Comment on détruit une civilisation (3): études de genre et développement durable …


Comment on détruit une civilisation (3): études de genre et développement durable …

Récemment, j’ai été obligé de me farcir les « Études de genre » et le « Développement durable ».

Les « Études de genre » sont issues des « recherches » universitaires américaines et scandinaves. Sous l’influence de l’UE et de divers lobbies, elles ont essaimé partout en Europe. Premierement, on nous apprend que « la théorie du genre n’existe pas » : c’est la négation de sa réalité qui en est une. Du coup, au même titre que les mathématiques ou la physique, le Genre est une science exacte qui ne peut se contester. Pour ceux qui aime douter, c’est assez difficile d’ingurgiter autant de sornettes. Et ne pas recracher ce galimatias lors des examens, c’est risquer de mauvaises notes…

Pour les spécialistes du Genre, il est impératif, par exemple, que les petits garçons jouent à la poupée ou avec un aspirateur rose dès la crèche. Que les femmes doivent en masse occuper les postes de chirurgiens, députés, diplomates etc. (mais bizarrement pas ceux de cantonniers, d’éboueurs ou de marins-pêcheurs). Et inciter les hommes à devenir sage-femmes, assistantes maternelles, nounous, femmes au foyer etc.
Tout n’est pas faux ni à rejeter mais on sent l’influence de l’idéologie LGBT/Nouveau féminisme à la Delphy (marxo-islamo-compatible).

Pour le « développement durable », même influence du gauchisme repentant anti-occidental. Ainsi, par son colonialisme prédateur, l’Occident possède une dette environnementale envers les pays en voie de développement. Et cette dette est ineffaçable car elle se transmet de génération en génération. Nous devrons payer ad vitam eternam pour la faute des générations précédentes.

Voilà, entre autres joyeusetés, ce que l’étudiant français ou européen doit se mettre dans la cervelle…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “Comment on détruit une civilisation (3): études de genre et développement durable …

  1. claude t.a.l

    ‌Il y a quelques jours, Massilia écrivait un article dans RR, intitulé :  » 24 heures de la vie en France …  »

    http://resistancerepublicaine.eu/2017/07/24/24-heures-de-la-vie-en-france/

    Il y citait plusieurs cas illustrant la déliquescence de la France  » en marche « .
    Mais ce n’était même pas un centième de ce qui se passe tous les jours !

    Ainsi, voici ce qui est arrivé à Binas ( Loir et Cher, 726 habitants au dernier recensement ).

    Chez les ploucs ! ( rien de péjoratif de ma part dans l’usage de ce terme )

     » Meurtre à Binas : le suspect aurait  » égorgé  » la victime …
    ……Le jeune homme suspecté d’avoir tué une septuagénaire jeudi à Binas était toujours en garde à vue hier …….
    ….. il « venait d’égorger une femme d’une soixantaine d’années à son domicile à Binas  »
    ….. la septuagénaire présentait une trentaine de plaies sur le corps, essentiellement au niveau du crâne, du visage et du cou ……
    …… « il a évoqué une voix intérieure qui lui aurait ordonné de rentrer dans la maison et de tuer une personne »  »

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/07/22/Meurtre-a-Binas-le-suspect-aurait-egorge-la-victime-3173812

    Binas, Loir et Cher, 726 habitants !

  2. MaximeMaxime

    Le concept même de LGBT est débile. Les transsexuels n’ont rien à voir avec les homosexuels. On peut être homosexuel et tout à fait masculin pour un homme ou féminine pour une femme, bref ne pas se poser de question sur le point de savoir si on doit mettre un soutien-gorge ou un caleçon.
    Les lobbies LGBT ne représentent pas grand monde, ils sont en général une dizaine d’activistes dans une ville moyenne quand on parle d’eux dans la presse, alors qu’environ 10.000 personnes de même sexe se marient ensemble en France chaque année. Il y aurait par ailleurs environ 100.000 couples de même sexe en France.
    Seulement 1% des homosexuels militent dans des associations LGBT :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/01/les-associations-lgbt-sont-des-coquilles-vides.html

    1. Amélie Poulain

      « Les lobbies LGBT ne représentent pas grand monde »

      Je suis ravie de l’apprendre mais ils ont un certain pouvoir pour ne pas dire certain, ce qui est incompréhensible pour le coup.

  3. Laurent P.Laurent P.

    Etrangement, les descendants d’africains ne sont pas comptables des guerres tribales et de l’esclavage qui existait entre africains AVANT que le blanc n’aille civiliser l’Afrique, pas plus que les descendants d’arabes ne sont comptables de la mise en esclavage de millions de blancs et d’Africains, ces derniers étant castrés pour ne pas se reproduire, comme des animaux, et affectés au service des prisons de femmes esclaves sexuelles (dénommées Harem pour ne pas choquer, à ne pas confondre avec Harem Désir). femmes esclaves sexuelles avec lesquelles ils ne risquaient donc pas de faire grand chose.
    Les américains, eux, ne castraient pas les esclaves noirs, une bonté bien mal récompensée.

  4. Chris2AChris2A

    L’objectif a été atteint :
    ==> émasculer notre jeunesse avec ces histoires de gender de mé2
    ==> et l’abrutir à coup de méthode globale, d’Histoire de France écrite par ses ennemis, de cannabis et autre m…e !
    Continuons à bien veauter !!!

  5. Amélie Poulain

    Le problème c’est que les gens qui sont pas à l’aise avec eux-mêmes sont sans cesse mis en avant. Les médias y sont sûrement pour quelque chose.

    La sexualité est une construction qui dépasse la notion de physique (phénotype), elle est aussi psychologique (les positions culturelles ont aussi une importance à ce niveau, on devrait bien y réfléchir), ce qui ne veut pas dire qu’il faille nier la nature qui veut qu’une gamète mâle doit rencontrer une gamète femelle pour procréer. Sauf à manipuler cela, on n’y changera rien, c’est une réalité incontournable sauf peut-être pour l’escargot qui est hermaphrodite, si je ne me trompe pas car je n’ai pas étudié la question.

    Il suffit d’observer les enfants pour se rendre compte que ce n’est pas parce qu’un garçon va jouer à la poupée ou une fille à des jeux de guerre que les choses vont changer dans les choix et positions, il y a là, tout au plus, une dimension d’exploration.

    Oui il y a des différences non seulement physiques mais aussi psychologiques entre les sexes, et l’on ne changera pas cela non plus. Et c’est tant mieux, nous sommes complémentaires, quand on est bien dans sa peau cela ne dérange pas car cela ne change rien à la dimension individuelle où se situe la véritable égalité.

    Au lieu de vouloir changer le monde (et même la nature, même si celle-ci est bien sûr imparfaite, faut être gonflés !), ceux qui sont concernés par des questionnements insolubles pour eux à ce niveau feraient mieux de se centrer sur leur propre subjectivité pour comprendre ce qui les perturbe au lieu de projeter leurs errances personnelles sur autrui et la Société.

    Ce serait plus constructif et surtout moins perturbant pour les enfants qui ont eux, à se construire. C’est déjà assez difficile pour eux sans leur compliquer les choses.

    On veut un monde comment ?…

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Il existe des espèces où la parthénogenèse est la règle : pas d’intervention du mâle.

      Chez les pucerons, par exemple, qui ont un cycle reproductif compliqué.

      1. Amélie Poulain

        Oui, mais c’est une organisation de Dame Nature et l’Humain n’est pas concerné par ce type de reproduction, nous sommes bien issus d’une fécondation d’une gamète mâle et d’une gamète femelle.

        J’avais vu un documentaire qui disait que l’on avait aussi trouvé des cas chez les baleines, si je me souviens bien, mais il y avait une dégénérescence progressive des petits après quelques générations.

        L’expérience et les faits montrent que c’est à l’Humain de s’adapter à la nature et non pas l’inverse.Son équilibre est à la fois fascinant et mystérieux mais nous n’avons jamais, à long terme, gagné à la contrer.

        Il y a plein de choses que l’on ne connait pas…..

    2. Frontalier74

      A la crèche, il y a quelques années, pour l’anniversaire de mon fils, une responsable m’avait dit de lui acheter une poupée. « Car les petits garçons DEVRAIENT jouer à la poupée ». Lui voulait un jeu de garçon…
      Quelle horreur pour une féministe New age ! Je « reproduisais un stéréotype de genre »…
      Personnellement, je me fiche des orientations sexuelles de chacun. Mais que l’Etat nous laisse encore l’éducation de nos enfants !

      1. Amélie Poulain

        Vous avez raison, car c’est très grave ce genre de position, en plus tellement bête, ils croient qu’ils vont changer ce qui se fait naturellement, il suffit de regarder les enfants jouer pour penser le contraire. Et cela n’a rien à voir avec des stéréotypes sociaux, il faut arrêter ce genre de bêtise.

        Bientôt, on estimera les femmes discriminées car elles doivent porter le futur enfant durant sa grossesse…

  6. Frontalier74

    Les « Études de genre » sont promues à tous les niveaux : ONU, ONG, UE, États, Éducation nationale. En direction principalement de l’Occident et parfois timidement dans les Pvd, sous couvert d’égalité homme-femme.
    En revanche RIEN envers les pays les plus islamises, là où finalement les femmes en auraient le plus besoin…

  7. castagnole

    ça m’étonnerait que momo accepte cette affaire de genre !
    les lgbt n’ont pas d’avenir avec l’islam qui arrive, ah ah,
    je ne sais pas ce que les conquérants leur couperont, mais ils seront hallal, les lgbt, c’est sur 🙂
    LGBTH !

    par contre j’avoue qu’après 2 ans de collège en France (avant on était a l’étranger) et 8 mois d’adsl, mon ado de 14 ans a l’esprit a l’envers sur le sujet, et c’est moi le vieux-schnok-ringard-qui-veut-imposer-son-point-de-vue-ringard-à-tout-le-monde, évidemment !

    ce que je n’arrive toujours pas a comprendre, c’est la finalité du truc…
    en quoi cette saleté peut-elle servir des interets ? et les intérêts de qui, et comment et pourquoi ?

Comments are closed.