Catalogne, après le coup d’Etat du 23 février 1981, celui du premier Octobre 2017 !


Catalogne, après le coup d’Etat du 23 février 1981, celui du premier Octobre 2017 !

AUTEUR : Ramiro Grau Morancho – (Avocat et écrivain. Correspondant académique de l’Académie royale de jurisprudence et de législation.)
IMG : { http://www.alertadigital.com/wp-content/uploads/2016/09/ramiro-grau.jpg }

► Les coups d’État du 1er octobre 2017 et le 23 février 1981 | [1er Octobre 2017 : voir Note 6 en fin d’article]

Au cours de ma vie, j’ai vécu deux coups d’État en Espagne : celui du 23 de février de 1981, je crois me souvenir, que je faisais alors mon service militaire, et le coup d’État qui couvait mené par la Generalité catalana, c’est-à-dire, une Institution basique de l’Etat.

Dans le premier de ces deux cas, un groupe de patriotes espagnols bien intentionnés, mais peut-être mal orientés, et bien sûr trompés par le roi, ont tenté de secouer la situation catastrophique de notre patrie, qui était sur le chemin de la mise au rebut, entre les mains d »un UCD (Unión de Centro Democrático) complètement divisé, avec des baronnies territoriales qui agissaient de leur propre chef.

Les assassinés victimes des terroristes se succédaient jour après jour, et nous étions chemin vers les mille morts invalides, la plupart des gardes civiles, qui fut le corps qui a le plus souffert de ces criminels de l’ETA.

Un lieutenant-colonel de la garde civile, croyant obéir aux «ordres» du chef de l’Etat (n’oubliez pas que l’un des chefs du coup était le 2e chef de la Chambre militaire du roi, pas moins -{Le chef de la salle militaire du roi dirige le corps qui, à l’intérieur de la Chambre, constitue la représentation honorifique de l’institution militaire, dans le service immédiat du roi.}-), a tenté de faire un gouvernement militaire qui prenne en charge la situation, avec l’idée de mettre fin au terrorisme Etarra et mettre un terme aux prétentions de l’indépendentistes dans certaines régions d’Espagne.

Tous remirent leurs armes, se rendirent volontairement, sans résistance et purgèrent une peine d’emprisonnement de nombreuses années, les crimes commis. Et cela malgré la possibilité offerte aux meneurs d’aller à l’étranger, avec un avion qui avait été préparé et une mallette avec trois cents millions de pesetas, pour pouvoir refaire leur vie et vivre avec dignité. [Notes : 1,2,3]

Ils ont préféré faire face aux conséquences de leurs actes, avec la chevalerie des généraux, des chefs et des officiers de l’armée espagnole.

Et, dans le cas des sous-officiers et des membres de la garde civile, il était entendu que l’exemption d’obéissance due était applicable, puisque ces droits avaient déjà négociés par les officiers pour leurs subordonnés, acceptant toute responsabilité pour ce qui s’est passé, dans un geste qui les honore et les honorera toujours.

Mais il est important de souligner qu’aucune institution ne s’est révoltée contre les pouvoirs constitutionnellement établis, sinon que c’était un groupe qui croyait agir en respectant les souhaits du roi pour redresser la situation.

Il va sans dire que le Bourbon, comme toujours, les a « laissés au pied des chevaux » -{ Compromis ; mis dans une situation préjudiciable }.

Le coup d’Etat à venir de la généralité catalane a été d’une gravité de beaucoup supérieure, puisqu’il c’est une des institutions fondamentales de l’État qui se rebelle contre lui.

En fait, les communautés autonomes [Note : 5]sont des parties substantielles de l’Etat et sont constituées, -dans le cas catalan-, «par des provinces limitrophes avec des caractéristiques historiques, culturelles et économiques communes», comme le prévoit l’art. 143 de la Constitution actuelle, 1978. Il revient au président de la communauté autonome -152, 1- « la direction du Conseil des gouverneurs, la représentation suprême de la communauté respective et l’ordinaire de l’État dans celle-ci ».

C’est-à-dire que l’un des organes fondamentaux de l’Etat s’est dédié, pendant des années, à organiser un coup d’Etat contre l’Etat même duquel provient toute sa légitimité politique.

Le gouvernement du PP (Partido Popular) [Note : 4], dans un étalage d’imbécillité et de lâcheté manifeste, a déclaré par la bouche des porte-parole officiels du PP (Partido Popular) qu’il n’a pas l’intention d’appliquer l’article 155 de la Constitution, faute de temps ! et je suppose que pour des raisons d’opportunité ou de stratégie, en supposant que cette bande de lâches en ait une.

L’art. 155, 1 de la Constitution stipule que : « Si une Communauté autonome ne respectait pas les obligations imposées par la Constitution ou d’autres lois, ou agissait d’une manière qui porte gravement atteinte à l’intérêt général de l’Espagne (comme dans le cas dont nous sommes saisis), Le gouvernement, après avoir demandé au président de la Communauté autonome et, en cas d’absence de présence, avec l’approbation à la majorité absolue du Sénat (je pense que le PP a une majorité absolue au Sénat), peut prendre les mesures nécessaires pour obliger ce dernier à se conformer à ces obligations ou à protéger ledit intérêt général « .

Un politicien proéminent et patriote espagnol, Don Alejo Vidal-Cuadras, ancien vice-président du Parlement européen, pas moins, pour le PP, et plus tard presque euro-député pour VOX, a longtemps préconisé une solution consistant à faire que « los Mozos de Escuadra -[Mossos d’Esquadra]- » (bras armé des séparatistes catalans) passent sous la dépendance du Gouvernement espagnol, par l’entremise du Ministre de l’Intérieur, mettant à sa tête un Directeur Général, avec le rang de Lieutenant Général ou Général de la Division de la Garde civile, avec son Etat Major, du même Corps, formé par des généraux, des chefs, des officiers et des sous-officiers.

Et celui qui n’obéit pas, procédure disciplinaire, déduction du témoignage à la voie pénal et la putain de rue. Aux grands maux, les grands remèdes.

Une conclusion finale : les putschistes de 1981 ont assumé galamment et virilement toutes les responsabilités pénales et disciplinaires, et leur principale préoccupation – sinon l’unique – était de décharger de toute responsabilité, tous leurs subordonnés, de lieutenant vers le bas ; alors que ces putschistes lâches, qui ont peur des conséquences juridiques de leurs actes, et tentent de reporter toutes les responsabilités sur la carrière très digne des fonctionnaires à leurs ordres, leurs mozos de escuadra, etc.

Précisément pour sauver leurs responsabilités prévisibles futures, mon conseil juridique est de demander tous les ordres par écrit et avec enregistrement de la sortie, la signature et l’estampille du politique responsable du coup d’État etc.

Nous devrons réfléchir à la construction de nouvelles prisons en Catalogne, car elles vont faire faute !

____________________________________
NOTES :
➡️1°.- Golpe de Estado en España de 1981 { https://es.wikipedia.org/wiki/Golpe_de_Estado_en_Espa%C3%B1a_de_1981 }
➡️2°.- 23F – (23 de Febrero de 1981) : { https://www.youtube.com/results?search_query=23+f+golpe+de+estado }
➡️3°.- Carta dedicada a Antonio Tejero Molina por su hijo Ramón Tejero Díez : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/historia-espana/id8383007#item105451821}
➡️4°.- PP : Partito Popular { https://es.wikipedia.org/wiki/Partido_Popular }
➡️5°.- Communautés Autonomes d’Espagne : { https://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9s_autonomes_d%27Espagne }
➡️6°.- El Constitucional mantiene la suspensión de la reforma para la tramitación exprés del referéndum catalán del 1 de octubre.- Carles Puigdemont. El pleno del Tribunal Constitucional (TC) ha rechazado este miércoles el recurso de la Generalitat de Cataluña y mantiene la suspensión de la reforma del Reglamento del Parlament que permitiría…

Traduction pour Résistance républicaine par Marcher sur des Oeufs




Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


5 thoughts on “Catalogne, après le coup d’Etat du 23 février 1981, celui du premier Octobre 2017 !

  1. Renoir

    La société catalane, hélas, est totalement macronisée: ce sont les banquiers, et eux seuls, qui dirigent le mouvement sécessioniste, pour l’indépendance… de leurs profits, bien sûr !
    C’est un peuple de commerçants, ils pensent d’abord au fric donc ils sont européistes et immigrationnistes, la logique est imparable.
    Voila pourquoi nous devons nous opposer à cette volonté d’indépendance, faux nez d’une dépendance, et totale, à l’ordre mondialiste.
    Visca la Catalunya catalana ! Fora els estrangers a la nostra civilitzacio !

  2. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Je reconnais la traduction laisse à désirer, mais ça m’a été un peu difficile à comprendre.

    En fait l’histoire est celle ci (pour les hispanophones voici quelques videos mises dans le dossier « 23-F de 1981 » sous-dossier de « HISTOIRE d’ESPAGNE » de mon compte Pearltrees) ; [voir REFs : 4]. Il semble que le fin fond de l’histoire ne soit pas une tentative de coup d’Etat mais d’un « coup de gouvernement ».
    C’était l’époque des aspirations indépendantistes et de leurs manifestations violentes.
    Le roi semble avoir participé à une cabale contre son propre chef de gouvernement, à l’époque Adolfo SUÁREZ GONZALEZ { https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolfo_Su%C3%A1rez }, qui, à l’instar de De Gaulle, était allergique à l’OTAN et à la tutelle étasunienne ; son gouvernement ne partageait pas son point de vue et une bonne majorité des autres partis, dont le PSE (Parti Socialiste Espagnol) encore moins. C’est Adolfo Suarez qui est à l’origine de la reconstruction politique espagnole après la période franquiste et de son tournant démocratique { https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolfo_Su%C3%A1rez#Son_.C5.93uvre_politique }.
    C’est une histoire dans laquelle se mêlent intérêts indépendantistes et vues politiques à l’internationale.

    Les protagonistes de ce « coup de gouvernement » et non d’Etat car il ne s’agissait pas d’en terminer avec le royalisme mais bien de destituer le chef de Gouvernement contre lequel une motion de censure était lancée.

    Sur des bandes sonores téléphoniques secrètes de cette nuit-là, on entend le roi s’exprimer déclarant comme un aveu, se référant à l’action menée par : le Capitaine Général Jaime Milans del BOSCH ; le colonel de la Garde civile espagnole Antonio TEJERO MOLINA ; général Alfonso Armada { https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d%27%C3%89tat_du_23_f%C3%A9vrier_1981 } « qu’il y avait eu incompréhension, précipitation… »; ce qui montrait qu’il était au courant que cette action allait/devait être menée.

    Les militaires impliqués ont servi le roi, ont été trahis par un revirement de positions sur la question et ont laissé tombé en se rendant conformément aux règles d’obéissance inhérentes à leurs fonctions. Sans jamais dire pioù, avec la seule condition d’aucune représailles pour leurs subordonnés, ils ont accepté l’oprobe, la déchéance, le jugement, l’emprisonnement avec un esprit chevalresque. Aujourd’hui encore règne le silence, ce sont des témoins de l’époque dont Madame Pilar URBANO, journaliste écrivain politique qui le 23-F était à la Chambre des Diputés en qualité de journaliste. [REFs : 8, 9 , 10] qui ont levé le couvercle sur la réalité des faits.
    _________________________________
    REFs :
    ———
    ➡️1°.- ESPAÑA/ESPAGNE : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/espana-espagne/id12927377 }
    ➡️2°.- HISTORIA : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/historia/id8360224 }
    ➡️3°.- HISTORIA de ESPAÑA : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/historia-espana/id8383007 }
    ➡️4°.- 23-F de 1981 : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/23-f-1981/id18184952 }
    ➡️5°.- SALVA & SAINZ de BARANDA 112 TOMOS { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/salva-sainz-baranda-tomos-1-61/id9075124 }
    ➡️6°.- BIBLIOGRAFIA : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/bibliografia/id8383017 }
    ➡️7°.- Quelques autres références en français concernant la période mauresque en Espagne : { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/granata-gaetano-donizzetti/id16139140/item181559242 }
    ➡️8°.- Pilar URBANO : { https://es.wikipedia.org/wiki/Pilar_Urbano#Otros_datos }.
    ➡️9°.- « La caja negra del golpe » son las « cintas » del CESID { http://www.pearltrees.com/quikoo2013/23-f-1981/id18184952#item206899192 }
    ➡️10°.- Pilar Urbano. 23F, Verdades ocultadas { https://www.youtube.com/watch?v=IlynJW1CVIE }

  3. Eric

    Article intéressant qui montre bien la survivance des idées franquistes chez l’auteur et bien d’autres…
    C’est ridicule de comparer un coup de force avec un processus démocratique.
    Typiquement le genre de bêtises qui a fait basculer tant de catalans de lautonomisme à l’indépendantiste.

Comments are closed.