Angot, Zemmour : soit le CSA ne fait rien, soit il en fait trop


Angot, Zemmour : soit le CSA ne fait rien, soit il en fait trop

De GW Goldnadel dans  Figaro Vox du 17/07/2017 :

Le 14 juin, le CSA a pris une très grave décision, attentatoire aux libertés publiques, qui n’a suscité évidemment aucune réaction chez les défenseurs autoproclamés de la liberté d’expression conforme à leurs idées.
Ce jour là , les prétendus sages membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ont estimé que RTL avait manqué aux obligations de sa convention. Cette dernière stipule que la radio doit veiller «à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité» et «contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations»
Or, le 2 février, Éric Zemmour, consacrait son éditorial radiophonique à la nomination d’un nouveau juge de la Cour Suprême par Donald Trump. L’occasion pour le chroniqueur , que le CSA ne porte pas particulièrement dans son coeur , de vitupérer une nouvelle fois un gouvernement des juges: «Les juges se sont substitués au législateur alors qu’ils ne sont pas élus. Ils ont imposé leur idéologie progressiste au peuple américain. Ce putsch judiciaire a un nom qui s’appelle: «non-discrimination» le juge interdit toute discrimination… La non-discrimination est présentée abusivement comme un synonyme de l’égalité alors qu’il est devenu au fil du temps une machine à désintégrer la nation, la famille, la société au nom des droits d’un individu roi… La Cour Européenne des Droits de l’Homme, le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’État ont fait exactement la même chose que la Cour Suprême, le même putsch judiciaire, le même fétichisme de la non-discrimination, la même déclaration des droits de l’homme tordue dans tous les sens, les mêmes juges qui s’arrogent une mission quasi prophétique».
Pour le CSA, le chroniqueur aurait prononcé ici l’éloge de la discrimination «sans contradiction ni mise en perspective».
Vous avez bien lu.
Ce que veut dire Zemmour, à tort ou à raison peu importe, c’est qu’au nom du principe sacro-saint de non-discrimination, le juge, peut contre la volonté de l’exécutif élu agissant au nom du peuple souverain, empêcher la protection de ce dernier. C’est ainsi que par exemple, un juge, peut empêcher, au nom de ce principe sanctifié, la discrimination naturelle entre un citoyen bénéficiant, par essence, de droits et un étranger. Autre exemple: en matière sécuritaire, entre un individu n’ayant fait l’objet d’aucune condamnation et un criminel multirécidiviste qui pourrait être discriminé au nom du principe de précaution.
Et bien pour le CSA, de telles idées ne peuvent être désormais tenues et diffusées librement sur une antenne de radio nationale.
Une telle décision est gravissime dans son principe et ses éventuelles conséquences. Ce n’est pas une expression de Zemmour qui a choqué les progressistes puritains, comme cette «horde» d’étrangers, qui lui fut reprochée et dont le tribunal pourtant sourcilleux lui donna quitus mais ni plus ni moins à présent que ses idées.
Et la référence conventionnelle à la charte contre les discriminations opposée à RTL est particulièrement loufoque, aucun particulier n’ayant en l’espèce été discriminé.
En prenant au pied de la lettre ce raisonnement saugrenu, aucun éditorialiste ne devrait pouvoir chanter les louanges de la discrimination positive. Encore que s’agissant de cette dernière, et connaissant le CSA, le risque paraisse purement théorique.
Ainsi, s’en prenant désormais aux idées elles-mêmes et non à leur forme, le CSA s’arroge-t-il en arbitre de leur licéité.
Et cette intolérable intolérance dépasse, dans sa gravité, la grave question de la liberté du journaliste controversé.
On se souvient également que c’est le CSA qui a dénoncé les propos de Georges Bensoussan mettant en cause l’antisémitisme islamique. L’intellectuel s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel avant que d’être relaxé.
Pour faire bonne mesure, le CSA déplore que l’éditorial controversé ait été diffusé: «sans contradiction, ni mise en perspective».
C’est bien la première fois que je vois mes sages se préoccuper de pluralisme. Il m’est souvent arrivé de vouloir souhaiter certains éditorialistes de la radio d’État dont les idées uniment conformistes me cabrent régulièrement, se voir opposer quelque chose qui ressemblerait au début d’un commencement de contradiction.
Mais curieusement, si le CSA semble religieusement attaché jusqu’à l’absurde bigoterie à cette charte contre les discriminations, il semble tenir pour non écrits les cahiers des charges qui s’imposent au service public en matière de neutralité et de pluralisme de l’information.
Étrange ce souci vétilleux pour les radios privées, et cette indifférence pour l’audiovisuel public conformiste. Un esprit chagrin y verrait un tropisme idéologique de ce président du CSA qui fut le chef de cabinet de Lionel Jospin.
C’est ainsi par exemple, que Mme Ernotte, sorte de fille spirituelle du précité, a pu valider sans discussion, le choix de Mme Angot pour succéder à Mme Burgraff dans l’émission emblématique de la deuxième chaîne de télévision d’État «On N’est Pas Couchés».
Le fait que Mme Angot se soit récemment comportée en harpie hystérique et haineuse envers François Fillon a dû être considéré comme une référence morale , intellectuelle et professionnelle indiscutable.
Il est vrai que le CSA n’a rien à refuser à M. Ruquier.
J’ai rappelé plusieurs fois dans cette chronique avoir saisi officiellement le CSA d’une réclamation officielle à l’encontre du précité, au nom du Collectif des Usagers du Service Public Audiovisuel, pour avoir souhaité la mort du président élu démocratiquement.
À ce jour, le CSA demeure toujours dans le déni.
On peut souhaiter la mort du président des États-Unis, mais pas critiquer leur Cour Suprême.
N’y aurait-il pas une manière de discrimination?
Qui pourrait envoyer une mise en demeure au CSA de cesser de porter atteinte à la liberté d’expression en bâillonnant les opposants et en tolérant tout des conformes courtisans?

Gilles William Goldnadel

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




21 thoughts on “Angot, Zemmour : soit le CSA ne fait rien, soit il en fait trop

  1. Pin

    les gens sont prompts à vociférer quand on leur interdit de fumer à une terrasse de café, mais n’ont pas encore compris qu’une privation de liberté Majeure comme la « liberté d’expression » leur était subrepticement confisquée au profit des menteurs et traites que sont nos juges, nos associations, nos bien pensants,
    avec les merdias comme portes voix.

    1. Amélie Poulain

      C’est trop compliqué à comprendre pour la plupart des gens préoccupés par leur ego et petits conforts….

  2. PUGNACITÉ

    Assurément au plan intellectuel ,il ne peut y avoir de comparaison entre Zemmour analyste politique exprimant des idées structurées basées en outre sur un vécu(largement commun avec le mien) et une hystérique reconnue par un microcosme Parisien dépravé qui s’est elle même autoproclamée intello.
    Quant aux juges soldats idéologiques formatés par l’école de la magistrature ,ils ne semblent plus capables d’avoir une liberté d’esprit,et une capacité de distanciation indindispensables à l’objectivité requise pour prononcer un jugement.
    La libre pensée n’est plus qu’une illusion perdue.

  3. PUGNACITÉ

    Suite.cela vaut pour les juges qui ont d’ores et déjà jugé Zemmour.
    Quant au CSA autre microcosme de l’entresol politicard médiatique il organise la censure et finalement la mort sociale voulue de Zemmour le détracteurs courageux et populaire.

  4. Révolution 2017

    Très grave et inquiétant cette atteinte à la liberté d’expression en France
    le prétexte trouvé : la discrimination
    la discrimination me paraît être un alibi mince pour mettre en place une police de la pensée formatée
    c’est à dire que nous allons retourner tout droit vers le moyenâge, vers l’obscurantisme digne de l’islam ou il est interdit même de penser autrement
    que par le coran , oui on va vers ce genre de société là
    terminé l’insolence à la française , les mot d’esprit et beaux esprits d’antan place à l’insipide politiquement correcte

    1. Amélie Poulain

      Alors cela c’est arrivé depuis longtemps, les gens ne s’en sont pas rendu compte mais pour ma part, c’est une évidence depuis un bon bout de temps.

      Depuis que l’idéologie de gauche a pris subrepticement le pouvoir…

      En fait je ne parle pas que des politiques mais de ceux qui, soutenus par les pouvoirs en place (qui ne valent pas mieux),étalent et imposent chaque jour leur bêtise préférant se raccrocher à leur schémas intérieurs bien ancrés, nourris par la culture d’un affectif rattaché exclusivement à leur ego et non à un intérêt général et humaniste, plutôt que de regarder la réalité en face.

  5. claude t.a.l

    Angot la dingo chez Ruquier !

    On se souvient de sa crise face à Fillon.
    Ce n’était pas la première : elle en avait fait une autre ( entre autres ) devant Eric Zemmour en 2006, parodiée ici par  » hysterik  » :

    https://www.youtube.com/watch?v=QnpybE2_4P8

     » une déséquilibrée ……  »
     » …..un suivi psychiatrique …..  »

    Allez hop ! Chez Ruquier !

     » Dans le métro souvent elle lisait Coelho
    Ou bien encore Pennac et puis Christine Angot
    Elle les trouvait violents étranges et dérangeants
    Brutalement provocants simplement émouvants  »

    ( Philippe Muray –  » tombeau pour une touriste innocente  » )

  6. Révolution 2017

    Aujourd’hui face à ces juges qui peuvent faire taire n’importe qui,
    qui de nous libre penseur
    aimant la liberté et la défendant
    de dire des vérité qui dérangent ?
    fasse à des procés digne de la chasse aux sorcières
    qui aura le courage , la témérité ou le suicide volontaire
    de proférer la vérité?
    la chanson dit  » celui qui a dit la vérité , il doit être exécuté ! »
    nous n’en sommes pas encore là
    mais si on ne peut plus rien dire nous sommes langues mortes

  7. NICOLAS F

    Ce sera la guerre des mots,jusqu’à ce que les mots n’aient plus leur place,n’aient plus leur sens , jusqu’au silence.
    Les mots sont toute la mémoire de l’humanité.Et la pensée des hommes libres.
    Quand nous n’aurons plus l’usage des mots nous n’aurons plus de mémoire et nous n’existerons plus en tant que citoyens.
    On se sera bien faits baiser ,pour parler comme un certain général qui ne mache pas ses mots.

    1. Amélie Poulain

      Les mots peuvent être discrets dans le silence de l’esprit, et cela, on ne peut pas nous l’enlever, donc on pensera toujours.

    2. Chris2AChris2A

      Bonjour Nicolas !
      Excellent !
      Et que les mots n’aient plus leur place, ni leur sens, ne résulte t-il pas de la funeste « méthode globale » imposée par la déséducation nationale depuis des décennies ?…
      Cette méthode a amené bien de nos compatriotes à ne pas comprendre parfaitement les textes qu’ils ont à lire.
      Alors, je me demande si, outre la ligne directrice sous-jacente qui transparaît constamment dans leurs décisions, fondée sur la haine de leur pays et des populo-francouillards qui le peuplent, les préposés du CSA ne réagiraient pas aussi par frustration devant leur incompréhension des propos tenus ???…

  8. Xtemps

    Et bien les masques tombent, ce n’est rien d’autre qu’un état Fasciste et esclavagiste mondial, dans ce cas là, c’est tous les peuples du monde qui sont en danger par ce système Fasciste.
    Le sacro-saint de non discrimination, les juges en ne protégeant pas le peuple souverain légitime en tous les droits légales, c’est tous les peuples souverains du monde entier qu’ils ne protègent pas, et donc les étrangers également aussi pour leurs pays d’origines.
    Personne n’est plus protégé avec ce système Fasciste mondial, sans oublier que plus personne n’est plus protégé contre les criminels, en plus de se promené aux yeux de tous jusqu’à narguer les victimes sans être inquiété, dans l’impunité total, plus aucune séparation des pouvoirs, c’est la tyrannie total, comme Montesquieu le rappelait déjà à son époque.
    Nous observons là tout un monde, très minoritaire au niveau mondial, mais assez pour foutre le bordel partout, qui s’arrogent tous les droits et pleins pouvoirs sur les peuples du monde et qui ne veulent pas lâcher prise.
    En tous les cas, si ce système fasciste réagit de la sorte, c’est qu’il est vraiment mis dos au mur par quelque chose de bien plus puissant que lui.
    Les surprises ne sont pas fini pour nous, c’est le commencement de quelque chose d’autre qui remplace l’ancien paradigme, c’est plus qu’une question de temps.

  9. claude t.a.l

    La même  » justice  » pour les ploucs des champs que pour les femmes juives des villes :
    ​pas de terrorisme d’un côté, pas d’antisémitisme de l’autre.

    « ‌ Le procès d’un homme fiché S, accusé d’avoir poignardé un agriculteur de Laroque-Timbaut, s’ouvre ce mercredi à au tribunal correctionnel d’Agen. Les parties civiles dénoncent la qualification de l’attaque en délit de droit commun, et demandent la saisine d’un juge antiterroriste.

    Le 18 juin dernier, après 21 heures, Kader B. portait plusieurs coups de couteaux contre un agriculteur qui moissonnait aux abords de Laroque-Timbaut, une commune du Lot-et-Garonne. Dans sa déposition, le prévenu s’est dit gêné par la poussière émise par la moissonneuse batteuse alors qu’il passait en scooter sur la route le long du champ. La victime s’en sort avec une profonde entaille au triceps, et une blessure au genou. Il est sauvé par son jeune collègue qui l’aidait ce soir-là. Celui-ci dira que l’agresseur a crié «allahou akbar» à quatre ou cinq reprises pendant et après l’attaque. Placé en garde-à-vue, Kader B. est convoqué le lendemain en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d’Agen pour violence avec arme, le parquet n’ayant pas retenu le chef de terrorisme.  »

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/07/19/01016-20170719ARTFIG00022-agriculteur-poignarde-la-defense-demande-une-requalifcation-en-acte-terroriste.php

  10. Sabrauclair

    Nous vivons dans la forme la plus aboutie de régime totalitaire. Mais il s’agit bel et bien d’une dictature, dont les bénéficiaires sont précisément ceux qui s’érigent en défenseurs des libertés.
    Un paradoxe.

  11. Laurent P.Laurent P.

    > Qui pourrait envoyer une mise en demeure au CSA de cesser de porter atteinte à la liberté d’expression
    NOUS !

    NOUS, les lecteurs de cet article, qui est en soi une mise en demeure au CSA de cesser de porter atteinte à la liberté d’expression.
    Il suffit d’imprimer cet article et de l’envoyer au CSA par la poste.

    Pour imprimer le présent article, c’est très simple :
    Cliquer sur l’imprimante verte en bas à gauche de l’article (entre twitter bleu et « + » rouge).
    Dans la fenêtre d’impression qui s’ouvre, choisir « taille de texte : 120% »
    Si du texte est présent après la signature « Gilles William Goldnadel » cliquer dessus pour l’effacer.
    Cliquer ensuite sur l’icône PDF.
    Choisir la taille de page « A4 » (« Letter » est le format américain) puis cliquer sur « Téléchargez votre PDF » et enregistrer le PDF sur votre ordinateur.
    Imprimer les deux pages de la version PDF que vous venez de créer (une feuille recto-verso ou deux feuilles recto, au choix) et vous avez votre lettre de mise en demeure au CSA.
    Optionnellement, vous pouvez personnaliser ce courrier en écrivant un petit mot de votre main dans l’espace vierge au bas de la deuxième page (à minima vous pouvez écrire un gros « Lu et approuvé » puis signer de votre prénom et de votre ville).

    Il ne vous reste plus qu’à plier votre courrier, le mettre dans une enveloppe, fermer l’enveloppe, écrire l’adresse du CSA (elle figure sur la page « Contact du site internet du CSA : http://www.csa.fr/Contact ), timbrer et poster.

    C’est évidemment un peu plus long (lire cet article, suivre les instructions) et un peu plus cher (un timbre…) que de juste lire cet article pour ensuite se contenter de prier très fort que quelqu’un d’autre fasse tout à votre place.

    Voilà, résister à la dictature politiquement correcte et bien-pensante du CSA, en toute légalité et dans la plus parfaite sécurité ça commence avec votre imprimante, un timbre et prendre un peu de temps.
    Votre envoi ne comporte pas votre identité, sauf si vous décidez de l’indiquer délibérément, donc vous ne risquez pas de représailles sournoises, contrairement à un courriel.

    Sans oublier que les paroles (au téléphone) s’envolent tandis que les écrits restent.
    Même une seule et unique malheureuses lettre, sur du vrai papier bien lisse et bien blanc, aura toujours plus de poids (environ 20 grammes, pour être exact) que des centaines d’appels ou de couriels qui ne pèsent, littéralement, guère plus que zéro grammes, c’est à dire… rien.

  12. bm77

    La question de la pluralité des opinions et de leurs diffusion est posée.
    Gageons que si cela avait été fait au détriment d’un » bien pensant » il y aurait eu un sitting devant le siège du CSA.
    C’est cette capacité à se mobiliser qui fait la différence entre la gauche et ses adversaire et que leur a légué les anciens quand celle-ci en était une véritable gauche qui savait se mobiliser autour de thèmes comme la liberté d’opinion par exemple.
    Il faut que cela devienne aussi un « cheval de bataille » des journalistes qui estime que celle-ci est bafouée pour porter le débat sur la scène publique sinon qui va le faire?
    je trouve aussi les partis patriotes un peu frileux sur cette question alors qu’ils auraient tout à gagner de revendiquer cette liberté de parole, surtout quand on a deux personnalités spécialistes en droit à leur tête
    Sachant aussi que ceux qui cherchent à faire taire un Zemmour par exemple sont très procéduriers par l’intermédiaire d’associations chargées de faire la milice et qui, de plus, ont les juges dans leurs poches. Le « mur des cons » nous ayant donné en partie une explication de certaines décisions judiciaires.

  13. mc gyver

    Eh bien ! nous y sommes. Ce que plusieurs prévoyaient avant les élections, arrive. Français , vos libertés fondamentales ,se réduisent comme peau de chagrin. Et l’avenir sombre, que nous prévoyions alors, est en place. Macron tombe le masque de jour en jour. Nous, français,n’étions plus chez nous en France avec Hollande, avec Macron, il faudra se soumettre ou quitter le pays. Mais ce sont les « français » qui l’ont élu…en connaissance de cause. Les Méluche et autres qui vocifèrent maintenant, ont tous appelé à voter Macron…et son « programme » bien entendu. Les français ne se rendent pas compte, à quel point leurs libertés sont attaquées sous diverses raisons , faisant le clandestin plus chez lui en France, qu’un bon français depuis plusieurs générations. Les juges ne cachent même plus leur appartenance politique. Scandaleux pour une soi-disant démocratie. Les « français » acceptent puisqu’ils ne disent rien, pire, ils ont élu le type qui les ruinera avec cet euro en fin de vie, et donnera à la France le statut de région européenne. Ce que nous disions avant les élections se vérifie de jour en jour et prouve que l’avenir échappe au peuple…mais IL l’a voulu.

  14. Alexandra Dougary

    Un état larvé fascisant est mis en place. Nous y sommes. J’avoue avoir assez peur car cela est fait de façon habile. Nous nous devons de réagir fermement. Très belle intervention de G.W.Goldnadel. Elle est juste, légitime mais elle est également terrorisante !

Comments are closed.