Quand le Figaro tacle Macron qui affirme que l’islam serait compatible avec la République


Quand le Figaro tacle Macron qui affirme que l’islam serait compatible avec la République

Il est clair que le discours de Macron est inquiétant, fort inquiétant…

Macron n’y connaît rien ? Non, il ne veut pas connaître, il ne veut pas de la vérité, ça ne l’arrange pas pour la mission immigrationniste et mondialiste qui lui a été confiée.

D’ailleurs la Cour européenne des Droits de l’Homme l’a dit il y a plus de 16 ans, la charia est incompatible avec la République et la démocratie.

 

Islam et République : le décryptage du discours de Macron au CFCM

FIGAROVOX/ENTRETIEN – « Personne ne peut faire croire que l’islam n’est pas compatible avec la République », a déclaré Emmanuel Macron devant le Conseil français du culte musulman. Pour Annie Laurent , des contradictions entre l’islam et la République existent bel et bien.


Journaliste et docteur d’État en science politique, Annie LAURENT a été nommée experte par Benoît XVI, au synode spécial des évêques pour le Moyen-Orient, qui s’est tenu à Rome en octobre 2010. Elle a créé l’association Clarifier qui vise à éclairer les réalités de l’Islam, son dernier article traitant la question des imams. Elle vient de publier L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) (éd.Artège, 2017).


FIGAROVOX. – À l’occasion du repas de clôture du jeûne du Ramadan (Iftar), Emmanuel Macron a prononcé ce mardi un discours devant le CFCM (Conseil français du culte musulman), dix ans après Nicolas Sarkozy. Il a notamment affirmé que «personne ne pouvait faire croire que l’islam n’était pas compatible avec la République». Qu’en pensez-vous?

Annie LAURENT. – Pour les musulmans, les principes d’organisation sociale et politique sont d‘ordre divin. Ils s’appuient sur deux sources principales: le Coran et la Sunna (la tradition mahométane). On voit bien la discordance avec le modèle démocratique lorsqu’on considère notre devise nationale: «Liberté, Égalité, Fraternité». Sur la question des libertés: pour nous, Français, la liberté est universelle et également partagée. Dans l’islam, il n’y a de libertés que restreintes: ainsi en est-il, par exemple, de la liberté de conscience, qui est inexistante. Par conséquent, un musulman ne peut être reconnu comme athée ou se convertir à une autre religion. À cet égard, il faut souligner que, tout en interdisant l’apostasie, le Coran ne prévoit aucune peine temporelle pour punir celui qui s’en rend coupable. Le droit islamique s’appuie donc sur une sentence attribuée à Mahomet: «Celui qui quitte la religion, tuez-le». Dans ce registre, la Charia fait figure de Code pénal pour les musulmans. Dès lors, si une Constitution proclame la Charia comme source du droit, rien n’empêche un magistrat saisi d’une telle affaire de prononcer la peine de mort. Pour revenir au contexte français, lorsque dans les années 1990, alors que les négociations étaient entamées entre le gouvernement et des responsables musulmans en vue de l’organisation du culte islamique, le ministre de l’intérieur de l’époque, Jean-Pierre Chevènement, avait proposé à ces derniers une charte contenant notamment une clause par laquelle ils s’engageraient à respecter la liberté de conscience, y compris le droit de renoncer à l’islam. Or, sous la pression de certains mouvements, notamment les islamistes Frères musulmans, le ministère retira cette clause de la charte. Il justifia cette reculade en rappelant que la Constitution française garantit déjà la liberté religieuse. Ce faisant, il ignorait que pour les musulmans convaincus la Charia est supérieure à toute loi humaine, donc à celle de la République. Cet exemple permet de prendre la mesure de l’incompatibilité entre nos principes respectifs. Concernant l’égalité, le Coran instaure la supériorité du musulman sur le non-musulman et l’homme sur la femme. Ces principes ne sont pas discutables puisqu’ils relèvent de l’arbitraire divin. Autrement dit, ils ne peuvent être sujets à modification. On perçoit immédiatement les problèmes que cela peut poser dans la vie sociale. Certes, l’islam reconnaît le principe de «fraternité», mais il ne s’applique qu’au sein de l’Oumma, la communauté des croyants musulmans. C’est pourquoi un musulman peut se sentir d’abord citoyen de l’Oumma avant d’être citoyen de son propre pays si celui-ci n’est pas régi par l’islam. Il en résulte une grande divergence avec les fondements démocratiques. Il faut ajouter que l’islam ignore le concept de «personne». D’origine biblique, celui-ci confère à tout être humain une dignité inviolable et inaliénable, puisque, selon la Genèse, Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance. Il s’agit là d’un fondement ontologique, qui est l’un des piliers structurants de notre société. Or, le Coran occulte cette mention, instaurant une distance infranchissable entre Dieu et ses créatures humaines. De tout cela résulte le fait que, dans l’islam, l’individu a des devoirs ; quant à ses droits, ils ne sont que ceux que Dieu veut bien lui donner. L’islam accorde donc la primauté au juridique, d’où la prépondérance, pour certains de nos compatriotes musulmans, de la Charia sur le droit français.

Le Président de la République a insisté à plusieurs reprises sur le rôle que doivent assumer les organisations musulmanes de France dans la lutte contre le terrorisme et les prédicateurs salafistes, qui prêchent «ce qui est contraire au cœur de l’islam». Les extrémismes auxquels la France est confrontée trahissent-ils le véritable islam?

Il faut d’abord signaler qu’il existe mille et une interprétations des textes sacrés de l’islam. Cette religion, sans sa version sunnite, ultra-majoritaire et la seule concernée par les débats en France, ne possède pas d’autorité dotée d’un pouvoir d’interprétation revêtu du sceau de l’authenticité. Autrement dit, il n’y a pas de pape de l’islam habilité à trancher et à imposer sa lecture, ce qui permettrait, par la même occasion, aux non-musulmans de savoir ce qui est conforme à l’interprétation officielle. En outre, les Français musulmans ne sont pas unis, du fait de la variété de leurs origines et de leurs différences idéologiques. Ainsi l’islam des Turcs n’est pas celui des Maghrébins, le salafisme diffère des Frères musulmans, etc. C’est pourquoi je ne vois pas comment le président de la République ou un autre responsable politique peut dire de façon certaine ce qui constitue «le cœur de l’Islam». À quel titre la République peut-elle se prononcer sur une telle définition? Et comment concilier de tels propos avec la laïcité propre à l’État? En réalité, l’unique moyen d’en finir avec l’extrémisme serait de supprimer les passages du Coran et de la Sunna justifiant la violence et les atteintes aux libertés. Car, qu’on l’admette ou pas, ces textes sacrés comportent bien des incitations à la haine. Or, pour les musulmans, le Coran est un livre incréé ayant Dieu pour seul auteur. Ce dogme prévaut depuis le IXè siècle. Aucune autorité humaine ne peut donc prétendre le modifier. Ce n’est pas le cas de la Bible puisqu’elle est inspirée, non dictée. Même les intellectuels musulmans engagés dans la promotion d’un islam adapté à la modernité ne reviennent pas sur ce dogme. L’absence de magistère et le caractère incréé du Coran sont deux obstacles structurels qui empêchent toute évolution dans le sens d’une interprétation unique et authentique.

Emmanuel Macron a aussi mentionné le rôle des imams et des organisations régionales, comme les CRCM. Pour lui, il est impropre de faire des analogies entre l’islam et les autres religions en ce qui concerne les ministres du culte. Dans quelle mesure l’islam est-elle une religion décentralisée, et quel est le rôle exact d’un imam?

Emmanuel Macron a raison, l’imam ne peut être assimilé à un prêtre. L’islam ignorant le principe de médiation entre Dieu et l’homme, il n’a ni sacerdoce ni sacrements. Son rôle consiste à diriger la prière et d’assurer la prédication du vendredi. Celle-ci ne se limite pas au domaine religieux puisque dans l’islam le temporel et le spirituel sont mêlés, elle peut comporter des aspects relatifs par exemple à la politique, aux relations avec les non-musulmans, aux rapports hommes-femmes… L’imam n’a pas pour mission d’assurer un accompagnement spirituel, c’est pourquoi son rôle se limite souvent à veiller à l’observance des rites ou des interdits alimentaires. Ainsi, l’imam ne peut être tenu responsable des actions de ses fidèles. La difficulté est accrue si l’on sait qu’une partie des imams officiant en France ne parle pas français. Dans son discours, Emmanuel Macron a vanté la création par l’État d’une aumônerie musulmane. Il s’agissait de montrer que l’État français accorde le même traitement à toutes les religions présentes chez nous. Or, l’aumônier n’existe pas dans la tradition islamique. Je pense qu’il s’agit là d’une erreur puisque, comme je l’ai souligné, il n’y a pas de médiation entre Dieu et l’homme dans l’islam. Bien sûr, les responsables musulmans peuvent faire preuve de bonne volonté. Ainsi, en mars dernier, le CFCM a produit une «charte de l’imam» qui comporte des mesures bienvenues tels que l’attachement à la laïcité, à la liberté, au dialogue interreligieux et le rejet de toute justification de la violence au nom de Dieu. Le CFCM a demandé à toutes les instances représentatives de l’islam en France et aux mosquées d’adhérer à cette charte… mais celle-ci a immédiatement été rejetée par la majorité d’entre elles. Encore une fois ces initiatives ont trouvé leurs limites face à l’absence d’autorité réellement représentative de l’islam.

Le Président de la République souhaite que l’État puisse participer à la formation des imams. Est-ce possible, selon vous?

La demande est légitime mais sa réalisation pose d’importantes questions. En effet, comment la République laïque envisage-t-elle d’intervenir dans ce domaine? Qui va trancher les difficultés liées à l’interprétation des dogmes et des textes sacrés? Comment gérer les divergences idéologiques? En fait, qui va contrôler l’enseignement dispensé dans les instituts de formation d’imams? Je ne vois pas de réponse pertinente à ces questions. Imagine-t-on voir un jour la République laïque s’immiscer dans les programmes des séminaires de l’Église catholique, interdire l’enseignement de la loi naturelle (je pense notamment au mariage et à la filiation)? Concernant l’islam, il existe déjà des Instituts de formation d’imams, dont certains sont gérés par l’UOIF, association qui, à bien des égards, ne transmet pas des valeurs compatibles avec la démocratie. Mais il est vrai que la question de la formation des imams est pertinente si l’on considère les préoccupations liées à la sécurité publique. Il me semble que l’État devrait mettre fermement les représentants officiels de l’islam face à leurs responsabilités. En cas de violences ou de discours haineux prononcés dans les mosquées en référence au Coran et à la Sunna, ceux-ci devraient pouvoir être poursuivis pour complicité avec les imams dangereux. L’État devrait aussi imposer la langue française lors de prêches et interdire tous financements étrangers des mosquées et associations. Il faut être d’une intransigeance absolue quand il s’agit de sécurité publique et ne pas hésiter à aller jusqu’à des mesures d’expulsions. Enfin, en se mêlant de l’organisation de l’islam en France, je crains que l’État ne contribue, sans doute malgré lui et tout en dénonçant le communautarisme, à confessionnaliser les musulmans, alors que, selon la Constitution de notre pays, ceux-ci sont d’abord des citoyens avant d’être chrétiens, musulmans, juifs ou autres. On risque donner à l’islam le statut de religion d’État comme le regrettait feu le cardinal Lustiger.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/23/31003-20170623ARTFIG00379-islam-et-republique-le-decryptage-du-discours-de-macron-au-cfcm.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Laveritetriomphera

Résistance républicaine Midi Pyrénées, j’ai choisi comme symbole la déesse égyptienne de la vérité/justice Maât. J’estime que la vérité/justice est un concept universel et unificateur par essence.


24 thoughts on “Quand le Figaro tacle Macron qui affirme que l’islam serait compatible avec la République

  1. MALI

    L’islam n’est pas républicain et ne le sera jamais. Devrons-nous l’écrire et le dire en chinois pour être entendus?

    1. Bouboule

      L’islam est parfaitement compatible avec les systèmes de gouvernement républicain et monarchique : voir la république d’Iran et le royaume du Maroc, par exemple, tous deux d’essence islamique. Donc pas de problème entre quelque république que se soit et l’islam, ni entre quelque monarchie que se soit et l’islam. Ben oui, je sais, c’est dur à admettre, mais l’exigence de vérité nous oblige à l’admettre, même si ça fait mal au cul.

      1. Dorylée

        L’islam est INCOMPATIBLE avec la République Française pour une raison toute simple qui en fait sa spécificité mondiale : ELLE EST LAÏQUE ! Elle ne reconnaît aucun culte. AUCUN. Donc pas l’islam non plus, lequel islam ne reconnaît ni ne tolère la laïcité et condamne ses tenants à mort..
        Selon notre constitution, la République est une et indivisible. Ses lois s’appliquent à tous en tout temps et en tous lieux de son territoire. Ce qui signifie que les préceptes du korampf n’ont aucune valeur, même indicative, quant aux droits et aux devoirs des citoyens. Aucune obligation ou interdiction en émanant ne peut s’appliquer de quelque façon que se soit en contradiction des lois de l’État. Vous pouvez donc, cher Bouboule, vous triturer les méninges comme bon vous semble, l’ISLAM EST IMCOMPATIBLE AVEC LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Je vous ferais également remarquer que l’islam sunnite est incompatible avec la république islamique chiite d’Iran où ses adeptes sont massacrés. Pour la compatibilité, vous repasserez !
        Quand à la  » république islamique d’Iran  » quelque chose me dit que si un pays a besoin d’inclure le mot  » république  » dans son appellation officielle, c’est sans doute parce que, de prime abord, ce n’est pas l’aspect républicain
        du pays qui saute aux yeux…

      2. Lavéritétriomphera

        @Bouboule,

        Les systèmes totalitaires comme l’islam sont anti-démocratiques par définition. Ces systèmes ne peuvent accepter la divergence d’opinion ou la liberté de conscience car ils sont basés sur la pensée unique. Les adeptes de l’islam ne reconnaissent que leur « vérité ». Celui qui déroge risque de se faire malmener par la brute musclée du troupeau et c’est ce qui arrive en Iran et le Maroc n’est pas épargné http://www.francesoir.fr/actualites-societe-lifestyle/au-maroc-les-convertis-au-christianisme-sortent-de-lombre
        L’islam est incompatible avec les lois de la république lesquelles garantissent la liberté de conscience https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Principes_fondamentaux_reconnus_par_les_lois_de_la_R%C3%A9publique.
        J’estime que Macron a menti à son insu ou délibérément.

      3. Amélie Poulain

        Mauvais exemple, Le Maroc et l’Iran sont des cultures orientales donc totalement différentes de la nôtre qui est occidentales (représentations totalement différentes voire opposées). Ll’intégration est donc tout à fait possible dans ces pays, pas en France ni en Europe à moins d’abandonner sa culture orientale pour épouser la culture occidentale, ce qui apparait impossible à moins de se renier.

  2. Anania de Schirac.

    _ Evidemment, micron le fourbe islamo-collabo a raison, l’islam est compatible avec la République sans préciser laquelle, car nombreux sont les exemples de Pays en régime de « République islamique » : _ Afghanistan, Iran, Mauritanie, Pakistan et Gambie.

    _ Désolé Emmanuel Macron, la « République Laique Française » issue de cultures gréco-latine et judéo chrétienne sans oublier les Lumières, la Révolution et Napoléon n’est pas Compatible avec l’islam car la Charia du coran est illégale, barbare, esclavagiste, ségrégationniste, pédophiliste entre autres et ne peut remplacer notre constitution, notre code civil.
    _ Tu ment comme tu respires pour nous imposer cette saloperie d’islam par la fourberie maligne et la force au besoin comme les fascistes le faisait, mais le peuple aura le dernier mot, nous sommes en France ici et le fascisme islamique ne passera pas.

  3. RODRIGUE

    Ce type est un con dangereux, coupable de complicité avec les criminels musulmans! Si on admet un seul migrant de plus de sa part, il faut porter plainte contre lui pour mise en danger de la vie d’autrui, la nôtre et il faudra lui faire payer, ainsi qu’à Hollande, Sarkozy et les autres le prix de leur trahison le jour de la reconquista !

    1. Lavéritétriomphera

      Macron, le président jupitérien, fait du populisme et flatte la bien-pensance mais parfois ses propos comme sur les
      migrants comoriens, par exemple, laissent dubitatifs http://www.lci.fr/societe/video-plaisanterie-de-macron-que-sont-les-kwassa-kwassa-symboles-de-l-immigration-clandestine-et-mortelle-a-mayotte-2054124.html.
      Cette plaisanterie de très mauvais goût peut nous éclairer sur le personnage qui, espérons le, ne tiendra pas des propos comme : « la réforme du travail ou des retraites amène ‘du’ français à râler … ».

  4. Machinchose

    « Dans l’islam, il n’y a de libertés que restreintes: »

    Euh…..a « restreintes » je dirais plutot « inexistantes »

    et puis, Merde a la fin !! c’est pas bientot fini ces intrusions permanentes dans la marche de NOTRE France ??

    ces coups de hache, ces usures de limes,ces va et vient de scie dans le corpus même de MON pays ??

    est ce que moi, Nous, allons nous mêler de régler la vie des Algériens chez eux ?? réclamer des charcuteries, des costards pour tout le monde, des Hamams ou on parle uniquement Français,

    vous me direz que ces pays improbables que sont les trois dictatures maghrébines n’ attireront jamais nos (vrais) compatriotes

    mais par contre elles déversent comme un grand collecteur d’ eaux usées leurs populations incompatibles avec ma France, leurs populations qui ne servent absolument a rien quand au développement de notre Pays

    comme Salvador Dali était « avide a dollars » , eux sont avant tout avides de nos systèmes de santé, de sécurité,de ces Zalloques mirifiques et de l’ eau qui coule au robinet 24 h sur 24, comme des trains et métros qui arrivent a l’ heure, et du courant electrique qui ne doit rien au Koran pour circuler

    faut les observer, dans les Monoprix et autres grands magasins…..des affamés qui se précipitent sur tout et n’ importe quoi…

    mieux, il y a aprésent chez eux une nouvelle génération née içi, qui , souvent a fait des études, dispose de professions honorables, voire prestigieuses

    ceux là ne partiront plus…trop heureux…comme Allah en France…

    peut être quand viendra l’ âge de la retraite, peut être…alors que leurs parents en presque totalité se sont fait construire de superbes villas au « pays » = au bled…pour y vivre royalement de leur retraite française…

  5. durandurand

    Nous sommes gouverner par des salopards et traîtres à la Nation , laissons tous les macronistes goutter leurs désillusions ,il faut qu’ils la boive jusqu’à la lie , leur réveil n’en sera plus qu’amère ,en attendant continuons à nous préparés et continuons d’établir la longue liste de tous ces traîtres à la Nation ,il ne faudrait pas en oublier un ou une .Une chose est certaine il nous faudra purger notre Patrie de tous ces immondices qui nous remplaces et nous tues sans le moindre remord .Nous n’aurons aucune empathie ni aucune faiblesse ni aucune compassion et nous ne leurs accorderont aucunes circonstance atténuante à toutes et tous ces traîtres .

  6. Xtemps

    Islam veut dire soumission par liberté, l’islam est comme toutes les dictatures, c’est la soumission, il n’y aura jamais de liberté avec l’Islam.
    Alors pas de liberté avec les dictatures.
    L’Islam est un danger mortel pour la liberté et montre le vrai visage de nos escrocs imposteurs au pouvoirs par l’islam, des vrais dictateurs Fascistes.

  7. Celtillos

    l’islam est une dictature théologique et politique, moralité l’islam est incompatible avec la République et avec le mode de vie Européen, l’islam n’a donc pas sa place en Europe et doit dégager de gré ou de force!
    j’aurais une préférence pour « de force », histoire lui enlever l’envie de tenter de revenir!

  8. Révolution 2017

    Si Macron veut tellement implanter l’islam en France c’est qu’il a quelques intérêt personnel qui passe avant les intérêt de notre pays
    Trop bien avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, alors pourquoi s’étonner de ces prise de position en faveur de l’islam
    Et puis il y a encore des imbéciles pour croire que l’islam c’est la paix

    1. la france a fric

      Bien vu  » Révolution 2017  » et pour ceux qui n’ont toujours rien compris, il faut répéter encore et encore que le raz de marée islamique planifié en France et en Europe ne profite qu’ aux dirigeants politiques et affairistes de toutes sortes corrompus, au détriment des populations qui ne font que subir cette invasion !!! (***) ! Même un salaire de président ne permet pas d’amasser une telle fortune ! Ou alors, c’était peut-être juste un livret de la caisse d’épargne ! ou des heures supp accumulées ! ou mieux…, des  » petites primes  » payées par certains états AFRICAINS pour favoriser l’immigration ? …. !!!! Finalement, l’immigration, c’est comme le loto : c’est facile … c’est pas cher … et çà PEUT RAPPORTER GROS …. à CERTAINS !!!!

  9. Huan

    Je dois te reprendre Bouboule, la définition de la ŕépublique, est la gouvernance d’un pays par ses sujets, et non par une religion,donc, le nom de République islamique est un non sens. C’est :soit une république,soit un état islamique. Pas les deux..
    C’est incompatible, tu parles de l’Iran, où tu as vu que les hommes et les femmes étaient libres et égaux, la police islamique te le fais bien comprendre. Alors,avant de dire n’importe quoi, relis les définitions des mots.Larousse,Littré Voltaire n’ont pas été écris pour rien.

  10. dahier

    question à se poser : macron et sa famille préfabriquée sont-ils catholiques ? fréquentent-ils un lieu de culte chrétien ou juif ? ou sont-ils déjà soumis à l’islam ?

  11. bm77

    Les musulmans ne se posent pas les questions dans ces termes là, ils se foutent de savoir si la République est compatible ou pas ils veulent s’imposer à elle, point barre! Et d’ailleurs l’Islam s’impose de fait vous n’avez qu’à aller dans certains secteurs des villes où vous ne voyez que des hommes, la gente féminine est complètement absente et interdite de fait.
    Les gens ont voté pour cela les taux zéro qui boostent le marché immobilier parce que ça arrange bien pour la consommation et l’accès à la propriété car à l’heure actuelle il est plus rentable de se faire une plus value coquette en revendant sa propriété que de trimer comme un beau diable.
    Et Macron est la représentation même de tout cela; la consommation contre le travail mal rémunéré plus l’immigration de masse pour peser sur le coût salarial, on s’arrange avec celle ci en faisant des concessions religieuses et le tour est joué.
    On vit dans l’instant !
    Sauf que la contrepartie de tout ça, c’est quand même une dette sociale énorme de2300 milliards d’euros qui reste en suspend au dessus des têtes des jeunes générations et c’est l’islamisation de la France à marche forcée et les Français étant dans l’euphorie consumériste refusent de voir cela. Il ne faut pas gâcher la fête … Sauf quand des islamistes s’y invitent armés de kalachs comme à Paris ou à Londres!

  12. hathoriti

    macron et sa famille doivent être « sociologiquement » catholiques.Nous sommes en France tout de même…Cependant, ils fréquentent les banques (leurs lieux de culte) et ne vénèrent que le fric (à foison) et le pouvoir et la gloire…

  13. Chris2aChris2a

    C’est pourtant pas compliqué !
    Messieurs les imams et autres « savants de la foi », vous attestez que l’islam est compatible avec notre République, et bien, signez ici, après cette phrase :
    « Je reconnais que les lois constitutionnelles de la République françaises prévalent sur celles de la charia ».
    Quand vous aurez signé ce préambule, je vous croirai, mais pas avant !
    Al république al bar !
    SINON, ON VOUS FOUT DEHORS !!!!!…
    Non, mais…on va pas se masturber le cerveau pendant 107 ans ! Vingtdiou !

  14. Révolution 2017

    .Celtillos
     »l’islam est incompatible avec la République et avec le mode de vie Européen, l’islam n’a pas sa place en Europe et doit dégager de gré ou de force! »
    se sera de force, car il est certain que si une force ne les y oblige , ils ne dégagerons pas
    Les muzz haïssent nos valeurs ,mais remarquez qu’au lieux de dégager ils s’y incrustent
    et pour cause une république qui les accueillent si bien
    il peuvent nous tuer mettre tout à feu et à sang , mais ne sont pas punis
    et encore on les protègent eux et leur religion meurtrière
    Ils peuvent s’accoutrer avec des oripeaux venus tout droit du moyen-âge ( burka , voiles … ) et le gouvernement tolère , protège , ferme les yeux sur les dérives
    vous en connaissez vous des républiques pareils ?

  15. Révolution 2017

    Pour achever , oui il existe des républiques islamiques
    Kazakhstan …mais elles ne sont pas forcément démocratique
    et puis la différence c’est que ces pays avait déjà au départ des population dont la religion est l’islam
    Ce qui n’est pas le cas de la France
    L’islam n’a rien à faire ni en France ni en Europe
    et même certainement dans le monde

  16. Révolution 2017

    Chris2a
    (…Messieurs les imams et autres « savants de la foi », vous attestez que l’islam est compatible avec notre République, et bien, signez ici, après cette phrase :
    « Je reconnais que les lois constitutionnelles de la République françaises prévalent sur celles de la charia ».
    Quand vous aurez signé ce préambule, je vous croirai, mais pas avant !)
    A votre place je ne les ferais pas confiance
    Souvenez vous les muzzs peuvent vous mentir
    peuvent vous tromper pour mieux vous asservir et en finir avec nous
    Ne jamais faire confiance au muzz , sage conseil

Comments are closed.