10 Juin 1944 : Oradour, la capture de la Résistante Violette Szabo, la bataille de Châtillon-sur-Seine…


10 Juin 1944 : Oradour, la capture de la Résistante Violette Szabo, la bataille de Châtillon-sur-Seine…

Illustration : la Résistante Violette Szabo, morte assassinée d’une balle dans la tête à Ravensbrück, à l’âge de 24 ans

LE 10 JUIN 1944 UNE JOURNÉE DE MORT ET DE RÉSISTANCE

Le 10 Juin 1944 fut le jour où les nazis anéantirent Oradour-sur-Glane après en avoir massacré presque tous les habitants, ainsi que de nombreux gens de passage venus au marché ou déplacés à cause de la guerre, des écoliers amenés là pour la visite médicale et des fumeurs venus le jour de la distribution de tabac. Les circonstances avaient rassemblé là une multitude de personnes. De plus, l’officier commandant le massacre s’était trompé de ville, la confondant avec Oradour-sur-Vayres. Mais lorsque l’on décide de massacrer des innocents, le lieu a-t-il une importance ?

Beaucoup de gens, encore aujourd’hui, savent au moins que les femmes et les enfants furent brûlés vifs dans l’église dont la cloche fondue témoigne de l’enfer. Récemment, cette tragédie et l’approche de la commémoration de son soixante-treizième anniversaire ont donné lieu à quelques misérables démonstrations à but politique. Demain, la Sonnerie aux Morts appellera le souvenir des Innocents.

Peu de gens savent que ce triste jour fut aussi celui où ces mêmes nazis de la division SS « Das Reich » ont capturé Violette Szabo, agent du SOE, une vraie héroïne dont le nom devrait être connu de tous. Violette Szabo était l’épouse du légionnaire Étienne Szabo, tué en Égypte en Octobre 1942 à l’âge de 32 ans. Elle était mère d’une petite fille, Tania, née en Juin 1942. Ce 10 Juin 1944, elle était en mission dans la Haute-Vienne quand sa voiture fut arrêtée à un barrage des SS. Bob Maloubier narre ainsi sa capture dans son livre « Agent secret de Churchill » : « Les fugitifs se sont jetés dans un champ en pente. En le gravissant, ils ouvraient deux trouées parallèles dans les blés, une cible idéale… Ils ont atteint le bout du champ en zigzaguant. « Derrière ces pommiers, là-haut, à moins de trois cents mètres c’est la voie ferrée, et après c’est le maquis ! » a soufflé Dufour. Ils se rapprochaient, ces pommiers. Soudain, la cheville de Violette a craqué. Elle est tombée à genoux en gémissant : « Je ne peux plus poser le pied par terre ! C’est ma vieille entorse qui fait des siennes. -Accroche-toi à mon cou ! On va y arriver ! -Non. Je te retarderai, nous serons pris tous les deux. Sauve-toi ! -Jamais ! » Elle s’est redressée sur ses genoux… ses yeux lançant des éclairs, elle a sifflé : « Va-t-en, imbécile ! Il faut bien que quelqu’un avertisse Charles que les Allemands sont là ! Je suis lieutenant de l’armée britannique, ne l’oublie pas ! C’est un ordre que je te donne ! » J’ai obéi, poursuit Dufour… » Violette Szabo fut assassinée d’une balle dans la tête au camp de concentration de Ravensbrück, en Janvier ou Février 1945, en même temps que deux autres héroïnes du SOE, Liliane Rolf et Denise Bloch, sur ordre particulier venu de Berlin. Elle avait 24 ans. Plus tard, le roi George VI remettra à Tania Szabo la George Cross décernée à sa mère.

Peu de gens savent aussi que ce 10 Juin 1944 eut lieu la bataille de la forêt de Châtillon-sur-Seine, dans le département de la Côte d’Or. Pascaline Kromicheff a dédié un livre à ceux qui sont morts ce jour-là : « Certains n’avaient jamais senti l’odeur de la poudre » (Éditions l’Armançon).

Si je me suis intéressé à ce livre en particulier, c’est parce que l’un des héros morts dans cette bataille m’aurait été un parent éloigné, de par les alliances familiales créées par un mariage célébré après la guerre. Cet homme se nommait Marcel Paroty, il avait 23 ans. En ce mois de Juin 1944, alors que les armées alliées multipliaient les victoires sur le sol français, nombreux furent ceux qui, saisis d’une immense joie à l’idée de participer à la libération de la Patrie, rejoignirent les Maquis dans l’allégresse. Mais ils grossirent en peu de temps et démesurément les rangs de la Résistance. Dans la forêt de Châtillon-sur-Seine, plusieurs centaines se regroupèrent sans préparation, sans logistique et, il faut l’admettre, avec beaucoup d’imprudences : camion de couleur rouge, feux de camp alors que la forêt est survolée, mouvements repérables de loin, connaissance du projet par tout le monde, bavardages inconsidérés, impréparations personnelles, etc. Il est certes bien facile de critiquer après et quand on ne risque plus rien. Mais quel désastre ! Les Allemands -plus de 2000- attaquèrent avec la plus grande violence, s’en prirent aux populations locales et massacrèrent sans pitié. L’une des unités allemandes était constituée de soldats russes de l’armée Vlassov, ce général qui avait trahi sa patrie soviétique pour se mettre au service des nazis. Trente-sept Maquisards furent tués, le plus jeune avait seize ans. Ces hommes, dont certains n’avaient jamais senti l’odeur de la poudre, sont morts pour la France, pour nous.

J’avais visité Oradour-sur-Glane il y a bien longtemps, avant que ne soient réalisées des installations que je préfère ne pas connaître. Pourquoi ? Un jour qu’en toute modestie j’avais apporté un poème dédié aux enfants d’Izieu, j’avais été reçu par une secrétaire officiant dans un « espace pédagogique » comme on aime en faire dans les lieux de mémoire, plutôt que de les laisser en l’état, encore imprégnés de l’Histoire. Elle avait l’air de se demander pourquoi j’avais écrit ce poème et quel intérêt il présentait. Elle m’a dit qu’il serait « transmis ». Je n’en ai plus entendu parler. Et je n’ai pas voulu payer -cher- pour entrer dans ce lieu qui appartient à tous. Je laisse donc dans ma mémoire Oradour-sur-Glane telle que je l’ai vue.

Le nom de Violette Szabo est inscrit sur plusieurs Monuments aux Morts, dont celui de Stockwell au Royaume-Uni, où se trouve également un musée éponyme à Wormelow. Il est aussi écrit à l’angle du crématoire de Ravensbrück. Enfin, il figure quelque part en Limousin, en un lieu-dit « Le Clos », là où elle fut parachutée, sur un monument élevé par les Maquisards du colonel Guingouin. On la surnommait affectueusement « La Petite Anglaise » et c’était en s’entraînant au parachutisme qu’elle s’était fait une entorse. Bob Maloubier lui rend un hommage émouvant dans les toutes dernières lignes de son livre sus-cité.

Le Monument de la Forêt, situé sur la commune de Villiers-le-Duc, rappelle le sacrifice des trente-sept Maquisards morts alentour, ainsi que plusieurs stèles à différents endroits de la bataille ou des massacres. Marcel Paroty fut tué par surprise, avec deux camarades, non loin de ce monument. Lorsque je passerai à nouveau par la Bourgogne, j’irai rendre hommage à ce héros qui aurait été de ma famille. À lui et à ses camarades du Maquis.

En ces temps où la Patrie est étrangère à beaucoup de ses propres enfants, où ils ne sont plus capables de voter pour elle et moins encore de mourir pour elle, je me demande ce qu’en diraient tous ces héros… Étienne et Violette Szabo, Jacques Dufour, Bob Maloubier, Liliane Rolf, Denise Bloch, le colonel Georges Guingouin, Marcel Paroty… Et Gilbert Milleville, le plus jeune des Maquisards de Châtillon-sur-Seine, fusillé à l’âge de seize ans…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Daniel Pollett

Retraité actif et patriote vigilant. Auteur du livre « Citoyens ce roman est le vôtre ». Responsable Résistance républicaine du Languedoc Roussillon


15 thoughts on “10 Juin 1944 : Oradour, la capture de la Résistante Violette Szabo, la bataille de Châtillon-sur-Seine…

  1. claude t.a.l

    Bravo et merci pour cet article qui remet les pendules à l’heure après les pitoyables simagrées de Macron à Oradour et au Mémorial de la Shoah.

  2. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    TEMOIGNAGE de Mère Agnès-Mariam de la Croix, religieuse syrienne.
    La première video est très interressante à plusieurs plan dont celui qui nous concerne directement puisqu’on peut facilement faire un parallèle avec ce qui se passe en Europe depuis 2015 ; la méthode et les perspectives. Taillé sur mesure ; ce qui se passe au Proche et Moyen-Orient est aussi ce qui commence à pointer le bout de son nez chez nous ; avec les mêmes responsables ; les mêmes collaborateurs ; les mêmes organisateurs de ces crimes contre l’humanité aux manettes.

    VIDEO : Qui finance l’Etat Islamique ? – (2015)
    LIEN :: https://www.youtube.com/watch?v=flLJqqeYKzQ
    CHAÎNE : Médias-Presse-Infos
    DURÉE : 11’27s
    DESCRIPTION : Deuxième partie de l’interview de Mère Agnès-Mariam de la Croix par Alain Escada, réalisée le 7 juillet 2015 à Paris.
    __________________________________

    VIDEO : Cette immigration est organisée (Mère Agnès-Mariam de la Croix)
    LIEN :: https://www.youtube.com/watch?v=ixfK2T8hmAo
    CHAÎNE : Médias-Presse-Infos
    DURÉE : 7’08s
    DESCRIPTION : Mère Agnès Mariam de la Croix répondait aux questions d’Alain Escada sur la situation en Syrie le 7 juillet 2015

  3. Machinchose

    J’avais visité Oradour-sur-Glane il y a bien longtemps, …..

    moi aussi, y a même trés longtemps, un dimanche aprés midi de Novembre, gris, humide et d’ une infinie tristesse…

  4. NICOLAS F

    Merci ,votre témoignage sur ces héros de la France est mille fois plus important que les singeries de macron.J’ai honte pour lui.
    Mais aujourd’hui ceux qui font la morale et l’éthique de la moraleo ne sont que des pleutres et des égotistes ,c’est à vomir.

    1. Xtemps

      Il y a que les ennemis qui n’ont pas honte, croyez vous sincèrement que Macron est pour encore la France en disant qu’elle n’a pas de culture et insulte les pieds noirs, comme avoir laissé humilié nos monuments aux morts, laissé des attentats, des agressions, des violes et laissé insulter et agressé nos amis juifs, comme la défenestration de Sara, comme aussi tous les problèmes à Calais et bien d’autres endroits en Europe.
      Ces ordures là ne peuvent pas être innocents, ces gens là sont assassins, des criminels.

  5. MaximeMaxime

    Merci pour cette belle leçon d’histoire.
    C’est pour ces terribles destins, moins que pour nos contemporains, qui ont, dans leur majorité, montré qui ils sont, qu’il faudra voter demain.
    Et aussi pour les générations futures, puisque, en tant qu’abstraction, on ne peut encore rien leur reprocher…

    1. Xtemps

      Bien dit, alors pas de votes pour les traîtres à la patrie, aujourd’hui c’est nous qui prenons la relève de nos anciens maquisards en leurs honneurs.
      Alors au Maquis amis résistants, les sabotages et combats pour la liberté nous attend.

  6. Xtemps

    Ces mêmes résistants auraient repris le maquis sur le champ pour combattre les Fascistes aux pouvoirs d’aujourd’hui, car ils auraient reconnus immédiatement les vrais ennemis qui sont aux pouvoirs, par leurs comportements justement, qu’ils connaissaient très bien d’ailleurs pour l’avoir expérimenter avec les Nazis et les fascistes.
    Que nos dirigeants essaient de faire oublier curieusement, comme le sens patriotique et comme bien des choses ‘y rapportent d’ailleurs.
    Pour nos ennemis d’aujourd’hui, nos morts en sacrifices pour la patrie, sont des sacrifices humains tout court, car c’est nous les peuples européens remis en cause par des ennemis, sans la patrie, ni cultures comme disait Macron, c’est une déclaration de guerre contre nous les peuples européens, car les cultures ne représentent rien pour les ennemis, et les cimetières aux morts pour la patrie ridiculisés par nos imposteurs assassins, leurs trophées de guerre contre les peuples européens, leurs combattants, l’invasion musulmane par leurs alliés musulmans contre l’ Europe, les armes suivront après pour nous anéantir.
    Nos ennemis placent leurs pions musulmans d’anéantissement, des ennemis français/européens, présentés comme des français/européens comme vous et moi, pour les rendre intouchables politiquement, comme le droit de les protéger contre l’extrême droit tout indiqué, nous les vrais résistants inversé comme ennemis par les escrocs imposteurs aux pouvoirs.
    Des pouvoirs qui normalisent les attentats musulmanes en Europe, ne présage rien de bon pour la paix en Europe.
    N’oublions pas que Adolf Hitler aimait personnellement beaucoup l’islam

  7. JackJack

    Jeune adolescent, je me suis promené dans les rues d’Oradour-sur-Glane, il y a très longtemps avec mes parents, quand on pouvait y entrer sans contrainte. Que de héros, que de Françaises et Français fantastiques oubliés de presque tous, y compris des gouvernants, avec aujourd’hui Macron en tête… A ma grande honte, je connaissais peu de ces noms cités ici. Merci Daniel Pollett pour ce grand article.

  8. Chris2aChris2a

    Inimaginable ce show auquel il s’est prêté !…De la politique spectacle …Nous en serons gavés, ainsi que de communication infantilisante et d’évènementiel à la graisse de marketinge aux formules creuses …
    Le comble, c’est que ça a l’air de marcher !…
    Merci la merdiatude !

  9. Révolution2017

    Demain combien d’Oradour sur Glane aurons nous à cause de cette politique du pasdamalgame et du vivre ensemble, ne sommes nous pas en guerre avec ces déchets de l’humanité ? ou de l’inhumanité des muzz ?
    Il faut arrêter de ce moquer du monde

  10. frejusien

    Honteux qu’il faille payer pour aller accomplir un devoir de mémoire,
    Ainsi un massacre odieux est utilisé pour remplir les caisses !
    Impossible de se recueillir dans de telles conditions
    Les personnes concernées refusent de payer et les autres y vont pour y faire du tourisme et ramener des photos souvenirs

Comments are closed.