«Vous allez mourir, p***** de Maures» : des mosquées cibles d’inscriptions menaçantes en Espagne


«Vous allez mourir, p***** de Maures» : des mosquées cibles d’inscriptions menaçantes en Espagne

Les journalistes ( et ceux de RT ne sont pas les plus islamo-collabos qui soient…) ont beau parler d’islamophobie, de nazisme… les attentats islamiques, déguisés ou pas, génèrent forcément et des bougies et des menaces… L’Europe est au bord de la guerre civile, au bord de la Reconquista. Mais nos dirigeants ne songent qu’à enfermer et désarmer les Européens…

A Tarragone, Séville ou encore près de Madrid, des menaces envers les fidèles musulmans ont été inscrites sur les murs de certaines mosquées. Depuis les attentats de Catalogne, ce type d’actes se multiplie.

Dans les jours qui ont suivi les attentats de Catalogne le 17 août, plusieurs lieux de culte musulmans ont été profanés en Espagne.

Par exemple, le 18 août à Tarragone, dans le sud de la Catalogne, une mosquée a été couverte d’inscriptions telles que : «Vous allez mourir, p***** de Maures».

Près de Madrid à Fuenlabrada, dans la nuit du 18 au 19 août. Une tête de porc a également été retrouvée devant l’enceinte.

Interrogé par le HuffPost Maghreb, Abderrahman Tremini, qui travaille à la mosquée Al-Sunna, a fait part de l’inquiétude des fidèles : «Actualité oblige, il est normal que les gens craignent pour leur sécurité. Même si je dois dire que nous n’avons pas été confrontés jusqu’alors à des actes de haine, certains pourraient s’enhardir au vu des récents événements à Barcelone.»

ce sont des menaces, des croix celtiques et des croix catholiques avec l’inscription «Dieu avec nous» qui ont été peintes sur les murs de la mosquée Al-Sunna,

A Grenade, dans le sud-est de l’Andalousie, une douzaine de militants du groupuscule d’extrême droite Hogar social s’est rassemblée le 20 août devant le lieu de culte afin de demander sa fermeture. Ils ont lancé un fumigène et déployé une banderole où l’on pouvait lire : «Qui finance cette mosquée finance le terrorisme. Pourquoi les autorités gardent le silence ?»

https://francais.rt.com/international/42319-vous-allez-mourir-putain-maures-mosquees-cibles-dinscriptions-islamophobes-espagne#.WZvbz3tIEVs.twitter





23 thoughts on “«Vous allez mourir, p***** de Maures» : des mosquées cibles d’inscriptions menaçantes en Espagne

  1. Mariette

    La question est : combien de morts et de blessés les mécréants vont-ils supporter avant d’avoir peur pour eux-mêmes et pour leur famille et envisager de se défendre.

  2. jolly rodgers

    j’espère que les espagnols ouvrirons les yeux plus rapidement que nous et que leurs réaction seras terrible.je vois que c’est bien partie !
    de plus j’ai lus un article en début de semaine ( je ne sais plus si c’étais dans le figaro ou le monde ) que les djiadiste c’étais jurés de reprendre l’ Andalousie et refaire l’ al andalous .
    soutenons la résistance espagnole , une seule voie la Reconquista .
    islam hors d’Europe !

  3. hathoriti

    très bien, les réactions des espagnols ! il leur faut maintenant un nouveau Cid Campéador ! et si les musulmans craignent des représailles, que sont-ils venus faire en Espagne, en France et en Europe ?

  4. Sylvie S

    Islam go home Europa and Spain !

    Je traduis : l’islam hors de l’Europe et de l’Espagne !

    L’Europe aux Européens !

    Pas aux djihadistes !

    L’Andalousie est Espagnole et ne sera jamais une terre d’Islam. Elle est chrétienne et le restera jusqu’à la fin des temps !

    Bravo et félicitations aux Espagnols pour avoir tagué sur les mosquées… Continuez !

  5. dahier

    la seule solution pour l’Europe c’est de se soutenir tous mutuellement ! que l’islam soit pourchassé partout et par tous ceux qui veulent se battre pour la liberté. il ne faut plus laisser de répit à tous ceux qui se sont arrogé le droit de détruire nos familles et instaurer leurs lois barbares et imbéciles !

  6. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    L’art et la manière de la taqya ou exercice pratique de la simulation.

    J’ai lu sur un webzine espagnol que le coco adepte de la taqya, iman, avait quand même l’intention de faire sauter, La Sagrada Familia, si ce n’est pas lui ce sera son frère, et ceci dit en passant quand on pense au temps qu’il a fallu pour bâtir cette catédrale, Gaudi serait content de savoir çà. Donc la Sagrada Familia était un objectif de feu d’artifice, sans doute en prévision de pousse-toi qu’on s’y mettent, et que la première super géante mosquée cathédrale à Barcelone soit érigée ; ils en rêvent tellement de « mosquées cathédrales ayant pignon sur rue ! »

    Dans leurs dépôts ils avaient accumulé des dizaines, pour ne pas dire 200 je crois, bonbonnes de gaz. On se demande qui leur a vendu ces bouteilles, car il me semble que l’on ne peut pas s’approvisionner comme cela en gaz ; le vendeur est-il un frérot ou est-ce une cargaison tombée du camion ?!
    _________________________
    Catalogne : en raison de ses «efforts d’intégration», l’imam de Ripoll n’avait pas été expulsé
    :: https://francais.rt.com/international/42392-catalogne-raison-efforts-dintegration-es-satty
    23 août 2017

    La presse espagnole révèle qu’Abdelbaki Es Satty, l’imam de la cellule terroriste qui a frappé en Catalogne le 17 août 2017 aurait pu être renvoyé au Maroc en 2012. Mais le juge en charge du dossier a considéré que l’individu n’était pas dangereux.

    Abdelbaki Es Satty, l’imam qui semble avoir joué un rôle important dans l’organisation des attentats en Catalogne du 17 août 2017, a échappé à l’expulsion vers le Maroc, rapporte le quotidien espagnol El Mundo du 23 août 2017. En 2014, au terme d’une peine de prison, Abdelbaki Es Satty, de nationalité marocaine, aurait été autorisé à rester en Espagne, le juge ayant fait valoir ses efforts pour s’intégrer à la société espagnole.

    Condamné à quatre ans de prison en 2010 pour trafic de drogue, Abdelbaki Es Satty avait vu sa peine réduite à deux ans, révèle encore El Mundo, sans toutefois donner le motif de l’allègement de peine. Selon le journal El Pais, c’est au cours de ce séjour que l’imam serait entré en contact avec l’un des auteurs des attentats de Madrid en 2004. A sa sortie de prison, il aurait dû être expulsé du pays, conformément à une loi concernant les étrangers condamnés à des peines de prison de plus d’un an. L’avocat de l’imam avait alors fait appel de cette décision et le juge en charge du dossier s’était rangé à ses arguments, estimant qu’Abdelbaki Es Satty ne constitutait pas un danger pour la sécurité publique.

    La police catalane diffuse les images de ses perquisitions chez les terroristes présumés
    En savoir + https://t.co/xliJJMNo5gpic.twitter.com/CPWWJQVSNv— RT France (@RTenfrancais) 22 août 2017

    Agé de 44 ans, l’imam a été tué la veille des attentats du 17 août, dans la violente explosion de la maison d’Alcanar, où la cellule terroriste est soupçonnée d’avoir cherché à confectionner des engins explosifs à des fins meurtières. Le chef de la police de Catalogne, Josep Lluis Trapero, a estimé possible qu’Abdelbaki Es Satty ait joué un rôle important dans la cohésion de la cellule, ainsi que dans la radicalisation de ses membres.

    En outre, le 22 août, deux des personnes encore en vie suspectées d’avoir fomenté les attentats du 17 août ont confié à la justice que l’imam était le «cerveau» des attaques qui ont coûté la vie à 15 personnes.

  7. Fallaci

    La maire d’extrême gauche de Barcelone préfère les réfugiés aux touristes.

    La première citoyenne de Barcelone est une idéologue de l’accueil. Elle aime la diversité, surtout de confession musulmane. Cette dernière, peu reconnaissante, lui a rendu son amour en semant la mort dans sa ville.

    Cette égérie du mouvement des Indignés fut élue il y a deux ans avec le soutien de Podemos, des communistes et autres formations de gauche.

    A la une de la presse internationale, depuis les attentats terroristes islamistes ayant ensanglanté sa ville, elle déclara les larmes aux yeux et la voix tremblotante :

    « Je dirais en mon nom et en celui de la ville de Barcelone, tout d’abord mes plus sincères condoléances aux familles, victimes et amis. »

    Elle remercie ensuite les policiers catalans, les services professionnels et d’urgenc et termine son discours en « rassurant « les habitants de sa ville.

    » Nous sommes une ville très forte par sa diversité et ses valeurs. Une ville très fière de sa diversité et d’être une ville cosmopolite et qui continuera de l’être. »

    « Cette ville aime la diversité et veut être une ville de paix et maintenons plus que jamais, nous devons rester solidaires. La terreur ne parviendra pas à changer ce que nous sommes : une ville ouverte au monde, courageuse, solidaire et fière de sa diversité. »

    Eternelles paroles futiles et larmes éphémères, qui n’apaiseront en rien la douleur des familles endeuillées ni les souffrances des blessés, meurtris à jamais dans leur chair et leur esprit.

    En réponse aux divers articles s’étonnant de l’absence de bornes anti-intrusion, elle répliqua :

    « les auteurs de l’attentat voulaient tuer et s’ils n’avaient pas pu entrer par les Ramblas, ils l’auraient fait par un autre endroit, nous ne pouvons pas emplir une ville comme Barcelone de barrières »

    Pas faux, mais cela n’empêche pas de prendre malgré tout des mesures de sécurité, à moins qu’au nom des dogmes idéologiques de la gauche immigrationniste et multiculturelle, la sécurité des citoyens ne soit plus une priorité, puisque de toute façon des attentats auront lieu, alors autant s’habituer à vivre avec le danger terroriste islamiste et éventuellement à mourir, si nous nous trouvons au mauvais endroit, au mauvais moment.

    De passionaria des mouvements anti-expulsions immobilières et des cortèges « no globalisation » au poste de maire de la capitale économique de l’Espagne, son ascension fut autant remarquable que fulgurante.

    En 2007, expulsée de sa maison, Ada Colau avait accusé les politiciens espagnols d’êtres « les forces du Mal » et s’était prononcée contre le capitalisme déshumanisant des banques..

    Dès son arrivée au pouvoir, son idéologie gauchiste fut appliquée à la lettre : portes ouvertes à tous, en particulier aux migrants africains, à l’exception des touristes, à l’encontre desquels, elle a engagé une lutte extrêmement dure. Les Européens en bermuda sont beaucoup trop nombreux et ils constituent le problème, non la grande communauté musulmane présente à Barcelone.

    « Afueras los turistas ! » peut-on lire de plus en plus souvent sur les murs du Barrio gotico de Barcelone. Asphyxiée par des flots de visiteurs, la ville veut juguler leur afflux en limitant la capacité d’hébergement.

    « Numerus clausus » contre la «turistificatiòn », Barcelone n’est pas à vendre. « Assez d’excuses, accueillons les réfugiés »

    Tel était le slogan de la grande manifestation, organisée en février dernier à Barcelone, pour l’accueil de milliers de migrants, qui eux n’asphyxieront pas la ville, mais seront une source inépuisable de richesses, et ce dans tous les domaines.

    La maire Ada Colau, avait appelé les manifestants à « emplir les rues » pour cette marche intitulée « nous voulons accueillir » (« volem acollir », en catalan).

    La manifestation était organisée par la plateforme « Chez nous c’est chez vous »

    « Nous sommes la capitale de l’espoir dans une Europe de plus en plus xénophobe » expliqua la maire Colau.

    En 2015, après les massacres de Paris par des terroristes islamistes, elle signa sans surprise un manifeste contre … l’islamophobie « Non en nuestro nombre » (Non en notre nom) qui dénonçait le fanatisme de l’EI « comme une réponse fonctionnelle au fanatisme raciste européen. »

    En tant que maire, Colau veut autoriser la construction d’une méga-mosquée, afin de rendre plus visible la pluralité religieuse de la ville. Dans le même temps, on enlève les symboles du christianisme dans les rues, les écoles, les mairies et autres instituions publiques afin d’occulter le passé catholique du pays.

    Sait-on jamais, ces symboles chrétiens pourraient stigmatiser une certaine communauté, offensée, terrorisée par la seule présence d’une Croix, le cauchemar des musulmans.

    Le 13 juillet 2015, le maire de Cenicientos abolit le Chemin de Croix du Peuple sous prétexte que « ce chemin de croix avait démontré un manque de respect pour les personnes qui ne professent aucune religion ou qui professent l’islam. » Ménageons, ménageons la délicate susceptibilité des « pieux » musulmans. Ils remercieront notre respectueuse sollicitude à leur égard à leur fraternelle et chaleureuse manière …

    Elle a également institué un « Observatoire des insultes « dont seraient victimes les musulmans de Barcelone. Et les insultes, voire les menaces, proférées par certains membres de la meilleure communauté qui soit à l’égard des chrétiens, justifiée par leur noble livre sacré, ne seraient que d’aimables babillages ?

    Et pendant que la gauche protège et multiplie les lieux de culte musulmans, un anti-christianisme virulent particulièrement inquiétant se développe en Espagne.

    Quatre-vingts ans après la guerre d’Espagne (1936-1939), une laïcité agressive resurgit dans ce pays. Les actes hostiles au christianisme ont doublé au cours de ces deux dernières années selon le rapport 2016 de l’Observatoire de la liberté religieuse. Certes, comme nombre d’autres pays, l’Espagne a subi des attentats islamistes visant des bâtiments chrétiens et ceux qui les protègent. Mais la virulence de l’offensive laïciste est symptomatique d’une radicalisation idéologique. Il est à noter que l’offensive laïciste ne vise que le christianisme, l’islam n’étant pas la cible des courageux laïcs.

    L’aveuglement maladif de la gauche mondiale, signe d’une intelligence, au ras des pâquerettes, l’empêche d’accepter l’évidence, celle de l’échec dramatique de ses dogmes, qui une fois appliqués, apportent l’ oppression, la misère, et la mort de la liberté. Dans ce sens, la gauche semble être en parfaite syntonie avec l’idéologie islamique. Cela explique sans doute son islamophilie frisant la folie suicidaire, dans laquelle elle veut entraîner l’Occident.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

  8. Fallaci

    De Karl Marx à Mahomet : la diabolique alliance Espagnole entre la gauche et les fondamentalistes islamiques.

    En 2004, Oriana Fallaci écrivit dans « La Force de la Raison* » : «A Madrid, le processus d’islamisation avance rapidement.»

    Mais cette vérité vaut pour toute l’Espagne. De Barcelone à Madrid, de San Sebastian à Valladolid, d’Alicante à Jerez de la Frontera, vous y trouvez les terroristes les mieux entraînés de la planète.

    Ce n’est pas un hasard si en juillet 2001, avant de s’installer à Miami, Mohamed Atta, l’un des « martyrs » du 11 septembre 2001, s’y arrêta afin de rendre visite à un compagnon de lutte détenu dans la prison de Tarragona, un expert en explosifs.

    Et de n’est pas non plus une coïncidence, si de Malaga à Gibraltar, de Cadix à Séville, de Cordoue à Grenade, les nababs marocains, les membres de la famille royale saoudienne, les émirs du Golfe ont tous acheté les plus belles terres de la région.

    Ils y financent la propagande et le prosélytisme, récompensent les converties, qui donnent naissance à un garçon, en leur octroyant une prime de 6000 dollars, offrent mille dollars aux femmes et aux fillettes, qui portent le hijab. Ce n’est donc pas par amour pour Allah que certaines pieuses musulmanes revêtent la tenue islamique de la modestie et de la pudeur, mais par amour du dieu… argent.

    Cette Espagne où quasi tous les Espagnols croient encore au mythe de l’Age d’Or d’al- Andalus et au paradis perdu de l’Andalousie mauresque.

    Comme l’a observé la philosophe espagnole Maria Rosa Rodriguez Magda: «la nostalgie de l’Espagne musulmane passée et du Califat omeyyade d’Al-Andalous est au cœur des revendications et processus de légitimation des islamistes radicaux et même des terroristes qui revendiquent la « récupération du territoire andalou, lequel appartiendrait de droit à la civilisation islamique ».

    La Grenade musulmane mythifiée tant par les islamistes que par les partisans du multiculturalisme et du dialogue des civilisations valide en fait les mobiles irrédentistes des islamistes contemporains.

    Cette Espagne, où il existe un mouvement politique, appelé « Association pour le Retour de l’Andalousie à l’islam » et où dans le quartier historique d’Albaicin, à quelques mètres du couvent où vivent les religieuses cloîtrées, dévouées à Saint Thomas, fut inaugurée en 2003 la grande mosquée de Grenade et son centre islamique.

    (l’Association pour le Retour de l’Islam en Andalousie est un mouvement radical composé de néo-convertis. Il appelle au rétablissement du Califat arabe de Cordoue. Certains passages des tracts de propagande diffusés par l’Association sont révélateurs de l’idéologie antichrétienne du mouvement qui provient de l’extrême-gauche : « Le racisme de l’Eglise catholique en Espagne, avec sa politique de génocide durant l’Inquisition, fut utilisé comme instrument de torture par le fascisme.

    Celui-ci ravagea l’Europe pendant la première phase d’anarchie que le sionisme envoya par vagues tout en mettant au point ses méthodes bancaires de contrôle à long terme. Ce fut l’Europe chrétienne qui entreprit l’élimination de la civilisation islamique et ce fut l’Europe chrétienne qui baissa la tête en acquiesçant au fascisme. L’Islam est le modèle de l’avenir…»)

    Evènement rendu possible grâce à l’Acte d’Entente, signé par le socialiste Felipe Gonzales en 1992 afin de garantir aux musulmans d’Espagne la pleine reconnaissance juridique.

    Entente matérialisée par les milliards versés par la Libye, la Malaisie, l’Arabie saoudite, le Brunei et le richissime sultan de Sharjai, dont le fils présida la cérémonie d’inauguration par ces mots :

    «Je suis ici avec l’émotion de celui qui retourne dans sa patrie. »

    Ce à quoi, les convertis espagnols (ils sont environ 2000 à Grenade) répondirent émus :

    « Nous sommes en train de retrouver nos racines».

    Huit siècles de joug musulman se digèrent mal et de trop nombreux Espagnols ont encore le coran dans le sang, cela explique pourquoi l’Espagne est le pays européen où le processus d’islamisation avance avec le plus de spontanéité. C’est aussi le pays dans lequel ce processus existe depuis longtemps.

    Comme l’explique Alexandre Del Valle, dont les nombreux ouvrages fondamentaux sur l’offensive islamique et le totalitarisme islamique sont copieusement dénigrés et insultés par le politically correct», «l’Association pour le retour de l’Andalousie à l’islam » naquit à Cordoue il y a 30 ans. Et ce ne furent pas les fils d’Allah qui la créèrent, mais les Espagnols d’extrême gauche, qui déçus par l’embourgeoisement du prolétariat et désireux de s’adonner à d’autres ivresses mystiques découvrirent le dieu du coran et passèrent ainsi de Karl Marx à Mahomet.

    Immédiatement, les nababs marocains, les Altesses Royales saoudiennes, les émirs du Golfe se précipitèrent pour la «bénir» avec beaucoup d’argent en guise « d’encens et de prières « et l’Association se mit à fleurir abondamment. Des apostats, en provenance de Barcelone, de Guadalajara, de Valladolid, de Ciudad Real, de León, mais aussi de Grande-Bretagne, de Suède, du Danemark, d’Allemagne, d’Italie et même d’Amérique rejoignirent étrangement la noble Association pour le retour de l’Andalousie à l’islam. Et cela, sans que le gouvernement espagnol n’intervienne ni que l’Eglise catholique ne s’alarme le moins du monde.

    En 1979, au nom du sacro-saint œcuménisme islamo-chrétien, l’évêque de Cordoue autorisa l’Association à célébrer la fête du sacrifice ou la fête de l’égorgement halal d’agneaux à l’intérieur de la cathédrale. « Nous sommes tous frères », déclara l’évêque, l’ingénu infidèle utile de l’islam.

    Cette naïve amabilité fraternelle fut à l’origine de quelques problèmes : les croix furent enlevées, les Madones renversées et les bénitiers remplis d’abats des malheureux agneaux égorgés pour Allah dans la cathédrale !!!

    L’année suivante, l’évêque de Cordoue suggéra à l’Association d’aller célébrer la fête du sacrifice à Séville. Mais, à Séville, on commémorait la semaine sainte et Jésus.

    Ce qui déplut aux pieux et tolérants musulmans. Les nouveaux frères de Mahomet hurlèrent au passage du cortège : « Vive l’Andalousie musulmane, à bas Torquemada, Allah vaincra. » Puis, ils se jetèrent sur leurs anciens frères en Christ et les frappèrent. Ils furent priés de quitter Séville. Ils rejoignirent alors Grenade et s’installèrent dans le quartier historique d’Albaicin.

    Malgré l’anticléricalisme primaire, dont ils firent preuve lors de la procession de la semaine sainte à Séville, ces gens n’étaient pas des naïfs. Ils créèrent à Grenade leur réalité, similaire à celle qui phagocytait Beyrouth ces années-là. Cette même réalité qui de nos jours phagocyte de nombreuses villes françaises, allemandes, italiennes, hollandaises, suédoises, danoises.

    Aujourd’hui, le quartier d’Albaicin est un état dans l’état. Un fief islamique avec ses lois, ses institutions, son hôpital, son cimetière, son abattoir, son journal « La Hora del islam », ses maisons d’édition, ses bibliothèques, ses écoles, qui enseignent exclusivement comment mémoriser le coran, ses magasins, ses marchés, ses boutiques artisanales, ses banques. Et même sa propre monnaie en pièces d’or et d’argent frappée sur le modèle des dirhams, utilisés à l’époque de Boabdil, le dernier souverain maure d’ al-Andalou. Les monnaies sont frappées dans un atelier de la calle San Gregorio et pour les habituelles raisons d’ordre public, le Ministère des Finances espagnol feint d’ignorer.

    Capitulation de Grenade, peinture de Francisco Pradilla y Ortiz

    Le gouvernement espagnol, à l’instar d’autres gouvernements occidentaux, laisse se développer un état islamique indépendant dans l’état. N’y a-t-il pas là de quoi susciter des interrogations et quelques inquiétudes ? Comment l’Occident en est-il arrivé à ce stade de dhimmitude avancée ? L’argent des riches nations arabes, arrosant si généreusement l’Occident, serait-il la seule explication ?

    L’islam se répand, non seulement grâce aux pétrodollars, mais aussi grâce à ses idiots utiles occidentaux.

    Il n’y a rien à faire pour leur ouvrir leurs yeux, ils refusent d’accepter la réalité, même quand cette réalité les frappe en plein visage et leur hurle : « regardez-moi, je suis là devant vous. »

    Leur système neuronal est programmé pour nier l’évidence. Pour la gauche, la réalité est aussi répugnante que l’ail pour les vampires : dès qu’on la révèle, ils fuient en hurlant, comme possédés par le démon de l’Ombre.

    Après l’horreur de Barcelone, nombreux furent les articles rédigés sur ce sujet. Ils déploraient tous « notre liberté attaquée », « notre liberté menacée », mais sans mentionner une seule fois les mots « islam » ou « musulman ». La seule concession au « politiquement correct » fut le terme Isis, qui signifie tout et rien, car Isis est tout simplement un épiphénomène, la manifestation visible et temporaire d’un processus historique plus complexe, qui concerne la guerre séculaire interne à l’islam et la guerre séculaire de l’islam à l’Occident.

    Aujourd’hui, nous avons l’Isis, hier c’était al-Qaïda, avant hier, L’OLP… mais il y aussi les Frères musulmans et son radicalisme violent et diffus ou l’intégrisme salafiste et wahhabite, qui tous alimentent la même haine virulente envers l’Occident dans les mosquées et écoles coraniques européennes, financées par les « alliés » saoudiens et autres «amis» musulmans, d’où sortent endoctrinés et impitoyables les assassins de notre liberté, les meurtriers de nos concitoyens.

    Pourquoi l’intelligentsia progressiste, l’élite mondialiste, les dirigeants incapables de l’Europe évitent-ils soigneusement de donner une réponse franche à une simple question :

    « l’islam est-il compatible avec les valeurs de l’Occident ? »

    C’est là que réside le problème, car dans leur immense hypocrisie, ils refusent d’ admettre publiquement la nature dangereuse de cette pseudo- religion, la faillite de leurs folles politiques immigrationnistes, l’échec de leurs délires multiculturels imposés à tous et condamnent ainsi les peuples européens aux malheurs de la soumission à l’idéologie islamo-nazie.

    Dans son dernier livre « The Challenge of Dawa » (le Défi du Prosélytisme) Ayan Hirsi Ali écrit :

    « L’islam est une subversion de l’intérieur, il utilise notre liberté religieuse pour bouleverser cette liberté et imposer la charia ».

    Ce livre est une analyse précise de l’incompatibilité de l’islam avec l’Occident, une incompatibilité, que réfutent avec force nos irresponsables politiques. Ils se concentrent seulement sur les actes de violence, en ignorant l’idéologie islamiste, qui inspire, soutient et justifie de tels actes. Et cette idéologie trouve son fondement dans la Dawa, le prosélytisme islamique, base doctrinale pour chaque musulman, car l’islam n’est pas une religion comme le christianisme ou le bouddhisme, mais il est avant tout une « religion politique ».

    La Dawa n’a rien à voir avec une activité missionnaire chrétienne ou des œuvres humanitaires et solidaires entre croyants d’une même foi. Il s’agit d’une véritable action politique, qui vise à l’islamisation sociale et civile du pays dans lequel elle opère.

    L’objectif de la Dawa n’est pas de sauver les âmes, mais de détruire les institutions d’une Société et les substituer par la charia.

    La Dawa utilise l’immigration musulmane et la gauche pour atteindre son objectif : celui d’imposer la loi islamique aux Sociétés occidentales. Et tous les moyens sont autorisés.
    L’immigration ou la Hijra pour répandre la charia est un devoir louable pour tout musulman.
    Réduire le statut social des femmes pour les transformer en « machines reproductrices » afin de réaliser la grande mutation démographique de l’Occident, non pour payer nos futures retraites, comme nous le serinent nos irresponsables politiques, mais pour prendre le pouvoir, au nom d’Allah, une fois les communautés musulmanes devenues majoritaires.
    « Car l’unique art où les fils d’Allah ont toujours excellé, c’est l’art d’envahir, conquérir, soumettre. La proie qui leur a toujours inspiré la plus forte convoitise, c’est l’Europe, le monde chrétien […] Aucune loi liberticide ne pourra jamais démentir que dans les années soixante-dix et quatre-vingt, c’est justement grâce à [leur] fertilité renversante que les chiites ont pu s’emparer de Beyrouth, évincer la majorité chrétienne maronite…

    Mais, surtout, il suffit de se rappeler ce que Boumediene [2e Président de la République algérienne, suite à un coup d’Etat] dit en 1974 devant l’Assemblée des Nations Unies : “ Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour faire irruption dans l’hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire. Il ne disait là rien de nouveau. Encore moins de génial. La Politique du Ventre, c’est-à-dire la stratégie consistant à exporter des êtres humains et à les faire enfanter abondamment, a toujours été la méthode la plus simple et la plus sûre pour s’approprier un territoire, dominer un pays, se substituer à un peuple ou l’asservir. Et depuis le VIIIe siècle, l’expansionnisme islamique s’est toujours déroulé à l’ombre de cette stratégie. Souvent à travers le viol et le concubinage […] Et aujourd’hui, ce projet est un précepte. Dans toutes les mosquées d’Europe, la prière du vendredi s’accompagne de l’exhortation qui incite les femmes musulmanes à ‘ avoir chacune au moins cinq enfants. ’ (Oriana Fallaci : extrait du livre ‘ La Force de la Raison ’)

    Obtenir l’appui des partis progressistes gauchistes de nos sociétés démocratiques, plus enclins à accepter les revendications islamiques au nom de leur imaginaire coexistence pacifique est primordial.
    La Dawa est un cheval de Troie, par lequel l’islam se déguise en ‘minorité » en Occident, se sert des garanties et des droits, qui lui sont accordés, et profite des ‘ idiots utiles ’ qui lui permettent de réaliser son objectif de domination.
    La violence islamique sous forme de djihad ou de terrorisme n’est qu’une extension de la Dawa, que tout musulman doit suivre.
    Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

    Aujourd’hui, pour un chrétien, la séparation entre l’Eglise et l’Etat est un fait acquis. Pour l’islam, non, car sa nature est avant tout politique.

    La gauche, face à l’horreur de la violence islamiste, préfère détourner le regard, afin de ne pas devoir affronter la réalité, à savoir que l’islam est incompatible avec les valeurs de l’Occident. C’est l’attitude typique de tous les ‘ idiots utiles ’ de l’islam, qui œuvrent avez un zèle remarquable et le cœur joyeux à la soumission de l’Occident à cette idéologie de mort.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

    Source : ‘ Da Karl Marx a Maometto. La diabolica alleanza spagnola tra sinistra e fondamentalisti ’ (Il Gironale.it)

  9. J

    Les Espagnols ont toutes les raisons de se dresser contre la peste verte, qui les a déjà opprimés pendant plusieurs siècles. Reconquistada.

  10. Révolution

    La solution : tout les musulmans doivent retourner chez eux ,
    dans leur pays d’origine, ils ne sont là que pour conquérir toute l’Europe sinon le monde
    et d’imposer leur doctrine et de répendre la terreur partout
    mais j’irai plus loin encore il faut stopper toute immigration non européennes

  11. Anne Lauwaert

    A quoi ressemblerait l’Europe si un matin toutes les mosquées se réveillaient taguées… ?

  12. Laurent P.Laurent P.

    Machette sur la tête…
    Les Espagnols se souviennent, eux, que les musulmans ont été virés lors de la Reconquista, simplement à grands coups de simples morceaux de ferrailles plats, pointus et affutés, vigoureusement appliqués sur le crâne des mahométans, qu’ils s’obstinent à ne pas protéger, gardant toujours uniquement un turban, voir les talibans en Afghanistan. Il faut se rappeler que ce fut l’une des causes de leur défaite pendant les abordages lors de la bataille navale de Lépante. Idem lors de la bataille de Poitiers, où les Francs étaient bardés de protections en fer.
    Mais pour mettre un coup de machette sur la tête d’un terroriste encore faut-il avoir une machette, ou équivalent, sous la main…
    Au vu du prix dérisoire de ces outils agricoles, ne vous privez pas d’en acheter au moins une pour chaque membre de votre famille.
    Notons que chez Résistance Républicaine cela fait des années que nous vous invitons à vous procurer l’arme choisie par les espagnols pour inciter les terroristes à plier bagages :
    http://resistancerepublicaine.eu/2015/09/16/cazeneuve-veut-nous-interdire-les-armes-a-feu-bah-il-nous-reste-les-couteaux-et-les-machettes/
    ou son équivalen plus efficace en estoc:
    http://resistancerepublicaine.eu/2016/01/01/pour-noel-jai-offert-a-mes-parents-de-70-ans-des-glaives-romains/

  13. patito

    il y a aussi un proverbe espagnol que je traduis pour parler de ce genre de message
    « beaucoup de mousse et peu de chocolat « 

Comments are closed.