Trahison, le père Hamel est-il mort pour que soit bafouée notre Déclaration des Droits de l’homme ?


Trahison, le père Hamel est-il mort pour que soit bafouée notre Déclaration des Droits de l’homme ?

Un mémorial va être créé pour le Père Hamel :
http://www.sudouest.fr/2017/06/12/assassinat-du-pere-hamel-des-perigourdins-charges-de-concevoir-le-memorial-3524764-2063.php

On nous dit dans l’article (version papier) que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 sera à l’honneur.
http://www.ohchr.org/EN/UDHR/Documents/UDHR_Translations/frn.pdf

Pourtant, cette Déclaration n’est pas à confondre avec celle, française, des droits du citoyen, de 1789.
Seule cette dernière a force de loi constitutionnelle en France.
L’autre, d’inspiration mondialiste, n’a aucune valeur juridique.

La première ne se réfère à l’Homme en général qu’afin de servir de modèle aux autres législateurs, si bon leur semble.
La Déclaration de 1789 est la seule à être nationale et à poser un garde-fou : la France ne s’engage qu’envers ses citoyens à leur reconnaître les droits proclamés par elle, moyennant le respect des devoirs qu’elle édicte aussi.

Seul le droit international peut conduire à la « bilatéraliser » dans la mesure où les ressortissants d’un Etat étranger pourrait en bénéficier autant que les Français jouiraient en leur pays des mêmes droits. Cela suppose des accords ou la comparaison objective de la condition des étrangers dans chaque pays.
Ceci est indiqué dès la fin du paragraphe introductif de la Déclaration française de 1789, qui permet de comprendre que « l’homme » ensuite désigné dans le texte est un individu issu du corps des citoyens :
« afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous ».

Or, pour être citoyen, il faut satisfaire à des conditions préalables permettant de supposer l’intégration de l’individu à la communauté nationale et visant idéalement à réguler la population de manière à garantir le bien être des habitants primo-occupants (idéalement…).

Il en va autrement dans la Déclaration de 1948, qui vise « l’individu », « la personne », « chacun »…
Son préambule évoque « les membres de la famille humaine » et les « populations », qui regroupent tant des citoyens que des étrangers arrivés de façon plus ou moins accidentelle sur le territoire d’un Etat.
Le mot « citoyen » ne figure pas une seule fois dans le texte.
Gageons que 99,99% des électeurs de Macron ignorent ces principes de bon sens, par manque de culture, par calcul intéressé… ou haine irrationnelle du patriotisme.

Si la Déclaration de 1948 prévoit, de plus, l’égalité hommes-femmes, la liberté d’apostasier, entre autres, ce qui est contraire à la charia, elle ne permet pas explicitement d’interdire une religion qui exclut cette égalité ou cette liberté.
http://www.ohchr.org/EN/UDHR/Documents/UDHR_Translations/frn.pdf
Au contraire, elle interdit toute discrimination à raison de la religion, sans réserver immédiatement le principe de précaution ou l’ordre public… (art. 2).
Elle réserve seulement l’ordre public dans une disposition très générale (art. 29) en fin de texte, qui est donc de facture nettement moins bonne que notre Déclaration de 1789. L’ordre public y côtoie alors « la morale » et « le bien-être général » institués comme limites assignées aux droits et libertés.

Or, la « morale » est un concept plus subjectif. Admettons cependant que ce soit globalement acceptable. L’ordre public mérite en effet d’être précisé : pourquoi interdit-on l’exhibitionnisme par exemple ? La morale a bien quelque chose à voir à cela. De même pour le bien-être général qui peut expliquer qu’on souhaite lutter contre le communautarisme. Sur ce point, ce texte est intéressant. Mais d’autres éléments viennent le contredire ou en affaiblir la portée.

En effet, un reproche important qu’on peut adresser au texte de 1948 est, comme la tout aussi mondialiste Convention européenne des droits de l’homme de 1950, d’admettre que la liberté cultuelle ait une dimension collective et publique, de la consacrer de façon plus spectaculaire et impressionnante.
C’est la porte ouverte à des entorses à la laïcité, à laquelle le texte ne se réfère jamais d’ailleurs, contrairement à nos textes constitutionnels.

Article 18 D. 1948 : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites ».
Il devient alors plus difficile de s’opposer aux prières de rue par exemple, ou d’interdire l’exercice de la religion au travail puisque cette disposition semble écarter la possibilité d’invoquer l’ordre public.

Notre Déclaration de 1789 n’apporte au contraire aucune garantie explicite de l’exercice du culte en public et de façon groupé, puisqu’il ne vise que l’expression d’une opinion, d’une croyance et permet de l’interdire si elle risque de troubler notamment la sécurité ou la tranquillité d’autrui, composantes de l’ordre public visé par l’article 10 :
« Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ».

Une opinion qui menace les intérêts légitimes d’autrui ou trouble la paix publique peut être interdite. Surtout, le texte paraît seulement instituer une garantie d’ordre pénal en employant le participe passé « inquiété ». Il ne prévoit pas qu’on puisse en toute circonstance se mettre à prier, exiger le respect d’un jeûne à n’importe quelle condition, vouloir faire interdire les caricatures d’un prophète, réclamer une salle de prière au travail, en prison, dans les administrations ou les aéroports, etc.
La Déclaration de 1948, par son énumération, paraît plus ouverte à de telles réclamations.

J’aurais donc préféré que la Déclaration de 1789 soit gravée dans l’acier du mémorial de 1948.
De plus, je ne suis pas convaincu de l’utilité de la démarche. Les terroristes vont-ils se recueillir dans un mémorial ? Est-ce ainsi qu’on entend les empêcher de nuire ? N’y a-t-il plus place que pour la mémoire et non pour l’action ? C’est par leur vote que les Français auraient pu faire adopter des mesures plus efficaces contre le terrorisme.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


12 thoughts on “Trahison, le père Hamel est-il mort pour que soit bafouée notre Déclaration des Droits de l’homme ?

  1. GAVIVA

    de ,nos jours bcp de personnes ne vivent que pour le buzz, pour être connu d’une manière ou d’une autre, que ce soit en avalant ar le nez des vers de terre ou…en ayant son monument aux mort, ses homages nationaux ou ceux d’un proche ou l’ami d’un mai d’une amie qui a connue l’ex mari de celle qui s’est fait tuée à tel ou tel endroit ( attentat). Je ne parle pas là du père Hamel, mais de crétins qui s’ennuient à MOURIR

  2. Fomalo

    Oui, la déclaration des droits de 1789 n’a pas grand chose à voir avec celle qui est pratiquée. Mais quelqu’un a-t-il relevé le prénom du père Hamel :Jacques, qui correspond en revanche quasiment au jour près de sa mort(26 juillet 2016) à la célébration de la fête de Saint Jacques en France et en Espagne ? NON! Je suggère donc que tous les abbés, pères et autres adoptent un prénom chrétien dont la fête du Saint-Patron soit bien surveillée par la police et autres ,les jours d’avant et les jours d’après.Saint Jacques a été décapité..

  3. Villeneuve

    Je ne connais pas Mr Hamel. Peut être que c’était un brave type, peut-être que non. Il est hautement probable qu’il était un fervent soutien du dialogue inter-religieux et un ennemi de la Déclaration des droits de 1789 comme tous ses congénères catholiques ! Finalement il est mort au service de son idéal ; le multiculturalisme béat. J’observe que son dieu n’est pas venu le sauver.
    Il semblerait que mahomet soit le plus fort dans cette affaire d’opinion. Le catholicisme moderne institutionnalise la lâcheté en se vautrant bassement dans un dialogue humiliant avec les musulmans qui ne seraient plus des hérétiques selon les critères cathos. C’est dire la conviction de nos pauvres cathos !!! Ils ne veulent pas de Marine mais ils veulent bien de mahomet !!!
    Nous savons désormais, depuis les élections présidentiels et législatives, que les chrétiens, tous les chrétiens, sont voués à l’échec comme ceux d’orient et vont disparaitre sous la domination islamique. Bof, je me dis que finalement ces chértiens ,n’ont que ce qu’ils méritent. C’est finalement heureux car cette religion n’est bonne qu’à fabriquer des lâches et des peureux.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Cher Yves méfions-nous des généralisations abusives, hélas la majorité des chrétiens trahissent leur civilisation mais il est des résistants de compétition, des pères Boulad, des Eva et tant d’autres…. notamment ces coptes qui luttent pied à pied, ces chrétiens d’Orient qui préfèrent mourir que se convertir….

    2. MaximeMaxime

      C’est possible, l’article de Sud ouest indique d’ailleurs que le projet a été choisi par un jury dont faisait partie la soeur du père Hamel.

    3. Olivia BlancheOlivia Blanche

      VILLENEUVE, vos propos sont scandaleux, principalement pour la mémoire du Père Hamel, ensuite envers tous les chrétiens qui souffrent au Moyen Orient, d’une manière atroce, pour défendre leur foi et au prix de leur vie !

      Vous devriez savoir que récemment, en Egypte, des Coptes ont préféré mourir que de renier le Christ, dont de nombreux enfants, face aux démons de Daesh ! C’est dire que leur foi était authentique et profonde.

      J’ose espérer, qu’en y réfléchissant, vous reviendrez à des sentiments plus impartiaux envers la communauté chrétienne, déjà visée de toute part.

      Nous avons besoin d’union et ce n’est vraiment pas le moment de donner des sujets de satisfactions à nos ennemis en nous divisant au sujet du Christianisme !

  4. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

    La grande faiblesse de ces textes de 1789 et de 1948 est de ne pas différencier ce qui est religieux de ce qui relève de l’idéologie. L’islam en profite abusivement, on ne devrait pas dire que l’islam est une religion puisque c’est majoritairement une idéologie souvent criminelle vis à vis des non-musulmans avec des passages totalement intolérants.

  5. NICOLAS F

    Un grand merci de nous rappeler la distinction entre la déclaration 1789/ qui s’adresse au citoyen de France et celle de 1948 qui n’a pas de valeur juridique.Aujourd’ hui il y a un
    méli mélo de déclarations droits de l’hommiste fantaisistes ,les enfants ,les femmes,les musulmans, l’ Europe,l’Onu, l’UNesco ,qui sont autant de pistes brouillées qui permettent de diluer la justice ,les lois,les codes et meme la morale et l’éthique.
    Et du coup personne ne fait rien en croyant que c’est le voisin qui va s’en occuper.
    Et cela permet surtout aux musulmans en France de nous attaquer soi disant légalement et nous nuire.
    Je vais tirer cet article sur papier et l’apprendre par coeur.

    1. MaximeMaxime

      La convention sur les droits de l’enfant profite effectivement souvent aux parents. Elle sert à éviter qu’un immigré clandestin qui a fait un enfant à une moche française (en général) soit expulsé.
      Cela mériterait un petit texte pour le démontrer, je le prévois 😉

  6. frejusien

    Je trouve une idée juste dans le commentaire de Villeneuve,
    Comment pourrions-nous rester unis quand les cathos prennent le parti des muzz?
    même après l’assassinat du père Hamel, ils n’ont toujours pas compris,

    On ne peut pas rester unis avec les amis de nos ennemis,
    Ce sont les cathos qui introduisent cette fracture dans la population aussi bien que les gauchos

  7. Pierre ESCANDE

    Je dirai plus: « MARRE DE METTRE DES FLEURS, MARRE DE METTRE DES PLEURS, MARRE DE METTRE DES BOUGIES (comme les cathos), MARRE D’INAUGURER LES CHRYSANTHÈMES, MARRE DES CONDOLÉANCES, MARRE DES « CE N’EST PAS ÇA L’ISLAM » « CETTE RELIGION DE PAIX ET D’AMOUR » .
    LE MOT  » AMOUR  » N’APPARAÎT JAMAIS DANS LE CORAN, C’EST SEULEMENT POUR SON PROCHAIN MUZZ (OUMMA) QU’ON A DE L’ESTIME……….ET DE LA HAINE POUR CELUI QUI EST EN DEHORS (LE DHIMMI). MAIS NOUS DEVONS ORGANISER NOS LÉGIONS POUR COMBATTRE CETTE RACAILLE !!!
    MARINE A PERDU PARCE QU’ELLE S’AFFRONTAIS AUX GÉNÉRATIONS DE FORMATÉS DE TOUTES CLASSES, DEPUIS 40 ANS PAR LE SYSTÈME SCOLAIRE : « VOUS N’AUREZ PAS MA HAINE ». CE SLOGAN « BOBO » DE __
    NOS ENFANTS (ou du moins ceux que nous avons eu le courage de faire, face à la « production » de l’oumma française).

    Bonne journée à tous.

Comments are closed.