Le scandale de l’allocation scolaire et les banlieues …


Le scandale de l’allocation scolaire et les banlieues …

L’allocation de rentrée scolaire : quand et combien ?
QUOTIDIEN Par Cécilia BEAUDOIN – Publié le 21/07/2017 à 12:42 – Mis à jour le 21/07/2017 à 15:36 |

Un barème qui augmente avec l’âge des enfants

L’allocation de rentrée scolaire sera versée à partir de la mi-août par la CAF ou la MSA aux familles ayant au moins un enfant scolarisé. Ce coup de pouce financier est réservé aux foyers ne dépassant pas certains plafonds de revenus, pour les aider à supporter l’achat des fournitures de la prochaine rentrée scolaire.

Pour rappel, le montant de l’ARS diffère selon l’âge du (ou des) enfant(s) scolarisé(s) et est attribuée à partir de l’école primaire.

Son montant pour l’année scolaire 2017/2018 sera de :
364,09 € pour un enfant jusqu’à ses 10 ans (il doit avoir fêté ses 6 ans avant le 1er janvier suivant la rentrée et ne pas avoir atteint ses 11 ans au 31 décembre de l’année de la rentrée). Pour un enfant plus jeune déjà inscrit en CP, vous devrez envoyer un certificat de scolarité à la CAF ou à la MSA.
384,17 € pour un enfant âgé de 11 à 14 ans (il doit avoir fêté ses 11 ans et ne pas avoir atteint 15 ans au 31 décembre de l’année de la rentrée).
397,49 € pour un enfant âgé de 15 à 18 ans (il doit avoir fêté ses 15 ans avant le 31 décembre de l’année de la rentrée et ne pas avoir atteint 18 ans au 15 septembre de l’année de la rentrée scolaire).

À noter que les jeunes de moins de 18 ans en apprentissage percevant un salaire d’au moins 898,83 € net mensuel n’ont pas le droit à l’Allocation de rentrée scolaire. Mais ils peuvent prétendre à la prime d’activité s’ils touchent ce montant pendant au moins trois mois consécutifs.

Une allocation réduite attribuée en cas de léger dépassement

Pour percevoir cette aide, les parents d’enfants de 6 à 15 ans n’ont aucune démarche à accomplir puisque les caisses d’allocations familiales verseront automatiquement l’allocation de rentrée scolaire aux familles déjà allocataires. Les parents d’enfants âgés de 16 à 18 ans devront pour leur part attester sur le site caf.fr ou l’application mobile de la CAF que leur enfant est toujours scolarisé ou en apprentissage.

Le montant de cette aide pour l’année scolaire 2017-2018 est identique aux plafonds de revenus de l’an dernier, à savoir :
– 24 404 € pour 1 enfant à charge
– 30 036 € pour 2 enfants à charge
– 35 668 € pour 3 enfants à charge
– 5 632 € par enfant supplémentaire

En cas de léger dépassement de ces plafonds, une allocation de rentrée scolaire réduite est tout de même attribuée. Les organismes sociaux se basent sur la situation familiale au 31 juillet 2017 et sur les ressources de 2015 (salaires, revenus fonciers et mobiliers, bénéfices agricoles…) diminués des charges (comme les pensions alimentaires) et des abattements fiscaux.

 

 

Darty, la FNAC, Boulanger, Carrefour, Auchan, Leclerc vont augmenter leurs approvisionnements en télés dernier cri, ordinateurs, caméras etc etc ….

Vous savez….tous ces trucs indispensables a une harmonieuse rentrée scolaire pour ces chères banlieues …

 

Note d’Antiislam

Comme le souligne Machinchose, cette allocation de rentrée scolaire est un scandale. Depuis des années, les enseignants des banlieues se plaignent d’élèves sans aucun matériel scolaire pendant que les ventes d’écrans plats explosent.
Il serait pourtant facile à l’Etat de supprimer cette allocation et à la place de subventionner, à la même hauteur, des « bourses aux livres » dans chaque établissement, où l’on trouverait, à très bas pris ou gratuit, tout le matériel scolaire demandé …





28 thoughts on “Le scandale de l’allocation scolaire et les banlieues …

  1. Roger

    quelle scandale cette allocation il faut la supprimée pas loin de 400e par enfant c’es une honte, on en a marre de cette pression fiscale que l’on subi pour le bénéfice des assistés

  2. Amélie Poulain

    « Il serait pourtant facile à l’Etat de supprimer cette allocation et à la place de subventionner, à la même hauteur, des « bourses aux livres » dans chaque établissement, où l’on trouverait, à très bas pris ou gratuit, tout le matériel scolaire demandé … »

    Oui c’est un scandale, mais pourquoi ne pas revenir aux fournitures fournies à l’Ecole ? Donc les livres aussi.

    De plus, les enfants n’ont pas besoin de tant d’argent, la rentrée scolaire n’est onéreuse que pour ceux qui ont des exigences personnelles voire des plaisirs perso à satisfaire (TV etc….) donc qui gaspillent.

    C’est une honte en effet, j’espère que dans le calcul des limites de revenus, on compte allocations familiales, RSA, la CMU (qui exempte de l’obligation de payer une mutuelle), ce que ces gens ne paient pas car ce sont des avantages en « nature », devant, pour les salariés, être déclaré aux Fisc.,. etc….

    Non, bien sûr, je rêve….

    Par contre, ceux qui sont considérés comme avoir des revenus conséquents paient toujours tout, voire leurs allocations sont réduites (merci (Hollande, il y a des enfants français qui « valent » apparemment moins que d’autres pour la Nation !).

    A cela s’ajoute aussi les nouveaux calculs de la CAF pour l’APL où l’on a l’impudence de compter les pauvres revenus que l’on met de côté pour pouvoir assumer ses factures ou les imprévus.

    Ceux qui paient tout, qui sont prévoyants, sont considérés comme devant entretenir le reste de la population, c’est ça ? Ils n’ont aucun droits de bénéficier de quoique ce soit c’est ça ?

    Cette conception « gauchiste » des choses me dégoûte.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Oui vous avee raison : l’école devrait fournir directement.

      Bien des abus seraient éliminés.

      Il faudrait, en effet, aussi revenir sur la conception absurde qui fait des allocations familiales une aide sociale.

      De même l’accès à cette bourse aux livres devrait se faire sans conditions de ressources …

      1. Amélie Poulain

        Je suis tout à fait d’accord avec vous.

        C’est la Gauche qui a institué toutes ces « conditions de ressources » un peu partout toujours dans cette optique de « nivellement social ». L’allocation de rentrée scolaire en fait partiei.

        Notamment de surcroit, le soit-disant quotient familial sur lequel cela est basé est injuste car il y a des revenus qui ne sont pas comptés et qui pourtant sont de véritables revenus (cf mon post). Si on les comptait, je vous assure qu’il y aurait de nouveaux « riches » comparés à des salariés, les smicards et même plus, qui paient absolument tout, ceci non pas avec des salaires gagnés mais avec l’argent des contribuables.

        En forêt amazonienne, un indien qui a dix enfants, imaginez le montant du RSA et des allocations familiales… (témoignage). Alors je ne vous dis pas l’allocation de rentrée scolaire, une fortune…..

        Idem par exemple, le prix de la cantine : certains enfants vont devoir payer absolument le même repas trois à quatre fois plus cher, et voire d’autres rien. Donc, là, même « socialiser » le repas…. comme si certains enfants, encore, avaient moins de « valeur » que d’autres et devaient payer plus pour pouvoir avoir le droit de se nourrir.

        Idem aussi donc, comme vous le dites, les allocations familiales devenues de « l’aide sociale ».

        D’un point de vue de l’éthique, cela est parfaitement injuste car cela revient à donner une valeur « sociale » aux enfants.

        C’est une vérité taboue en France, donc ce n’est pas interrogeable (ceux qui ont osé en parler au niveau des politiques en savent quelque chose…).

      2. Bm77

        Petit Abécédaire de « comment acheter des nouvelles voix » par l’entremise d’allocations qui n’ont plus aucun rapport avec leur destination initiale qui était d’aider les plus démunis à ne pas être décrochés de l’ensemble de la population. Je veux parler en terme d’éducation , de santé, et non pas d’acquisition de biens de consommation pour enrichir les pays asiatiques lqui les produisent

        1. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          C’est exactement cela il y a un double détournement de cette allocation.

          Par les politiques qui l’allouent et par les allocataires …

  3. hoplitehoplite

    Dans les années 50, les livres de classe étaient fournis par les établissements (et on en changeait pas à chaque rentrée pour le bénéfices des éditeurs). Les fournitures étaient limitées.
    Aujourd’hui cette allocation n’est qu’un cadeau de plus à qui vous savez (bon quelques familles nécessiteuses y ont droit aussi, mais avant, c’est la mairie qui faisait un geste.)

    1. pier

      A l ‘entrée en 6° on achetait les livres et pas d ‘alloc
      , mais c ‘était avant 60
      et maintenant on pressure nos retraites

    1. Villeneuve

      Entièrement d’accord. C’est LA solution. Ce n’est pas à l’État de faire la charité ! Mais…il faudra alors augmenter les salaires pour faire face notamment aux obligations imposées par l’État comme la scolarité obligatoire ! Toute la question reposera sur la notion de salaire : Qu’est ce qu’ un salaire ? Que représente le prix d’une chose ou d’une heure de travail ?

  4. Marie

    Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous tous, mais ici tant que mes enfants ont été en primaire que ce soit dans le public ou le privé les cahiers et livres ont toujours été fournis par l’école, on devait juste acheter les stylos, crayons, gommes et bien sûr cartable et trousse (mais qui font pour plusieurs années, voire qui passent au petit frère), alors donner 364€ pour un enfant de primaire c’est de l’argent foutu en l’air. Même au collège et lycée ça ne coûte pas autant. Quand j’entends chaque année familles de France et les assoces de parents d’élèves se plaindre de la faiblesse de l’alloc, je fais des bonds, ces crevards osent dire qu’il faut habiller les enfants pour la rentrée, payer les activités extra-scolaires et la cantine, en gros il faudrait que la société nourrisse et blanchisse leurs chiards. Si il y avait une allocation de rentrée à distribuer, ce serait mieux de la donner aux étudiants qui tirent le diable par la queue et encore sous conditions (présence réelle et continue aux cours, résultats).

  5. Jean-Paul Saint-Marc

    Pour rappel, il fut un temps où les allocations scolaires étaient versées dans les établissements (je parle pour les lycées et collèges) et confiées à la gestion des intendants… Mais sous couvert de responsabiliser les familles !

  6. ANTIDOTE

    L’éducation nationale doit fournir le nécessaire ,quant au reste ,des bons d’achats uniquement valables pour l’habillement .Ces dépenses pharaoniques doivent cesser impérativement si l’on ne veut pas se retrouver comme la Grèce !
    Des familles de 15 enfants et plus touchent des sommes considérables et pour la plupart,les dépensent dans leur pays . Non seulement il ont la CMU ,l’AME dont ils font profiter toutes leur famille pour exemple l’Algérie qui nous doit des milliards sans compter le scandale des milliers de centenaires morts depuis des années dont les petits enfants touchent toujours les retraites !!!
    Dans ce pays nos élus tous confondus se foutent pas mal de notre avenir ….

  7. Chardon26

    Effectivement cette solution mettrait fin à beaucoup de dérives.
    Ces allocations coûtent plus au contribuable et permettrait peut être qu’on arrête de ponctionner les salariés, retraités et handicapés.

  8. frejusien

    On sait bien que tout ça , c’est simplement pour les amadouer, une des multiples gâteries des gouvernements de gauche à leur électorat

  9. BERTRAND Marie-Thérèse

    Oui, il faudrait « purifier » le système en « donnant » des bons d’achats car l’argent
    reçu est détourné…Avec le système informatique il serait facile de savoir
    le montant exact envoyé au pays…au moment où les allocations sont versées..Que ce soit n’importe quelle allocation ou prime…soustraite par l’homme qui rentre au pays et rachète une énième femme pendant que celles
    restées en France vont chercher des bons à la mairie pour subsister avec
    leurs enfants. Vous avez dit PAIX SOCIALE ?
    Lolotte

  10. Amélie Poulain

    Eh bien moi je n’ai jamais vu une rentrée scolaire coûter ce prix-là. A supprimer, purement et simplement.

  11. Canier

    Tous ces pourris de politicards depuis des décénnies (notamment depuis le Pétaino-Vichiste de 1981 (Mittérand et sa Francisque en bandoulière), ont fait le choix de la veulerie et de la lâcheté pourquoi ?

    1) par clientélisme pour acheter des voix (immigrés votent gauche c’est bien connu)

    2) pour acheter la paix sociale dans les banlieues

    …tout ça au mépris de pauvres gens qui ont bossés comme des chiens toute leur vie (agriculteurs, ouvriers…) et dont les retraites n’ont absolument pas été revalorisées, simplement en trompe-l’œil

    J’ai honte pour mon pays !!!!!!

    Si ça continue, vous verrez que chaque Vrai Français devra verser la djizya.

  12. Canier

    Ma fille est dans une privée depuis 8 ans et chaque rentrée, les livres sont fournis par l’école et compris, bien entendu dans les frais de scolarité et c’est normal,

    L’école commande en plus grosses quantités et tout le monde y trouve son compte !!!
    Trop simple pour nos chers politicards …et surtout c’est un moyen de filer du fric à nos chèvres « petites chances pour la France »

    1. Chardon26

      Malheureusement cette idée n’effleure pas nos responsables politiques et pourtant il n’y a des économies à faire, sans léser personne avec des bons qui serviraient à ce à quoi ils sont destinés à la base !
      Les seuls choqués sont ceux qui magouille, mais c’est malheureusement c’est les électeurs en marche !!!

  13. josyane

    Il devrait effectivement il y avoir une distribution de bons pour cahiers, cartable crayons et stylos en fonction de la liste demandée par les enseignants et c’est tout. Et puis franchement une rentrée scolaire en primaire coûte rien du tout alors donner autant d’argent est un scandale surtout que cet argent sert à acheter des télé et autres choses de la société de consommation.

  14. dahier

    là il y a une grosse source d’économies à capter ! c’est flagrant mais nos politicards ont de la merde dans les yeux ! seuls les
    cons tribuables ont les idées claires et nettes.

Comments are closed.