Poilus : quand Pierre Dac, en 1944, répondait aux salauds de Libé et de Mariot de 2017


Poilus : quand Pierre Dac, en 1944, répondait aux salauds de Libé et de Mariot de 2017

En complément de notre article ci-dessous :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/07/les-poilus-compares-a-merah-repondons-a-libe-et-mariot-nous-sommes-tous-des-poilus/

Rien de plus à dire, lisez ce qu’est la France. Merci à Melisenda qui nous a retrouvé le texte complet ci-dessous.

Isaac André « Pierre Dac« 

Auteur de la fiche : Pierre Dac, Dico franco-loufoque, réalisé par Jacques Pessis, Librio 1999

Isaac André « Pierre Dac »
Auteur de la fiche : Pierre Dac, Dico franco-loufoque, réalisé par Jacques Pessis, Librio 1999
ISAAC André
Pierre Dac fut l’un des grandes voix de la Liberté de « Radio – Londres », avec un humour « loufoque » qui combattait l’occupant et qui su remonter le moral de ceux qui tremblaient sous la botte.
Pierre Dac est né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne. Il hérite de son père boucher une forme nouvelle d’humour. Cette vocation fera de lui un chansonnier, qu’on baptisera d’un nom nouveau : » le Roi des Loufoques »

Terme en effet peu répandu à ce moment.

Dans les cabarets parisiens, la Lune Rousse, le Caveau de la République, le Coucou ou les Noctambules, il tourne en dérision les situations ridicules de la vie de tous les jours Le 13 mai 1938 il crée le journal satirique « L’Os à Moëlle », présenté comme « l’organe officiel des loufoques ». Ce n’est pas sans difficultés qu’il pourra rejoindre de Gaulle et la BBC. Avant d’atteindre ce but qu’il s’est fixé après avoir entendu l’appel du 18 juin, il connaîtra de multiples incarcérations et évasions. Son échec après la traversée des Pyrénées lui fera dire : « Si Louis XIV se les étaient farcies comme moi, il n’aurait jamais dit : il n’y a plus de Pyrénées. » Au juge qui lui demande pourquoi il a voulu quitter la France il réplique ; « En France, il y avait deux personnages célèbres, le Maréchal Pétain et moi. La nation ayant choisi le premier, je n’ai plus rien à faire ici. ».
A radio Londres, en juin 1944, il attaque violemment Philippe Henriot qui avait évoqué ses origines juives : « : « rappelant qu’il s’appelle en réalité André Isaac et qu’il est le fils de Salomon et de Berthe Kahn, Dac s’attendrissant sur la France, c’est d’une si énorme cocasserie qu’on voit bien qu’il ne l’a pas fait exprès. Qu’est-ce qu’Isaac, fils de Salomon, peut bien connaître de la France, à part la scène de l’ABC où il s’employait à abêtir un auditoire qui se pâmait à l’écouter ? La France, qu’est-ce que ça peut bien signifier pour lui ? ». Le lendemain, oubliant le profond sentiment d’ écœurement qui l’habite, Pierre Dac lui répond au micro. «… puisque vous avez si complaisamment cité les prénoms de mon père et de ma mère, laissez-moi vous signaler que vous en avez oublié un celui de mon frère. Je vais vous dire où vous pourrez le trouver ; si, d’aventure, vos pas vous conduisent du côté du cimetière Montparnasse, entrez par la porte de la rue Froidevaux ; tournez à gauche dans l’allée et, à la 6e rangée, arrêtez-vous devant la 8e ou la 10e tombe. C’est là que reposent les restes de ce qui fut un beau, brave et joyeux garçon, fauché par les obus allemands, le 8 octobre 1915, aux attaques de Champagne. C’était mon frère. Sur la simple pierre, sous ses nom, prénoms et le numéro de son régiment, on lit cette simple inscription: « Mort pour la France, à l’âge de 28 ans ». Voilà, monsieur Henriot, ce que cela signifie pour moi, la France. Sur votre tombe, si toutefois vous en avez une, il y aura aussi une inscription: elle sera ainsi libellée : Philippe Henriot Mort pour Hitler, Fusillé par les Français…Bonne nuit, monsieur Henriot. Et dormez bien »
De retour de Londres en 1946, après un passage par les Forces Françaises Libres comme correspondant de guerre, de pierre Dac poursuit une carrière dans le comique à la radio avec Francis Blanche, à la Télévision et sur les scènes.
Il est mort en 1975.

http://www.memoresist.org/resistant/pierre-dac/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “Poilus : quand Pierre Dac, en 1944, répondait aux salauds de Libé et de Mariot de 2017

    1. Christine TasinChristine Tasin

      merci Claude je corrige dans l’article mais ne pourrai le faire sur le site originel… 😉

    2. Machin chose

      bonjour!

      tiens ça m a rappelé le slogan de l’ opticien collabo durant l’ occupation

      « Lissac, ne pas confondre avec Isaac »

      ce fumier avait acroché cette banderolle sur toutes ses boutiques, qu il faut fuir absolument depuis…

      et sur un ton plus badin, lorsqu on insistait auprés de Dac pour savoir qui il était il avait cette réponse

      « je suis moi, je viens de chez moi et…j’ y retourne » 😆

      la tombe de son frère mort héroïquement pour la France est au cimetière Montparnasse..

  1. Joël

    Heu, il ne manquerait pas un morceau de l’article par hasard ? Ça s’arrête à Son échec après la…puis plus rien.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      je ne comprends pas qu’est-ce qu’il manque ? j’ai copié l’article donné en lien et il n’y a pas de lien dedans… ????!!!!!
      Si quelqu’un comprend merci de me copier l’intégralité du bon article avec les liens et de me le poster ou envoyer

      1. Joël

        Isaac André « Pierre Dac »
        Auteur de la fiche : Pierre Dac, Dico franco-loufoque, réalisé par Jacques Pessis, Librio 1999
        ISAAC André etc.
        Cet encart ne s’affiche pas complet sur la page web, ce qui rend l’article incompréhensible pour le lecteur puisqu’on ne voit pas la réponse. Essayez sur un autre ordi que le vôtre ou pas en administrateur pour voir ce qui s’affiche.

        1. Christine TasinChristine Tasin

          j’ai modifié en remplaçant le texte publié hier par un autre complet d’après la personne qui me l’a envoyé, je ne peux pas faire mieux

        2. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          Oui, pour moi aussi l’article ne s’affiche pas complètement.

          J’ai essayé de faire des manipulations pour restaurer l’original.

          Sans succès: il doit y avoir un code de contrôle caché, mais je ne le trouve pas.

          (Le modérateur).

      2. Caughnawaga

        Mo non plus ça ne fonctionne pas. Y a un lien pour le complément d’article mais c tout. Pas pour celui-ci

  2. claude t.a.l

    le copié collé de l’intégralité :

     » Issac André « Pierre Dac »
    Auteur de la fiche : Pierre Dac, Dico franco-loufoque, réalisé par Jacques Pessis, Librio 1999

    ISSAC André

    Pierre Dac fut l’un des grandes voix de la Liberté de « Radio – Londres », avec un humour « loufoque » qui combattait l’occupant et qui su remonter le moral de ceux qui tremblaient sous la botte.

    Pierre Dac est né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne. Il hérite de son père boucher une forme nouvelle d’humour. Cette vocation fera de lui un chansonnier, qu’on baptisera d’un nom nouveau : » le Roi des Loufoques ». Terme en effet peu répandu à ce moment. Dans les cabarets parisiens, la Lune Rousse, le Caveau de la République, le Coucou ou les Noctambules, il tourne en dérision les situations ridicules de la vie de tous les jours Le 13 mai 1938 il crée le journal satirique « L’Os à Moëlle », présenté comme « l’organe officiel des loufoques ». Ce n’est pas sans difficultés qu’il pourra rejoindre de Gaulle et la BBC. Avant d’atteindre ce but qu’il s’est fixé après avoir entendu l’appel du 18 juin, il connaîtra de multiples incarcérations et évasions. Son échec après la traversée des Pyrénées lui fera dire : « Si Louis XIV se les étaient farcies comme moi, il n’aurait jamais dit : il n’y a plus de Pyrénées. » Au juge qui lui demande pourquoi il a voulu quitter la France il réplique ; « En France, il y avait deux personnages célèbres, le Maréchal Pétain et moi. La nation ayant choisi le premier, je n’ai plus rien à faire ici. ».

    A radio Londres, en juin 1944, il attaque violemment Philippe Henriot qui avait évoqué ses origines juives : « : « rappelant qu’il s’appelle en réalité André Isaac et qu’il est le fils de Salomon et de Berthe Kahn, Dac s’attendrissant sur la France, c’est d’une si énorme cocasserie qu’on voit bien qu’il ne l’a pas fait exprès. Qu’est-ce qu’Isaac, fils de Salomon, peut bien connaître de la France, à part la scène de l’ABC où il s’employait à abêtir un auditoire qui se pâmait à l’écouter ? La France, qu’est-ce que ça peut bien signifier pour lui ? ». Le lendemain, oubliant le profond sentiment d’ écœurement qui l’habite, Pierre Dac lui répond au micro. «… puisque vous avez si complaisamment cité les prénoms de mon père et de ma mère, laissez-moi vous signaler que vous en avez oublié un celui de mon frère. Je vais vous dire où vous pourrez le trouver ; si, d’aventure, vos pas vous conduisent du côté du cimetière Montparnasse, entrez par la porte de la rue Froidevaux ; tournez à gauche dans l’allée et, à la 6e rangée, arrêtez-vous devant la 8e ou la 10e tombe. C’est là que reposent les restes de ce qui fut un beau, brave et joyeux garçon, fauché par les obus allemands, le 8 octobre 1915, aux attaques de Champagne. C’était mon frère. Sur la simple pierre, sous ses nom, prénoms et le numéro de son régiment, on lit cette simple inscription: « Mort pour la France, à l’âge de 28 ans ». Voilà, monsieur Henriot, ce que cela signifie pour moi, la France. Sur votre tombe, si toutefois vous en avez une, il y aura aussi une inscription: elle sera ainsi libellée : Philippe Henriot Mort pour Hitler, Fusillé par les Français…Bonne nuit, monsieur Henriot. Et dormez bien »

    De retour de Londres en 1946, après un passage par les Forces Françaises Libres comme correspondant de guerre, de pierre Dac poursuit une carrière dans le comique à la radio avec Francis Blanche, à la Télévision et sur les scènes.

    Il est mort en 1975.  »

    ( Le vrai nom est André Isaac , d’ailleurs mentionné dans l’article )

      1. DUDULE

        cette séquence – audio – est en principe sur les séquences sonores des Archives de France-Inter.-
        « Radio Paris Ment,Radio Paris est Allemande »

Comments are closed.