Occitanie : Delga offre la fac aux migrants syriens et en chasse nos enfants


Occitanie : Delga offre la fac aux migrants syriens et en chasse nos enfants

C’est un projet pharamineux. L’idée a germé dans l’esprit de Laurent Grosclaude, vice-président de l’université de Toulouse, et de Samir Aïta,président de l’association « Démocratie et Entraide en Syrie » (cf. encadré) en octobre 2016. Rapidement, les deux hommes ont fait remonter une note à la présidente de région Carole Delga. « Elle a tout de suite été partante. Il y a eu un vrai soutien de la région sans aucune condition« , confie Laurent Grosclaude.

Le processus de sélection

Après l’accord de la région, une annonce a été postée pour les étudiants syriens réfugiés en Jordanie. Certains habitent dans des villes comme Amman, mais d’autres vivent dans des camps à quelques kilomètres de la frontière syrienne. « Nous avons reçu une centaine de candidatures. Nous avons ensuite établi une liste de 40 dossiers puis nous sommes allés en Jordanie en juin dernier pour faire passer des entretiens. Nous en avons sélectionné 20« , explique Laurent Grosclaude.

Les entretiens ont été menés pendant deux jours en Jordanie. Dans le camp de Zaatari, qui accueille 80 000 réfugiés syriens, la situation est « très difficile« , raconte Samir Aïta. Sur place, ils ont été épaulés par le Haut Commissariat pour les Réfugiés.
  
La répartition des 20 étudiants sera équitable entre les universités de Toulouse et de Montpellier. Elle se fera en fonction du voeu de chaque étudiant et des spécialités proposées par chaque université. « Ce qui a été frappant, c’est que les étudiants veulent faire des choses en lien avec la reconstruction de la Syrie : architectes, psychologues…« , nous explique le vice-président de l’université de Toulouse. 

Une arrivée prévue courant septembre

Les 20 étudiants syriens devraient arriver en Occitanie dans le courant du mois de septembre. Une fois sur place, ils seront tous réunis à Toulouse pendant quelques jours pour faire connaissance avec les différents acteurs concernés et effectuer les quelques démarches administratives nécessaires. Durant toute la première année, ils bénéficieront de cours de français intensifs, avec un objectif : atteindre le niveau B2 de français en juin prochain, nécessaire pour accéder à l’université. Les étudiants seront logés grâce au CROUS et seront accompagnés par les corps enseignants pour affiner leurs projets professionnels. À la rentrée de septembre 2018, chacun pourra intégrer sa voie de prédilection à l’université.

Les 20 réfugiés syriens préparent en ce moment leurs visas pour pouvoir arriver en France à la rentrée prochaine. Leurs demandes ont été adressées il y a environ un mois et demi, mais ils sont toujours dans l’attente des autorisations délivrées par le ministère des Affaires étrangères. 

L’association « Démocratie et Entraide en Syrie » mobilisée depuis 2012

Samir Aïta, président de l’association, nous a expliqué les raisons de sa création. « Dans le passé en France, 400 étudiants syriens étaient accueillis chaque année sur le territoire. » Depuis le début de la guerre en 2011, « c’est beaucoup moins. En 2012 et 2013, à peine une cinquantaine d’étudiants ont été accueillis. » 

L’association a fait appel aux pouvoirs publics pour tenter de créer des passerelles pour permettre aux étudiants de venir étudier en France. Appel resté sans réponse. « Nous avons monté un schéma nouveau, qui consiste à faire un partenariat entre une collectivité territoriale, une université et l’association« , explique Samir Aïta.

Et ça a fonctionné. La première expérience date de 2014. A Créteil, 25 étudiants syriens ont bénéficié du dispositif mis en place par l’association : 1 an d’apprentissage du français, l’acquisition du niveau B2 nécessaire pour intégrer une université, puis des études dans des domaines très variés. Certains ont terminé, d’autres sont encore en études. « On est très fiers », confie le président de l’association. 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/universites-toulouse-montpellier-vont-accueillir-20-etudiants-syriens-1306309.html?campaign_id=A100

Dans le même temps les bacheliers français voient leurs demandes d’entrée à l’université assujetties au tirage au sort ou pire refusées et le con-tribuable français paie des parasites pour plancher pendant des mois pour ce projet… Bon travail pour payer vos impôts. Suez beaucoup pour payer en plus les études de réfugiés tellement pauvres qu’ils paient 20 000 euros à des passeurs : c’est plus que ce que beaucoup de con-tribuables gagnent en une année.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




22 thoughts on “Occitanie : Delga offre la fac aux migrants syriens et en chasse nos enfants

  1. Amélie Poulain

    A quand le tri des associations qui nous mettent dans des situations pas possibles et inacceptables en regard des capacités de notre pays ? Déà qu’il faut leur payer des subventions parfois incroyables…;

  2. coco

    La baisse des enveloppes distribuées par l’état et la suppression de la taxe d’habitation va peut-être enfin obliger les collectivités territoriales à l’arrêt des grasses subventions aux associations qui aident et favorisent ce genre de scandale publique! Fini le gaspillage de l’argent du contribuable pour les associations style LICRA, secours catholique et tutti quanti qui s’occupent des autres au lieu des nôtres!

    1. Agnes

      Le Secours Catholique est une calamité telle que lorsque le prêtre annonce à la messe que la quête est au bénéfice du Secours Catholique, je la boycotte.

  3. cavasse

    je ne suis pas contre mais avec des conditions pour nos jeunes a qui on va retenir les APL . Plus de places dans les universités pour eux mais pour les syriens ……..OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

  4. maury

    La Delga est une gauchiste pure et dure donc pour tout ce qui n’est pas français en plus c’est une idéologue fanatique qui a stigmatisé les élus FN en ne les laissant pas s’exprimer

  5. Jmeposedesquestions

    Laurent Grosclaude ou …Grosc..n ???

    On nous a pourtant rabâcher les oreilles que ces « gentils » migrants une chance pour la France : il ne sont pas déjà tous ingénieurs, informaticiens, docteurs ou autres quand ils arrivent ??

  6. Marie

    Ils pourront accéder à la filière de leur choix et seront logés par les Crous…. quand je pense que les jeunes spoliés sont encore au stade refuggees welcome, on peut dire que les profs d’emc font bien leur boulot de propagande.

  7. luciferg

    Et ça continue ! Delga la dernière des islamo-socialiste sur le terrain ? Décidément la traitrise envers le « français » est inscrite dans ses gènes . Des milliers de français, n’ont pas de place dans les universités,les facs, mais pour les « autres » on en trouve. Demandez à Sanchez maire de Baucaire comment se comporte cette m…..! comment de telles ….personnes peuvent être élues ? c’est un mystère.

    1. frejusien

      Il faut séquestrer tous les navires des assos, ramener les migrants sur la côte africaine, couler les navires des passeurs,
      Charles Martel n’est pas encore ressuscité !
      Les Hongrois en ont un, mais il n’est pas français

  8. hathoriti

    luciferg, comment une telle bonne femme peut-elle être élue ? simple : la région est gaucho, point ! J’ai été contactée sur un marché, chez moi, en oct. ou nov. 2015, en vue des élections machin. Un tract m’a été présenté, quasiment mis dans la main, avec la photo de la delga ;j’ai demandé « c’est quoi, ça ? » La tracteuse, un tantinet vexée m’a expliqué : « ah non ! j’ai répondu, je ne suis pas à gauche, surtout pas et cette femme ne me plaît pas  » ! La delga est une gaucho malfaisante et nuisible ! à virer !

  9. DURADUPIF

    Vu l’état de notre éducation nationale en général et nos universités en particulier on va chercher des Syriens !!!??? Pourquoi ne les envoie t’on pas vers les Pays du Golfe ? Mais ils mènent notre Pays déjà ruiné a la ruine…mentale et sociale.

  10. Dorylée

    À l’issue de leurs études, avec une moyenne confortable de 4/20, il pourront exercer comme professeur des écoles, ils ne dépareilleront pas le lot…

  11. Mariette

    J’espère que parmi les jeunes Français qui ont été refoulés des facultés, il y en a un grand nombre qui sont gauchos et qui ont manifesté en faveur des migrants.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      ils doivent accepter sans révolte puisqu’il s’agit de laisser leur place à leurs migrants préférés

Comments are closed.