Macron nous interdit d’utiliser l’adjectif « islamique » de peur que cela ne salisse l’islam !


Macron nous interdit d’utiliser l’adjectif « islamique » de peur que cela ne salisse l’islam !

Vous avez des idées pour l’appeler autrement ?

Hoplite

Gageons que nos lecteurs vont avoir de l’imagination :

« Le nouveau califat de l’islam », « L’islam comme vous l’avez rêvé »… les périphrases ne manqueront pas pour désigner l’Etat islamique.

Qui restera, pour nous Résistants, l’Etat islamique, nom que son fondateur lui a donné et qu’il porte parfaitement puisque tout ce qui est fait est l’application stricte d’un précepte… islamique.

Pour le reste…

 Macron ne veut plus que l’on parle d’Etat islamique, comme Hollande l’avait fait avant lui.

On se souvient des déclarations de Valls, Hollande et compagnie incitant les journalistes à parler de Daesch pour ne pas mêler l’islam au terrorisme.

Les journaleux avaient un peu oublié… Pas nous.

Mais Macron veille. Et hop son porte-parole de donner un coup de règle sur les doigts des désobéissants…

Chez les islamo-collabos complices de l’invasion et de la conquête musulmane, rien de nouveau.

Défendre l’islam avant tout. Telle est leur idée fixe.

Et pourtant… L’islam a tout à voir avec l’Etat islamique. Et ils le savent parfaitement, ces menteurs.

Que l’on se rappelle le discours fondateur du nouveau calife Baghdadi en 2014, il ne souffre aucune ambiguïté :

«Et il n’y a pas de meilleur acte dans ce mois (Ramadan) et dans les autres que le Djihâd dans le sentier d’Allâh, alors profitez de cette occasion et suivez la voie de vos pieux prédécesseurs, secourez la religion d’Allâh par le Djihâd dans le sentier d’Allâh. Levez-vous, Ô les Moudjâhidîn d’Allâh, terrorisez les ennemis d’Allâh, recherchez la mort car la vie d’ici-bas est vaine, elle est éphémère, alors que celle de l’au-delà est éternelle.
Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu’Allâh est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais (du mérite) de vos œuvres. La vie présente n’est que jeu et amusement » (47 : 35-36)

Certes, Allâh a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allâh: ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allâh à son engagement? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait: Et c’est là le très grand succès» (9 : 111)
Alors, Ô soldats de l’Etat : les armes, les armes ; le combat, le combat. Ne soyez pas trompé et ne vous lassez pas. Et faites attention, la vie d’ici-bas vous est venue soumise, piétinez-là et tournez lui le dos car ce qui est auprès d’Allâh est meilleur et reste. La Communauté de l’Islâm observe votre Djihâd et votre combat avec des yeux d’espoir et vous avez dans tous les recoins de la Terre des frères qui subissent la persécution, dont l’honneur est piétiné, et dont le sang est versé.

De la Vigueur, de la vigueur Ô soldats de l’Etat Islamique car vos frères sur toute la surface de la Terre espèrent votre secours et attendent votre avant-garde. Et il vous suffit ce qui vous est parvenue comme images au Centre Afrique et avant cela en Birmanie et ce qui nous a été caché est bien pire. Par Allâh nous nous vengerons, par Allâh nous nous vengerons même si cela prendra du temps, et nous rendront en double ce qu’ils ont fait.

Que le Monde sache qu’aujourd’hui est le début d’une nouvelle ère, que l’insouciant sorte de son insouciance, que celui qui dormait se réveille, que celui qui était stupéfait retrouve ses esprits : Les musulmans aujourd’hui parlent forts et sont forts, ils vont faire comprendre au Monde le sens du mot terrorisme, ils vont piétiner l’idole du nationalisme, ils vont détruire la fausse divinité démocratie, montrer sa tromperie. Alors écoute Ô Communauté islamique, écoute et comprend, lève-toi et réveille-toi, le temps est venu de se libérer des chaînes de la faiblesse et de se soulever devant la tyrannie, devant les gouverneurs traitres, les agents des croisés, des athées et les protecteurs des juifs. »

http://resistancerepublicaine.eu/2014/09/22/le-discours-du-calife-de-letat-islamique-confirme-son-etroit-rapport-avec-lislam-par-philippe-jallade/

Que l’on se rappelle ce superbe travail d’Oriana Fallaci pour rappeler ( et ce n’est qu’un résumé ) les mille années de conquêtes musulmanes et d’horreurs inégalées dans toute l’histoire de l’humanité.

En 635, trois ans après la mort de Mahomet, les armées du Croissant, envahirent la chrétienne Syrie et la chrétienne Palestine. En 638, elles prirent Jérusalem et le Saint Sépulcre. En 640, une fois conquises, la Perse, l’Arménie et la Mésopotamie, l’actuel Irak, elles envahirent la chrétienne Egypte et débordèrent sur le chrétien Maghreb, en Tunisie, en Algérie et au Maroc. En 668, elles attaquèrent Constantinople pour la première fois, lui imposant un siège de cinq ans. En 711, après avoir traversé le détroit de Gibraltar, elles débarquèrent dans la très catholique Péninsules Ibérique, s’emparèrent du Portugal et de l’Espagne où, malgré les Pélage et Cid Campeador et les divers souverains engagés dans la Reconquista, elles restèrent pendant huit bons siècles. Celui qui croit au mythe de la « cohabitation pacifique » qui, selon les collaborateurs, caractérisait les rapports entre les conquis et les conquérants, ferait bien de relire l’histoire des couvents et des monastères brûlés, des églises profanées, des religieuses violées, des femmes chrétiennes ou juives enlevées pour être enfermées dans les harems. Il ferait bien de réfléchir sur les crucifixions de Cordoue, sur les pendaisons de Grenade, sur les décapitations de Tolède et de Barcelone, de Séville et de Zamora. (Celles de Séville, ordonnées par Mutamid, le roi qui ornait les jardins de son palais des têtes coupées. Celles de Zamora, par Almanzor : le vizir qualifié de mécène-des-philosophes, le-plus-grand-leader-que-l’Espagne-islamique-ait-jamais-produit.) Mon Dieu ! Pour avoir invoqué le nom de Jésus ou de la Vierge, on finissait vite exécuté. Crucifié, justement, ou décapité, ou pendu. Et parfois, empalé. Pour avoir fait sonner les cloches, pareil. Pour avoir mis un vêtement vert, couleur de l’Islam, idem. Et, au passage d’un musulman, les chiens-infidèles devaient s’écarter, s’incliner. Si le musulman les agressait ou les insultait, ils ne pouvaient pas se rebeller. Quant au détail que les chiens-infidèles n’étaient pas obligés de se convertir à l’Islam, sais-tu à quoi c’était dû ? Au fait que les convertis ne payaient pas d’impôts. Les chiens infidèles, en revanche, si !

De l’Espagne en 721, elles passèrent à la non moins catholique France. Conduites par Abd Al-Rahman, le Gouverneur de l’Andalousie, elles franchirent les Pyrénées, prirent Narbonne. Elles y massacrèrent toute la population mâle, réduisirent en esclavage toutes les femmes et tous les enfants, puis reprirent leur marche vers Carcassonne. De Carcassonne, elles passèrent à…

lire la suite ici 

http://resistancerepublicaine.eu/2012/10/13/mille-ans-de-conquetes-musulmanes-et-dhorreurs-inegalees-dans-toute-lhistoire-de-lhumanite/

Et même si les imbéciles heureux qui votent pour Macron ne veulent pas savoir tout cela, peu importe. Il est important de le rappeler, régulièrement, pour nous, pour ne pas oublier que nous devons lutter, pied à pied, et jamais accepter, quel que soit le prix à payer.

Combattre l’islam et ceux qui veulent nous l’imposer avant tout. Telle est notre idée fixe. Et nous sommes déterminés. Tous les Macrons du monde ne sauraient nous l’interdire, nous en empêcher.

Complément de Maxime 

A priori, Macron et ses ministres ne peuvent pas prendre d’acte administratif pour empêcher de dire « Etat islamique ».
Il faut l’écrire et le dire autant que possible d’ailleurs car cette expression porte en elle les germes des mesures à prendre pour s’y opposer (principe de précaution, mais aussi principe pollueur-payeur).
Il serait obligé de modifier la loi, notamment celle de 1881 donc de convoquer le Parlement.
D’ailleurs, il me semble que les juges, dans leurs décisions, n’hésitent pas à utiliser la formule.
Voir par exemple cette décision du Conseil d’Etat rendu en avril dernier :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000034496468&fastReqId=1439419511&fastPos=1
Noir sur blanc, il est écrit : « l’organisation état islamique ».

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


29 thoughts on “Macron nous interdit d’utiliser l’adjectif « islamique » de peur que cela ne salisse l’islam !

  1. AvatarClaire

    « Daech » (orthographe à géométrie variable puisque c’est un acronyme arabe) désigne clairement l’Etat islamique en Irak et au Levant. C’est le nom qui a été forgé par son fondateur Al Baghdadi, calife auto-proclamé du dit Etat islamique.
    Il convient donc d’appeler les choses par leur nom et de désigner clairement l’ennemi.
    Il s’inscrit dans la ligne des 4 premiers califes, fondateurs de l’islam sunnite et correspond à une stricte application du coran des origines, le seul valable, dont les versets les plus récents, donc abrogeants, sont ceux de Médine, époque où Mahomet était chef de guerre qui se livrait aux razzias, avec prise d’esclaves et élimination des ennemis, dont les tribus juives des alentours de Médine.
    Donc soit nos gouvernants sont incultes, ce qui est très inquiétant à leur niveau, soit ce sont des dhimmis plongés dans la taqqiya du cépaçalislam. Eh bien si, justement, c’est bien cela l’islam.

  2. Avatarpjp

    FR 3 du 04/06 MLP trés remonté détruit le gouvernement macr on. – Madame a repris des forces !…….. ouf !…….

  3. AvatarMALI

    « Il est interdit d’interdire! » (slogan de mai 68). Un chat ? est un chat, et un terroriste islamique n’est pas Soeur Emmanuelle! ? Ah mais!

  4. Avatargrélaud

    jamais se me soumettrait a macron qui nous interdit de dire l’islam ,par moi je continuerai a le dire .

    ils peuvent faire n’importe quoi ,jamais ils m’interdiront de le dire ,je ne vais pas faire comme ceux qui vote macron de me mettre a genoux pour lui faire une fellation

  5. AvatarMachinchose

    et si je dis

    Etat Mahométan ? j’ ai bon ??

    et…. Dawla Islamiya ?? c’est encore mieux…. comme ça personne, sauf 19 millions d’ instruits, ne comprendra…

    c’esr vrai…. dés que j’ entends Islamique, je complète par « ta mère ! »

  6. MaximeMaxime

    A priori, Macron et ses ministres ne peuvent pas prendre d’acte administratif pour empêcher de dire « Etat islamique ».
    Il faut l’écrire et le dire autant que possible d’ailleurs car cette expression porte en elle les germes des mesures à prendre pour s’y opposer (principe de précaution, mais aussi principe pollueur-payeur).
    Il serait obligé de modifier la loi, notamment celle de 1881 donc de convoquer le Parlement.
    D’ailleurs, il me semble que les juges, dans leurs décisions, n’hésitent pas à utiliser la formule.
    Voir par exemple cette décision du Conseil d’Etat rendu en avril dernier :
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000034496468&fastReqId=1439419511&fastPos=1
    Noir sur blanc, il est écrit : « l’organisation état islamique ».

  7. AvatarXtemps

    Il y a que les personnes qui se sentent coupables qui réagissent de cette façon, car ils savent très bien ce que représente l’Islam, une meurtrière qui tue et génocidaire depuis 1400 ans.
    Et ils ont besoin de cacher leur armes de destruction aux européens, l’Islam criminogène.
    Une chose que j’ai remarqué avec la tête de Macron, quand il était jeune, ils avait encore un beau visage, maintenant il a une drôle de tête en comparaison avec sa jeunesse, vous lui mettez une barbe hirsute sans moustache, on dirait Baphomet.

  8. Avatardurandurand

    Le micron et son abruti de service « castagnette » ne savent ‘ils pas que dans le mot islamique il y a islam ,de vrai abrutis consanguins et incultes !

  9. AvatarBaribal

    Ils nous prennent vraiment pour des cons. Ils n’ont aucun argument, ils savent que ces assassins sont tous musulmans, ils savent que nous savons, mais l’inénarrable Castagnette se pose en défenseur de l’islam contre les assassins de Daesh. Ubu n’aurait pas dit mieux.

  10. AvatarJarczyk

    Ah…! Que c’est beau ,que c’est noble,que c’est vrai….d’ être un franc maçon , »éclairé »!!!

  11. Chris2aChris2a

    Pour eux, le plus grand des dangers ce n’est pas l’islamisme, c’est le populisme-francouillard !
    Nous n’avons, hélas, plus de généraux baroudeurs, mais des généraux littérateurs …
    En 5 ans notre pays sera entièrement islamisé et en 2022 nous élirons le Président Ben Abès !
    Merci Micron !

  12. AvatarDorylée

    J’espère que Al Bagdadi va obéir à macron sinon il va avoir des emmerdes. Pour ma part, je pense que l’on peu le nommer État Musulman puisque c’est ce qu’il est. Quand un taré gueule allah ouakbar (de la Marine) on sait qu’il n’est pas bouddiste, ni chrétien, ni évangéliste du 7ème jour, ni témoin de Jéhova, ni….. mais bien musulman. Évidemment la 17° chambre va sévir et nous infliger des amendes astronomiques qui vont nous mettre dans la daech, dans un drôle d’état, l’État Islamique (ta nère)

  13. AvatarJean-Francois Morf

    Permission de citer « 6 million de juifs », interdiction de citer « 669 million non-muslims » massacrés par les musulmans…
    Puisqu’on vous répète que l’islam est une religion de paix et d’amour!

  14. AvatarNICOLAS F.

    Ne pas nommer le mot c’est en avoir peur .Comme treize à table ou jurer le nom de dieu.
    Une amie étudiante terminale m’a dit qu’au cours de « philo » (est- ce de la vraie philo?) ,son prof a abordé toute une matinée les superstitions et autres pensées archaïques. J’ ai trouvé cela bizarre et ininteressant mais en fait on est en plein dedans:
    musulman,islam fait partie d’une pensée archaïque donc c’est tabou,faut pas le dire ,pas le prononcer.
    Donc ceux qui ne veulent pas le prononcer en ont encore plus peur que les autres.Une peur archaïque et ancestrale .
    Regarder le mot en face c’est déjà retrouver le courage d’y faire face.

  15. AvatarRévolution2017

    Moi je suis libre , je n’obéis qu’à ma conscience, et pas à M. Macron, qui lui obéis à tout les gros en portefeuille qui l’on acheté, dont l’Arabie Saoudite et le Qatar entre autre…donc par conséquent je me fiche de ces interdictions l’état islamique, il faut nommer un chat un chat, maintenant biensûr ce sont aussi des assassins, on peut aussi le rajouter si cela lui fait plaisir , l’important c’est de dire la vérité

  16. Avatarpersonna

    l’islam est tellement pourrit et malfaisant qu’on n’a pas besoin de l’insulter.
    L’islam se salit lui-même et se décridibilise tout seul, tous les jours.
    On reconnait un arbre à ses fruits.
    A cause de l’islam et des musulmans, la planète entière vit sous haute tension.

  17. AvatarMEFIANCE69

    « Macron ne veut plus que l’on parle d’Etat islamique…. pour ne pas mêler l’islam au terrorisme. » Mais pour qui se prend-t-il ? De moins en moins je reconnaîtrais ce type comme président qui a voler ce titre. Donc ses exigences de vocabulaire masquant la vérité, vous savez ce qu’il peut en faire ? La vérité le gêne ? Tant pis c’est la vérité, Daesh est bien un « état » islamique peuplé de mahométans, les attentats terroristes sont perpétrer par les mêmes qui affichent bien leur appartenance. Le nier ou l’occulter c’est collaborer et cautionner les actions violentes des adeptes de l’islam !

  18. AvatarAchille 75

    Cela s’appelle du politiquement correct, la novlangue pour ne pas nommer les choses par leur nom et employer des euphémismes ou des périphrases pour ne pas dire « la chose « qui blesse les oreilles sensibles.

    On a eu cela avec les contorsions verbales pour les noirs. Pendant longtemps on disait « nègre » sans que cela ne choque, mes amis africains l’employaient exclusivement. Puis c’est devenu une insulte, fallait dire « noir ».

    Mais « noir, c’était stigmatisant: il fallait maintenant dire « homme de couleur ». Mais, très rapidement, c’était stigmatisant: c’était parti pour « black ». Mais, c’est stigmatisant: il faut dire afro-quelque chose, ou afro tout court (et tant pis si c’est un antillais dont l’origine africaine remonte à quatre siècles, en plus d’avoir aussi des ancêtres blancs). Mais c’est stigmatisant… et ainsi à l’infini.

    En bon logicien-épistémologue, ou philosophe du langage, arrivé là on se dit que le problème n’est pas dans le mot employé pour désigner la chose, mais dans la chose elle-même, et que rien ne sert de changer de vocable. Penser que nommer autrement la réalité la change, c’est juste de la pensée magique.

    Et maintenant on procède de même avec l’islam : il faudrait ainsi distinguer « islam » et « islamisme », « musulmans » et « islamistes » alors qu’en français académique « islamisme » est le terme correct pour désigner la religion des musulmans, c’est-à-dire des islamistes.

    Jusqu’à ne plus utiliser le terme « islam », stigmatisant.

    De nouveau, en bon épistémologue, on se dit que si on ne peut nommer la chose sans la stigmatiser, c’est que ce n’est pas le mot qui stigmatise, mais la chose elle-même qui porte en soi sa propre négativité.

    C’est donc une forme d’aveu: le problème n’est pas comment on nomme l’islam et tout ce qui a rapport avec, c’est bien l’islam lui-même, de par sa nature.

    Ne le nommons pas, pour ne pas y penser, et si on n’y pense pas, cela n’existera pas. Pensée magique… Ce sont normalement les enfants de moins de 6 ans, ou les adultes infantiles qui procèdent ainsi.

    Quand on est adulte, on fait face au problème : en l’occurrence, le problème c’est bien l’islam. Qui peut raisonnablement en douter? Ça crève les yeux et éclate les tympans…

    Mais nos crétins d’idiots utiles nous demandent de jouer les trois singes: rien voir, rien entendre, et surtout la fermer.

Comments are closed.