Une des énormes saloperies de Touraine : les mutuelles d’entreprise obligatoires


Une des énormes saloperies de Touraine : les mutuelles d’entreprise obligatoires

Gérard Delépine évoque dans son article l’infect bilan de Touraine. Il a raison, et notamment pour les mutuelles d’entreprise.

L’imposition des mutuelles d’entreprise est pour ma part une arnaque.

La première année l’entreprise nous a proposé une mutuelle moins chère et remboursant beaucoup plus que celle à laquelle on avait souscrit à titre individuel, puis on nous dit qu’ils ont obligation de faire un appel d’offre tous les 2 ans et la mutuelle numéro 2 est 25% plus chère pour un remboursement moindre.

Nous en sommes à la 3e mutuelle, là, soi-disant une seule a répondu à l’appel d’offre et elle est plus chère qu’une mutuelle extérieure pour des remboursements à minima.

On ne peut pas sortir du système mutuelle d’entreprise une fois entrés dedans, sans compter qu’au moment de la retraite il faudra se débrouiller pour aller voir ailleurs en payant plein pot puisqu’on sera de nouveaux clients.

Cette mesure est un vrai scandale. Touraine est une saloperie et encore je ne parle même pas de sa préparation de vaccins obligatoires.

Note de Christine Tasin

D’autres témoignages allant dans le sens de Marie ou en désaccord avec elle ? Merci de les laisser en commentaire sous cet article, afin que chacun puisse juger.

Lire en complément cet article du Figaro :

Mutuelles: la réforme Touraine augmente la facture pour les patients

VIDÉO – Depuis le 1er janvier, les complémentaires santé ne peuvent plus rembourser les consultations médicales au-dessus d’un certain plafond.

Depuis le début de l’année, les plateformes téléphoniques des complémentaires santé sont débordées. Leurs assurés les appellent en nombre car ils ne comprennent pas pourquoi leurs remboursements de soins de santé ont brusquement chuté. Mutuelles, instituts de prévoyances et assureurs ont bien du mal à leur expliquer qu’elles n’y peuvent rien. C’est bien en effet à cause de la réforme des contrats dits «responsables» (plus de 90% du marché) qu’elles ne peuvent plus prendre en charge autant qu’avant la facture du médecin.

Elles ne peuvent plus rembourser les honoraires des médecins libéraux pratiquant des dépassements que dans la limite d’une fois le tarif fixé par la Sécu. Objectif de cette réforme de Marisol Touraine: faire baisser par ricochet les tarifs des médecins de «secteur 2». Par exemple, en rhumatologie, où le tarif Sécu est de 28 euros pour une consultation, la complémentaire santé rembourse désormais au maximum 28 euros au patient, même si le dépassement d’honoraires a atteint 40 euros. Une toise sévère. Alors qu’un gynécologue demande en moyenne, dans les grandes villes, 72,05 euros pour une consultation, le patient, qui n’avait souvent rien à payer avant, doit désormais débourser 16,05 euros, a relevé le courtier Gerep.

La facture atteint des sommets en chirurgie, où les actes sont plus lourds et donc plus coûteux qu’ailleurs. Là aussi, les remboursements sont plafonnés comme les consultations (à une fois le tarif de la Sécu), alors que les contrats souscrits dans le cadre de l’entreprise remboursaient généreusement ces soins. Il ressort de cas réels observés par le Groupe Henner, un autre courtier en assurance de personnes, qu’une opération de la prostate facturée 3300 euros, prise complètement en charge auparavant, coûte dorénavant 1644,56 euros au patient.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier dans Le Figaro à paraître mardi 16 août, et sur le Web, les mobiles et les tablettes pour les abonnés Figaro Premium

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/08/16/20002-20160816ARTFIG00035-mutuelles-la-reforme-touraine-augmente-la-facture-pour-les-patients.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




18 thoughts on “Une des énormes saloperies de Touraine : les mutuelles d’entreprise obligatoires

  1. AvatarJC.P.

    Désaccord total avec Marie.
    Les contrats « groupes » dits aussi « collectifs » sont forcément plus avantageux que les contrats individuels, il faut simplement que son employeur choisisse une bonne société de mutuelle, qui pratique des tarifs raisonnables avec de bons rapports qualité /prix. Les représentants du personnel (quand il y en a) peuvent être consultés pour avis.
    En outre : lorsqu’une personne part à la retraite, le salarié a la possibilité de conserver la mutuelle contactée par l’employeur, c’est même une obligation pour la mutuelle de le conserver, alors, comme client non soumis à la règle du contrat groupe.
    Un salarié adhérent du contrat collectif santé souscrit par son entreprise peut demander le maintien de cette couverture au moment de son départ en retraite. On parle de portabilité des droits.
    Toutefois, il risque de perdre la part prise en charge par l’employeur et subir en même temps une majoration tarifaire.
    L’employeur doit signaler à son organisme assureur le départ en retraite du salarié.

    L’organisme assureur a l’obligation d’adresser au salarié, dans les deux mois suivant la date de cessation de son activité, sa proposition de maintien des garanties complémentaires santé dont il bénéficie. JE CROIS ME SOUVENIR (à vérifier) QUE CES DERNIÈRES DISPOSITIONS DATENT D’IL Y A 10/15 ans et seraient inscrites dans la loi (EVIN ???)

    JUSQUE Là JE NE VOIS RIEN D’ANORMAL, et pour une fois, la mère TOURAINE avait pondu un truc très satisfaisant.

    1. Avatarmoule houde

      les mutuelles..La plus grosse .de ces dernières années…
      Depuis 1993, je n’ai plus de mutuelle.
      Un risque? j’ai eu plusieurs intervention en hopital, pour moi et mes 5 enfants (grands maintenant) et les bricoles que ça m’a coûté ne sont rien en regard des cotisations que j’aurai versées, sur cette période
      Evidement que MST a avec cette loi inique a truandé les salariés.
      Les mutuelles, tout en payant grassement leur salariés et en rémunérant leurs actionnaires, font des bénéfices…
      CHERCHEZ L’ERREUR !!!

      1. Chris2aChris2a

        Bonjour
        RECTIFICATION : par définition, les MUTUELLES n’ont pas d’actionnaires !
        L’idée de départ est très noble et séduisante : mutualiser la couverture d’ un risque par une masse de cotisants, sans notion de profit, donc sans actionnariat.
        C’est l’esprit « mutualiste » ..Puis, redistribuer les gains aux sociétaires et enrichir le patrimoine commun…
        Mais à terme, on a vu à l’usage que certains de ces organismes servaient de véritables fromages à leur dirigeants ou petit cercle de dirigeants et/ou à des « prestataires » sélectionnés Cf les affaires Ferrand, DSK, Cambadélis etc… etc…
        Hé oui, c’est tellement simple ! Il n’y a pas d’actionnaires pour vérifier la performance et l’honnêteté des dirigeants …Le conseil de surveillance est aux mains de copains et de coquins . La grande magouille pour certaines !
        Vous avez vu récemment l’aplomb et la capacité à discourir d’un de leurs dirigeants pris pourtant la main dans le sac !!….Quel professionnalisme dans la truanderie !..
        Je ne suis pas pour un capitalisme libéral apatride et forcené, mais il faut bien avoir conscience que si toute notre économie était mutualisée, nous vivrions en Union Soviétique …

        1. AvatarAsher Cohen

          @Chris2a
          La question n’est pas de savoir que les mutuelles n’ont pas d’actionnaires, la question est: pourquoi les mutuelles? La France étant un pays communiste depuis 1945, le salarié est déjà obligé de payer d’emblée les charges salariales et patronales prélevées sur la valeur ajoutée qu’il produit. A cela s’ajoutent la CSG-RDS prélevés par la force sur toute la population, y compris les retraités non actifs. Le gouvernement prélève donc dans l’économie française largement de quoi soigner correctement toute la population du pays. Pendant plusieurs décennies après 1945, les salariés ont parfaitement vécu sans mutuelle. Actuellement, on voudrait faire payer au salarié non seulement les cotisations de sécurité sociale mais en plus des mutuelles privées obligatoires. On ne peut pas comparer cela avec les pays libéraux anglo-saxons où il n’y a aucune obligation de cotisation sociale. L’obligation, de cotiser doublement, d’abord pour la Sécurité Sociale, ensuite pour les mutuelles, n’est aucunement du libéralisme, mais du communisme tout simplement. Si ont veut imposer en France une obligation de cotisation à une mutuelle, une mesure déjà anti-libérale par rapport aux Etats-Unis, il faudrait d’abord supprimer l’obligation de cotiser à la Sécurité Sociale, mais on ne peut pas imposer 2 types de cotisations pour assurer la santé des français. A mon sens, si la France avait une vraie Constitution, le gouvernement n’aurait aucun droit d’imposer ni l’obligation de cotisations sociales, ni une obligation de mutuelle santé, à fortiori privée.

    2. AvatarMarie

      Tellement plus avantageux que plusieurs personnes dans l’entreprise ont vu leurs cotisations pratiquement doubler et leurs remboursements fondre. Nous avons demandé des devis et je vais prendre une mutuelle extérieure avec les enfants et mon mari est obligé de rester en mutuelle d’entreprise. J’ai bien décortiqué le contrat, il est précisé qu’il se termine si on quitte l’entreprise (sur la première mutuelle on avait la possibilité de garder la mutuelle au départ en retraite en perdant la part patronale, ce qui était normal, sur la dernière on pourra éventuellement rester dans la même mutuelle mais en partant sur un nouveau contrat, donc aucun intérêt). Ce que je constate c’est qu’avant l’instauration de la mutuelle d’entreprise, nous sommes restés 15 ans dans la même avec des lunettes remboursées intégralement, maintenant on nous impose un changement de mutuelle tous les 2 ans et tout le monde se plaint du reste à charge en optique et dentaire et des délais de remboursement.

      1. AvatarAsher Cohen

        @Marie
        Prenez vos fiches de paie et calculez combien vous cotisez pour la Sécurité Sociale, en part salariale et patronale, et en CSG-RDS. Puis calculez combien vous payeriez réellement en lunettes et prothèses dentaires si vous n’étiez pas remboursée. Avez-vous besoin de changer vos verres chaque année, ou d’avoir des couronnes dentaires en or? Êtes-vous obligée de vous faire arnaquer par des médicaillons non conventionnés ou de vous faire opérer dans des cliniques bidons et coûteuses plutôt qu’à l’hôpital? De plus les prix des médicaments génériques sont de plus en plus bas. Il y a de fortes chances que vos cotisations sociales excèdent largement vos dépenses réelles de santé. C’est votre choix.

  2. AvatarJ

    Principale raison pour laquelle j’ai refusé cette mutuelle d’entreprise, même si elle avait été plus avantageuse. Je refuse de me plier aux lois d’un gouvernement à la con.

  3. Avatardura lex

    Cela fait partie du plan de destruction de la sécurité sociale: obliger
    non-seulement à avoir une mutuelle puisque la sécu ne rembourse plus que 40% des soins, mais en plus on nous oblige a contracté une mutuelle au sein de l’entreprise; ça s’appelle du racket.
    C’est l’américanisation du système ( libérale de santé ).
    L’etre humain doit etre une vache à lait que l’on doit traire jusqu’à la dernière goutte.
    Pendant ce temps, les « élites » parasites qui nous gouvernent, vivent comme des pachas.

  4. AvatarPhilippe le Routier

    L’équation est pourtant simple.

    Pour 2018, selon les sources, l’Etat doit trouver environ un milliard deux cent millions pour financer l’AME (en théorie Aide Médicale d’Etat, en pratique Aide Médicale pour les Etrangers puisque les Francais ne peuvent en bénéficier)

    Il faut donc trouver l’argent quelque part, ou trouver un moyen pour que les Francais cessent de se soigner !
    Des tarifs très élevés pour les Francais c’est un excellent moyen, et en prime, ne se soignant plus, ils vivront moins vieux, exactement ce que veut Attali le mentor d’un gériatre pourtant.

    En renonçant contraints et forcés à des soins, vous cotisez, MAIS, vous ne coutez plus un sou à l’Etat qui peut ainsi financer des soins gratuits dans tout les domaines à des clandestins qui eux n’ont même pas à cotiser. (et encore, je dis « clandestin » mais un immigré ayant choisi de ne pas prendre la nationalité francaise bénéficie aussi de l’AME)

  5. AvatarAsher Cohen

    Dans les années 70-80, les concours d’internat français en médicaillerie étaient fraudés pour faire passer les copains des copains sur des postes financés par des budgets publics. Une grande partie de ceux qui se prétendraient Professeurs de médicaillerie, donc donneurs de leçons, ne sont en Réalité que des imposteurs. La france vit au temps des imposteurs. Ces médicaillons sont si intelligents que depuis des décennies, la population française galère et n’est même pas soignée. A cela il faut ajouter 10.000 morts non nécessaires chaque année dans les hôpitaux, 400.000 fautes médicales annuelles, et 400 milliards d’euros de déficit cumulé de l’ (in)Sécurié Sociale,une paille bien sûr. A 10.000 tués par an, soit 100.000 tous les 10 ans, ce n’est, heureusement pas encore le génocide. Dans le peuple, l’on trime du matin au soir pour produire de la valeur, quand on a la chance d’avoir un job, puis l’on raque bien sagement les charges sociales, mutuelles, CSG-RDS, impôts et taxes, pour financer les yachts, résidences secondaires à l’Etranger, et bien sûr les comptes en Suisse des imposteurs de la médicaillerie que les juges B.et D qui sévissaient à Nanterre en 1999-2003 ont couvert, en toute connaissance de cause, pendant plus de 10 ans. Le vrai responsable de ce crime contre l’humanité n’est pas le Ministre, mais les magistrats corrompus qui ont couvert les abus techniques et financiers la criminalité et la gabegie de la médicaillerie pendant plus de 40 ans. En attendant, je compatis avec le Peuple qui se la fait mettre bien profond jusqu’à ce qu’il en crève! Après-tout, durant l’Occupation Allemande, les magistrats qui avaient tous prêté serment de fidélité au tueur Pétain, festoyaient dans les Kommandaturas, pendant que les ouvriers, rationnés, trimaient, en esclaves, dans les usines Renault sous les bombardements Alliés. Français, quand allez-vous vous décider à entreprendre l’épuration nécessaire? Pauvre france!

    1. AvatarAsher Cohen

      Pour la question des mutuelles c’est créer un parasitisme social de plus sur l’économie française. On prélève déjà par la force suffisamment d’argent sur la population française pour bien la soigner avec un haut niveau de technicité. Il n’y a pas besoin d’ajouter à cela des cotisations mutuelles pour engraisser d’autres parasites. Les français ont parfaitement survécu sans mutuelles santé durant des décennies. Il suffit de mettre de vrais médecins compétents, correctement rémunérés mais de moralité irréprochable, à la place des imposteurs. La première mesure est bien sûr de restaurer la « veuve » place de la Concorde, couper les têtes des magistrats corrompus responsables de la situation actuelle, et les accrocher aux grilles de l’Hotel de Ville afin que nul n’en ignore! J’ose espérer que les putshistes qui prendront le pouvoir, tireront la chasse d’eau et mettront en oeuvre cette mesure de salubrité publique.et républicaine.

  6. AvatarMALI

    Marisol Touraine a été une catastrophe pour la France, comme Hollande et toute la clique sociliste. Le but est clair : supprimer à terme la Sécu et obliger les gens à se protéger dans le secteur privé. C’est une honte.
    Je suis heureux que cette malfaisante ait été battue aux législatives, elle dont un fils est allé en taule pour extorsion de fonds, soit dit en passant…
    Et l’on est en train de découvrir, par la Cour des Comptes, le bilan financier désastreux de la présidence Hollande, des milliards de déficit supplémentaires…
    Alors, avec Macron, ça ne va pas s’arranger!

  7. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je confirme, les mutuelles d’entreprise sont un scandale !

    Personne ne se demande si le salarié peut la payer, on s’en-fout, elle est obligatoire et généralisée dans l’entreprise.

    Alors, quand on est employé à temps partiel, avec un salaire minuscule payé en dessous des compétences du salarié… on peut imaginer les difficultés.

    Et quand arrive la retraite, l’ex-salarié, nouveau client, pas dans les plus jeunes donc, se trouve devant l’obligation de payer une cotisation élevée…
    Et là aussi on s’en fout de savoir si la personne, avec sa maigre retraite peut payer…
    Le comble c’est qu’elle devra payer, sur sa mutuelle, une cotisation (5 % je crois….) pour financer la CMU ! Oui vous avez bien lu, on ne peut pas se soigner mais on doit payer pour que les autres (et quels autres) se soignent…. Beaucoup de gens ne le savent pas.

    Et cette personne n’a pas le choix si elle veut, un minimum, se soigner (car cela devient de plus en plus difficile voire inaccessible pour certaines graves pathologies vu les dépassements d’honoraires et de tarifs divers restant à charge).

    Et pendant ce temps-là, il y en a qui allègrement, se foutent de leur santé et se font rembourser à 100% (CMU) sans rien débourser quand ils sont forcément malades vu leur hygiène de vie…. A ceux-là s’ajoutent ceux qui ne savent pas ce que c’est que l’ombre d’une cotisation puisqu’ils vivaient ailleurs, mais fi de cela, ils en profitent aussi (AME) et les Français doivent financer, encore et encore…

    Cerise sur le gâteau, les salariés ont dû déclarer sur leurs impôts cet « avantage » de l’employeur comme un revenu que bien sûr ils ne percevaient pas…. (ils sont très imaginatifs les gauchos quand il faut faire payer, ils aiment le virtuel, CSG et compagnie….)

    Moi aussi, souvent, j’ai envie de vomir…

  8. AvatarGillic

    Ma femme, qui depuis des années profitait de ma mutuelle a été obligée par son patron de prendre une mutuelle à son nom qui ne lui sert à rien sinon à se faire racketter tous les mois d’ une petite dizaine d’ euros !
    Elle est toujours bénéficiaire comme notre fille de ma mutuelle donc elle paie une mutuelle qui ne lui sert à rien ……c’ est un comble !!!!!

  9. Avatarguiguine

    Bonjour à tous.
    Pour notre part, la mutuelle d’entreprise est un manque à gagner, ponctionner par dictature sur notre salaire. Nous avons trois enfants et ils nous prélèvent 156 euros par mois pour l’option de base, du coup mon mari qui gagnait juste au dessus du smic, est maintenant bien au dessous, sans aide en compensation.
    Pour nos petits budgets, qui étaient déjà restreints et millimétrés, c’est encore plus dur qu’auparavant.
    Et aucun moyen d’échapper à cette injuste ponction.
    Notre train de vie s’en est trouvé très impacté. Je trouve cela injuste, quand on pense que certains ne paient pas leur soin car ils bénéficient de la CMU ou de l’AME, cela me donne envie de vomir.

  10. Avatarjolly rodgers

    le problème avec les mutuelles d’entreprises est qu’ils ne vous laissent pas le choix , lorsque vous signiez votre contrat et là sa devient mal saint , car si vous refuser ils peuvent (les entreprises ) ne pas vous embaucher et la loi est avec eux ( les patrons) . on est en train de prendre le chemin que la Grande Bretagne avaient pris sous la dame de fer et ça c’est pas bon , car cela remet en cause les fondements du CNR (conseil national de la résistance) , donc de la nation qui est en train de ce privatiser .

Comments are closed.