Ils créent des partis politiques à ne plus savoir qu’en faire, ils servent encore à quelque chose ?


Ils créent des partis politiques à ne plus savoir qu’en faire, ils servent encore à quelque chose ?

A tout seigneur tout honneur, notre Président a créé, à partir de rien, un parti politique forgé de toutes pièces pour un présidentiable qui disposait déjà de toutes facilités pour se tailler un fan club sur mesure. Personne pour contester le fait qu’en tant que ministre d’Hollande, il aurait dû en bonne logique incarner le renouveau de la gauche au lieu du classique ni droite ni gauche ni au centre. Peut-être à l’Ouest mais personne ne lui a fait remarquer. Même sur le nom choisi, on s’y perd : En Marche, la République en marche, LREM, LRM… Dix huit mois après sa création, Macron passe la main à son fidèle lieutenant Castagnet qui aura pour mission de répercuter la parole du Chef auprès du troupeau de députés fraichement tondus. Quelle nouvelle orientation le nouveau Président du parti du Président voudra-t-il donner à son parti ? Mais la même mon capitaine. Ce parti, comme les autres d’ailleurs, ne sert qu’à voter les Lois décidées par Macron à Berlin via Bruxelles en attendant de créer les conditions pour un deuxième quinquennat Macron. D’ailleurs, peu sûr de son pouvoir à la tête de ce pseudo-parti, Castagnet veut rester secrétaire d’état, au cas ou.

A gauche, tout le monde s’agite, c’est qu’il ne faut pas être en reste de la République et former un nouveau parti c’est montrer au peuple qu’on se bouge pour exister. Déjà qu’on a été réélu avec peine, on ne va pas rester à glander pendant des années dans l’hémicycle (quoique… ça c’est déjà vu). La gauche s’arrache les cheveux, se griffe le visage, la gauche du PS tire sur tout ce qui ne bouge pas, les écolos sont contents d’avoir un ministre qui ne sait rien faire d’autre que du vent, cela servira à faire tourner les éoliennes. Le Front de gauche se prend pour le parti populaire et les communistes se mettent à voter avec la droite contre le gouvernement. Cambadélis est viré, la rue Solférino est en vente. Chacun y va de son parti rien qu’à lui, Benoit Hamon et son mouvement du 1er juillet qui sera créé juste avant de partir en vacances histoire de réfléchir à ce qu’on va mettre dedans,  Hidalgo et son parti pris contre les Parisiens …Comme dit Christophe Barbier : « En France, trois ingrédients sont nécessaires pour réformer la société: de la volonté politique, des innovations et un consensus. » Il est clair que dans ce cas Hidalgo est mal partie. Vallaud-Belkacem, Taubira… elles veulent toutes un nouveau parti pour chanter leurs louanges en attendant le louage de voix pour les mieux placés à la prochaine élection. Reste « Les insoumis » et son inénarrable président Mélenchon dit  « merluchon »  qui est en fait un petit merlu, beaucoup trop petit pour être consommable. Tout est dit. Il y en a bien d’autres des partis dits de gauche et il serait fastidieux de tous les analyser. Ils ont de toute façon tous la même caractéristique ; Etre contre ce qui est pour et pour ce qui est contre.

Au centre, Bayrou et son double De Sarnez vice présidente du MoDem après avoir sévi à l’UDF au CDS, à l’UDG-FD en attendant la suite. Il leur manque encore quelqu’un pour occuper le poste de secrétaire et un autre celui de trésorier mais ils y travaillent tous les deux.

A droite, les partis fleurissent comme les jonquilles au printemps : Valérie Pécresse   avec « Libres » parce que les autres sont prisonniers, Guillaume Peltier et « les populaires » à ne pas confondre avec les populistes, Daniel Fasquelle et « Sauvons la droite » comme si cela avait encore un sens avec l’après Sarkozy. Thierry Solère avec « Les Constructifs » qui consiste à se tirer de la droite républicaine pour rejoindre Macron. Il aurait été plus clair qu’il rejoigne En Marche comme tant d’autres de droite qui se sont « retrouvés » dans le programme soi-disant de gauche de Macron. Enfin « les Républicains » qui virent cinq de leurs membres partis rejoindre le Président de gauche/droite/centre mais qui ne peuvent pas tout à fait les virer faute d’avoir la volonté nécessaire pour prendre une telle décision. Et ça veut re-gouverner la France !

Dupont-Aignan, malheureux candidat aux Présidentielles où il voulait rassembler large, quitte à s’associer avec le FN, se retrouve maintenant contraint de ratisser encore plus large et de tendre la papatte aux « Amoureux de la France » (quel nom débile pour un parti politique, ça ressemble plutôt à une association loi de 1901 pour défendre les jardins potagers) ; en bref il ne s’agit pas d’un nouveau parti mais d’une coalition genre union de la gauche de Mitterrand mais sans la rose et les épines qui vont avec.

De l’autre côté de la rue, « les Patriotes » de Philippot qui se définit comme Gaulliste bien qu’il soit né en 1981 et que De Gaulle soit mort en 1970. Comment peut-on être Gaulliste en 2017 alors que presque cinquante ans soient passés et que rien de la politique de de Gaulle ne subsiste aujourd’hui ? Le Gaullisme fut avant tout un moyen de faire obstacle à la Gauche. On voit ce qui en a réellement été et Philippot serait bien inspiré de cesser de se référer à un passé révolu. On ne gouverne pas un pays en regardant toujours dans le rétroviseur.

Et le petit dernier Christian Estrosi. Pour résumer le personnage bien connu c’est droite/gauche/centre. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse du pouvoir.

On le voit, les partis politiques ne sont là que pour servir l’ambition de quelques-uns.

On serait bien inspirés de se souvenir  que la République est l’ensemble des biens, des droits, des prérogatives de la puissance publique et des services propres à un État dont la forme de régime politique est la république. Elle est accessible également à tous ses citoyens et est la propriété collective de tous.(© wikiwand)

La République n’est plus accessible à l’ensemble des citoyens car elle a été phagocytée par les partis politiques qui ne représentent plus qu’eux-mêmes si l’on en croit les taux de participation aux élections.

Les partis politiques servent-ils encore à quelque chose ? Non, ils ne servent plus à rien. Pour tenter de revenir à une véritable démocratie, il faudrait voter pour des candidats sans étiquette, sur leur programme propre et non sur des programmes girouettes fluctuants au gré des tendances et des courants. Il faudrait voter pour des hommes et des femmes au service de leurs concitoyens et non au service de l’oligarchie qui se vote elle-même les pleins pouvoirs à chaque élection.

La dernière fois que le monde a vu une démocratie véritable semble  remonter à – 750 avec le sénat romain. Les cent membres qui le composaient se nommaient « Patres » (les pères). C’est ce qu’il nous manque aujourd’hui alors que les pouvoirs en place veulent plutôt envoyer les peuples «ad patres»

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




20 thoughts on “Ils créent des partis politiques à ne plus savoir qu’en faire, ils servent encore à quelque chose ?

  1. AvatarChristian Jour

    Et pendant que les partis se battent misérablement les uns contre les autres, les musuls gagnent inexorablement de plus en plus de terrains. Jusqu’au jours ou un parti musulman gagnera les élections car les Français trop divisés seront trop occupés à se battre et n’auront pas pris conscience que les musuls un jour seront assez nombreux pour mettre au pouvoir un des leur. Allez y bande de cons, battez vous , pendant se temps les musuls se fendent bien la gueule de vous voir si cons et imposent toujours plus d’islam avec l’aide bien sur des collabos qui espèrent que en caressant le crocodile ils seront manger en dernier.

  2. AvatarFomalo

    Cher Hoplite, La maqueronnerie a fait siens tous ces partis.
    Voyons : de Em (emmanuel maqueron) à à Lrem ( la république est malade) et à Lrm ( la république moribonde), nous ne sommes pas loin du sommet de l’hyperbole façon maqueron, càd invertie. A quand « LRES » (la raie publique en soutien..)
    Les autres appellations, sigles ou initiales dérivés, sont basées sur le même modèle.
    Nous devrions proposer d’autres sigles, d’autres initiales, plus humoristiques et inventives, histoire de rire un peu quelquefois!

  3. AvatarJEAN

    La politique est un commerce dans lequel le patriotisme n’a pas sa place, les politiques veulent vendre leur camelote au plus grand nombre de manière à se garantir les meilleures places et surtout les plus rentables alors chacun y va de son parti pour être sûr d’être tête de liste aux élections et si les couillons d’électeurs suivent bien ce sera pognon pour tout le monde, Philippot par exemple quand il a senti que le vent tournait et qu’il ne pourrait plus se présenter avec l’étiquette du FN hop il crée son parti machin truc et s’il réunit assez de fidèles c’est gagné, député de ceci maire de cela et peut-être plus pourquoi pas
    On ne s’en sortira pas avec les partis actuels si on veut sauver la France il va nous falloir agir par nous-mêmes

  4. Avatarreader

    Vous y allez un peu fort, nul besoin d’être né après quelqu’un pour aimer et s’approprier les idées et bienfaits idéologiques morales et honnêtes de cet homme, vos allusions sont idiotes, Vous êtes bien né après vos parents et grâce à eux NON c’est bien pour ça que vous les aimez NON ? Oui Philippot voudrait voire réuni tous les patriotes en un seul mouvement, tous ceux qui ont à cœur de se battre pour la France Un mouvement qui pourrait s’appeler, gouvernement des  » Sages  » où tous assis autour d’une table, discutent proposent aux français qui décideront EUX -MÊMES de nommer pour les représenter ( ce peuple de rien ) les 12 sages sans tenir compte de leader qui soit… Monsieur X économiste ou agriculteur peut faire l’affaire, 12 sages dans chacun leur connaissance et compétences  » Agriculture Enseignement Economie Sécurité etc… est-ce utopique ? A l’issu des débats présentés un sage sera désigné au vote secret, par les autres pour les représenter et représenter le peuple aux présidentielles.Mais il est fou ce type…

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Tout à fait d’accord avec vous, on peut être stendhalien en littérature, Gaulliste ou chevénenemtiste en politique, se sentir l’héritier de Socrate ou d’Aristote… A quoi serviraient nos grands hommes si on ne pouvait pas se réclamer d’eux et de leurs idées pour expliquer ce que l’on est ?

    2. Avatardurandurand

      Excellent ,des personnes civils ayant les compétences chacune dans leurs domaines . Marre de tous ces énarques qui ne connaissent rien des secteurs d’activités .Ont’ils seulement une fois dans leurs putains de vie exercés une activité salariale, se salir les mains , transpiré , avec une pause casse-dalle de 30 minutes , c’est à dire se lever à 4 h 00 pour commencer à bosser à 5 h 00 à 13 h 00 , ou 13 h 00 à 21 h 00 ou bosser en 2 ou 3 voir en 4 /8 ?
      Bien sûr que non , c’est trop fatiguant pour ces salopards de politocards , la politique c’est moins fatiguant et ça rapporte plus que de bosser en usine ou autre .

  5. AvatarMALI

    J’ai trouvé cette vidéo sur Internet, expliquant la stratégie développée par la haute finance dès 2012 pour faire élire Macron, avec au passage des révélations sur la façon dont Hollande a trahi les Français:

    https://youtu.be/Wn72T4dTFho

    C’est pour le moins édifiant…

  6. AvatarGlazik

    Tout ce que vous nous dîtes là n’est utile que pour ceux qui nous gouvernent !
    Être élus par une minorité de la population, n’a jamais gêné en quoi que ce soit ceux qui nous gouvernent ou nous ont gouvernés.
    Mettre tout le monde dans le même panier, c’est servir ces mêmes « élites » politiques.
    Faire en sorte que la population se dise que cela ne sert à rien d’aller voter, puisqu’ils sont tous pourris et tous pareils, nos gouvernants adorent.
    Ce que beaucoup de politiques ont oublié, c’est qu’ils sont les représentants du peuple, mais le peuple ,lui, a oublié qu’il avait la possibilité de choisir ses représentants, c’est le problème majeur de notre société !
    Macron n’aurait jamais été élu, si les oubliés du système s’étaient rendus aux urnes.
    Il a été élu par la classe moyenne supérieure, et les retraités aisés, lesquels ont bien perçu l’intérêt qu’ils pouvaient en tirer.
    Ces électeurs ne représentaient pas la majorité de la population, mais eux, ils votent !
    La non-implication du peuple sert ceux qui l’exploitent et transforment son mode de vie à leur profit. ‘

  7. Chris2AChris2A

    Démonstration vient d’être faite que n’importe qui, même inconnu, peut créer un mouvement et prendre le pouvoir, pour autant que les media le soutiennent et restent coopératifs …
    Car enfin, quels tours de force incroyables :
    — affirmer, après coup, découvrir l’état des finances à partir du rapport de la Cour des comptes….alors que l’on tenait précédemment la manette de l’économie…
    — trouver scandaleux ce trou de 10 milliards correspondant au remboursement d’une taxation illégale des dividendes, alors que la création de celle-ci avait du être inspirée par le conseiller fiscaliste préféré de notre mister Bean à son arrivée au pouvoir…(mesure ô combien séduisante pour un fils à papa de gôche…)…
    — transformer en exploit l’inflexion obtenue de l’UE qui a eu pour résultat un relèvement du net perçu par le « détaché » …C’est pas comme ça qu’on dissuadera nos polonais à venir bosser chez nous …

    Après de telles pirouettes baratineuses, les vrais journalistes dignes de cette appellation, l’auraient descendu en flamme …

  8. MaximeMaxime

    Merci Hoplite pour votre bel article qui permet de faire le point sur les solutions politiques actuelles.
    Le mouvement « les Patriotes » paraît prometteur mais, pour l’instant, étant allé sur leur site internet, on peut dire que c’est encore au stade de l’embryon. On ne peut guère y accorder de crédit que parce qu’on sait que Florian Philippot est à la tête de ce mouvement et qu’il défendra probablement la ligne qui est la sienne depuis des années.
    Quant à la fin de votre article, je suis plutôt en désaccord. La Rome antique était caractérisée par une grande complexité de ses institutions et il est assez difficile de démêler les fonctions des diverses institutions. Les comices plutôt que le Sénat étaient le lieu de la démocratie, mais les historiens des institutions s’accordent en général pour dire que Rome n’a jamais été une démocratie. Quant au Sénat, il savait aussi défendre ses intérêts opposés à ceux du peuple, mais je pense qu’il valait mieux que notre Sénat car il était constitué d’une vraie aristocratie, dont le mérite faisait une certaine unanimité.

    1. hoplitehoplite

      Cher Maxime, vous vous souvenez qu’Aristote disait que la pire forme de démocratie était celle où la masse gouverne.

  9. AvatarJoël

    C’est bien pour brouiller les pistes. Mais au final, le résultat est toujours le même : de l’enfumage depuis 40 ans.

  10. Avatarinfini

    Bientôt, un nouveau parti chaque jour, quel « Bordel ». ils ne bodsent donc jamais . Il y a en France trop de partis qui passent leur temps à se taper dessus sans jamais rien résoudre. Un seul devrait subsister, le Parti de France. Les français doivent se rassembler , s’allier et faire face aux menaces; C’est à nous , moins jeunes , « vieux » , expérimentés, etc… de réagir pour transmettre à nos enfants un pays débarrassés de ses scories

Comments are closed.