Faisons nôtre le principe de Sartre : Si le fasciste n’existait pas, l’anti fasciste l’inventerait


Faisons nôtre le principe de Sartre : Si le fasciste n’existait pas, l’anti fasciste l’inventerait

Le navire de Génération identitaire qualifié de « navire nazi » ? Ces qualifications péjoratives de « Nazis », de « racistes » ou de « fascistes » sont récurrentes contre nous de la part de ceux qui pensent nous insulter. Avec l’insulte, ces « démocrates « se posent aux yeux de l’opinion comme des »anti-nazis » ou « anti-fascistes » ou « anti-racistes ». Ils se croient du « bon » côté. Sauf que la morale n’a rien d’absolu. Elle n’est qu’une valeur toute relative, une OPINION comme une autre. Elle ne serait même que le fruit d’un complexe œdipien. Dans tous les cas, en l’espèce, s’agissant de règles prédéfinies, elle incarne une simple idéologie.

Tous les militants islamo-lucides de RR ou du FN sont régulièrement confrontés à ces mises en accusation idéologiques. La tendance pour l’accusé est de vouloir se défendre de ces injures. Beaucoup ont reproché à Marine lors du débat du second tour de n’avoir pas répondu à certaines invectives de Macron. A mon sens elle a eu raison de ne pas tomber dans le piège. Pourquoi ?

Je ne puis m’empêcher d’invoquer Sartre : « Si le juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait ». Formule extraordinairement efficace « Si le fasciste ou le nazi, n’existait pas , l’anti fasciste l’inventerait » !
Cette position de l’anti-nazi se réduit, s’agissant d’une conception du monde prédéfinies, a une simple idéologie. En fait, ce n’est rien d’autre, sur le plan moral, que le CHOIX DE LA HAINE !
Les « haineux » ne sont pas nous, les islamo-lucides-nationalistes-FN-Génération identitaire-etc, mais bien eux, les pseudo-démocrates. Gavés à la haine passionnelle, le cerveau débranché, ils n’entendent plus rien . Il est dès lors inutile de chercher à les convaincre par la raison. A quoi bon essayer de démontrer nos positions ? Si les faits les contredisent, ils en inventeront qui les confirmeront dans leur animo-sité fondatrice.

Je suis frappé par le fait que ces haineux se tiennent pour une élite et qu’ils nous prennent pour des inférieurs. Ce point ne révèle-t-il pas une caractéristique marquante des racistes ? De facto n’est il pas révélateur de ce qu’ils sont en réalité : UN ENSEMBLE D’INDIVIDUS UNIS DANS LA HAINE FACE A DES INFÉRIEURS ! N’est ce pas là la définition du racisme le plus primitif ?
Leur conception du monde repose sur un manichéisme élémentaire : le bien qu’ils proclament représenter doit détruire le mal qu’ils proclament que nous représentons.

Nous suivrons Sartre dans son exceptionnelle analyse : le raciste « canalise les poussées révolutionnaires vers la destruction de certains hommes, non des institutions. Il représente donc une soupape de sûreté pour les classes possédantes qui l’encouragent et substituent ainsi à une haine dangereuse contre un régime, une haine bénigne contre des particuliers. » Tiens…tiens… Tout amalgame avec notre situation contemporaine doit être fait.

Afin de lutter contre ces conformistes allaités à la bienpensance de quelques enseignants-démocrates-révolutionnaires des classes primaires et secondaires voire universitaires ne devrions nous pas suivre Sartre qui conseillait aux juifs de « se choisir comme juif » ?

Puisque nous sommes déterminés par le regard d’autrui, le regard de ces œstres, auto-déclarés « anti-fascistes », pourquoi ne réaliserions nous pas cette condition dont ils nous affublent, celle de Fasciste voire de Nazi (dans la mesure où nos adversaires assimilent l’islamo-lucidité à l’islamophobie voulue par eux comme un racisme !) ?

Pour respecter la dictature du politiquement correct nous mettrions un F majuscule pour France et un N majuscule  pour Nation. A l’heure, où se pose la question de l’unité du FN, s’il devait y avoir une scission, bien qu’improbable, mais supposons, s’il devait y avoir une scission, y aurait il place, à la droite de nouveau FN projeté, soumis à l’ultra dédiabolisation, y aurait il place donc pour un parti clairement fasciste fondé sur l’islamo-lucidité, un parti trans-générationnel identitaire ?
Le choix de la voie démocratique pour accéder au pouvoir est il le bon ?

L’élection de Macron prouve que les Français se veulent troupeau, un beuglant médiatiquement invasif a été élu par une minorité et le troupeau suit ! Un beuglant éventuellement violent, en réponse à la violence des « islamo-fascistes » (Valls) , non moins invasif n’aurait il pas le même succès ? Pourquoi n’assumerions nous pas notre volonté d’ordre à titre de réaction contre l’ordre de la bien-pensance posée comme démocratique ?

Au moins les insultes ne seraient plus offensantes mais valorisantes : Oui, Messieurs et Dames de l’ordre petit bourgeois, (c’est commode on pourrait parler comme eux) , nous voulons instaurer un monde nouveau, insoumis aux Pleven et Gaissot, un monde libéré de l’islam, renvoyé à l’ obscurantisme dans ses pays d’origine ; Un monde libéré de l’esclavagisme moderne ripoliné en libéralisme économique ; Un monde libéré du totalitarisme médiatique ; Un monde nettoyé de ses pseudo-élites, etc… Comme le discours devient aisé.

Je pose juste la question parce que la question se pose : d’évidence le nombre ne fait pas la raison. La démocratie n’est qu’une idéologie parmi d’autres, une façade tronquée dans lequel le peuple est trompé. Qu’est que le gouvernement de la France de nos jours ? Un gouvernement des riches, pour les riches par le peuple lobotomisé. Une majorité populaire névrosée par la cantine médiatique au service de ces riches pervers qui veulent nous abuser en valorisant une religion entendue à la fois comme un gendarme et comme un opium pour leur plus grande prospérité.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Villeneuve

Paysan,Vilain insoumis, j'aime Voltaire, j'admire Maurice Barrès. La lumière fut le 26 août 1789 : Tòca-i se gausas (Gaston de Foix) [Touches-y, si tu oses]. Résistance républicaine Midi Pyrénées


6 thoughts on “Faisons nôtre le principe de Sartre : Si le fasciste n’existait pas, l’anti fasciste l’inventerait

  1. AvatarXtemps

    Vous avez tout à fait raison, le racisme n’est qu’un prétexte passe droit bidon, bien facile tout trouvé parmi d’autres exprès pour nous faire céder à leurs exigences malhonnêtes et pour venir abuser chez nous aeternum, de bouffer dans nos assiettes, si ce n’est pas avec le racisme, ils trouverons bien autre chose pour essayer de nous faire céder à leurs caprices malhonnêtes, et quoi encore, qu’il aillent se faire foutre.
    Appelons les, Profiteurs escrocs racistes à notre tours, arrêter de bouffer dans les assiettes des autres, bande d’escrocs fascistes, à nous de trouver la parade.
    Mais à l’inverse n’essayez pas la même chose avec eux dans leurs pays, alors faisons leurs la pareille, à nous de les traiter de Profiteurs escrocs racistes malhonnêtes et descrocs fascistes profiteurs à leurs tours, s’ils ne retournent pas chez eux, chez nous l’hospitalité çà se demande avec politesses et ne s’impose pas et que nous ne sommes pas leurs obligés ici.
    Tous les anciens pays colonisés avaient eu droit à leurs indépendances, sans se faire traiter de raciste, pourquoi serions nous pour autant racistes?, moi je dis, vive l’indépendance! et à bas les escrocs profiteurs!.
    Le racisme ne parle que de l’atteinte à l’intégrité des races, pas autres choses et surtout pas un passe droit pour les profiteurs, leurs montrer que çà ne marche plus leurs racisme à deux balles, que c’est des escrocs et que il n’y à pas de haine et autres excuses bidons qui tiennent.
    Nous ne voulons pas d’escrocs abuseurs ici, les gens honnêtes sont les bienvenus pas les escrocs, pour vous donner quelques idées, et si voulez en avoir d’autres, j’en ai encore pleins d’autres.
    Soyez créatifs et défendez vous, vous êtes chez vous bordel!, et c’est pas aux autres de dire ce que vous devez faire chez vous, c’est quoi ces conneries.
    Il faut arrêter de se culpabiliser, nous n’avons rien à se reprocher, nous sommes droits dans nos chaussures nous, pourquoi serions nous obliger de céder à leurs chantages, et en quel honneur et au nom de quoi?, dite moi.
    C’est plutôt à nos élus qui manquent à leurs devoir et de respect envers nous, vous ne croyez pas, pour qui ils se prennent ces gens là.
    Déjà ne pas demander l’avis du peuple, c’est déjà le prendre pour de la merde couche toi là par nos dirigeants, à eux non plus, nous les peuples européens autochtones nous ne sommes pas leurs obligés, ils nous doivent du respect! et nous devons rien céder sans nous consulter par référendum, et quoi encore.
    L’immigration si le peuple veut!, référendum! et rien d’autres, pas d’excuses bidons.
    Les peuples libres ont le droit de choisir et de dire non aux dirigeants.
    Non à la dictature Multi colonial et vive l’indépendance, vive la liberté!.

  2. AvatarLouis

    L’accusation de racisme permet de cloisonner le débat en donnant tort à toute personne n’adhérant pas au grand remplacement et à la pensée dominante.
    Le problème réside surtout, je crois dans le fait que beaucoup se soucient bien trop de l’image qu’ils donnent à leur entourage.

    J’ai passé ce cap, et s’il m’arrive parfois ( rarement) de me retenir, je dis en toute simplicité ce que je pense de toute cette mascarade et de ce cataclysme annoncé, qu’il s’agisse des migrants, de l’islam ou de ma sympathie pour le FN
    Je sens bien chez mes interlocuteurs, et c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de vieilles connaissances voire d’amis, poindre le sentiment inquisiteur quand bien même j’argumente en restant très mesuré.
    Beaucoup ont rompu toute relation avec ma compagne et moi pour, je pense, cette raison, sans jamais l’avoir avoué.

    J’ai compris qu’il ne s’agissait pas de véritables amis.
    J’ai compris qu’il ne servait à rien de rester tiède, mais qu’au contraire il fallait marteler ses convictions: Si de faux amis ont une image péjorative de vous, la moindre virgule de travers sera pretexte pour vous dénigrer.
    S’ils sont de véritables amis, alors la relation ne saurait en pâtir.

    Ce que les français pensent tout bas, ils devraient le clamer haut et fort, sans se soucier du qu’en dira t’on car la chape de plomb de l’auto censure explique sans doute cette léthargie actuelle alors que l’on se dirige à grands pas vers la guerre civile.

    1. frejusienfrejusien

      très juste !
      l’image donnée aux autres, surtout rester dans les clous, ne pas risquer d' »apparaitre » comme un nazi ! ne pas quitter le troupeau, c’est très , très mal vu, et on perd toute protection !

  3. Avatarbm77

    j’ai coutume de dire qu’on ne m’en fera pas un deuxième à mon âge et que si je me tais aujourd’hui je mourrai en me disant que j’étais déjà un peu mort déjà.
    Le terme » politiquement correct » pour qualifier le discours ambiant antiraciste n’est peut-être plus de mise, on devrait plutôt employer le terme de bourgeois ou petit bourgeois frileux tellement il est tributaire d’une morale bien pensante similaire à celle que les anars fustigeaient au siècle dernier.
    Les antiracistes sont des rebelles de pacotille tellement ils ont tout le système politico médiatique et même les gros trusts capitalistes avec eux .
    Ces gens me font tellement gerber qu’ils me rendent presque sympathiques les suprématistes da la race blanche qui défendent le général Lee.
    C’est les mêmes qui s’attaquent à la BD de tintin au Congo, ou vont peut-être s’en prendre à Joséphine Baker pour avoir été la meneuse de la revue nègre???
    Comme vous le démontrez très bien, ce sont des gens qui se croit supérieurs intellectuellement par leur idéologie indépassable et qui se pensent indispensables à la bonne marche du monde comme si les gens ne pouvaient penser par eux mêmes .
    Ces cons à force de vouloir éliminer même les termes qu’ils disent racistes de notre langue vont à l’encontre même de la possibilité de ne pas réitérer les défauts qu’ils fustigent en se privant de toute trace mémoriel. C’est comme si on détruisait les vestiges des camps de concentration pour ne plus entendre parler de nazisme.

  4. frejusienfrejusien

    A l’heure où la dictature de la pensée et de la parole se durcit et se renforce, rester en accord avec sa conscience, et ne plus craindre de dire la vérité, quoiqu’il en coûte en perte de « faux amis »

Comments are closed.