Macron est il un bébé Monnet ? Son ultime réussite ? Notre défaite définitive ?


Macron est il un  bébé Monnet ? Son ultime réussite ? Notre défaite définitive ?

Cet étrange Monsieur Monnet, Bruno Riondel, Ed L’Artilleur

Il y a le tout venant, c’est-à-dire celui qui est plutôt d’accord  avec ses quatre heures d’imbibation télévisuelle quotidienne qui le rendent   heureux de se soumettre ;  puis  il y a  le haïssable, celui qui réfléchit, critique, voire même conteste,  ou, pire encore, contredit, combat ;  ensuite  il y a  nos maitres et seigneurs. Ce sont nos idoles ;  il faut les révérer les prier, les louer, et se prosterner devant leur personne ou leur mémoire. Et, enfin, il y a les  briseurs d’idoles.

Monsieur Monnet est une idole majeure de notre temps et Bruno Riondel un briseur d’idoles. Ils étaient donc faits pour se rencontrer.

La rencontre a été organisée par l’Artilleur qui, comme son nom l’indique,  est un éditeur. Mais un éditeur qui vise juste et fait exploser sa cible.

En l’occurrence,  il s’agit de Jean Monnet.

La question à laquelle ce livre  propose  une réponse est la suivante : « l’homme que la femme politique Marie France Garraud qualifia un jour d’ « agent de la CIA » fut il le fossoyeur de l’Europe plus que son père, l’expert de sa déconstruction plus que son démiurge ? ».

Telle est la question. On ne se fait pas trop d’illusion quant à la réponse mais lire le livre permet de connaitre le personnage en vérité, de suivre son cheminement et de découvrir sa capacité de nuisance qui s’exerce aujourd’hui encore, en particulier dans son atlantisme et son européisme béat. Notre époque est plutôt l’apothéose de Jean Monnet.

La question peut se poser : Macron est il un  bébé Monnet ? Son ultime réussite ? Notre défaite définitive ?

Nous seuls pourrons  répondre. Mais pour cela encore faut il connaitre l’ennemi et lire le livre de Bruno Riondel.

 

Complément de Christine Tasin

Nous avions déjà consacré un article à un autre excellent livre de Bruno Riondel :

http://resistancerepublicaine.eu/2015/09/18/considerations-inconvenantes-le-livre-de-lannee-a-offrir-a-tous-vos-proches-et-moins-proches-pour-noel/

Nous ne pouvons que vous engager à lire ce deuxième ouvrage sur Monnet, plus que remarquable. Il vous permettra de savoir, de comprendre, et de moucher ceux qui veulent nous faire croire que l’UE serait une bonne chose…

A lire encore, en complément, l’article de Laurent Dewoillement sur les sources nazies du projet européen :

http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/02/lhistoire-secrete-de-lue-revelee-par-les-anglais/

A lire encore, un article d’Aetius sur  Monnet et les sources de la dictature et de l’Europe, avec, notamment, cet extrait :

Toutes ces initiatives ont toujours été prises « sans avoir l’air d’y toucher », à la manière de cette fameuse « méthode Monnet » qui consistait, comme ce triste sire l’a expliqué lui-même, à mettre les opinions publiques devant le fait accompli en introduisant des changements insensibles mais irréversibles dans leur quotidien

http://resistancerepublicaine.eu/2015/11/01/aux-sources-de-la-dictature-et-de-leurope-une-methode-perverse-et-sournoise-efficace/

Enfin, l’article de votre servante sur les Etats-Unis, Monnet et la mondialisation :

http://resistancerepublicaine.eu/2012/08/01/bruxelles-et-les-etats-unis-unis-pour-imposer-la-burka-en-france-a-qui-profite-le-crime/

 





7 thoughts on “Macron est il un bébé Monnet ? Son ultime réussite ? Notre défaite définitive ?

  1. Renoir

    Macron = bébé Monnet = bébé Money.
    On continue dans « M. le maudit », film terrifiant !
    Macron
    Monnet
    Merkel
    Mahomet
    Musulman
    Mélanchon
    si on n’est pas dans la m. avec tout ça…

  2. DANIEL POLLETTDANIEL POLLETT

    Je partage tout à fait cet article. Dans mon livre « Citoyens ce roman est le vôtre », voici ce que j’en écris :

    « L’héritage des siècles récents avait enseigné la valeur de la libération du peuple français de toutes ces charges indues et nocives qui l’avaient si longtemps dominé : le pouvoir absolu, l’intolérance religieuse, les superstitions, l’esclavage, le servage, l’usure et la barbarie. Si ces mots semblaient à présent vides de sens, les réalités sociales ramenaient encore à eux. L’argent-roi, un obscurantisme religieux d’importation, la croyance envers les institutions mondialistes, les addictions, le chantage au chômage, l’endettement et la multiplication des agressions physiques indignes d’un monde civilisé avaient remplacé seulement en appellations chacune de ces tares sociales du passé. Puisqu’on était revenu en arrière, il fallait donc encore en appeler à ce qui avait provoqué le renouveau.
    Revenir en arrière était devenu une obsession, sinon le but de la politique européenne. Les décisions prises, le plus souvent à l’initiative de l’Allemagne, concernant les minorités régionales révélaient la volonté de déstructurer les États-nations au profit d’une fédération européenne constituée de régions à caractère ethnique. Les textes signés par les pays membres instituaient la reconnaissance de tous les groupes ethniques dans l’Union européenne, des langues régionales dans le domaine public et administratif, ainsi que la promotion des particularités ethniques au delà des frontières des États, l’autonomie locale transfrontalière en fonction des liens spécifiques. Les euro-régions ainsi créées seraient officiellement destinées à dissoudre les frontières étatiques, encouragées en cela par leur relation directe avec l’Union européenne sans passer par les États.
    La création d’un Code civil européen ferait disparaître plusieurs siècles d’identité, de mémoire, de conscience et de dispositions collectives nationales. Il était observable dans ce dépeçage en cours que la communauté germanophone était largement gagnante, étant donné ses nombreuses extensions en dehors des frontières allemandes et autrichiennes ; la carte de l’Europe des régions récemment élaborée ressemblait étrangement à celle prévue jadis par la Waffen SS. La richesse et le pouvoir engendrés par une population aussi considérable ne manqueraient pas de provoquer une forte influence sur les groupes et territoires voisins, une sorte de nouveau grand Reich.
    Ce plan prévoyait de s’imposer même aux régions qui ne demandaient rien de tel, dont le passé historique récent ne participait pas à une revendication d’indépendance territoriale. Certaines risquaient de devenir plus pauvres et n’avaient aucun intérêt à cette sorte de nouvelle féodalité. De plus quelle armée, dépendant de quelle entité, assurerait leur sécurité ?
    Les textes européens permettaient aux minorités ethniques extra-européennes de prétendre à l’extension de leurs droits. Ainsi l’on pourrait voir se créer des territoires extra-étatiques à minorité non-européenne et de tradition non-chrétienne, comme c’était déjà le cas en France où la loi et la police républicaines étaient exclues de certains quartiers. Cette exclusion participait à la déstructuration de l’État-nation français.
    Les textes signés par les gouvernements étaient passés plutôt inaperçus des peuples qu’ils engageaient. Cependant, chacun pouvait voir depuis longtemps l’identité régionale affichée en gros sur les lycées et sur certains trains, à l’entrée des parcs naturels… On imposait ainsi à la vue de tous une identité essentiellement régionale. La publicité n’est jamais innocente. L’absence de publicité non plus. Les médias n’avaient pas développé d’informations concernant pourtant trois textes fondateurs adoptés la même année. Prétendant unir l’Europe, l’Union européenne la dépeçait au détriment des nations.
    Tout empire ayant une fin comme l’Histoire le démontre en permanence, des conflits meurtriers et destructeurs issus des disparités régionales et ethniques étaient à prévoir s’il n’était pas mis fin à cette entreprise de démantèlement des États européens. L’empire féodal en voie de création se disloquerait rapidement à cause des déséquilibres qu’il portait en germes. On allait retrouver cette sorte de guerre civile européenne qui avait déchiré les peuples dans les siècles passés. Cette disparition de la France et de ses voisins était un objectif de la mondialisation financière et apatride. La création d’entités régionales à vocation de micro-souveraineté morcellerait le continent européen en une multitude de faiblesses locales. Seule la préservation des particularismes séculaires dans l’unité des États-nations déjà existants pouvait garantir leur pérennité, sans les livrer aux appétits mondialistes et à leur cortège de désastres. Si l’on voulait préparer autre chose que de nouveaux âges tribaux et barbares, si l’on voulait léguer à ses enfants un pays sûr et prospère dans lequel ils pourraient s’épanouir, il était temps de réagir et de ne plus laisser faire. Il fallait retrouver un État fort et souverain, de préférence en concertation avec les citoyens des autres pays européens. »

  3. Laurent P.Laurent P.

    La villa des Macron au Touquet…

    On trouve deux orthographe pour le nom de cette villa :
    Monejan : http://www.leparisien.fr/politique/le-touquet-la-villa-des-macron-quelle-attraction-26-05-2017-6985158.php
    et
    Monejean : http://www.20minutes.fr/lille/2064455-20170509-touquet-adapte-emmanuel-macron-nouveau-president-resident-republique

    Personne ne semble avoir fait le rapprochement alors je me permet une remarque à propos du nom de cette villa, en deux équations ci-dessous :
    Villa Monejan = Villa Monnet Jean
    Villa Monnet Jean = Villa Jean Monnet

    Ou comment cacher une chose en la montrant aux yeux de tous, sur le principe de la Lettre volée d’Edgar Alan Poe, tant il est vrai que ce qui crève les yeux vous empêche de le voir…

    Cette villa appartenant à sa femme Brigitte, on peut dire que Macron est non seulement un bébé Monnet mais même un double bébé Monnet, ou bébé Monnet carré : le bébé Monnet d’une baby-sitter Monnet…

  4. maury

    Emmanuel Macron, un putsch du CAC 40

    Par Aude Lancelin

    Le lecteur voudra bien trouver un article signé d’Aude Lancelin, la journaliste virée de l’hebdo de la « gauche bobo » parisienne, l’Obs., pour des raisons idéologiques. Elle a en plus le tort d’être la compagne de Frédéric Lordon, l’économiste de gauche qui a mené le mouvement « Nuit debout » lors de la contestation de la loi « travail » dite loi El Khomri qui a démantelé le Code du Travail français.

    Dans ce « papier » publié sur son site « le feu sur la plaine » et repris par le site « Le Grand Soir », Aude Lancelin montre comment a été élaboré le présidentiable Emmanuel Macron par les grands patrons et argentiers du CAC 40 (les plus grandes entreprises françaises) et François Hollande, « himself ». Ajoutons que le travail de cette grande journaliste ne la classe certainement pas dans la catégorie des « complotistes » !………

    Prenez le temps de lire la suite en cliquant sur le lien ci-après :

    http://uranopole.over-blog.com/2017/04/emmanuel-macron-un-putsch-du-cac-40.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

  5. Sylvie

    Je vais faire un Acrostiche avec le nom de Macron…

    M comme Merde
    A comme Asservissement
    C comme Chienlit
    R comme Révolution
    O comme Ordure
    N comme Nullissime.

    En avez-vous d’autres à me proposer ?

    Les jeux sont ouverts !

Comments are closed.