Carte postale


Carte postale

Carte postale

 

Chers résistants républicains,

 

L’eau est claire, le ciel est bleu et le soleil brille.

Je vous écris d’une contrée sauvage près de la frontière russe, où, mise à part l’incursion de quelques MIG taquins, il n’y a point d’invasion migratoire.

Il faut dire qu’en dehors de l’été, il pèle 10 mois sur 12 et qu’appliquée à un organisme oriental, l’amplitude thermique serait fatale.

Nonobstant la température, cette frontière est gardée, grillagée et minée; dispositions à même de décourager un passeur niçois éventuel.

Ici, les gens sont tous grands, blonds aux yeux clairs. Ce veritable affront à la religion du métissage ferait dire à un Mélanchon dégoûté : “Beurk, que des bons aryens” ! (je sais, je cède à la facilité… c’est l’aquavit)

À la question : “La diversité ne vous manque-t-elle pas ?”. Les autochtones m’ont répondu : “on a quand même des ours, des lions, des lynx…” (soupirs)

Bon et alors, le “vivre-ensemble”, ça ne vous dit rien ?

Interloqués, ils m’ont dit que cela faisait des siècles qu’ils vivaient ensemble et que ma question était stupide.

J’ai senti qu’il fallait que je ramène un peu moins mon caquet progressiste car le viking, s’il est accueillant, peut redevenir sanguin.

Tout le contraire d’ailleurs de son compatriote urbain d’Oslo ou de Stockholm, habitué à des décennies de canapés mous et d’appartements surchauffés.

Ici, il n’y a rien à faire et ce sera mon programme. Je vais donc :

  • Lire : “Nouvelles guerres du XXIe siècle” de Bertrand Badie (parlera-t-on de la France ?); “La face cachée du monde” de Pierre Péan (5€ chez Emmaüs, c’est bien suffisant pour circonscrire le père Plenel et sa bande) et “Les croisades vues par les arabes” d’Amin Maalouf” (pour ne pas mourir idiot).
  • Me baigner. Avec un lac par habitant, le pavillon bleu est inutile.
  • Ramasser partout des baies et des champignons (c’est inscrit dans la loi)

À la plage (20 degrés, c’est la canicule !) ou à la superette, les filles sont en mini-bikinis, mini-jupes, mini-shorts et le “djeun” mâle du coin ne s’en émeut guère. J’imagine que ca dragouille gentiment mais pas question de “tournantes” ou de “te-pu”. C’est comme un instantané de la France paisible des années 60…

Et ici, on applique la stricte égalité des genres : l’homme chasse l’élan et la femme pêche le saumon, ou vice-versa.

Pas de rapines, pas de racailles, pas de flicaille (c’est peut-être corrélatif ?)

Les seules saloperies qui volent en escadrilles sont les moustiques et les taons; mais ils disparaissent aux premiers froids… eux.

Pas de rodéos sauvages, pas de voitures brulées, pas de shit à acheter. Pas de ZUP, pas de ZEP, juste des immeubles sans tags, où tout le monde se connait (et pas pour trafiquer) et se respecte.

Pour nos migrants islamisés, le problème de ces latitudes, c’est qu’en été, le soleil ne se couche pas. Respecter le ramadan serait donc une gageure.

(Remarquez que pour Shabbat, c’est pareil. Loin de moi l’idée de comparer  les haredim aux ingénieurs érythréens ou somaliens mais si un lecteur israélite de Tromsø pouvait m’éclairer sur ce point…)

 

Le 6 mars 2017, Libération titrait : “La Suède scrutée par la fachosphère” (Libé) et concluait que depuis l’arrivée massive de réfugiés, il n’y avait pas plus de criminalité, pas plus de viols ou de vols que cela.

D’ailleurs, osait le quotidien “De quand date la dernière attaque terroriste islamiste en Suède ? Franchement, hein, quand ?

Un mois plus tard, un camion “déséquilibré” écrabouillait 5 personnes dans les rues de Stockholm (Libé se gardant bien de diffuser la photo de la petite fille démembrée de 11 ans).

Sur un point, je suis d’accord avec le quotidien : statistiquement, il n’y a pas plus d’attentats en Laponie que dans le Limousin. Toutefois, par prudence, j’éviterais d’écrire « qu’il n’y a jamais eu d’attaque djihadiste contre une centrale nucléaire francaise et que, donc, tout va bien. Tout ça, c’est la faute à la fachosphère ».

 

Frontalier74





11 thoughts on “Carte postale

  1. Alain Bobo

    Ici c’est pareil, tout est paisible, on n’a pas de frontières et pas de champs de mines, plus beaucoup de gens blonds aux yeux bleu, mais des chances venus d’un autre continant comme celle d’en face qui chiale par la fenêtre à longueur de journées pour engueuler ses 8 progénitures et ces 2 concubines de son mari avec lesquelles elle ne s’entend pas. A part cela, l’épicier du coin fait sa 4ème prière du jour pendant qu’il refuse de servir nos chers migrants. Un autre passant s’est fait étaler par terre par la diarrhée d’un gros chien qu’un voisin a promené la veille. Autrement,tout va bien, aussi les poubelliers en ne sont pas passés aujourd’hui à cause des RTT pendant que les containers de déchets débordants empêchent les piétons de marcher sur les trottoirs étroits et empruntent la chaussée.
    A par ça l’eau est claire, le ciel est bleu et le soleil brille.

  2. paul

    ça fait envie…bon, c’est sûr, je me suis déjà exilé dans un pays de l’est, mais la description faite ici bat encore le record de la Pologne on dirait.- Si jamais tu as un embryon d’adresse à donner, histoire de faire une visite de reconnaissance, n’hésite pas ;-), sans compter que cela me permettrait de retourner à mes grandes amours [avec mes bagages en russe] et de préparer éventuellement un autre repli plus en profondeur au cas où la situation actuelle venait à transpirer au-delà des frontières de l’europe de l’ouest….

  3. la-peste-et-le-choléra

    Mouaichhhh….la Pologne est certes sur ma liste…mais en cas de guerre avec la Russie, on est près du front, non ?
    Tout de même, prudence avec les champignons, Tchernobyl n’est quand même pas si loin que cela (demi-vie extrêmement longue de certains radionucléides.)

  4. chrsitiane W

    mon dieu Alain, je vous plains d’avoir à supporter tout cela !!! je vis à la campagne ! Mes voisins sont  » aussi chiants’ que votre vis à vis, mais bon, y a encore des  »blancs, de l’espace, les poubelles ramassées !

  5. Huan

    Bien sûr, il y a quelques pays où les muz ne sont pas accepter ou ne peuvent supporter les différences de température, mais,malheureusement, ici
    nous sommes en France et ce qui me gêne le plus ,c’est l’indolence des français qui ne voient pas plus loin que le soleil de l’été et des plages. Ceux-Ci vont avoir de mauvaises surprises à la rentrée, car notre charlatan de président
    nous réserve de grosses merdes. Surtout avec l’immigration qui s’installe discrètement sans faire trop de vagues et les maires (les traitres) qui acceptent sans broncher d’accueillir des sarrasins et autres au détriment que la population et des pauvres.
    À quand la rébellion ou la croisade contre ces peuples de dégénèrés qui confond mariage avec viol et esclavagisme ou quand on ne pense pas comme eux sortent le T. N. T.?
    Pour abreuver nos sillons du sang de ces infâmes, nous serons obligés de passer par la revolution.

  6. Alain Bobo

    J’ai toujours rêvé de vivre à la campagne, mais ma femme adore beaucoup ce bazar de ville assiégé, et ne m’a jamais permis de m’en éloigner. mais je sais qu’aujourd’hui même les campagnes sont contaminées tellement le phénomène a pris de l’ampleur. Je me contente seulement de dire à ma femme, que la prochaine fois sur terre, je vivrais dans la fôret !

  7. Sébastien95

    Carte postale idyllique…

    Merci pour ces quelques minutes de plaisir procuré par la lecture de cet agréable billet, qui laisse rêveur.

    Cordialement.

  8. claude t.a.l

    Carte postale de  » France inter  »

    ‌ » France inter « , aujourd’hui :

     » Pendant des heurts sur l’esplanade des mosquées, les Israéliens ont abattu 3 palestiniens . En représailles, les palestiniens ont tué 3 colons dans une colonie israélienne de cisjordanie « . ( veuillez m’excuser : parfois, j’ai du mal à mettre des majuscules à certains noms  » propres  » ).

    Nous ne sommes pas plus bêtes que  » le monde  » ou  » libération  » : nous aussi savons  » décrypter « .
    Alors, décryptons :

    –  » des heurts  » = une émeute musulmane
    –  » esplanade des mosquées  » = cette appellation n’est utilisée que dans les pays musulmans et en France. Le nom réel est :  » Mont du Temple  » et est utilisé dans la plupart des pays non musulmans. La presse anglophone, par exemple, parle de  » Temple Mount  » la plupart du temps.
    – les Israéliens  » ont abattu  » …. les palestiniens  » on tué  » . Différence de traitement évidente !
    –  » en représailles  » = ce sont les Israéliens qui ont commencé !
    –  » colons  » = ça c’est pas bien ! ( on a déjà entendu parler de  » colons  » tués : certains avaient 3 ou 4 ans )
    –  » cisjordanie  » . Il date de quand, ce mot là ? Historiquement, c’est la Judée-Samarie !

    Il convient de rappeler que ces  » heurts  » , etc …
    font suite à la décision du gouvernement israélien d’installer des portiques de sécurité à l’entrée du Mont du Temple, après l’assassinat de policiers israéliens ( des Druzes = musulmans ! ) sur ce même Mont du Temple.
    Les terroristes musulmans  » palestiniens « y avaient introduit des armes, qu’ils s’étaient d’ailleurs réparties ….. dans une des mosquées de  » l’esplanade des mosquées « .

  9. Sylvie

    Je pars dans une heure au moins pour une région que j’affectionne, où l’on savoure des fruits de mer, où l’on déguste du bon cidre, des kouign-amann et où la viande porcine est reine.
    Je ne pars pas pour faire de la bronzette ni pour me baigner. Non, nous partons un ami et moi pour effectuer le Tro Breiz de la tradition catholique, de Sainte-Anne-d’Auray à Quimper, à pied.
    Nous traverserons de petits villages ruraux, nous sillonnerons champs et bois, forêts et sous-bois. Nous découvrirons au hasard une petite chapelle, une église, un château ou un manoir marqué par l’Histoire. Nous entreprendrons des haltes salvatrices pour se restaurer.
    Enfin, nous marcherons toujours vers l’objectif final : Quimper.
    Nous irons rendre visite à saint Corentin et le prierons pour qu’il nous accompagne dans nos pérégrinations.
    Le Tro Breiz c’est une balade et une découverte de la Bretagne profonde et religieuse (catholique surtout).On marche et on rencontre des tas de gens. On leur parle. On s’adresse à eux, et petit à petit, ils viennent vers nous, retrouvent la foi. Histoire de les convaincre que les catholiques que nous sommes avons gardé la seule vraie foi chrétienne et n’avons pas dérivé.
    O Marie, ö mère chérie, Nous voulons Dieu, Pitié mon Dieu demeurent toujours les chants de la tradition catholique.
    Je vous dirais à mon retour ce que nous aurons fait pendant toute la semaine en Bretagne, sur les pas des chouans et des résistants.
    A bientôt.

Comments are closed.