Nantes : les malades sous une tente pour fuir les punaises de lit, à qui la faute ?


Nantes : les malades sous une tente pour fuir les punaises de lit, à qui la faute ?

L’hôpital de Nantes vient de s’installer sur les pelouses, sous des tentes pour cause de désinfection, car il est envahi de punaises de lit !!

Et il est recommandé de n’aller aux urgences qu’en cas d’urgence effective…

L’accueil des patients des urgences adultes à l’hôpital de Nantes a été momentanément délocalisé sous une tente devant le bâtiment, le service étant traité par fumigation après la découverte de punaises de lit dans deux chambres. Ces punaises de lit qui envahissent le CHU de Nantes ne présentent pas de risque infectieux et ne sont pas dangereuses pour l’homme mais peuvent se multiplier rapidement. Elles ont été trouvées la semaine dernière sur une patiente prise en charge aux urgences adultes, d’après le communiqué publié ce 20 septembre par le CHU de Nantes.   

Une « première intervention ciblée » a été mise en œuvre dans les deux chambres où ces parasites ont été détectés, mais de nouvelles punaises ont été découvertes, entraînant une intervention massive par fumigation dans l’ensemble du service et sa fermeture provisoire « afin de prévenir toute propagation », souligne le centre hospitalier universitaire. L’opération, qui a débuté mardi 19 septembre, doit durer plusieurs jours, a précisé le CHU à l’AFP. Un nouveau traitement de contrôle sera effectué dans les quinze jours. 

A lire : Se débarrasser des punaises de lit, questions pratiques

Les patients sont temporairement accueillis à l’extérieur de l’hôpital

Les urgences restent « ouvertes », a insisté l’hôpital, mais les patients sont temporairement accueillis dans une tente à l’extérieur, avant d’être redirigés vers d’autres services du CHU. Il est recommandé « de s’orienter vers (son) médecin traitant ou de contacter le 15 avant de se rendre aux urgences ».  

Les patients et les professionnels font, par ailleurs, l’objet de « mesures préventives », présentées mardi 19 septembre par la direction lors d’un comité d’hygiène et de sécurité des conditions de travail (CHSCT) exceptionnel : « port de tenue à usage unique, sur-chaussures, douches à la sortie du service, placement des vêtements dans un sac plastique hermétique scotché… », informe le CHU dans son communiqué. 

Les urgences adultes de Nantes accueillent en moyenne plus de 200 patients par jour, selon le CHU. 

http://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/urgences-de-nantes-des-patients-sous-tente-a-cause-des-punaises-de-lits_2381379.html

Avions nous vu déjà cela ? NON ! Et oui : en revenant de Normandie, ces temps ci, la Normandie et sa basilique à Lisieux, son port de Honfleur , ses maisons à colombage , j’ai appris, j’ai constaté malheureusement , que des cités des Hauts de Rouen étaient infestées de ces gentilles petites bêtes.. qu’il est très difficile de s’en débarrasser, que la mairie passait seulement dans les appartements impactés, en deux fois pour une meilleure éradication ! Il faut payer bien sûr, … le manque d’hygiène !

Note de Christine Tasin

Faut-il incriminer l’afflux d’immigrés légaux et surtout légaux dans cette réapparition de punaises ?

Les bagages et les vêtements qu’ils contiennent servent de véhicules aux punaises ( contrairement aux poux qui adorent les cheveux ); de ce fait elles aiment tous les moyens de transport, avion compris.

Chassées dans les années 50 avec les progrès de l’hygiène et l’utilisation de pesticides, les voici de retour depuis… une quinzaine d’années. Or une bonne partie de ces punaises auraient subi une mutation qui les rendrait très résistantes aux pesticides…

On sait que les clandestins sont responsables d’une recrudescence de gale, de tuberculose et autres maladies graves, alors, les punaises de lit, c’est fort possible également.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




12 thoughts on “Nantes : les malades sous une tente pour fuir les punaises de lit, à qui la faute ?

  1. JackJack

    Les punaises ? Un souvenir pour moi. Tout frais débarqué au peloton où j’avais été muté dans le sud algérois en 1961, chef de chambrée comme étant le plus haut gradé à l’époque (brigadier !!!), secouant mon matelas posé sur un lit de fer, oh surprise : des milliers de punaises crapahutaient sur le cadre du lit. J’ai fait vider la chambrée, secouer les matelas dehors, et nettoyer les lits de fer à l’essence (seul produit à notre disposition). Et en prime, tous les gars de la chambrée à la douche. 100% efficace…

    1. denise

      Je dois dire pour compléter l’article qu’il s’agirait d’ouvriers des pays de l’Est qui ont trouvé un matelas jeté en bas de l’immeuble !! , et qui sont allés le chercher..
      Oui je me dis que l’on a pas la même notion de l’hygiène , car je ne connais pas beaucoup de personne du pays France qui aurait fait cela , mis à part peut être ceux qui dorment dans la rue ! mais là on sait d’emblée les précautions à prendre !
      En attendant la mairie ne traite que l’ appartement impacté, et non pas l’ensemble, et coùte au propriétaire 80 E .

  2. Machin chose

    Punaises, tuberculose,drépanocytose…..choléra, rougeoles, bientot peste bubonique (leurs mères) , puces, gale, siphylis, etc etc ….

    rendez nous nos morpions bien français et nos bonnes vielles chaudes-pisses!!

    même là, vous voulez du remplacement par vos infections !!!!!!!!!!!!!!!

  3. Gaby22

    Donc faut les secourir au large en pleine mer au lance flamme 🔥
    Pour leur bien ….bien sûr
    Pas d’esprits tordu SVP. C’est pas le genre de la maison .

  4. .templier.templier

    Un policier sur les délinquants mineurs non accompagnés «Il faut les foutre dehors !»
    par contributeur
    (…) La police n’en peut plus de ces centaines de jeunes (plus de 600 en Bretagne historique), majoritairement issus d’Afrique du Nord, se revendiquant parfois Tunisiens, Libyens le lendemain, Algériens le surlendemain. Aussitôt arrêtés, aussitôt relâchés, car leur statut de mineurs les protège en raison des conventions signées par la France à ce sujet. Ce […]

    Un policier sur les délinquants mineurs non accompagnés «Il faut les foutre dehors !»
    par contributeur
    (…) La police n’en peut plus de ces centaines de jeunes (plus de 600 en Bretagne historique), majoritairement issus d’Afrique du Nord, se revendiquant parfois Tunisiens, Libyens le lendemain, Algériens le surlendemain. Aussitôt arrêtés, aussitôt relâchés, car leur statut de mineurs les protège en raison des conventions signées par la France à ce sujet. Ce […]

  5. .templier.templier

    #Vitry Le corps lardé d’une dizaine de coups de couteau devant son fils de 4 ans
    par contributeur
    Son fils de quatre ans a tout vu. Un père de famille de 31 ans a été victime d’une violente agression ce mardi matin à Vitry. Son pronostic vital est engagé. Vers 8 h 30, rue d’Odessa, quasiment devant chez lui, l’homme part accompagner son enfant à l’école quand un individu vêtu d’une combinaison de […]
    http://www.notrequotidien.fr/vitry-corps-larde-dune-dizaine-de-coups-de-couteau-devant-fils-de-4-ans

  6. Centulle

    C’est pas nouveau. Il y a 4 ans ma femme a été piqué par des punaises de lit dans une couchette 1ère classe) dans le train de nuit Toulouse -Paris Le médecin qui l’a ausculté lui a bien dit que cela était dû aux étrangers qui nous importés dans leurs bagages toute sorte de parasites que la médecine coloniale savait jadis combattre

  7. danielle

    née i y a 67 ans dans une famille très pauvre( style Zola) du Dauphiné et vivant dans une très vieille maison en pisé ou on voyait dehors au niveau du plancher …..il n’y avait pas de punaises c’est parfois arrivé des puces mais ma mère traitait vite et çà disparaissait et on n’a jamais eu de poux dans les cheveux …..

  8. bm77

    Avec toutes ces populations, retour au moyen âge, que ce soit pour les maladies, comme les parasites que l’on avait éradiqué depuis plus de 50 ans.
    Ce qui m’énerve une fois de plus, ce sont les « autorités publiques » qui sont d’une hypocrisie incroyable, sachant qu’il y a une recrudescence importante des maladies et des parasites due à l’immigration de masse mais il ne faut pas stigmatiser et on ne dit rien de l’origine de ces phénomènes;
    Dans mon secteur en banlieue des services sont venus traiter des appartement infestés par les punaises.
    Comme on ne veut pas identifier l’origine des problèmes on a toutes les chances de ne pas les régler de si tôt.
    Et le refus des responsables politiques et des bailleurs d’immeubles de dire les choses, font que l’on noie le poisson dans l’eau.
    On globalise la responsabilité des infestions de cafards et des incivilités pour ne pas responsabiliser les vrais auteurs
    Hors c’est une façon profondément injuste de traiter les problème .
    Il y a des gens très propres dans ces cités, qui subissent, et pour eux c’est la double peine, puisqu’ils ont a subir les incivilités qui vont des crachats dans les ascenseurs aux sacs de poubelles de 50 litres que l’on traine et qui dégoulinent de leurs jus de poissons jusqu’aux containers, les dégradations des minuteries et autres miroirs brisés par les plus jeunes, les encombrants jetés n’importe où et n’importe quand, et le soucis c’est qu’ils sont relativement nombreux à créer une vraie nuisance pour l’ensemble, et comme les responsabilités individuelles ne sont pas assumées, ni par les auteurs et ne sont pas définies par les autorités, ces gens qui pourrissent la vie des autres, ne payent jamais . Les bailleurs comme les responsables politiques locaux préfèrent globaliser les torts et donc tout le monde est mis dans le même sac.
    Il ne fait aucun doute que la plupart de ces cas d’infestation de parasites et d’incivilités quotidiennes sont les faits de personnes issues de l’immigration.
    Mais plus on a de l’immigration et plus ces cas vont se multiplier car si l’assimilation ne se fait plus pour les mœurs et les lois, elle se fait encore moins pour les règles d ‘hygiènes et le « faut pas stigmatiser  » a la particularité d’avoir un effet paralysant pour les intervenants su le terrain; politiques et associations de locataires tous unis par la même idéologie « bêlante »

  9. NICOLAS F

    La migration ,cela veut dire aussi le manque d’hygiène,l’utilisation de matelas et de textiles abandonnés,le manque d’intérêt absolu pour son environnement ,donc pas de nettoyage,de ménage,de prophylaxie.Un seul mot d’ordre:rien à foutre.Venez comme vous êtes,qu’ils disent,là haut.
    C’est comme ça chez eux et c’est ce mode de vie qu’ils importent chez nous.
    C’est la troisième guerre mondiale des microbes,des bactéries et des petites bêtes qui est déclarée.
    Et comme toujours c’est aux pauvres citoyennes et citoyens de se demerder..Demerdez-vous,ils disent,nos ministres.
    C’est à nous de payer les produits de desinfection (vive l’eau de Javel), les heures d’inspection ,le stress supplémentaire,les enfants qui chialent avec leurs poux,la mauvaise humeur,les engueulades avec les voisins, le mépris,le silence,la méfiance.
    Elle regresse,la France de Macron,elle regresse…………….

  10. frejusien

    Descente, descente descente….c’est la chute vertigineuse vers les bas-fonds
    grandeur et décadence….
    après les poux, maintenant largement réintroduits, les punaises s’installent partout en France,
    dans un hôpital, c’est une grande première, car si le nettoyage est assuré quotidiennement , les punaises n’ont pas le temps de s’installer, elles ont un cycle de reproduction de plusieurs jours
    qui effectue le nettoyage de cet hôpital ?
    qui contrôle le service d’entretien ?

    Nantes, grande ville socialo, nid douillet des anti-fas et de leurs associés, accueil assuré pour les migrants de toutes origines et de leurs parasites en prime

Comments are closed.