Encore un vol de lance-roquettes et de munitions dans les sites militaires qui bordent l’Etang de Berre


Encore un vol de lance-roquettes et de munitions  dans les sites militaires qui bordent l’Etang de Berre

‌Journées portes ouvertes et libre service dans des sites militaires qui bordent l’ Etang de Berre . ( Miramas et Istres )

– Miramas , juin 2017 :  » Incroyable histoire de vol de lance-roquettes et de munitions militaires sur les voies de chemin de fer.  » …  » Quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d’obus dits flèches, qui sont conçus pour pénétrer les blindages, ont été volés.  »

Un pilleur de train a mis la main sur quatre lance-roquettes antichars dans un convoi de fret. Les armes ont pu être retrouvées avant d’être vendues.

Incroyable histoire de vol de lance-roquettes et de munitions militaires sur les voies de chemin de fer. Un jeune homme de 23 ans a été mis en examen, ce vendredi, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), pour vol aggravé, détention et transport d’armes de guerre.

 

L’affaire commence dimanche, lorsqu’un train de marchandise ordinaire part de Miramas (Bouches-du-Rhône), commune connue pour accueillir l’établissement militaire principal des munitions de Provence. Il doit se rendre de Brienne-le-Château (Aube), où se trouvent une base aérienne et un arsenal. Sur le parcours, les agents de la Suge (la surveillance générale de la SNCF) se rendent compte qu’un des wagons contenant de l’armement militaire a été ouvert, car les scellés en plombs ont été brisés. Quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d’obus dits flèches, qui sont conçus pour pénétrer les blindages, ont été volés.

 

Un pilleur de trains qui observait les convois

 

Selon toute vraisemblance, le ou les malfaiteurs ont profité des arrêts fréquents du train de marchandise pour s’emparer de cette cargaison ultrasensible. «L’armée utilise des trains tout à fait ordinaires pour faire circuler ses armes d’un point à un autre, souligne une source proche de l’affaire. C’est d’ailleurs un problème de sécurité majeur que de telles armes soient finalement à la portée de n’importe quel malfaiteur un peu astucieux.» Les gendarmes de la section de recherches de Marseille se chargent d’identifier et de retrouver ce pilleur de fret. Les militaires parviennent vite, grâce à des investigations techniques, à identifier le voleur alors qu’il met en vente son butin.

 

Mercredi, à 3 heures du matin, les enquêteurs, épaulés par le GIGN (groupe d’intervention de la gendarmerie nationale), pénètrent en force dans une maison de Miramas. Ils interpellent un suspect et retrouvent, dans le logement, les armes et les munitions volées. Le jeune suspect est placé en garde à vue à Marseille et passe aux aveux sous le feu des questions des enquêteurs. «Il s’agit d’un pilleur de trains, un peu spécialisé, qui a observé avec attention le rythme des convois de marchandise, précise la même source. Mais, jusqu’à présent, il s’était plutôt concentré sur le vol et la revente de matériel hi-fi.» 

 

Une enquête de commandement 

 

«Cet incident a conduit la ministre des Armées à ordonner une enquête de commandement qui devra revoir les conditions de transport de munitions par voie ferrée et proposer des mesures, susceptibles d’être mises en oeuvre avec la SNCF, pour en renforcer la sécurisation», souligne-t-on samedi au cabinet de Florence Parly.

 

Cette affaire n’est pas sans rappeler un autre vol d’explosif, survenu, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2015, à la base militaire de Miramas. Un ou plusieurs voleurs avaient réussi à s’introduire dans un dépôt de munitions et s’étaient emparé de 150 détonateurs, de grenades et de pains de plastic. Sous pression, l’ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait estimé que cette histoire était un «cocktail de responsabilité individuelle et d’une organisation collective largement perfectible». Un audit avait pointé déjà plusieurs dysfonctionnements. Ce vol n’a toujours pas été élucidé par les gendarmes qui ont réalisé des centaines d’auditions pour tenter d’identifier les auteurs.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/quand-l-armee-se-fait-voler-des-lance-roquettes-01-07-2017-7102458.php

« Cet incident a conduit le ministre des Armées à ordonner une enquête de commandement  » ( Figaro )

Rappel :
– Miramas , juillet 2015 : vol d’explosifs, de détonateurs et de grenades
– Istres, septembre 2016 : vol d’armes de poing et de fusil d’assaut
– Istres, février 2017 : vol d’un porte char et d’un tractopelle

Bref, vols à répétition dans les sites les mieux surveillés de France, paraît-il, Miramar et Istres (ça promet )

http://resistancerepublicaine.eu/2017/01/24/la-7eme-compagnie-le-retour-un-camion-militaire-a-disparu-corps-et-biens-a-istres/

http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4133070/les-dessous-dun-incroyable-vol-darmes-militaires.html

Dernière minute ( info exclusive RR ) :

» L’enquête de commandement  » aurait été confiée au chef Chaudard, de la 7ème compagnie.

Question subsidiaire : lequel de nos ennemis est entré en possession des lance-roquettes disparus, du porte-char, du tracto-pelle, des explosifs, des détonateurs, des fusils d’assaut, des armes de poing et des munitions et grenades qui ont disparu en quelques mois  ?

Qui ? Pour quel usage ? Quand ?

Mais le procureur accepterait les plaintes du CCIF contre les Français qui s’inquièteraient du terrorisme…





20 thoughts on “Encore un vol de lance-roquettes et de munitions dans les sites militaires qui bordent l’Etang de Berre

  1. cayssials

    c’est de meux en mieux voilà qu’on en reviens aux bons vieux temps des westerns des pilleurs de train .
    Et cerise sur le gateau tout ce beau materiel va être utiliser contre nous, encore une fois on en a pas fini avec le terrorisme
    De plus ce genre de marchandises ne devrais pas circuler dans des wagons de marchandises; comme pour les patates ou les tomates, il exister avant des trains blindés sauf que le note est plus lourde vue que l’armée n’a pas de fric.
    MAIS BON ON VA CONTINUER ET CE SERA DE PIRE EN PIRE

  2. MALI

    Heureusement que la Suge s’en est aperçue!
    Ce qui est sidérant c’est : 1) l’âge de l’auteur (qui n’a sans doute pas dû agir seul) et 2) le manque de sérieux avec lequel sont organisés ces convois d’armes. Pourquoi ces envois ne sont-ils pas beaucoup mieux sécurisés? On peut imaginer le danger pour la population de telles armes en libre circulation. Il y a probablement des mafias ou du grand banditisme derrière tout ça, sinon des apprentis terroristes!

    1. hathoriti

      pjp ! énarques au cerveau de méduse ! quelle bonne définition ! et…de quel énarque en particulier parlez-vous ? aurait-on la même idée ???

  3. pjp

    il faut une armoire a clef et gadenas pour entreposer les fusils de chasse obligatoire pour les chasseurs et collectionneurs, sinon garde a vous en cas de vole, pour les wwagons pas bisoin misiou

  4. Anne Lauwaert

    Et vous avez déjà oublié le survol des centrales nucléaires par des drones? Bien sûr un drone ne sait pas faire sauter une centrale nucléaire, mais peut incendier le transformateur qui se trouve à l’extérieur et il suffit d’incendier le transformateur de 5 centrales pour provoquer le black out électrique de toute l’Europe ??? Cela a été écrit dans la presse avant l’hiver d’il y a 2 ans. Vous êtes-vous demandé pourquoi on banalise les drones ? Dans vos devoirs de vacances inscrivez cette dissertation : « quels sont les dangers inhérents à la banalisation des drones ? »

  5. gillic

    Pas d’ info sur ce jeune homme de 23 ans ??? Bien sous tous rapports certainement …….Heureusement, le chef Chaudard va mener l’ enquête et nous dire la vérité !!!

  6. Anania de Schirac.

    _ La nouvelle minisre des « Armées » et non plus « De la Défense Nationale et des Armées », car le voeux de Macron n’est plus de défendre en premier la Nation France et son Peuple, a du boulot sur la planche, comment peut-on faire voyager des « lances roquettes anti-char » avec munitions sans plus de sécurité qu’un banal wagon de marchandise sans protection en gardes armés ? Il est vrai que nous ne sommes pas en guerre, qu’il n’y pas de jihadistes musulmans en France, pas non plus de « No Borders » et d’islamo-Fachistes de gauche fanatisés, pas plus d’attentats meurtriers commis par des musulmans, alors avec plus de 250 morts en 2 ans pourquoi prendre des précautions sur l’arsenal militaire ?

  7. gib34

    Un jeune de 23 ans seul bien sûr est un bon Français nommé Mohamed. Vraiment les 15% de Français qui ont voté pour le système en place sont des c….s

  8. mc gyver

    Cet « incident » prouve que nos zélites, n’en ont rien à foutre des français. Ils on déjà entériné le fait ,que la France était une région d’Europe, où la lie du monde serait non seulement la bien venue, mais aurait des droits sur les abrutis qui les reçoivent. Tout ce qui arrive est voulu et souhaité par les »français »! n’ont-ils pas élu celui, qui a prévenu tout le monde de ce qu’il ferait, notamment en ce qui concerne l’immigration. Les « français » l’ont voulu, nous l’avons. La France est morte ! une révolution est le seul moyen de changer les choses…..mais où sont les révolutionnaires ? Quand je vous dis que c’est foutu……!

  9. Sylvie D.

    Ce qui est étonnant c’est que ces wagons ne soient pas surveillés en permanence…. Militaires, gendarmes, chiens…. Manque de personnel ? C’est incroyable avec quelle facilité certains pénètrent sur les sites…. Pas de ronde ? Pas de chien ? Pas d’alarme ? À part poser une pancarte avec dessus : interdiction de pénétrer sur le site, C’est tout comme protection ?

  10. Verdammt

    C’est fou. Quand j’étais militaire c’était impossible de voler des armes et des munitions. Déjà voler l’armée faut le faire.
    On est devenu un pays de pitres.
    On embauche qui à l’armée ? devinette.

  11. Cécile ComeauCécile Comeau

    La même chose vient de se produire au Portugal. Les armes volées comprennent, entre autres, 168 grenades à main, et 44 lance-roquettes.

Comments are closed.