Vendredi soir, guérilla africaine au cocktail Molotov en plein Paris


Vendredi soir, guérilla africaine au cocktail Molotov en plein Paris

J’ai déjà écrit, mais je ne m’en lasse pas, que l’on vit une époque formidable. Preuve supplémentaire apportée avec ce délectable fait divers, si banal et pourtant si évocateur.

Vendredi soir, station Barbès à Paris. Un homme monte sur le quai du métro afin de déverser des cocktails Molotov sur des trafiquants de cigarettes situés en contrebas, atteignant quelques passants. A l’arrivée de la police, il ne semble pas inquiet et lance même un de ses projectiles enflammés sur les rails du train. Les forces de l’ordre l’interpellent, évitant ainsi un incident plus grave.

C’est alors qu’une trentaine d’individus déboulent dans la station, entourant et menaçant les policiers, et les éloignant de l’homme désormais plaqué à terre. Ils le rouent de coups sous le regard des usagers de la ligne 2.

Les policiers sont frappés aussi et doivent user de gaz et d’une grenade lacrymogène pour arracher l’homme à la meute hystérique. Ils seront suivis par une horde vindicative jusqu’au commissariat.

« Ajoutez deux lettres à Paris : c’est le paradis. », disait Jules Renard. Personne n’achète un « a » ?

Je me demande bien comment certains des témoins de cette scène de guerre peuvent encore voter pour des partis qui affirment sans broncher que notre pays ne sombre pas dans la barbarie.

Peut-être croient-ils encore à la totale clairvoyance des media. Le traitement de cette affaire par la presse locale reflète bien le climat kafkaïen qui règne dans notre pays.

Lu dans Le Parisien :

« Omar, vendeur à la sauvette, 36 ans, originaire de Mons-en-Baroeul (Nord), est monté vendredi soir à la capitale pour vendre à Barbès, dans le XVIIIe arrondissement, ses cigarettes de contrefaçon. Ce samedi, Omar est en garde à vue dans les locaux du commissariat du XVIIIe. »

On ne s’étonnera pas que ce trafic parfaitement illégal et malsain soit désormais entériné dans les consciences de la Pravda française. On pourra à la limite ouvrir l’œil sur le fait que ce commerce est désormais aussi mobile et plus attractif que les fêtes foraines.

Poursuivons :

« Sa virée s’est soldée par une belle frayeur dans le quartier. En cause ? Une embrouille commerciale avec ses «collègues», «vendeurs du cru», agglomérés autour de la station de métro Barbes, qui n’ont pas vu d’un très bon œil cette «concurrence déloyale». Et l’ont délogé sans grâce. Le Ch’ti est alors revenu pour se venger non sans s’être équipé d’arguments brûlants. Grimpé à la station Barbes, il a lancé d’en haut plusieurs cocktails Molotov […] »

J’apprécie particulièrement la capacité de nos amis journalistiques à détourner la réalité. « Une embrouille commerciale avec ses «collègues». » Depuis quand parle-t-on de commerce et d’entreprise pour un point de trafic ? Va-t-on dire aussi que le marché noir des armes à feu est « un milieu favorable à l’émergence de nombreuses start-up » ?

Cette comparaison est d’autant plus agréable à entendre pour le buraliste honnête, qui paie ses impôts, ses taxes et doit se conformer à des normes de plus en plus contraignantes. Mais le journaleux s’en fout, puisque lesdits buralistes sont généralement des beaufs racistes et inintéressants, à qui il ne demande que de lui donner le bon paquet de cigarettes derrière le comptoir.

Mieux encore : notre trafiquant n’est pas un musulman, oh que non (Omar n’a rien à voir avec l’islam) et encore moins un Africain d’origine, mais bel et bien un « Ch’ti », qui s’est écharpé avec les « vendeurs du cru ». Bien qu’un individu puisse tout à fait se fondre dans un peuple quelle que soit sa provenance, je me permets d’émettre quelques doute sur les capacités d’assimilation de nos sympathiques auto-entrepreneurs. Que je sache, le cocktail Molotov n’est pas encore passé dans le tableau d’honneur de notre artisanat traditionnel.

Mais dans les mains du gentil Omar, ce ne sont là que des « arguments brûlants ». Il suffirait donc que le jeune homme prenne quelques cours de français et d’éducation civique.

Nos journaleux sont décidément tout emplis d’indulgence. A ce titre, on peut comprendre qu’ils ne soient pas choqués outre mesure par la contrefaçon, puisque c’est finalement, comme chez les vendeurs de Barbès, tout autant leur fond de commerce.

http://www.leparisien.fr/paris-75018/barbes-le-vendeur-de-cigarettes-indesirable-se-venge-a-coups-de-cocktails-molotov-26-08-2017-7215546.php




Lou Mantély

Islamophobe en arrêt de traitement


16 thoughts on “Vendredi soir, guérilla africaine au cocktail Molotov en plein Paris

  1. claude t.a.l

     » Omar, originaire de Mons-en-Baroeul  » !
    Bienvenue chez les ch’tis !

    On pourrait croire que les  » journalistes « , qui avaient déjà touché le fond, touchent, cette fois le fond du fond du fond.

    Mais non ! Il y aura aussi le fond du fond du fond du fond, etc …

    Pas d’inquiétude à ce sujet .

  2. Fallaci

    Omar a failli être lynché par la foule… à Barbès…
    Ça laisse pantois…
    Barbès…. Ya combien de Français dans ce bled??

  3. Missia

    La France va malheureusement prendre la même tournure que le Liban qui était à majorité chrétienne avant les années 1960-1970.
    Le Liban était aussi multiculturel et a subi plusieurs masses d’immigrants musulmans au cours du 20e siècle.
    Ce pays a mal fini, les chrétiens ont été massacrés.
    C’est un exemple de conquête musulmane récente, mais il y en a eu d’autres et il y en aura d’autres…
    J’ai envie de dire aussi que la franc-maconnerie y est pour beaucoup dans ce chaos mondial.
    Les gens de cette secte sont infiltrés partout « actionnaires, banquiers, politiciens, juges, médias, etc… » et veulent provoquer la guerre civile en Europe pour dominer complètement le peuple.
    C’est pour cela qu’ils importent une immigration massive car pendant que le peuple autochtone a le dos tourné ils peuvent mettre leur plan en marche.
    C’est effrayant car tout cela est programmé depuis plus de 100 ans. Bilderberg est un bon exemple.

    1. Missia

      Je pense que la famille Kennedy faisait partie de la franc-maconnerie. John Fitzgerald Kennedy a été tué parce qu’il en savait trop, il voulait dévoiler leur plan diabolique au monde. Enfin, je n’ai aucune preuve mais tout ce qui nous arrive n’est pas un hasard.

      1. ALPHA ... OMEGA .

        JFK et son Administration parlaient bien de « Nouvelles Frontières » …
        Le 26 octobre 2017 , si le président des USA , et la CIA ne s’opposent pas , tous les documents sur l’assassinat de Dallas en 1963 seront déclassifiés .

  4. Philiberte

    « Ajoutez deux lettres à Paris : c’est le paradis. », disait Jules Renard. Personne n’achète un « a » ?

    quelqu’un peu m’expliquer??? je déteste le scrabble.

  5. Chris2AChris2A

    Ouaip…c’est un peu comme l’immixtion de nos forces spéciales en opex dans leurs luttes tribales pour les séparer …
    Les policiers n’avaient qu’à les laisser s’exterminer entre trafiquants à Barbès !…Cela se serait traduit par une centaine d’allocataires, de fraudeurs et de dealers en moins …

  6. Dorylée

    J’avais très envie de visiter TOMBOUKTOU. Finalement je vais aller à Barbes comme ça, en un seul voyage, je vais visiter tout le Magrheb et l’Afrique de l’ouest, ses trafics, ses luttes tribales, ses bruits et ses odeurs (comme disait Chirac)…

  7. Bertrand HECQUETBertrand HECQUET

    Rien à ajouter, vous avez tout dit, entièrement d’accord, les Français on encore élu un tocard, cela fait 40 ans que cela dure, on consomme tous les efforts et sacrifices de nos anciens, quelle tristesse, quel gâchis.

  8. Coco Rico

    « Bien qu’un individu puisse tout à fait se fondre dans un peuple quelle que soit sa provenance » – exactement. Encore faut-il le vouloir et le pouvoir. Et c’est la que le bat blesse.
    L’Islam etant une religion de conquete, il est evident que l’integration de musulmans dans un pays non-musulman releve de l’utopie. Il peut y avoir, au mieux, une simulation d’integration (lorsque la Oumma est en petite minorite), mais pas une integration reelle et sincere.

Comments are closed.