fous que le Philippulus de Tintin, ils travaillent à notre disparition

«  Repentez vous de vos crimes : l’esclavage, la colonisation, les heures les plus sombres…
maintenant, c’est l’heure du châtiment !
Tout va disparaître : l’histoire, la culture, la langue, tout …..même vous !
La fin de la France est venue !  »

Dans Tintin, c’était « un dingue » qui disait quelque chose comme ça, Philippulus le prophète.

Le personnage qui a inspiré à Hergé était l’un de ses ex-amis qui le trouvait bien trop conciliant avec les Allemands et le poursuivait de prophéties que Hergé refusait d’entendre. Hergé s’est vengé en caricaturant le dénommé Philippe, en faisant un illuminé…

Voir l’article ci-dessous qui date de 2012

Historia et Le Point se sont associés pour faire paraître une série de hors-série dont le deuxième opus sort en ce moment.
Le thème: « Les personnages  de Tintin dans l’Histoire », les événements qui ont inspiré l’oeuvre d’Hergé.
Ce que l’on y découvre est passionnant…
Je vous donne un exemple, avec Philippulus, le prophète de malheur complètement disjoncté que l’on rencontre dans « L’Etoile Mystérieuse ».
L’un des personnages qui m’a le plus impressionnée dans la collection des Tintin lorsque j’étais enfant.

Les auteurs commencent par nous situer l’album dans le contexte historique, en 1941, ne manquant pas de souligner que le « o » centré par une étoile du mot « Etoile » dans le titre, « pourrait saluer subliminalement l’entrée en guerre de l’aviation américaine. »
Mais en fait, Hergé fait grincer bien des dents en caressant l’occupant dans le sens du poil dans des dessins qui choquent…

Mais revenons à Philippulus.
L’illuminé au gong est un astronome arpentant les rues accablées d’une chaleur anormale et clamant des prédictions d’Apocalypse qui affolent la population.
Hergé était obsédé par la maladie mentale, nous apprend le hors-série.
Plusieurs de ses personnages en sont d’ailleurs atteints.
Lui-même a peur d’en être un jour victime.
Pourquoi?
Au début des années 1940, sa mère a été internée et est morte sans avoir retrouvé son équilibre et sans avoir été libérée de son internement.
Après la guerre, Hergé lui-même sera victime de crises de dépression nerveuse à répétition.
Et l’article interroge: « Serait-ce le châtiment que lui a promis un certain Philippe Gérard, que Hergé brocarde à travers Philippulus par dérision ou par bravade?

Les deux hommes s’étaient rencontrés à l’adolescence et avaient partagé leurs années de scoutisme.
Philippe, à l’époque, avait prédit à son ami, dans un article, que les reproductions de ses dessins se vendraient à des prix astronomiques, que Hergé serait statufié, que les villes de Belgique se disputeraient l’honneur de l’avoir vu naître etc ».
S’il est passé pour un fou euphorique, Philippe avait pourtant eu une vision très prémonitoire.
Il a ensuite inspiré le dessinateur en lui donnant des idées pour le Sceptre d’Ottokar notamment.

Mais en juin 1941, une violente dispute oppose les deux amis à propos de l’occupant.
Philippe  attaque Georges sur son attitude qu’il juge trop accommodante à l’égard des Allemands, le menaçant de représailles lorsque le moment serait venu.

Tous deux ne se sont jamais réconciliés.
Et Hergé se vengera à sa façon, en créant l’inquiétant Philippulus…

Martine Bernier 

http://www.ecriplume.com/2012/07/les-secrets-des-personnages-dherge-philippulus/

Le dingue Philippulus en 1941 disait la vérité, le danger c’était les Allemands…La fin de la France était proche.

Dans la France de 2017, ceux qui parlent comme Philippulus sont au pouvoir, au gouvernement, dans les médias, dans  » l’opposition  »  » insoumise  »
Partout !

«  Repentez vous de vos crimes : l’esclavage, la colonisation, les heures les plus sombres…
maintenant, c’est l’heure du châtiment !
Tout va disparaître : l’histoire, la culture, la langue, tout …..même vous !
La fin de la France est venue !  »

Bien plus fous que le Philippulus de Tintin ! Et ils se réjouissent, eux, de notre extinction programmée.

Sans grand sursaut, très rapidement, nous serons grand remplacés et grand éliminés, très vite.





7 thoughts on “Plus fous que le Philippulus de Tintin, ils travaillent à notre disparition

  1. Massilia

    N’en faites vous pas trop, au point de devenir inaudible. Pourquoi alimenter cette peur, cette prophétie, même si j’en conviens le navire est très très mal barré.

  2. Massilia

    J’avais vu un article incroyable sur le figaro, la justice à Porto ce serait appuyée sur la bible pour justifier le passage à tabac d’une femme par son mari pour adultère, article devenu introuvable

  3. frejusien

    je ne comprends pas très bien, n’est-ce pas le philippulus qui avertit du danger un Hergé insouciant qu’on peut comparer à un de nos bobos actuels ?
    Le philippulus a reconnu le danger du nazisme, non ?

    1. Casto

      D’accord avec vous, frejusien. En toute cohérence (selon l’article), c’est le « fou » Philippulus qui voyait clairement venir l’apocalypse (allemande ou… islamique)

  4. MaximeMaxime

    Tous les Français ne sont pas égaux face aux périls qu’encourt la Nation. Certains pourront sans difficulté tirer leur épingle du jeu, alors que d’autres seront captifs et subiront de plein fouet les conséquences de la politique désastreuse de l’UMP-S, dont Macron est l’héritier idéologique. Cela explique que des Français puissent contribuer à desservir l’intérêt de leurs compatriotes.
    Les réformes fiscales sont importantes de ce point de vue.
    La fortune des enrichis du CAC40, de la spéculation boursière, de la concurrence internationale déloyale, comporte des actifs financiers et des biens mobiliers de haute valeur caractéristiques d’une économie post-industrielle.
    Les meubles, traditionnellement considérés comme de vile valeur, ont en effet été revalorisés par le progrès technologique. Les voitures luxueuses, les yachts, jets privés, les gadgets électroniques, n’existaient pas dans l’économie d’antan et les patrimoines anciens.
    Les Français de souche, provinciaux notamment, au contraire, ont toujours gardé une attache particulière à la terre et valorisé la propriété immobilière, suivant des logiques ancestrales. L’investissement immobilier, la pierre, a dans la conscience du pays réel une place encore importante.
    On investit dans la pierre car on aime son pays, on y a ses attaches. On loue telle maison pendant la saison touristique pour arrondir les fins de mois et trouver le plaisir de faire partager aux locataires notre connaissance du pays. On noue ainsi des contacts avec ceux qui aiment visiter la France, des amitiés peuvent en naître.
    On loue un bien à l’année à un locataire qu’on a choisi et avec lequel une relation de bonne entente peut aussi s’instaurer. Le cas échéant, le locataire ne paiera pas de loyer pendant quelques mois en échange de travaux de rénovation que, bricoleur, il est en mesure de réaliser. Echange de bons procédés, sentiment de solidarité, le vrai vivre ensemble.
    Mais à cause des lois anti-discrimination, on ne peut plus choisir son locataire. Premier hic.
    Deuxième hic. Le droit de la location immobilière, passablement complexe notamment depuis 1989, fait passer le locataire immobilier pour un salaud. Une règlementation de type totalitaire a été mise en place par les socialistes et autres alliés écolo-communistes.
    Pendant ce temps-là, le riche cosmopolite est mieux traité. Anomalie de taille, les oeuvres d’art sont exclues de l’assiette de l’ISF ! Et pourtant, ce seront en général les ultra-riches, richissimes, qui en possèdent, pas le petit bourgeois de province qui connaît assez la valeur de l’argent pour ne pas dépenser trois millions d’euros pour orner son salon d’une cuvette de WC censée représenter de l’art contemporain.
    Comment l’UMP-S et Macron leur héritier idéologique rendent captifs les propriétaires immobiliers aisés
    Or, voici que Macron, l’héritier objectif de l’UMP et du PS, veut ne faire peser l’impôt sur la fortune que sur le patrimoine immobilier.
    A cette décision de l’exécutif, qui va recevoir l’aval d’une assemblée législative dont le soutien est acquis d’avance puisque 80% des Français ont « veauté » pour « en marche », s’ajoute celle rendue par le Conseil constitutionnel du 27 octobre dernier, d’après laquelle est conforme à la Constitution le plafonnement à 150 000 € de l’exonération de la plus-value immobilière réalisée sur la cession de la résidence principale pour les résidents français qui s’expatrient…
    … alors que la résidence principale est exonérée d’ISF comme d’impôt sur les plus-values tant que le con-tribuable demeure résident fiscal français.
    On mesure ainsi à quel point le pouvoir met en place un vivier de captifs, trop attachés à leur terre, qu’il s’agit de torturer fiscalement, en même temps que les cosmopolites, pouvant délocaliser leurs avoirs mobiliers très facilement, pourront s’expatrier sans payer autant d’impôt et tout en pouvant, en Belgique, au Portugal, en Californie, revendre leur cuvette de WC valant des millions pour s’acheter une villa hors de prix…
    Impossible d’y voir une volonté d’encourager l’investissement dans les entreprises : les parts sociales et valeurs mobilières sont déjà exonérées d’ISF quand leur propriétaire exerce son activité professionnelle dans l’entreprise ! Au demeurant, il aurait suffi d’élargir cette exonération aux actionnaires et participants à un titre ou un autre au capital social, financiers en tous genres (obligataires etc.) pour ce faire. Or, l’impact de la réforme sera beaucoup plus large, donc sa signification est bien plus profonde…
    Deux poids, deux mesures, mais le Conseil constitutionnel censurera-t-il l’impôt sur la fortune macronien ? A suivre…

Comments are closed.