Bienvenue en enfer ou la journée ordinaire d’une aide-soignante


Bienvenue en enfer ou la journée ordinaire d’une aide-soignante

Je vais vous raconter une journée, oh ordinaire…
5h : le réveil sonne, je me lève les yeux tout sablonneux…
5h:35: il fait nuit noire, il souffle un vent fort et humide qui donne une de ces envies de dormir…je croise en rejoignant ma voiture quelques lève tôt. Mais pas pour les mêmes raisons, ils sont barbus, portent une sorte de capuche par dessus leur kami et leurs basket hors de prix.
6h, j’arrive, tout est calme, on se change vite au vestiaire, il faut être à l’heure pour les transmissions
6h35: officiellement on commence à travailler, officieusement bienvenue en enfer
6h40-10h30: seule pour 30 personnes à qui il faut donner le journal, le petit déjeuner ( préparé, et servi par nos soins, avec une bonne partie des médicaments vu que l’infirmière elle est seule pour tout l’établissement, lever, laver, doucher ceux dont c’est le tour hebdomadaire, torcher, changer des lits pleins de pisse pleins de merde, refaire les lits, habiller, rouler où ils veulent stationner ceux en fauteuil, débarrasser les plateaux répondre aux sonnettes être partout en même temps, jouer le jeu des 3 dix: tu as dix choses à faire en même temps, tu pense à 10 autres choses pendant ce temps, et y’en a encore 10 qui s’ajoutent.
10h30-11h: officiellement on est en pause, officieusement dépêchez vous d’aller pisser, après vous n’aurez plus le temps et depechez vous d’aller répondre aux vicelards qui sonnent systématiquement à ce moment PRÉCIS sans plus savoir pourquoi..
11h30-13h30: faut mettre aux wc ceux qui préfèrent avant le repas, installer pour le repas, servir le repas, donner la becquée à ceux qui peuvent plus et ceux qui veulent pas, débarrasser les tables, mettre aux wc ceux qui préfèrent après le repas, mettre à la sieste ceux qui veulent y aller même si 10 minutes après ils sonnent pour se faire lever et après diront que vous avez refusé de les coucher….allez cliquer vos soins sur l’ordi quand enfin arrive votre tour, même si vous êtes pas payée a l’acte, faites vos transmissions à l’équipe d’après midi et encore une belle journée de passée. Pour le soir, vous risquez de devoir revenir le lendemain matin si une collègue est absente, donc vous partez à 21h, vous vous levez à 5h du mat, trouvez le temps de dormir c’est pas mon problème…
Mais comme disent tous ceux qui se plaignent de l’épuisement de devoir siéger quelques jours de plus tout en nous trouvant NOUS bien trop payées, VOUS FAITES UN SI BEAU METIER!!! Vous savez quoi??? PRENEZ MA PLACE!!
Etant en congé parental je ne passe pas un jour sans penser à mes collègues, les forçats de maisons de vieux…elles ont encore leurs yeux pour pleurer leur dos cassé c’est déjà ça….





75 thoughts on “Bienvenue en enfer ou la journée ordinaire d’une aide-soignante

  1. .templier.templier

    ouais…et dire que j avais projeté d en faire mon métier dans les années 1997/98.ca ne s est pas fait et je suis resté dans le batiment…aujourdhuie finalement,je ne regrette pas….
    si je serai devenu AIDE-SOIGNANT….pas impossible,je sais pas,que je ne le sois pas très longtemps….
    j ai effectué différents stages en maison de retraite…ouais….
    faut etre blindé pour ce métier….
    j ai été traumatisé…j avoue…d avoir assisté comme ca en direct a la MORT DE CERTAINS PENSIONNAIRES DE CES MAISONS DE RETRAITE…
    j ai encore ces images des petits vieux sur leurs fauteuils roulants,la bouche grande ouverte,dans la piece principale ou ils etaient tous entassés attendant peut etre le départ pour l autre monde….
    ouais ca m a marqué…j avais pas vu les choses comme ca!!!!
    mais ca fait réflechir aussi quand viendra notre heure…
    la dechéance physique et mental….
    j ai meme cru devenir un peu fou…
    j ai pleuré longtemps en me cachant…j ignorai totalement que j étais sensible a la souffrance des petits vieux…
    GAVIVA….VOUS AVEZ TOUS MON RESPECT
    MILLE FELICITATIONS DE VOS SACRIFICES…

  2. NICOLAS F

    On devrait surtout enseigner aux français à prendre leur santé en mains ,de comprendre les rudiments du fonctionnement de leur corps,de donner la priorité à la prévention .Cela aurait pour résultat de RESPECTER le travail des soignants (et des médecins).Etre malade n’est pas forcément devenir dépendant ou dominé par la peur. Et se comporter comme un tyran.
    Apprendre à gérer son stress,poser les bonnes questions,en quelque sorte collaborer avec ceux qui soignent, c’est le devoir du malade;
    Et non pas considérer que ceux qui soignent sont taillables et corvéables à merci comme les serfs du moyen âge;
    Respect pour ceux qui soignent . Guérir est sans doute une fonction bien plus culturelle qu’on ne le pense.Dans ma région de Bretagne il y a très peu de confrontation à l’obscurantisme dans les services de santé.
    C’est déjà çà.Si vous voyez ce que je veux dire.Etre malade et guérir entre soi,c’est le pied !
    Et savoir que l’on vieillit comme l’on a vécu .L’âge n’est pas une fatalité mais se prépare longtemps à l’avance;

    1. PUGNACITÉ

      J’ose espérer pour vous et pour les propos radicaux qui sont les vôtres que vous pourrez être autonome tant intellectuellement que physiquement jusqu’à la fin de votre existence.
      Si tel n’est pas le cas vous mesurée l’écart entre la réalité et les y a qu’à faut qu’on.

      1. CIGALE

        …. « les fau qu’on » dites vous ? Par contre vous en êtes une vraie !!!! Toujours autant de bile dans vos propos ; vous n’avez donc jamais travaillé ? Il est vrai que défendre cette armée de migrants qui nous envahissent est beaucoup moins fatiguant ! seule votre langue doit être atrophiée !

        1. PUGNACITÉ

          Vos insultes ne vous honorent assurément pas.
          Vous auriez davantage de pertinence et de crédibilité en argumentant vos contradictions.
          On se croirait dans la mievrerie médiocre des anciens commentaires sur Libe.

    1. PUGNACITÉ

      J’ose espérer que vous serez aussi compréhensive lorsque vous serez en situation de dépendance ou sous le joug d’une telle personne dont je pense qu’elle est anti professionnelle.
      Tous les métiers ont leurs avantages et leurs inconvénients.
      Celui ci y compris.Ni plus ni moins.
      Son aversion pour les personnes dépendantes est inquiétante.
      Il serait opportun qu’elle change de métier .

  3. POLLETT DANIELPOLLETT DANIEL

    Bravo pour cet article ! Les Sans-Dents qui ne sont rien peuvent bien travailler encore plus longtemps, la France continue d’accueillir tous les profiteurs du monde…

    1. PUGNACITÉ

      ???!!!
      Dans une structure qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’une association chaque salarié à quelque posté qu’il ait est un maillon d’une chaine et est indispensable au bon fonctionnement.
      Direction ou agent d’entretien même combat.Chacun dans son rôle et sa fonction concourt au bon fonctionnement.
      Ce misérabilisme pleurnichard qui vise à exonérer des salariés de contraintes minimales professionnelles au motif que leur niveau salarial est faible constitue une preuve de mépris de leur utilité sociale et de leur contribution et n’est pas en phase avec la réalité.

  4. PARISIENNE

    Le portrait plus que sombre que vous dépeignez de la profession que vous exercez avec tant de compassion et de respect pour les » pisseurs » et « chieurs » qui semblent faire tout sciemment pour en fait vous ennuyer et pour certains d’entre eux plus PERVERS que les autres vous « sonnent » au moment où vous n’êtes pas disponible!
    Que votre profession soit mal rémunérée comme beaucoup d’autres c’est incontestable ,que vous soyez furieuse pour X raisons, je le conçois ;j’aurais envie de vous dire profitez de votre congé parental pour réfléchir à changer d’orientation et vous diriger vers une profession qui correspondra à vos désirs et à votre ambition.

    1. GAVIVA

      Mes désirs mes ambitions n’ont hélas pas grand chose à voir avec la réalité. Celle de devoir travailler pour gagner sa vie. Pourquoi pareil coup de gueule?? A la base c’était un commentaire sur l’article décrivant les PLAINTES des parlementaires….Mon métier je l’ai choisi QUAND MÊME, je voulais être infirmière je n’ai pas pu mener mes études à bien ( parcontre le « mentor » de skouachi a eut toutes les aides possibles faut croire!) faute de pouvoir subvenir à mes besoins, et mettre une pancarte a louer entre mes fesses pour payer mes études ( comme bcp d’autres et je ne les juge pas) je ne l’ai pas fait. Ensuite le diplome d’aide soignant a été bradé, donné! Pas d’examen final, 10 mois de formation au lieu de 12 et un programme des plus allégés…bcp de chomeurs et chomeuses s’y sont vus presque collés d’office. Pour raisons alimentaires. Il n’y a aucune honte à ça. Mais il y en a maintenant tellement sur le marché, sans parlé de « medecins » ou « d’infirmières » étrangers ( afrique et maghreb pour changer..) qui piquent des boulot d’aide soignant. Ca se dit médecin et ca ne sait pas utiliser un tensiomètre??? JE L’AI VU et je me suis pincée croyez moi! Alors ceux et celles qui se retrouvent dans des EHPAD et subissent les cadences infernales, les exigences délirantes de l’encadrement, la véritable maltraitance de certains résidents ou leur famille, l’épuisement, le stress, le dos bousillé ETC et qui se disent oh moi j’adore ça c’est mon rêve j’adore travailler en maison de retraite…ceux et celles là ne restaient pas longtemps. J’en reviens a votre conclusion, vous ne devez pas avoir conscience de la situation de l’emploi aujourd’hui pour me sortir pareille ânerie.

    2. Ramadan2lait

      Puisqu’on ne peut hélas pas commenter librement, je dirais juste à »parisienne » de prendre la place de cette aide soignante pendant un mois, pour un salaire de misère (à peine plus que le SMIC) et on en reparle, Madame la donneuse de leçons.

      1. PARISIENNE

        Libre à vous de penser que parler de personnes dépendantes de cette façon est normal, je ne donne aucune leçon je dis simplement à cette jeune femme qui semble vivre un enfer journalier ,d’envisager une autre solution quant à son devenir…Je connais fort bien la situation de l’emploi actuellement et puisque nous entendons Gaviva dont je ne remets pas en doute ce qu’elle ,vit je serais désireuse d’entendre le ressenti des personnes se trouvant en ehpad et de leur famille.
        Deplus pour avoir fait une première , année commune d’études d’infirmière à une époque où pour pour faire les études choisies il s’agissait d’une obligation durant une année , j’ai vidé les bassins des malades effectué des taches réservées aux stagiaires croix bleu ou croix rouge et dans ce domaine , nous étions gatées! je me permets de souligner que cette année n’a pas été rémunérée et que je n’avais que 18 ans.

        1. Ramadan2lait

          Bla bla bla, l’épuisement professionnel, les suicides chez les soignants poussés à bout ça vous dit quelque chose ?
          Quant à ce que dit cette AS est complètement vrai, que ça vous plaise ou non n’est qu’un détail de l’histoire.

          1. PUGNACITÉ

            Espérons dans ce cas que lorsque vous serez hospitalisé et en situation de vulnérabilité vous serez pris en charge par une telle professionnelle .
            Quant aux arguments selon lesquels c’est uniquement la faute du système avec exonération de la responsabilité professionnelle personnelle je n’y adhere pas.

          2. PUGNACITÉ

            La responsabilité personnelle et le professionnalisme minimal requis pour occuper un poste et assumer une fonction, ça »vous dit quelque chose.
            Victimisation et misérabilisme à la clé ne confèrent pas crédibilité et professionnalisme.
            Je comprends mieux pourquoi nous sommes envahis.

      2. PUGNACITÉ

        Exercer un métier que l’on ne peut pas supporter et accompagner des gens qu’on execre et méprise n’est pas une solution et une option moralement, intellectuellement et professionnellement envisageable.
        Tous les métiers revêtent des inconvénients et comportent des difficultés ,du haut en bas de la hiérarchie.
        Chacun doit savoir ce qu’il veut et peut faire et s’orienter en conséquence pour être au mieux dans sa tête et dans sa vie et pour que son travail revête une utilité sociale réelle et reconnue.
        Il vaut mieux être une bonne vendeuse, caissière,travailleuse à la chaîne ou autre plutôt qu’une aide soignante non en adéquation avec le poste qu’elle occupe.

  5. MaximeMaxime

    Quand on lit ce témoignage, on se dit qu’il faudrait instaurer une sorte de collectivisation pour sauver les salariés du privé et certains fonctionnaires qui n’en peuvent plus. Il existe trop d’injustice, avec ailleurs des gens profitant de rentes de situation ou vivant de la malhonnêteté.
    Pour mieux répartir les emplois, je ne vois que cela, au prix d’un recul de la liberté d’entreprendre.
    Il faut aussi mettre fin à des injustices tenant à des situations acquises en raison de prescriptions juridiques extinctives également. Les revenus du travail devraient être très peu taxés, tandis que successions et donations le seraient largement pour que les citoyens soient égaux face à la dégradation de l’économie et des finances publiques au lieu de perpétuer des situation figées dues à des disparités de contexte voire des fraudes. Beaucoup de fortunes se sont bâties de façon condamnable de ce point de vue.
    Pour en revenir à votre métier, à qui la faute selon vous ? Un patronat trop gourmand qui pressurise son personnel, des aides publiques insuffisantes (si c’est dans le privé) ou budget public insuffisant (dans le public) ?
    Vu du côté du patient, pour avoir suivi cela récemment à propos d’un proche, on a l’impression que les aide-soignants, pour certains, font exprès de laisser la personne âgée des heures sur le pot alors qu’elle ne peut pas se relever, comme un légume… C’est sans doute injuste en général mais c’est ainsi vécu, surtout que certains sont gentils et d’autres non et comme par hasard, les gentils font plus attention que les autres. L’entourage doit être très vigilant sur le risque de maltraitance car ce n’est pas à la personne âgée de payer pour les excès du patron. Certains établissements devraient se voir retirer leur agrément mais on peut imaginer qu’ici aussi, les moyens sont insuffisants.
    Il ne suffit pas de remettre dans l’ordre dans les flux migratoires, il y a une réforme à faire en interne pour plus de justice et d’équité. La fausse gauche ne s’y collera pas, elle qui préfère exploiter le filon facile des prétendues discriminations (alors que notre arsenal législatif est désormais parfait et qu’il n’y a plus de lutte à mener dans ce domaine au niveau politique) ou attaquer les classes moyennes que les puissants qui, d’ailleurs, ne s’y trompent pas, puisqu’ils la soutiennent en général… « Potentes » et « humiliores », l’éternelle opposition : finirons-nous par y remettre de l’ordre ?

    1. GAVIVA

      Je comprend votre point de et je peux vous dire que les soignants, et ce quelque soit le dommaine ou la qualification ne sont ni des anges, ni des saints. Et qu’il y a aussi des individus infects, maltraitants envers les patients, les collègues et les stagiaires. Le livre omerta a l’hopital en parle très bien, a travers différents témoignages. Un VASTE sujet en effet.

      1. PUGNACITÉ

        Madame les horaires que vous donnez sont atypiques .Ils ne correspondent pas à ceux pratiqués tant dans le medico social que dans le sanitaire.
        A moins que vous soyez au bloc opératoire .
        Ce qui ne semble pas être le cas….

        1. Ramadan2lait

          ???
          Pardon ?
          Je suis moi même IDE ex AS, d’où sortez vous vos « certitudes » complètement erronées ?

        2. Vent d'Est, Vent d'Ouest

          @ Pugnacité
          Bien que je puisse comprendre que le ton employé par Gaviva pour décrire sa situation d’aide-soignante ait pu vous déplaire en le prenant au premier degré, il n’en demeure pas moins que je confirme les horaires atypiques, ayant moi-même fait des stages dans différentes maisons de retraite afin de valider mon diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale en formation d’environ douze mois, en plus d’un stage pratique dans une association d’accompagnement et d’aide à la personne à domicile, avec des horaires tout aussi atypiques et des soins très proches d’une aide-soignante. Vos assertions, à ce point de vue, sont erronées, comme l’a souligné Ramadan2lait.

          1. PUGNACITÉ

            Désolée mais je travaille au quotidien dans le secteur sanitaire et medico social.
            Les rouages d fonctionnement me sont par conséquent familiers.
            En ce qui concerne les horaires ,ils sont établis sur la base d’une continuité de prise en charge sur 24h avec des ouvertures majoritairement 365. J .
            Donc ,il est aisé de comprendre que les horaires de travail sont différents des horaires de bureau.
            Celui ou celle qui ne comprend pas ou n’adhère pas à cela doit se réorienter en conséquence.

    2. Lavéritétriomphera

      @Maxime,

      Le prix de journée varie d’un établissement à l’autre et les prestations aussi http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/actualites/mise-en-ligne-du-comparateur-officiel-des-prix-des-ehpad. Une équipe dépassée est exposée à un risque de maltraitance sur le plan individuel ou collectif. Les disputes fréquentes entre agents sont le signe d’un malaise, car pour censurer leur agressivité envers les patients, les agents s’attaquent les uns les autres.
      Je conseille au personnel en souffrance de se confier à un intervenant lesquels sont nombreux : collègues, encadrement, psychologue du personnel, médecin du travail, syndicats.
      Il n’y a aucune honte à révéler que l’on craque, c’est préférable que de faire une erreur majeure dans un travail où « avoir des nerfs » est inacceptable.
      Un aide-soignant ne fait pas exprès de laisser une personne âgée sur la pot, et la personne âgée ne fait pas exprès de dire qu’elle n’a pas eu le soin qu’elle a demandé alors que ce n’est pas le cas. Elle l’a tout simplement oublié car la mémoire antérograde (des événements qui se sont passés juste avant) diminue chez certains malades, les cellules mémorielles nayant pas encore fixé l’évènement.

  6. Lavéritétriomphera

    Si vous êtes seule pour trente patients, je vous conseille de changer d’établissement, car il me semble que l’effectif de sécurité n’est pas respecté. Et combien même il le serait, votre charge de travail de toute évidence ne vous permet pas d´assurer des soins de qualité.
    Vous être responsables de vos actes devant la loi, et je vous conseille de lire cet article quant à la distribution des médicaments par les AS https://www.aide-soignant.com/article/ressources/legislation/as/collaboration-as-ide-et-distribution-des-medicaments-faisons-le-point. Les doublages sont, pour des questions d’épuisement du personnel, réglementés. Le remplacement du collègue absent se fera donc au pire par l’appel médical.
    L’encadrement aurait dû se rendre compte de vos difficultés et les syndicats avertis. La direction devra prendre les mesures qui s’imposent, et la DRH règlera se genre de problème https://www.infirmiers.com/votre-carriere/cadre/ratio-personnel.html.
    Par définition un patient est un malade. Il est possible qu’il vous sonne à des heures indues, même la nuit, parce qu’il fait une crise d’angoisse qu’il est confus ou autre et il demande à être rassuré. Celui qui « abuse » de la sonnette doit cependant être recadré et c’est alors au responsable de l’unité d’intervenir.
    Quant aux « barbus » ils sont surtout actifs la nuit et dorment le jour.

    1. PUGNACITÉ

      Ne vous inquiétez pas si ratios d’encadrement et conditions de travail en général ne sont pas respectés les instances représentatives du personnel sont alertées et par voie de conséquence inspection du travail ,médecin du travail et autorités de tarification et j’oubliais syndicats et presse locale.
      De telles situations aberrantes , paroxystiques ne peuvent perdurer longtemps sans intervention ou mouvement social relayé .

    2. Ramadan2lait

      Perdu !
      Il y a une dérogation pour les établissements tels que les EHPAD car manque d’IDE…
      La distribution (sans préparation) se fait sous la responsabilité de l’IDE (super en cas d’erreur de patients…) C’est débile mais c’est ainsi, pas assez d’IDE pour faire tout le taf alors au lieu d’augmenter les salaires minables (1590€ pour bac+3 avec des responsabilités écrasantes) et rendre ainsi le métier attractif, l’ars préfère déléguer au AS certaines tâches du rôle médical déjà délégué aux IDE…

      1. PUGNACITÉ

        Dans les établissements medico sociaux la distribution des médicaments étant considérée comme un acte de la vie courante,la distribution des médicaments peut être déléguée par la direction à un membre du personnel quel qu’il soit .La préparation des médicaments est le fait des infirmières ou des pharmaciens uniquement.
        Dans les établissements sanitaires ou de soins la distribution des médicaments ne doit être réalisée que par des infirmières.

  7. Désespoir 50

    Chère Madame vous avez le respect des Patriotes Français.
    Malheureusement, pour la France gouvernée par la mafia racaille, votre courage n’est plus un symbole de fierté pour la nation, mais un moyen de vous saigner financièrement et de vous entraîner dans une forme d’esclavage.
    Bravo et Merci pour votre témoignage.

  8. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Gaviva : votre sort n’est pas enviable et ce que vous décrivez est effrayant pour plusieurs raisons, notamment ceux qui viennent d’ailleurs en prétendant nous soigner !

    Ca coupe l’envie de faire un tel métier…. Et on espère, en vieillissant, échapper à la dépendance.

    Bon courage en espérant que vos conditions de travail s’amélioreront. Il faut porter ces faits, sans relâche, aux députés… Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas.

  9. denise

    Il y a eu une enquête dans le Monde sur un établissement Ehpad dans le Jura, des aides soignantes qui ont fait grève ! elles ont tenu alors que dans ces milieux là la  » morale » les en empêche souvent ! et elles semblent avoir obtenu des améliorations, il faut dire à la faveur d’une entente de toutes les aides soignantes ! car c’est comme cela que l’on obtient quelque chose : la solidarité!
    elles furent aidées dans leur combat pas F.Aubenas, une journaliste qui , si vous vous rappelez avait décrit dans un livre le travail des femmes de ménage qui devaient se rendre dans différents endroits au pas de charge pour un salaire de misère! Aujourd’hui c’est la maison de retraite de Paimboeuf, en Loire Atlantique avec le témoignage d’une résidente de 85 ans à Ouest France , qui dit être couchée à 17h et levée à 11h pour des questions d’organisation, qu’elle n’a pas pris de douche depuis 3 semaines ..il y a 5 aides soignantes pour 58 résidents le matin .. la CGT a lancé un appel à la grève !!! C’est maintenant l’ARS qui gère tous les établissements et des financiers ! OUi c’est à l’entourage de surveiller son ainée car il y a maltraitance, et pourtant je lisais que peu de personnes veulent témoigner car les places sot limitées , elles ne peuvent se permettre !!! c’est Zola ..

  10. jean.marc

    une de mes soeurs à était aide soignante, à Dunkerque, et c’est exactement ce qu’elle subissait tout les jours, pendant 30ans, de plus elle avez une chef une vrais peaux de vache qui lui mené la vie dure, sa santé en à pris un coup et elle commencé à avoir des cheveux blanc, aujourd’hui elle à démissionner et continue à faire sont boulot chez les personnes âgé, elle à une voiture de fonction et un téléphone de la société ou elle travail, c’est plus reposant et elle à la reconnaissance des personnes dont elle s’occupe..

  11. PUGNACITÉ

    Connaissant les fonctionnements et dysfonctionnements des établissements medico sociaux et sanitaires,je considère qu’une aide soignante qui fait preuve d’une once de professionnalisme et d’une empathie mesurée requise,ne peut en aucun cas tenir ce genre de propos et adopter une telle attitude tant hostile qu’irrespe tueuse.
    En effet,fiche métier et fiche de fonction ou de poste décrivent missions et attributions.Si tant est que cela est insupportable à un ou une professionnelle il faut avoir l’honnêteté de se réorienter et de se reconvertir plutôt que d’adopter un rôle de bourreau via une victimisation irréelle ,factice.
    Dans de multiples structures et services j’ai eu des liens tant fonctionnels que hiérarchiques avec des aides soignantes.Or il est fort heureux que la grande majorité est fière de son métier et des apports et aides qu’elle prodigue aux patients ou usagers.Notamment dans une M’as pour adultes autistes:pipi caca violence .
    Malgré ce cocktail susceptible d’être ridibitoire,ce personnel était présent dévoué et n’aurait jamais pu tenir ces propos car respectueux de ceux avec lesquels il avait tissé des liens.
    Que cette femme plus préjudiciable qu’aidante et professionnelle s’oriente vers une reconversion avant que d’être nuisible.

    1. Lavéritétriomphera

      La fiche de poste n’est pas reconnue légalement, et l’insuffisance professionnelle ne peut être sanctionnée qu’en fonction des compétences. Une aide soignante que a la responsabilité de trente lits est une aberration. J’ai du mal à imaginer qu’un établissement autorise ce genre de dysfonctionnement.

      1. PUGNACITÉ

        La fiche de fonction établie à partir de la fiche métier est un document pris en compte par les tribunaux en cas de litige.
        Quant au ratio d’encaissement que vous avancez à savoir un pour 30.,il doit être exceptionnel .

        1. Lavéritétriomphera

          La fiche de poste n’est pas document juridique. Un agent doit assurer sa fonction en rapport avec ses compétences. Il ne peut s’opposer à un ordre de ses supérieurs écrit ou oral que si ce dernier est gravement illégal (fonction publique) ou absurde (privé). Ainsi un AS peut refuser de distribuer les médicaments car il s’agit d’un délégation de fonction et non d’une obligation.
          Exceptionnel ou pas, il n’est pas possible de s’occuper seul de trente lits.
          On ne torche pas un patient, on le change. Quand on travaille en gériatrie on est suceptible d’être confronté à des troubles du comportement, il est donc indispensable de savoir censurer son agressivité.
          Un dysfonctionnement doit être signalé à un responsable (ou si ce dernier ne veut rien entendre à la médecine du travail), car il est vain de se plaindre à des tiers, alors que parfois le problème est résolu par une simple réorganisation des tâches.

          1. PUGNACITÉ

            Vos assertions à connotation syndicales sont en distorsion non seulement par rapport à la réalité mais aussi en regard de la législation.
            ‘Sachez faire la différence entre medico social et sanitaire.
            Dans le sanitaire seule l’infirmière est habilitée à distribuer les médicaments .Dans le medico social tel n’est pas le cas.
            Il s’agit d’un acte de la vie courante pouvant être effectué par un salarié quel qu’il soit par délégation de la direction.
            Bis repetita de ma part

    2. GAVIVA

      Qui vous dit que je suis une soignante maltraitante, un bourreau??? Une tueuse?? Je n’ai jamais levé la main, ou engueulé, ou insulté, ou reproché quoi que ce soit à un patient ou un résident! Parcontre je m’en suis pris, et je ne parle pas des personnes démentes ou Altzheimer, ils n’entrent pas en ligne de compte pour les gifles, les coups de poing, les deux morsures aux avant bras, un pouce luxé qui me lance les jours de pluie, les cheveux tirés, les crachats, le café ou la tisane lancé à la figure, les coups de canne, de béquille, les attouchements ( quand un homme vous propose 20 euros pour le  » branler juste un peu » , se couche par terre en prétendant être tombé ( il sonne PUIS SE COUCHE AU SOL) pour que lorsque vous venez a deux pour le relever il en profite pour vous toucher????? la direction s’en fout, il faut juste le « recadrer ») les insultes, les familles qui se vengent sur vous de la frustration et de la honte d’avoir du placer un parent, qui vous fliquent pour se donner bonne conscience mais n’osent rien dire a la direction de peur qu’on leur lâche leur parent dépendant sur les bras??? Et j’en passe et des pires, et des pires…Diviser pour mieux regner ca marche, les collègues sont poussées à la délation entre elles, histoire d’avoir un planning plus avantageux ou pour se faire bien voir ou de peur, en ces temps de chômage de masse, de perdre son travail.

      1. GAVIVA

        je tiens a préciser AU CAS OU ce serait mal compris que les coups et les insultes je ne l’ai pas DONNEES je les ai RECUES!!!!

      2. Lavéritétriomphera

        @Gaviva,

        Si votre commentaire m’est adressé, sachez que n’ai jamais dit que vous étiez une soignante maltraitante. On ne torche pas un malade, on le change.
        J’ignore dans quel établissement vous travaillez, mais en plus de trente ans de carrière dans le santé, je n’ai jamais été confronté à la situation que vous décrivez. Je rajoute que je n’ai pas dit que vous mentez.

      3. Lavéritétriomphera

        @Gaviva,

        Si votre commentaire m’est adressé, sachez que n’ai jamais dit que vous étiez une soignante maltraitante. On ne torche pas un malade, on le change.
        J’ignore dans quel établissement vous travaillez, mais en plus de trente ans de carrière dans le santé, je n’ai jamais été confronté à la situation que vous décrivez. Je rajoute que je n’ai pas dit que vous mentez.
        Je ne sais si mon précédent commentaire a été réceptionné. Je signale que je n’ai jamais été confronté au problème d’un agent devant s’occuper seul de trente patients. L’agressivité de ces derniers envers le personnel est cependant une réalité.
        Il est clair qu’il faut cadrer et le patient et parfois les familles. Et la direction qui s’en fout va au devant de gros problèmes, car elle est responsable de la sécurité des agents en fonction dans l’établissement.

      4. PUGNACITÉ

        Cela n’a rien à voir.
        Les sans dents Français n’ont qu’à relever la tête et assurer et assumer une crédibilité professionnelle.
        En l’occurrence dans ce cas,tel n’est pas le cas.
        Aucun employeur responsable ne pourrait recruter une personne en totale inadéquation avec la fonction qu’elle occupe.
        Ses propos en attestent.

  12. jean.marc

    que les gens qui critique cette personne prenne sa place, ils verrons ce que sais que de soulevé seule une personne qui frôle les 100kilos dont certains font exprès de ce laissé aller, j’aimerais que vous aller nettoyé leurs merde et la aussi il y à des GNG qui veux dire dans mon jargon GROS NOIR GUEULE,qui le font exprès sachant qui il y auras un larbin pour nettoyé leurs merdes , aller donc lavé des personne du style gros pervers qui profites de la situation pour ce faire du bien, aller bande de gros branleurs remplacer cette aide soignante,et ci mes propos ne vous plaisent pas, moi je vous attend, pour l’instant je vous emmerde car comme je l’ai dit j’ai une soeurs qui à fait le même métier.

    1. PUGNACITÉ

      Lève malade , formation gestes et postures…
      Cela existe et contribue à limiter les difficultés physiques inhérentes à l’exercice de la profession.
      En cas de maladie où de handicap l l’individu qu’il s’agisse de vous ou de moi ou d’un quelconque quidam peut subir le fait d’être souillé.
      Et il faut bien que des gens formes aient suffisamment de professionnalisme (technicité et empathie)pour venir en aide au patients sans rancune, rancoeur et aversion.
      Être souillé n’est pas un choix mais une calamité subie par les patients.
      Le rôle et la réussite du professionnel qui vient en aide dans ce cas est bien entendu de faire recouvrer un état de propreté mais aussi de minimiser et donc relativiser l.evenement par respect pour le patient ou résident et pour éviter qu’il ne culpabilise d’une situation qu’il ne maîtrise pas.

    2. PUGNACITÉ

      On voit que vous ces tant le sens du débat que de la formule…. Sachez que cela ne donne pas davantage de poids à vos propos.
      L’insulte n’honore jamais personne.

      1. jean.marc

        parce que les commentaires désobligeants et dégueulasses envers cette aide soignante ne sont pas insultants, elle sont biens plus dégradantes et destructrices que mes propos, vous avez lue l’article COMMENT SONT ILS DEVENUS DES ABRUTIE, en lisant certains commentaires envers cette aide soignante ne me poses des questions, sur ceux qu’ils les ont écrits.

  13. la-peste-et-le-choléra

    Ce qu’elle décrit est vrai. On arrive avec une réelle envie de travailler, de se rendre utile, d’aider l’autre et on repart avec un burn-out. Les cadences sont INSUPPORTABLES. On est sans cesse pris entre deux impératifs contraires: faire du bon boulot et en même temps, on est pressé par le temps. Le nombre de personnels a été sans cesse diminué, les gens sont de plus en vieux, de plus en plus malades et de plus en plus en plus obèses et nous sommes de moins en moins. J’ai vu de jeunes infirmières cassées par le système en trois mois et pas qu’une seule. Ce qu’on fait avec les personnels soignants est dé-gueu-lasse, on traite ces gens avec moins de respect que le matériel hospitalier, on les casse. C’est dégueulasse. « Parisienne » et « Pugnacité », venez faire quelques mois là-dedans et on en reparle. J’en profite pour remercier toutes les infirmières et infirmiers et aides-soignantes super super super avec lesquels j’ai au l’honneur de travailler, à Paris et ailleurs. Gaviva, essayez de changer le boulot pendant qu’il est temps, vous ne changerez pas le monde hospitalier.

    1. Ramadan2lait

      Bravo pour votre commentaire et merci pour vos encouragements.
      Les gens qui font ce métier sont souvent pris pour des larbins, corvéables à merci, etc.
      Grosse erreur, de mon côté lorsqu’on me manque de respect, j’envoie chier la personne, quelle que soit son degré dans la hiérarchie ou son prétendu pouvoir.
      On est des soignants, pas des chiens.
      Vous nous respectez, vous aurez tout notre respect en retour.
      Sinon, allez chez plumeau.

    2. GAVIVA

      Merci, mais je vais vous répondre une chose qui va mettre sur le Q ceux qui me voient comme un MONSTRE: j’aime mon métier, ce sont les conditions de travail et le contexte actuel qui me dégoutent. J’étais en début de 3ème année d’études d’infirmière quand j’ai été expulsé de mon logement étudiant je n’avais pas de parents pour me soutenir, je travaillais le week end et parfois de nuit en ayant cours le lendemain mais mon logement étudiant était hors de prix, j’avais demandé un logement social ( vous n’êtes pas prioritaire, vous n’avez pas de charges… ha ha!). J’étais partie étudier dans une grande ville ( là ou j’avais réussi le concours, j’en avais passé 3) une belle erreur. Maintenant j’ai 3 enfants, lorsque je devrais retourner travailler que ce soit en ehpad ou ailleurs parce que oui je vais essayer de chercher autre chose, autre secteur ou carrément autre domaine sans trop me faire d’illusions ce sera pour eux. J’ai conscience d’avoir donné une bien vilaine image de moi ou de mon travail mais la BIEN PENSANCE est partout, il y a ceux qui sont au contact direct ou indirect avec la réalité évoquée, et ceux qui planent au dessus en crachant de belles paroles humanistes sur ceux du dessous. Un problè
      me qui va bien au delà du sujet que j’ai évoqué et qui fait des RAVAGES.

  14. pjp

    Sous le vernis ,Une quantité de maison dite de retraite en France ne sont que des mourroirs. La cause en est qu’investire c’est juteux financierement et pour cela l’on employe du personnel en sous effectif avec des conditions de travail pire qu’a la poste avec le salaire a faire fuir un migrant . Les retraités dépendant aisé parte en Belgique , renseignez vous et vous comprendrez pourquoi. Merci a jupé entre autre pour avoir casser l’hopital en son temps.ou la aussi les conditions sont déblorables. Fric fric fric tel est l’état d’esprit , ayez une ( pensée ) a atali qui considere qu’ a partir de 65 ans nous devrions disparaitre car plus rentable . Enticipé ce que nous serons demain , bonne nuit !…..

  15. reuri

    Bravo Gaviva.
    Je remercie toutes les aides soignantes qui se sont occupées d’un membre de ma famille qui était en soins palliatifs. C’est très exigeant mentalement et physiquement , manipuler un patient qui ne peut pratiquement plus bouger est une épreuve pour le dos de l’aide soignante , de plus elles ont une très bonne connaissance des soins médicaux .
    Moi ça ne me dérange pas qu’elles et ils soient mieux payés et considérés , plutôt que de donner nos impôts à tout un tas de parasites « migrants ».

  16. reuri

    Que les gens qui prennent de haut ces professions indispensables pour nos vies, aillent bosser une semaine à leurs places pour comprendre ce que c’est que de manipuler un poids mort, on a l’impression que ça pèse une tonne quand on ne connait pas les différentes techniques pour bouger un patient agité ou récalcitrant.

  17. Armorique

    Respect pour le personnel soignant , infirmiére ou aide-soignant .

    j ‘en connait et j ‘admire ces ( femmes courageuses ou Hommes ) elles ont toutes mal au dos , c’est trés physique ,

    Ils pourraient être mieux payés et considérés se qui serait motivant pour EUX
    merci à toutes ou à tous
    kénavo

  18. Chris2AChris2A

    Merci Gaviva !
    De tout cœur avec vous !
    Un autre article serait intéressant, pour parfaire notre opinion, c’est celui sur la profitabilité de ces établissements …
    Notre golden boy, l’idole des cougars, vous le dirait : « Là, il y a-aura de la croissance …avec le vieillissement de la population …Et du juteux ….à ~3000/€ par tête  » …
    Pas le temps de m’en occuper, mais voilà un éclairage qu’il serait intéressant de donner.

  19. Anne Lauwaert

    Cette situation est tout à fait normale si les contribuables votent pour des gens qui investissent dans le métro d’Abidjan, le Tour de France ou le salaire des foutballeurs au lieu d’investir dans l’enseignement, les soins de santé, etc…

    où va l’argent du contribuable ???

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Quand on pense que Macron n’est pas capable de donner à l’armée à peine l’équivalent de quatre fois le fric dépensé pour ce footeux …

      1. Vent d'Est, Vent d'Ouest

        @ Antislam
        Les media sont en train de fabriquer un personnage mythique en ce footeux comme ils ont fabriqué macron avec la complicité de ce dernier, bref de l’enfumage pour nous faire apprécier ce dont la plupart s’en moque comme d’une guigne, sauf d’indécrottables qui ont besoin de déifier quelqu’un pour se sentir exister.

  20. Vent d'Est, Vent d'Ouest

    @ Pugnacité
    Ai-je dit le contraire ? Je ne faisais que confirmer le commentaire de Ramadan2lait en ce qui concerne les horaires atypiques du personnel en charge de patients, dans ce cas précis AS ou AVS, mais je suppose, sans me tromper, que cela concerne tout le personnel soignant, quel qu’il soit, et je sais également que les emplois du temps sont très particuliers. Pas plus Gaviva que moi ne contestons le fait que le travail concerné n’est pas un emploi de bureau, nous nous contentons de constater combien il est dur souvent, surtout dans les conditions décrites par Gaviva. Vous voulez avoir raison à tout prix ? Soit, à votre aise ! Et surtout n’essayez pas de comprendre ce que nous tentons de transmettre en déformant nos propos, surtout les miens ! Sur ce, en ce qui me concerne avec vous, la discussion est close.

  21. PUGNACITÉ

    Madame
    Vous revendiquez-de par les propos que vous tenez_ une maltraitance.Certes,et À priori ,elle n’est pas physique.
    Mais elle résulte de votre positionnement que je qualifie de non professionnel au sens où il exclut tout professionnalisme même minimum ( effectuation des attributions et missions avec empathie).
    Les établissements ne sont pas des vaches à lait.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Chacun a pu suffisamment argumenter et dire comment il voyait les choses. Nous considérons donc que le débat est clos et qu’il n’y a plus de commentaire sur cet article. Merci à tous

Comments are closed.