Meurtre de Sarah Halimi, les interrogations de Gilles-William Goldnadel


Meurtre de Sarah Halimi, les interrogations de Gilles-William Goldnadel

La chronique de Gilles-William Goldnadel sur Radio J en date du 25 mai 2017 : il pointe du doigt les négligences coupables, que ce soit la police qui, bien que sur place, a laissé la torture puis le meurtre se poursuivre sans rien faire, de la justice qui a aussitôt « psychiatrisé » l’affaire, ou des dirigeants de la communauté juive dont la servilité est inacceptable.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




7 thoughts on “Meurtre de Sarah Halimi, les interrogations de Gilles-William Goldnadel

    1. pikachu

      Mon impression qui est, je suppose, celle des lecteurs habituels de R.R. est que nous sommes en plein scandale, sur fond d’élections (faut-il rappeler que le seul candidat à avoir évoquer cette affaire est Marine Le Pen ?). Le deux poids, deux mesures est éclatant (affaire Théo vs assassinat de madame Halimi).
      Jusqu’à présent, l’antisémitisme n’est pas retenu !
      Et Meyer Habib rappelle que l’assassin reçoit chaque jour, comme n’importe quel malade, la visite de ses proches. Pas belle la vie en France pour les « déséquilibrés » ?

  1. Xtemps

    Et oui, c’est le silence incroyable autour de cette triste affaire de bien des gens aux pouvoirs se taisent, comme ailleurs, et la différence de traitement avec d’autres victimes avec çà, très étonnant par feu là.
    Mais c’est déjà bien que des gens se posent des questions, cela démontre bien que les gens ne sont pas aussi cons que l’on veulent bien nous le faire croire.
    Alors vous imaginez pour les votes truqués.
    Un peuple qui obéit aveuglément, sans broncher, comme les moutons musulmans à leurs maîtres, est toujours un peuple qui se trouve en danger, c’est l’ abattoir assuré.
    La critique fait partie de la liberté de se défendre contre les escrocs qui manipulent votre religions, votre parti politique et autres.

  2. frejusien

    je vais me répéter, mais que quelqu’un me donne un seul exemple d’une personne qui aurait été secourue par la police en cas d’agression

    le problème ne date d’hier, il existait avant l’arrivée du djihad en France,
    Un des grands principe de notre police est de n’intervenir qu’une fois que les faits sont avérés, je l’ai constaté à maintes reprises,
    La police a un rôle punitif et non pas un rôle défensif, comme elle devrait l’avoir,
    Elle doit attendre que quelque chose se passe, et alors elle peut intervenir, je suppose que ces consignes viennent de sa hiérarchie et donc du pouvoir politique,
    Il faut agir en haut lieu pour changer cet état de fait qui n’a que trop duré,

    Qu’ensuite, il y ait des personnes qui déculpabilisent à la fois l’assassin et la police, ça, c’est inadmissible

    1. Christine TasinChristine Tasin

      je pense qu’il ne faut pas généraliser, la police a secouru et secourt des milliers de gens fort heureusement

  3. htordj62

    Il y a là quelque chose de la raison d’état c’est sûr, maintenant que l’élection présidentielle est passée, Paris n’a pas encore les Jeux Olympiques alors silence on verra après…et bien sûr il y aura encore une bonne raison pour
    étouffer l’affaire…jusqu’au prochain attentat…on découvrira après coup que les loups solitaires n’en sont pas et que les fous ne le sont pas vraiment.

  4. 443silence005

    L’antisémitisme de ce crime odieux et crapuleux ne semble guère faire de doute selon les multiples informations dont nous disposons désormais.A moins que l’on doive considérer que tout antisémite porte en permanence,vissée sur sa tête,une casquette de la SS ?L’antisémitisme existe en France.C’est une réalité,une réalité honteuse.Le silence de plomb qui entoure l’assassinat de Mme Sarah Halimi permet donc d’escamoter cette réalité qui n’est pas seulement un « problème » médiatique.RIEN n’est fait concrètement contre l’antisémitisme en France.Si bien qu’il progresse via,notamment,le système éducatif français,singulièrement complaisant à son égard.Lutter contre l’antisémitisme revient,pour l’immense majorité des « hauts » responsables de l’Etat et de la plupart des « personnalités » politiques de 1er plan (fort occupées à la gestion de leur patrimoine…)s’est réduit à l’organisation de commémorations.La patrie des droits de l’homme tolère l’antisémitisme :silence !

Comments are closed.