Les Rohingyas ne sont que des « migrants » prédateurs ayant envahi la Birmanie au XIXème siècle


Les Rohingyas  ne sont que des « migrants » prédateurs ayant envahi la Birmanie au XIXème siècle

Depuis quelques jours il n’est question que de ces malheureux ROHINGYAS qui par dizaine de milliers se voient contraints de quitter « leur pays », la Birmanie, chassés par l’armée Myanmar Birman.

C’est tout juste si on ne nous demande pas de les accueillir chez nous, en Europe, ces « pauvres musulmans » persécutés.

Mais au fait, qui sont-ils très exactement ces Rohingyas ?

Ce sont justement des « migrants » qui ont envahi la Birmanie au cours du 19e siècle parce qu’ils étaient chassés du Bengale par les Anglais, qui les considéraient comme une minorité religieuse « très dangereuse, prédatrice et parasitaire », en quelques mots des « criminal tribes » (Tribus criminelles).

Depuis leur arrivée en Birmanie, il y a deux siècles, les Rohingyas vivent en communauté, refusent de s’intégrer, rejettent les traditions, la culture et le mode de vie birman, tout en revendiquant tous les avantages que leur accordait la citoyenneté birmane.

Depuis le début de ce XXIe siècle et le développement mondial de l’islamisme, depuis le début de la guerre déclarée par l’État Islamique au reste du monde, les Rohingyas du sud de la Birmanie se révoltent : ils saccagent les élevages de porcs et les restaurants qui en servent, ils veulent imposer la charia et leurs mœurs dans cette Birmanie dont la majorité de la population est bouddhiste.

Ce dernier mois de ramadan la violence, provoquée par le terrorisme islamiste, s’est accentuée : notamment une vingtaine de postes de police détruits par des djihadistes Rohingyas dans la région de Rakhine, et la décision a été prise par les autorités birmanes d’y mettre un terme et d’expulser cette minorité Rohingyas vers leur pays d’origine, le Bengladesh.

Plus de deux cent mille clandestins Rohingyas ont déjà été expulsés.

Bien entendu tous les pays musulmans du monde crient au génocide (et qui mieux qu’eux peuvent en parler puisqu’ils le pratiquent depuis des siècles et des siècles) contre cette campagne antiterroriste, et au premier rang les organisations islamistes internationales, suivis par certains autres pays qui se veulent démocratiques, laïques, républicains, et soi-disant respectueux des droits de l’homme, comme par exemple la France et sa presse pro-musulmane, pro-chances pour la France !

En revanche on se garde bien de vous informer sur la persécution permanente des chrétiens du Timor, en Indonésie, des coptes en Égypte, des Syriaques en Irak et des juifs, dans tous ces pays essentiellement musulmans.

On passe sous silence les attentats répétés commis par une minorité musulmane islamiste, se revendiquant de l’État Islamique, dans ce pays, les Philippines, à majorité chrétienne !

Nos médias critiquent ouvertement le silence de Aung San Suu Kyi, l’actuelle chef du gouvernement birman, qu’il y a peu de temps encore était encensée pour le Prix Nobel de la Paix qui lui était décerné.

Les pays qui, eux, sont parfaitement au courant de cette situation dramatique pour la Birmanie, comme l’Inde et la Chine, lui apportent un soutien inconditionnel.

Gardons-nous de jeter la première pierre contre ces pays qui se défendent courageusement contre le terrorisme religieux islamique puisque nous sommes incapables d’y mettre un terme !

Il est primordial que la population française soit informée sur ces évènements par d’autres médias que ceux « subventionnés » pour la désinformer quotidiennement.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




31 thoughts on “Les Rohingyas ne sont que des « migrants » prédateurs ayant envahi la Birmanie au XIXème siècle

  1. AvatarRévolution

    Ce ne sont pas des pauvres » Rohingyas »
    ce sont bel et bien des envahisseurs parasites intraitables
    Et on essaie maintenant de les victimiser
    c’est une honte
    on doit les pourchasser partout
    qu’ils se retranchent chez leur chers frères musuls au Quatar ou en Arabie Saoudite , là ils n’auront pas à côtoyer les non musulmans
    Marre de cette engeance du diable

    1. Avatardavid

      bien lancer !
      pourquoi ils ne se rassemblent pas entre eux?entre frères?
      ils ne peuvent pas : ils ne se supportent pas même entre eux…

  2. AvatarMachin chose

    « Depuis leur arrivée en Birmanie, il y a deux siècles, les Rohingyas vivent en communauté, refusent de s’intégrer, rejettent les traditions, la culture et le mode de vie birman, tout en revendiquant tous les avantages que leur accordait la citoyenneté birmane. » »

    tiens! tiens! tiens…… 😆

    ça ne vous rappelle rien a l’ est de la Méditérrannée..

    allez un léger remaniement

    remplacer dans l’ ordre::

    « deux siècles » , par un siècle

    « Rohingyas » , par Arabes

    « citoyenneté birmane. » par citoyenneté Israélienne…

    BINGO! ce sont les Palstiniens, sauce Birmane !! 😆

    fouteurs de merde, assassins fanatisés, mangeurs de la main qui les nourrit…pour résumer: l’ Islam……

  3. Avatargib34

    l’histoire se répète faudra t’il en France attendre 150 ans pour les bouter de France avec notre armée ces Musulmans????

  4. Avatarclaude t.a.l

    Les musulmans ont ce génie de faire croire qu’ils sont toujours des victimes :
    les Tchétchènes, les Bosniaques, les Kosovars, les  » Palestiniens « , les Rohingyas, les musulmans vivant en France ….
    Tous des victimes !
    Les Occidentaux ont, eux, un génie particulier ….. pour les croire.

  5. AvatarRabarabé

    Je suis sûre qu’on va punir la Lady d’oser vouloir défendre le peuple contre les revendications de ces barbares. Toute la oumma se met à hurler! en France, vu que nous sommes devenus des paillassons, on va encore prendre la défense de ces rohingyas agressifs, fanatisés par al quaïda, qui attaquent les bouddhistes et détruisent tout sur leur passage.
    Ils sont pauvres, ils refusent autrui, comme vous le notez.
    Ben qu’ils ne se plaignent pas.
    Ce n’est pas un génocide, c’est une expulsion.

  6. Avatardahier

    C’est la même racaille que celle qui envahit l’Europe de l’ouest et que l’on doit considérer comme une chance pour nous…
    Pourvu que madame Aung San Suu Kyi ne fasse pas l’erreur de les reprendre ! Il faut qu’elle tienne bon et résiste aux critiques qui lui sont adressées !

  7. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Sans oublier, pour rester dans la même région, la persécution, l’exploitation, le vol, la dévastation de leurs forêts, de leurs richesses que subissent les Papous du fait de l’occupation coloniale de la moitié orientale de leur île par les MUSULMANS indonésiens.

    Jamais personne ne se penche sur ce crime, blocage par les 57 pays musulmans à l’ONU oblige …

    Les Musulmans sont vraiment très forts pour victimiser et dissimuler leurs crimes.

  8. Avatarfanch

    Pour plus d’informations voir le site de minur me. Com
    Très bons articles pour nous ouvrir les yeux sur le pourquoi de l’affaire

  9. MaximeMaxime

    http://www.la-croix.com/Religion/Islam/chretien-condamne-mort-blaspheme-Pakistan-2017-09-16-1200877303!
    Les Rohingyas reçoivent un soutien au Pakistan, pays qui vient de condamner à mort un chrétien pour blasphème islamique.
    Au Bangladesh, des voix s’élèvent contre l’accueil de ces « réfugiés » et proposent que le Pakistan les récupère :
    http://www.ndtv.com/india-news/pakistan-should-take-away-rohingya-refugees-union-minister-giriraj-singh-1752427
    En apparence, un manque de solidarité entre « Frères » musulmans, mais au final la Birmanie va sans doute devoir les récupérer à cause de la pression internationale.

  10. .templier.templier

    Les Rohingyas ne sont que des « migrants » prédateurs ayant envahi la Birmanie au XIXème siècle
    20 Sep 2017Manuel GomezConflit de civilisation, International, Islam, Les Résistants

    Depuis quelques jours il n’est question que de ces malheureux ROHINGYAS qui par dizaine de milliers se voient contraints de quitter « leur pays », la Birmanie, chassés par l’armée Myanmar Birman.
    C’est tout juste si on ne nous demande pas de les accueillir chez nous, en Europe, ces « pauvres musulmans » persécutés.
    Mais au fait, qui sont-ils très exactement ces Rohingyas ?
    Ce sont justement des « migrants » qui ont envahi la Birmanie au cours du 19e siècle parce qu’ils étaient chassés du Bengale par les Anglais, qui les considéraient comme une minorité religieuse « très dangereuse, prédatrice et parasitaire », en quelques mots des « criminal tribes » (Tribus criminelles).
    Depuis leur arrivée en Birmanie, il y a deux siècles, les Rohingyas vivent en communauté, refusent de s’intégrer, rejettent les traditions, la culture et le mode de vie birman, tout en revendiquant tous les avantages que leur accordait la citoyenneté birmane.
    Depuis le début de ce XXIe siècle et le développement mondial de l’islamisme, depuis le début de la guerre déclarée par l’État Islamique au reste du monde, les Rohingyas du sud de la Birmanie se révoltent : ils saccagent les élevages de porcs et les restaurants qui en servent, ils veulent imposer la charia et leurs mœurs dans cette Birmanie dont la majorité de la population est bouddhiste.
    Ce dernier mois de ramadan la violence, provoquée par le terrorisme islamiste, s’est accentuée : notamment une vingtaine de postes de police détruits par des djihadistes Rohingyas dans la région de Rakhine, et la décision a été prise par les autorités birmanes d’y mettre un terme et d’expulser cette minorité Rohingyas vers leur pays d’origine, le Bengladesh.
    Plus de deux cent mille clandestins Rohingyas ont déjà été expulsés.
    Bien entendu tous les pays musulmans du monde crient au génocide (et qui mieux qu’eux peuvent en parler puisqu’ils le pratiquent depuis des siècles et des siècles) contre cette campagne antiterroriste, et au premier rang les organisations islamistes internationales, suivis par certains autres pays qui se veulent démocratiques, laïques, républicains, et soi-disant respectueux des droits de l’homme, comme par exemple la France et sa presse pro-musulmane, pro-chances pour la France !
    En revanche on se garde bien de vous informer sur la persécution permanente des chrétiens du Timor, en Indonésie, des coptes en Égypte, des Syriaques en Irak et des juifs, dans tous ces pays essentiellement musulmans.
    On passe sous silence les attentats répétés commis par une minorité musulmane islamiste, se revendiquant de l’État Islamique, dans ce pays, les Philippines, à majorité chrétienne !
    Nos médias critiquent ouvertement le silence de Aung San Suu Kyi, l’actuelle chef du gouvernement birman, qu’il y a peu de temps encore était encensée pour le Prix Nobel de la Paix qui lui était décerné.
    Les pays qui, eux, sont parfaitement au courant de cette situation dramatique pour la Birmanie, comme l’Inde et la Chine, lui apportent un soutien inconditionnel.
    Gardons-nous de jeter la première pierre contre ces pays qui se défendent courageusement contre le terrorisme religieux islamique puisque nous sommes incapables d’y mettre un terme !
    Il est primordial que la population française soit informée sur ces évènements par d’autres médias que ceux « subventionnés » pour la désinformer quotidiennement.
    Partager :

  11. .templier.templier

    LE MONDE ENTIER PART EN CROISADE POUR SAUVER LES ROHINGYAS !
    Jacques Guillemain
    LA DESINFORMATION A L’ECHELLE PLANETAIRE…

    C’est le 3ème article que nous publions pour rétablir un minimum de vérité sur l’affaire des Rohingyas. C’est bien peu, face au concert médiatique organisé sur tous les médias, dans tous les pays, visant à discréditer le régime birman et Aung San Suu Kyi qu’ils encensaient hier. Quand on analyse un tant soit peu la situation, on réalise pourtant que les Birmans ne font que se défendre face à une agression qui ressemble étrangement à toutes les agressions islamistes.
    Un sentiment de « déjà vu », de « déjà vécu », et un peuple qui se défend comme il faudra un jour nous défendre et que nous devons ardemment soutenir.

    CLIQUEZ ICI pour lire l’article de Jacques Guillema

  12. .templier.templier

    Le monde entier part en croisade pour sauver les Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie qui fuit les représailles de l’armée birmane vers le Bangladesh. C’est l’hystérie collective, l’émotion à sens unique, avec ses accusations délirantes et son déluge de désinformation où les « fake-news » sont légion.
    Comme d’habitude, le Pape en tête !

    Aung San Suu Kyi, dirigeante de la Birmanie, Prix Nobel de la Paix 1991
    « Nettoyage ethnique », « crime contre l’humanité », « génocide », « extermination » : voilà les termes de la surenchère dans le vocabulaire de la presse mondiale.
    Le Pape, l’ONU, le HCR, Human Rights Watch, les pays musulmans, les imams de tout poil, chacun y va de son couplet accusateur pour dénoncer une épuration ethnique et accabler l’emblématique leader du pays, Aung San Suu Kyi, arrivée au pouvoir en 2016.
    Même Erdogan, qui décidément ose tout, s’est fendu d’un appel à la « Dame de Rangoon » pour s’indigner du sort fait aux Rohingyas. Le sultan d’Ankara n’oublie qu’un détail : le génocide de plus d’un million d’Arméniens perpétré par les Turcs en 1915 qu’il refuse de reconnaître ! En matière d’atrocités et de scènes d’épouvante, les Turcs n’ont rien à envier à personne. Ce qu’ont vécu les Arméniens dépasse l’entendement.
    Mais dans ce conflit birman qui dure depuis des décennies, la minorité musulmane serait dans son droit et la majorité bouddhiste serait coupable. Tel est le postulat incontournable décrété par la communauté internationale.
    Aucune mission de l’ONU n’a pu se rendre sur place pour écouter les différents sons de cloche, mais peu importe. Il suffit d’affirmer et de faire taire tout contradicteur, en l’occurrence les autorités birmanes et les bouddhistes.
    Celle qui fut l’idole des médias occidentaux quand elle luttait contre la dictature de la junte militaire birmane et qui fut emprisonnée pendant 20 ans, est accusée aujourd’hui de rester passive devant les évènements, voire d’être complice des brutalités de l’armée.
    Une foule d’aboyeurs exige le retrait de son Prix Nobel de la Paix. Demande aussi farfelue qu’impossible, puisque la révocation d’un Prix attribué à un candidat n’est pas prévue par les textes de l’Institut Nobel norvégien.
    On notera que ce déchaînement de passion pour sauver la minorité musulmane des Rohingyas, tranche cruellement avec la passivité de l’Occident chrétien – Pape en tête – quand il s’agit de sauver les chrétiens d’Orient. Pourtant, ces derniers subissent un génocide qui dépasse en horreur et en ampleur, tout ce que peuvent subir les Rohingyas. En un siècle, la population chrétienne du Moyen-Orient est passée de 20% à 3%. Villages rasés, massacres collectifs, meurtres de religieux et de civils (femmes, enfants, vieillards), viols, enlèvements, persécutions à grande échelle, conversions forcées, églises incendiées, monastères et écoles détruites, les Chrétiens d’Orient vivent aujourd’hui dans l’angoisse du lendemain, dans la peur et la souffrance quotidiennes. La première religion du monde est chassée de son berceau historique. Et que fait l’Europe ? Elle détourne le regard, abandonnant les chrétiens à la barbarie islamique et à l’esclavage.
    Même le Pape n’a rien trouvé de mieux, lors de son voyage à Lesbos, que de ramener dans son avion personnel trois familles de réfugiés musulmanes, en laissant les chrétiens sur le tarmac ! Et pour se justifier, face à l’incompréhension des Européens, le Vatican a prétexté que les familles chrétiennes n’avaient pas de papiers en règle… Il fallait oser !
    Des centaines de clandestins débarquent en Italie chaque jour, mais le Pape (qui nous demande d’accueillir toute la misère du monde) n’accueille quant à lui que des migrants en règle !!! Il se fout de nous !
    Rohingyas : les vampires du colonisateur anglais en Birmanie, plus sauvages encore que la Milice de Vichy !
    Oui, les Rohingyas fuient vers le Bangladesh voisin. Mais pourquoi ? – Parce que cette minorité, originaire majoritairement du Bangladesh, n’a jamais été acceptée par les bouddhistes birmans. À la fois pour des raisons culturelles mais aussi historiques. Car les Rohingyas furent, pendant des décennies, les supplétifs du colonisateur anglais contre les Birmans qui luttaient pour leur indépendance. Ils ont donc toujours été considérés comme des traîtres et traités comme tels. Indésirables à jamais.
    Depuis le viol et le meurtre d’une jeune Birmane par un musulman en 2012, les violences n’ont jamais cessé. En octobre 2016 et en août 2017, l’ARSA (« l’armée rohingya » en rébellion contre le pouvoir birman) a lancé plusieurs attaques contre des postes de police et de l’armée birmane, avec de très nombreux tués de part et d’autre. Il ne faut donc pas s’étonner que les représailles soient sanglantes et que les Rohingyas soient rejetés dans le camp des rebelles et des terroristes.
    C’est exactement ce qu’ont fait les Russes avec les Tchétchènes. À cette époque, les Occidentaux (qui n’avaient rien compris à la situation) accablaient Poutine et se mobilisaient pour sauver Grozny. La réalité est que Poutine combattait déjà le terrorisme islamique qui n’avait pas encore frappé l’Europe. Il le disait et il avait raison.
    Quant à Aung San Suu Kyi, on voit mal en quoi elle pourrait s’opposer aux généraux birmans qui sont les véritables maîtres du pays. Elle nie tout nettoyage ethnique et accuse les Rohingyas d’utiliser des enfants-soldats dans les assauts contre l’armée birmane. Propagande de l’armée ? – Possible. Mais il est clair que son pouvoir est limité et qu’il ne tient qu’au bon vouloir de l’armée. S’aliéner l’armée serait un suicide politique.
    Par conséquent, défendre la cause des Rohingyas, c’est défendre ceux qui ont toujours trahi le pays en combattant avec les Anglais contre les indépendantistes birmans. C’est aussi s’opposer au nationalisme bouddhiste de plus en plus affirmé. Et on oublie que les 85% de bouddhistes se foutent éperdument du sort des Rohingyas, communauté méprisée depuis la nuit des temps.
    Dans cette hystérie collective, seule la Chine reste mesurée et s’abstient de toute critique. Pendant les 50 années de pouvoir de la junte militaire, la Chine fut le seul interlocuteur de la Birmanie. Il est vrai qu’avec ses 10 millions de musulmans Ouïghours du Xinjiang, province en perpétuelle rébellion, Pékin connaît la musique !
    Tout cela prouve une fois de plus la difficile cohabitation entre l’islam et les autres religions.
    Ce n’est pas pour rien que les Indes anglaises furent divisées en deux États distincts en 1947 : le Pakistan musulman et l’Inde hindouiste, deux pays qui n’ont jamais connu la paix depuis.
    Le multiculturalisme est un leurre. Il serait temps de l’admettre, avant de connaître en Europe des violences interconfessionnelles comme au Moyen-Orient ou en Asie.
    Depuis le nuit des temps, le meilleur gage de paix, c’est le « chacun chez soi ».
    Jacques Guillemain

  13. AvatarJoël

    « leur pays » !! C’est justement parce qu’on leur refuse la nationalité birmane qu’ils font la guerre. C’est donc bien qu’ils viennent d’ailleurs et que, comme chez nous, ce ne sont pas autre chose que des clandestins.
    Enfin bon, avec le Bangladesh, on apprend qu’il y a un pays de plus en guerre sur la planète.

  14. Chris2AChris2A

    C’est une bonne démonstration qu’il ne s’agit d’un problème de race ou d’appartenance ethnique…
    Le dénominateur commun est l’enseignement des préceptes d’une certaine religion !

  15. Avatarpatito

    j’ai pris la précaution d’avoir avec moi un paquet de Kleenex pour regarder les chaines de désinformation mais je n’ai pas réussi à en sortir un seul de la boite

    j’attend les émissions sur le sort de chrétiens d’orient qui aimeraient peut être pouvoir fuir au lieu d’être massacrés , eux

  16. frejusienfrejusien

    Malheureusement la Birmanie a cédé à la pression internationale, les muzz sont bien soutenus partout où ils foutent la merde,
    La présidente a déclaré que les rohingyas pouvaient revenir en Birmanie,
    Les muzz obtiennent toujours ce qu’ils veulent

      1. frejusienfrejusien

        oui, p….n !!
        on ne s’en sort pas de cette peste verte envahissante et surtout soutenue internationalement,
        s’il n’y avait pas tous ces soutiens, on n’en entendrait même pas parler,
        la responsabilité est grande de tous ces traitres occidentaux

Comments are closed.