Enfin ! 8 mois de prison ferme pour Seny qui a tiré sur le principal avec un pistolet à billes


Enfin ! 8 mois de prison ferme pour Seny qui a tiré sur le principal avec un pistolet à billes

A propos d’agression contre l’école de la République, une affaire intéressante a été jugée à Blois.
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/09/08/Prison-ferme-pour-l-auteur-des-tirs-de-billes-3217946
8 mois de prison ferme pour Seny, qui voulait « jouer » à tirer sur le principal d’un collège avec un pistolet à billes. Seny étant étranger à l’établissement.

Prénom bizarre, apparemment musulman :
http://www.pageshalal.fr/prenom-musulman/prenoms/S%C3%A9ni/index-fr.html
Même si l’orthographe ne concorde pas exactement avec le prénom Seni, il est sûr que le prénom ne vient pas de chez nous. Il n’est d’ailleurs pas rare que les prénoms musulmans soient mal orthographiés à l’état civil, que ce soient les parents qui ne sachent l’orthographier ou que l’officier de l’état civil en perde son latin.
Certains vont regretter la prison pour un probable musulman, puisqu’on lit souvent dans les médias que la prison est un « lieu de radicalisation ».

Pourtant, si l’on raisonne ainsi, seuls les non musulmans finiront en prison et les musulmans délinquants resteront libres, avec seulement un bracelet électronique ou un suivi psychologique aussi inutiles l’un que l’autre.
Il faudrait plutôt éviter cette dérive en changeant le mode de fonctionnement des prisons pour éviter ces dérives en évitant les rapprochements entre détenus.

A la réflexion, cependant, on peut penser que l’emprisonnement est vécu comme une agression de la France justifiant, aux yeux des intéressés, qu’ils demeurent dans le chemin de la violence qu’ils ont de toutes façons déjà choisi auparavant, si l’on songe qu’en général l’emprisonnement des intéressés est lié à des affaires de violence, et de violences réitérées pour que les juges finissent par les condamner à de la prison ferme…
De ce point de vue, l’avocate Samira Benmerzoug (…) demanda « une seconde chance » : « le suivi décidé lors de sa précédente condamnation n’a pas encore été mis en place. Il faut aussi éviter tout amalgame avec l’état d’urgence, il n’a pas voulu nuire ou faire du mal. »
Effectivement, Seny n’a pas laissé beaucoup de temps aux services de l’Etat pour mettre en place ce suivi :
« ce jeune homme avait déjà été condamné, le 31 juillet dernier, pour des violences commises sur des policiers blésois et qu’il s’était également fait remarquer dans ce même collège, le 16 juin dernier, où il avait aspergé trois personnes avec un fusil à eau ».

Les juges du tribunal correctionnel de Blois honorent la justice française par les arguments de bon sens qu’ils ont retenus : Seny avait « le visage dissimulé par une écharpe, et muni d’un pistolet airsoft. Le directeur, informé que deux individus suspects attendaient à la sortie de l’établissement, est venu s’assurer que ses élèves n’étaient pas menacés et a décidé de refermer le portail. C’est alors que Seny l’a toisé, puis, alors que l’adulte lui tournait le dos, a tiré deux fois l’atteignant à la main et au bas du dos.« Il m’avait dévisagé », justifie le jeune homme à la présidente Anne David qui rétorque :« Vous pouviez comprendre son intervention alors que vous vous êtes présenté le visage dissimulé et une arme à la main ? ». On devine une pointe d’exaspération…

Âgé de 20 ans, l’intéressé avait d’abord nié les faits, avant de les reconnaître en raison des enregistrements de la caméra de surveillance :
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/09/07/Blois-le-principal-de-Rabelais-vise-par-des-tirs-de-billes-3216482

Cette condamnation est rassurante dans le contexte actuel où l’actualité illustre presque quotidiennement des faits d’agression au pistolet à billes (source : google actualités, mot clé « pistolet à billes »).

La banalisation de la violence dans les jeux vidéos, les films, la commercialisation libres des pistolets à billes, à eau, etc., le tout pour permettre à des industriels de se faire de l’argent et à des gens pas finis de s’amuser en tirant sur le premier venu, est contraire à l’ordre public.

L’usage d’une arme n’est pas neutre, spécialement dans un contexte terroriste et d’explosion de la délinquance.
Mais l’argent public manquant, l’emprisonnement ne pourra pas être toujours la réponse à ces agissements. De plus en plus, il va falloir songer à la peine de mort pour les crimes lorsque la culpabilité ne laisse aucun doute et, pour les délits, l’expulsion après déchéance de la nationalité.
On ne peut plus demander éternellement aux honnêtes citoyens de payer l’entretien, en prison, de la délinquance pléthorique.
Les fabricants de ces armes factices mais pouvant quand même blesser (tir dans l’oeil par exemple) et traumatiser psychiquement pourraient aussi être assujettis à une lourde taxe, à moins d’interdire radicalement ces jouets prisés par nombre d’attardés mentaux au nom de la préservation de l’ordre public.

Je ne vois pas quel usage sain on peut faire de ce genre d’armes factices.
A une époque où les policiers peuvent difficilement invoquer la légitime défense, ces pistolets laissent en effet des doutes planer. On sait que Seny avait agressé des policiers à Blois. Quid du policier qui tuerait un individu le menaçant au pistolet à billes ? Pourra-t-il invoquer la légitime défense ? Pas facilement, en tous cas.

En effet, il faudra établir que la personne armée « menace sa vie ou son intégrité physique ou celles d’autrui ». Si, finalement, il ne s’agit que d’un pistolet à billes, comment le policier pourra-t-il se défendre, alors qu’à proprement parler, le pistolet à billes ne menace pas sa vie ?
http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/11/comment-des-lois-recentes-interdisent-de-fait-aux-forces-de-lordre-duser-de-leurs-armes/

Il faudra espérer que les magistrats auront alors l’intelligence d’adapter la théorie de l’apparence qui vaut en droit civil mais qui semble ne pas en avoir clairement en droit pénal : le policier visé par une arme à billes devra pouvoir invoquer le fait qu’il croyait que c’était une arme à feu, sans qu’on puisse le reprocher qu’il aurait dû, en tant que professionnel de l’usage des armes, déceler le fait que l’arme était factice.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27apparence
Le problème est que la loi n’a pas prévu cette application de la théorie de l’apparence dans le cas présent…




Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


9 thoughts on “Enfin ! 8 mois de prison ferme pour Seny qui a tiré sur le principal avec un pistolet à billes

  1. Machin chose

    Seni : diminutif du prénom arabe Sen

    signifiant

    « sommet de montagne- mais aussi en langage courant une incisive (dent)assez rare

    selon le « Dictionnaire etymologique des noms du monde arbe » de Jana Tamer

    édité chez Maisoneuve et Larose……excellente librairie disparue depuis quelques années maintenant…elle était place de la Sorbonne…

    1. Machin chose

      dans le cas qui nous préoccupe il s’ agit d’ un garçon

      Prénom : Séni
      Sexe : Masculin
      Origine : Arabe
      Signification : élevé,
      Célébrité : Il n’y a de personnalité en base portant ce prénom

  2. Xtemps

    Sénile ou déséquilibré, quel différence, c’est un fouteur de merde, un coup de pied au cul et op! jeté hors de l’Europe et bon débarra, la haine dehors!.

  3. Asher Cohen

    Nous vivons dans un pays où l’appareil policier et judiciare est archi-corrompu et aux ordres de la Kommendantura. Ceux qui attendent des services dits « publics » de la police, du parquet ou des juges du siège, sont des naïfs qui courrent de grands risques. Quand quelqu’un vous braque avec un revolver, vous n’avez pas le temps de vous poser la question de savoir si c »est un vrai ou un faux revolver. Vous bloquez le bras qui tient l’arme et vous frappez sur les points vitaux en répétant les coups jusqu’à ce que l’agresseur soit mis hors d’état de nuire, et cette frappe peut aller jusqu’à ce que mort s’ensuive. Si vous luxez le bras armé, vous maintenez la luxation jusqu’à destruction totale de l’articulation, et vous pouvez être assuré qu’il ne pourra plus recommencer. Vous n’avez aucune obligation de respecter le droit de vivre de quiconque tente de porter atteinte à votre propre Droit de Vivre, et vous n’êtes pas censé être un professionnel de sécurité, capable de maîtriser un adversaire armé sans le tuer. Tout cela est clairement écrit dans la Bible et le Talmud précise: « si un homme se lève pour te tuer, tues-le avant qu’il ne te tue ». Sauf erreur, l’Occident fonde ses valeurs sur la Bible. Défendre son Droit de Vivre face à un agresseur armé, c’est non seulement se respecter soi-même, c’est montrer sa santé mentale. LA JUSTICE C’EST RECONNAÎTRE CE QUI EXISTE. Le Juge qui prétend condamner un citoyen qui défend sa peau face à un agresseur armé est un pauvre malade mental bon à enfermer. Le Droit de Vivre est le premier des Droits Naturels, et le juge qui ne le reconnait pas se prend pour Dieu. Laissez tomber la folie des juges merdeux et défendez votre peau!

    1. RODRIGUE

      Oui, c’est assez dans ma nature, je cogne d’abord et je discute si le con est encore en état, seulement après!
      Si c’est pas possible de causer après, et bien je rentre chez moi, heureux du devoir accompli!
      Donc à votre commentaire, je dis BRAVO !

  4. RODRIGUE

    Maxime, j’espère que vous rigolez là!
    Les armes à billes même celles faites pour faire du airsoft se reconnaissent au premier coup sauf si fustement elles sont peintes pour ressembler à des vrais!
    On ne va tout de même pas emmerder tout le peuple parce que certains veulent faire les cons !

Comments are closed.