Maman en Tunisie, papa au Togo : l’enfant abandonné à l’école trinque


Maman en Tunisie, papa au Togo : l’enfant abandonné à l’école trinque

Un fait-divers de plus, me direz-vous. Voire.

Une sinistre histoire d’abandon d’enfant de plus, me direz-vous. Voire.

Cela se passe à Toulouse, l’enfant de 7 ans a été déposé à l’école par sa mère, le jour de la rentrée… et dès que le paquet encombrant a été livré, hop ! Dans l’avion, retour à la mère patrie, tunisienne. Et le père, qu’est-ce qu’il fait, le père ? Le père, il est en voyage au Togo. Tranquille. La mère est censée gérer son gosse, c’est son boulot de femme, non ? Mais la mère, qu’est-ce qu’elle fait, la mère ? La mère, elle a décidé que ce jour-là c’était le tour du père d’aller récupérer le petit et de s’en occuper. Il est des révoltes – ou des égoïsmes, c’est selon – qui tombent bien mal, surtout quand c’est un petit gamin qui en fait les frais.

7 ans, vraisemblablement en CE1, premier jour de classe après deux mois de vacances, changement de maître, de copains peut-être… Les dits copains qui partent à 16h30, l’enfant qui ne sait pas, qu’on n’a pas prévenu, qui ne comprend pas, qui, peu à peu, se retrouve tout seul à l’école, comprenant aux conciliabules autour de lui qu’il se passe quelque chose. Soudain la porte s’ouvre… Maman ! Je t’en fiche, la police venue récupérer le petit abandonné.

Des proches viendront finalement le récupérer au poste de police, le père, depuis le Togo, jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

https://fr.news.yahoo.com/toulouse-enfant-7-ans-oublié-parents-à-lécole-060600508.html

Il y a dans cette histoire deux différences notables avec les autres histoires d’abandon que nous lisons hélas périodiquement.

La première est que les articles de presse évoquent systématiquement les poursuites judiciaires contre les parents et le placement des enfants concernés en famille d’accueil. 

http://www.lavoixdunord.fr/130382/article/2017-03-11/elle-abandonne-ses-enfants-deux-semaines-pour-rejoindre-un-homme

Ici, rien de rien.

Justice à deux vitesses, préférence étrangère, ou la charia en action ?

La seconde est que l’enfant, en Occident, est élevé par ses parents, qui en sont responsables et qui veillent jalousement sur lui, dans l’immense majorité des cas.

En Afrique et au Maghreb, les enfants sont nombreux, pas nécessairement voulus, subis dans trop de cas. Et, de toutes manières, élevés par le groupe, la collectivité, la famille proche ou éloignée, les voisins… Ce qui explique pourquoi il y a encore de jeunes enfants dehors, livrés à eux-mêmes ou à la surveillance lointaine d’un grand frère tard le soir.

Tiens, encore une histoire d’enfants abandonnés par la mère partie passer un mois de vacances en Algérie :

http://www.bienpublic.com/faits-divers/2017/08/25/metz-la-mere-estime-ne-pas-avoir-abandonne-ses-enfants

Chez nous, seuls quelques déséquilibrés abandonnent leurs enfants, le plus souvent chez eux, pendant que les adultes se donnent du bon temps en boîte de nuit ou en vacances.

Chez eux, on abandonne l’enfant à tous et à chacun, à l’Etat représenté par l’école. Sans état d’âme. Sans se soucier du pauvre gosse en détresse.

Qui a parlé de conflit de civilisation ?




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


19 thoughts on “Maman en Tunisie, papa au Togo : l’enfant abandonné à l’école trinque

  1. claude t.a.l

    Il y a pourtant une solution très simple :
    Le père, la mère et l’enfant au Togo ou en Tunisie, au choix .
    Remigration !

        1. Frontalier74

          Ou directement sur BFM (http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/l-oeil-de-salhia-la-fete-du-cochon-d-hayange-977975.html).

          Typiquement BFM : journaliste issue de la diversité, moderne, pas voilée en duo avec le beau gosse de service. Ton condescendant, sarcastique, moqueries, entretien avec des personnes qui ne se méfient pas (dans l’attente de la phrase qui dérape) et question débile (pourquoi ne pas organiser une fête du makrout marocain ?) au maire FN qui « dérape » selon la journaliste car il répond que, non, cela ne fait pas partie de nos traditions…

          Pfffff…

          (il a fallu que j’aille sur internet, je ne connaissais pas le « makrout ». Pâtisserie sûrement délicieuse mais quel rapport avec notre gastronomie ?)

          1. pier

            A la fête du cochon ON MANGE du cochon
            ma conjointe Bouddhiste , ne mange pas de boeuf et ne fait chier personne quand au resto tous les convives mangent du boeuf
            elle mange autre chose , du poulet tient !
            et elle me cuisine très bien steak , foie de veau et rognon de veau , cervelle de veau

          2. frejusien

            ben, on remplace le cochon par le makrout, comme on remplace le français par le muzz,
            élémentaire mon cher Watson !

  2. GAVIVA

    quand j’étais môme, a partir de 6 ans, j’allais et revenais matin et soir à l’ecole à pieds, a 1.3 km ( j’ai vérifié sur mappy…28 ans plus tard!) été comme hiver, qu’il pleuve neige, bruine, fasse nuit SEULE. Sans que ça n’émeuve personne. Et je n’étais pas la seule! Maintenant c’est le périscolaire d’office, payant ( enfin ca dépend pour qui) sinon attention c’est délaissement de mineur et placement en famille d’accueil! Et pourtant, au vu de la sale tournure que prend la France, même si j’ai la chance ( pour l’instant) de vivre dans un village ou il n’y a que 4 élèves musulmans sur environ 70 élèves en école maternelle ( c’est toujours 4 de trop mais on a dans le public ce que d’autres ne trouvent pas dans le privé) j’hesite a laisser les enfants aller et rentrer seuls quand ils iront en primaire.

  3. Xtemps

    Et quand on voit que des hommes en grande partie dans les migrants, tien ou sont les enfants, les familles quoi?.
    C’est aussi de l’abandons!, ils n’ont pas le droits d’être protégés eux aussi des guerres et pauvreté!, ils sont obligés de subir aux pays, ben tien!.
    Si les familles sont laissés aux pays, c’est justement car il y a aucun problème aux pays, autrement ils seraient tous là avec leurs familles, vous s’en faite pas, les bonnes poires sont en Europe!.
    Aider les pauvres, je peux encore le comprendre, mais pas les escrocs profiteurs qui viennent encore pour bouffer dans les assiettes des autres, les vrais pauvres sont privés et nous les peuples européens avec à cause de ces profiteurs.
    Et nous les peuples européens nous ne sommes pas leurs servantes.
    Et ici, si les parents savent laisser leurs propres gosses chez nous et foutre le camp aux pays, c’est qu’ils n’ont pas besoin de nous.
    Ces gens là viennent juste pour abuser des européens des gentillesses obligatoires forcés par nos escrocs imposteurs aux pouvoirs qui s’enrichissent bien avec nos caisses d’états.
    Et le racisme est bien pratique pour se remplir les poches, il me semble!.
    les immigrés c’est çà! les caisses d’états!.
    Bande d’escrocs va!, Fascistes!, voleurs!, assassins!, vous avez du sang sur les mains avec les attentats!, assassins!, criminels!.
    Il y a que le fric qui compte pour ces escrocs aux pouvoirs, les immigrés, ils s’en foutent, c’est les subsides de l’état, vider les caisses qui leurs intéressent et rien d’autres.
    Je mâche plus mes mots avec ces escrocs imposteurs, tellement qu’ils sont répugnants ces ordures, des vrais escrocs fasciste!.
    Désolé, je n’aime pas les Occidentophobe à même titre que le racisme, et la haine des peuples européens.
    Non! à la dictature ethnocide Multi colonial et vive l’indépendance, vive la liberté.

  4. Joël

    Mais chez eux, ils vivent comme ça ! Dès que l’enfant est capable de marcher, ils le foutent à la rue avec les chiens et les rats. C’est l’école de la vie qu’ils disent. En France, c’est encore mieux puisque c’est l’état qui prend les gosses en charge. Sans jamais se poser de questions sur leur mode vie, leurs coutumes, leurs traditions qu’au contraire ils veulent nous imposer.

  5. NICOLAS F

    Ils ont tous les droits universels de l’homme à leur disposition.
    Demandez le catalogue! Satisfaits ou remboursés!
    Ils ont tous les droits et ils nous prennent pour des cons.
    Il a fallu aux gaulois que nous sommes 2000 ans pour comprendre que les droits et la liberté s’exercent dans des limites précises.
    Mais allez expliquer ça à des cerveaux lymbiques ,non,ce n’est pas une injure,c’est seulement une partie du cerveau .

  6. Anne Lauwaert

    Expérience vécue en Inde – (cf mon livre « Les oiseaux noirs de Calcutta » bientôt en résumé gratuit sur mon site https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.ch/ )
    Fatima a été mariée à Mahomet qui lui fait quelques gosses, puis il s’en lasse et la divorce en lui disant ou envoyant son talaq talaq talaq par sms… Fatima divorcée et ses gosses vont mourir de faim donc elle va se chercher un autre mari… on en trouve un qui veuille bien l’épouser pour empocher la dot… mais… s’il veut bien lui faire une autre kyrielle de gosses, par contre il n’est pas disposé à entretenir les gosses du mari précédent… alors on fait quoi ? ben on les abandonne… et où ça ? ben dans les orphelinats… de qui ? ben des ONG européennes, pardi ! chez les mères Teresa & Co…
    Inde, pays ultramoderne, émergeant, silicon et tout et tout…

  7. Sylvie D.

    Peut-être que la mère a voulu mettre le père devant ses responsabilités ? Il lui avait peut-être promis d’être rentré pour récupérer leur fils à l’école ? Et lui, comme tous les Africains, a laissé la gestion de leur fils à sa femme ? Elle a peut-être réussi à lui faire prendre conscience qu’il avait un fils ? Malheureusement c’est le gamin qui en a fait les frais. Pauvre gosse, c’est triste pour son premier jour d’école.

  8. Dorylée

    Chez nous, les salauds abandonnent leur chien au début des vacances. Chez eux on abandonne les enfant au début de l’année scolaire. Différence de civilisation. Mais je n’aurais pas pensé qu’on puisse traiter son enfant comme un chien encombrant…

  9. Machin chose

    Fais dodo, Momo, mon petit frère.
    Fais dodo, t’auras du lolo.

    Maman est en haut
    Qui fait du gâteau.
    Papa est en bas
    Qui fait du chocolat.

    Fais dodo,Momo, mon petit frère.
    Fais dodo, t’auras du lolo.

    «  » » » » » »

    hé oui; pauv’Momo, c’est la vie…..des hauts et des bas……

Comments are closed.