Mariam, ex-musulmane convertie au christianisme raconte son calvaire


Mariam, ex-musulmane convertie au christianisme raconte son calvaire

Il s’agit d’une jeune femme égyptienne convertie au christianisme.

Je tiens à préciser que le but de cette vidéo n’a rien de prosélyte. Cette dernière illustre à quel point, dans les pays de l’islam, il est difficile, voire impossible de changer de religion ou de choisir d’être athée.

Je résume l’affaire car la vidéo originale fait 59 minutes, ci-dessous un montage pour en tirer les meilleurs passages en 15 minutes.

Il s’agit d’une jeune femme égyptienne convertie au christianisme. Elle était musulmane. Suite à son amitié avec sa voisine copte, voisine tolérante et  aimante, elle s’est intéressée au christianisme.

Curieuse de nature elle lui posa plein de questions :

Qui est le Christ ? Nous, nous connaissons Issa, quelles sont ses œuvres, est-il le Fils de Dieu comme vous le prétendez. Au début incrédule, elle tomba sur les émissions de frère Rachid. Le déni l’emporta en premier temps. Le choc retombé, elle alla vérifier dans les livres islamiques ce qui se disait durant l’émission. Elle était surprise de voir que tout ce qui était dit était vrai. L’émission « Question audacieuse » ne racontait pas des mensonges. Les versets, les hadiths et la Sirat – biographie – étaient là pour confirmer ce qui est dit à l’antenne. Combien de musulmans connaissent leur coran, et encore moins les références. C’est pour ça qu’on entend à toutes les sauces : L’islamcépaça. Islam religion d’amour et de paix. Quelle imposture !

Forcément, comme tout être normalement conçu, elle  commença à dresser les différences. Mariam – nom de baptême – commença à approfondir le sujet. Les paroles de l’Evangile l’ont séduite, ce qui l’amena à constater la différence de mentalité et de tolérance dans la société Egyptienne.

Que n’a-t-elle pas fait ! Cette pauvre femme fut brutalisée, frappée par ses parents et la police. Elle fut traînée dans la boue, insultée, raillée, obligée de dormir dans la rue. Aucune église copte ne voulu l’aider de peur des représailles. Aucune !

Seule ! Elle se retrouva seule et abandonnée de tous. Malgré tout cela elle continua son combat pour sa liberté de pensée, sa liberté de choix : croire en ses convictions. Elle donnerait des leçons à certains de nos politiques prostitués dont les mains sont entachées du sang de nos compatriotes.

Ici, on ouvre grand les portes à cet islam assassin, mais dans les pays musulmans, celui qui veut changer de religion ou devenir athée est en danger de mort.

****

Je m’incline devant vous chère Mariam. Que votre expérience et votre calvaire serve à ouvrir les yeux des ignorants en Occident, qui sous prétexte de tolérance et « d’amour » laissent s’infiltrer une idéologie criminelle et assassine, église catholique comprise.

Répétons-le, il n’y a pas d’islam modéré. Ceci est une invention occidentale afin de jeter de la poudre aux yeux. L’islamophobie est une imposture telle une cangue au cou des gens pour les museler et mieux introduire l’abominable. Il n’y a qu’un islam, c’est celui de la péninsule arabique. Il y a le coran, les références – haddith et Sirat -.

Aujourd’hui, l’information est facile à trouver. Nul n’a d’excuses ; et si encore vous me dites l’islamcépaça, c’est que vous avez choisi votre camp.

Il est important de mentionner que bon nombre de musulmans, en Occident, n’aspirent qu’à une chose, c’est de vivre en paix dans leur pays, en athées, en convertis ou autres.

Je souligne que ce cas n’est pas unique. Le web pullule de ces vidéos, mais ceci n’est qu’un exemple.

Mariam a quitté clandestinement l’Égypte pour un autre pays afin de vivre sa foi en toute liberté.

Souhaitons-lui bonne chance.

Voici la video intégrale que vous pouvez visionner :





22 thoughts on “Mariam, ex-musulmane convertie au christianisme raconte son calvaire

  1. 1214-1412

    Au lieu d’accueillir tous les déchets qui traînent sur la planète entière et dont leur propre gouvernement ne veut même pas, le droit d’asile en France devrait être réservé à des personnes comme Mariam (forme araméenne de Marie).
    Mais les représentants de le Commission Européenne Micron et consorts préfèrent sans nul doute la racaille et les terroristes aux femmes, démocrates et chrétiens persécutés en Orient…

    Reply
  2. Adalbert le Grand

    L’islamophobie existe et elle est bien réelle.

    Mais pas dans le sens répandu par les médias et les organisations islamistes.

    En effet ceux-ci ont retourné ce qui est selon moi le sens réel du mot, car bien plus conforme à la réalité. J’estime en effet qu’un mot devrait être employé dans le sens le plus utile et pertinent pour décrire le réel. Or l’usage actuel est uniquement polémique et fantasmatique.

    Voici cette définition rectifiée:

    Islamophobie n.f.: aversion, dégoût rejet ressenti par un adepte de l’islam envers tout ce qui est étranger à cette forme de pensée ;
    aversion pour les non musulmans et tout ce qui les caractérise, aversion pour leur culture, et plus généralement pour toute culture non islamique;
    agressivité envers tout ce ou tous ceux qui s’opposent à l’hégémonie de l’islam et de la communauté musulmane

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin

      non ce n’est pas correct, xénophobie peur de l’étranger, islamophobie, peur de l’islam. Simple comme bonjour.

      Reply
  3. Adalbert le Grand

    J’en profite pour rectifier également le sens du mot islam, généralement traduit par « soumission ». Mais le terme qui rend le mieux sa nature profonde est celui-ci:

    Islam : litt. Asservissement, esclavage

    Structurellement, l’islam conçoit la société comme constituée d’esclaves. Au sommet de la pyramide, les musulmans, les Croyants, esclaves de Dieu et par délégation de son Messager, le « prophète » Mahomet [prophète est un terme occidental, son titre en arabe signifie envoyé, messager du Dieu »], le seul qui ne soit pas esclave finalement, mais jouit du statut de maître, à l’égal d’Allah. Il faut lui adjoindre par héritage ou procuration ses Khalifs (successeurs).

    Puis toute une typologie d’esclaves des Croyants (il faut bien les récompenser), comprenant les « dhimmis », les fellahs (agriculteurs), les esclaves au sens propre [forçats], et bien sûr les femmes.

    L’islam ignore totalement la notion d’homme libre.

    Tant que l’on n’a pas compris cela, on n’a pas compris la nature profonde de l’islam, la vison du monde qui le structure.

    Reply
      1. gammagamma

        Bonjour,

        Je n’avais pas lu cet article.
        Il est excellent. Il serait intéressant de le rappeler, car de nos jours il constitue un document à mettre entre toutes les mains bien que difficile.
        Ceci posé, Laïla – dans un commentaire – dans sa définition de Ajami a complètement raison.

        Reply
    1. denise

      Bruckner :  » Ils haîssent la France , non parce qu »elle opprime les musulmans, mais parce qu’elle les libère  » le 6/10/2017.
      « Ce que les agents d’influence de l’islamisme ne tolèrent plus des curés ou des pasteurs, ils l’acceptent des mollahs ou des imams. Et veulent imposer à tous ce point de vue !  »
      Les uns par anticapitalisme, les autres par tiers-mondisme, les troisièmes par haine de la France, d’autres par aversion d’Israêl ou des juifs: autant de motivations qui structurent ce qu’on appelle l’islamosphère. Laquelle n’a rien à voir avec cette « fascination de l’Islam » dont parlaient les orientalistes, qui a touché les grandes figures de notre culture, éblouis par les fastes de l’Empire ottoman !
      En effet, cela n’a rien à voir, nous sommes très loin de ces artistes qui nous ont fait réver ! Nous avons à faire à des idéologues extrèmement dangereux,

      Reply
    2. Victoire de Tourtour

      Et Français  » vient de « Franc », qui signifie « libre ». (cf l’anglais « free ») . Preuve donc qu’il y a incompatibilié absolue entre le Français et le musulman , à quelque ethnie qu’appartienne ce dernier.

      Reply
      1. OTOOSAN

        De l’ancien français franc (« noble, libre ; habitant de la Francie »), mot issu du francique *Frank (« Franc », nom d’une ancienne peuplade germanique dont sont issus notamment les Français, les Hollandais, et les Flamands et apparenté au vieux haut allemand Franko et au vieil anglais Franca.
        Le nom de ce peuple a une origine incertaine ; il est traditionnellement considéré comme venant du vieux germanique *frankon « javeline », « lance », leur arme préférée (le nom Saxon emprunte un chemin étymologique semblable, il est traditionnellement considéré comme issu de la racine du vieil anglais seax signifiant « couteau »). Le glissement de sens qui a donné au nom Franc le sens de « noble », « libre » serait dû au fait que seuls les Francs, représentant la classe conquérante de la Francie, avaient le statut d’hommes libres (par oppositions aux esclaves ou aux serfs).

        Reply
  4. Machin chose

    elle n’ a pas vraiment le type racial de l’ égyptienne …. trop claire…

    une, surement, descendante de ces femmes Slaves qui peuplèrent pendant des siècles les Harems de Pachas et autre potentats locaux….

    et , « bon sang ne saurait mentir » de lointains chromosomes-mémoire qui se réveillent ….

    Reply
  5. Sabrauclair

    Lisez « Le prix à payer » de joseph Fadelle, musulman Iraquien qui s’est converti au christianisme et qui décrit l’enfer qu’il a dû subir pour vivre librement sa nouvelle foi.

    Il faut savoir que les chrétiens ont interdiction d’aider un musulman qui souhaite se convertir au christianisme, sous peine de prison (dans le meilleur des cas).

    Ceci explique pourquoi quand un musulman leur fait part de son désir de se convertir, ils sont effrayés et refusent de l’aider.

    On y découvre aussi que si l’ex-musulman ne renonce pas à revenir dans le giron de l’Islam, il faut le tuer pour qu’il soit sauvé.

    Si L’islam laissait ses ouailles libres de quitter cette religion, il ne fait aucun doute que l’Islam n’existerait plus aujourd’hui.

    Quel aveu de faiblesse que de ne parvenir à exister que par la peur…

    Reply
  6. NICOLAS F

    Il n’y a aucune spiritualité dans la démarche d’un cerveau lymbique.Depuis les summériens,un cerveau est parti vers la Grèce,l’autre est parti dans le désert.
    Et est resté désert.La théorie des climats est toujours valable.
    Un biologiste avait dit: nous sommes 30% de génétique et 70 % d’environnement.
    Pas de chance pour ces créatures .Ils pourraient au moins essayer d’évoluer.
    On leur a proposé un environnement favorable.Mais non,rien,aucun intérêt pour l’humain.
    Cyrulnik dit qu’un cerveau qui commet ces actes de destruction cesse à ce moment là toute empathie.Il dit bien « à ce moment- là ».Ce qui est scientifiquement correct.
    Mais leur bourrage de palleocortex les prive d’empathie pour toujours.
    On leur bourre le mou 24h sur 24 :ton territoire c’est le territoire des autres,tu peux baiser qui tu veux ,la faim justifie de tuer par tous les moyens.
    Et pour les abrutir encore davantage,le muezzin à 5h du mat.N’importe qui deviendrait dingue.
    Il y a trois simples petites raisons pour lesquelles je me battrai jusqu’à la mort : entendre le connard qui gueule dans le minaret ,porter un catafalque sur la gueule, et baiser la terre avec les fesses plus haut que le visage .Un type qui fait ça toute sa vie ne sait pas ce qu’est la liberté et la dignité.

    Reply
  7. DIOGENE

    Une remarque qui n’engage que moi (être imparfait, faillible et denrée périssable) : si on a soif de logique, donc de vérité, il faut fuir toutes les religions, toutes les idéologies, qui ne sont que des « constructions humaines ». des délires « paranoïaques ».

    Du grec ancien παράνοια, paranoia, composé de grec ancien παρά, pará (« contre, à côté de, au-dessus de ») et grec ancien νόος, nóos (« esprit, pensée »), signifiant des comportements « contre l’entendement », « à côté de l’entendement », ce mot est traduit comme « démence », « folie », ou « délire ».
    A quoi bon s’emprisonner dans des « délires collectifs », des dogmes : à côté de la plaque ?

    La jeune femme de la vidéo apparaît intelligente et son cheminement de vie devrait l’amener sur les rives (salutaires) de l’athéisme…

    Il n’y a pas besoin de « religion » pour préférer la bienveillance à la haine.
    Lorsque l’humanité se libérera de « Dieu » elle sera, enfin, mâture…

    « Et si vraiment Dieu existait
    Comme le disait Bakounine
    Ce Camarade Vitamine
    Il faudrait s’en débarrasser »
    (Léo Ferré / 1916-1993 / Le chien)

    Diogène

    Reply
  8. Dédéquinembrouillepas

    Cet article me donne l’occasion de témoigner que j’ai choisi, il y a quelqus années, comme témoin de mariage une femme algérienne convertie au christianisme ayant subi un calvaire que peu pourrait imagine ici, néanmoins avec , encore heureux pour elle, fort peu de marques physiques.
    Elle a juste être failli être écrasée parfois par une voitures conduites par des gens fréquentant la mosquée voisine.
    Il y a des femmes réellement saintes sur terre, et je pense que les converties au Christ, venues de l’islam, aident énormément les chrétiens occidentaux à la foi parfois biaisée, à retrouver le vrai chemin du Christ…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *