Tu sais pas lire ? Dirige la France… C’est beau la discrimination positive…


Tu sais pas lire ? Dirige la France… C’est beau la discrimination positive…

Vous voulez faire de la politique ? Vous voulez avoir une place de choix dans un Ministère ?

C’est mieux de faire Sciences Po.

Pas facile, me direz-vous. Nous connaissons tous des jeunes gens valeureux, travailleurs, intelligents et tout et tout qui se sont fait étendre au concours. Ils ont fait autre chose mais il leur est resté le regret.

Le regret devient de la révolte quand ils apprennent que depuis le monstrueux directeur socialiste de Sciences Po, Richard Descoings, un quart des places de sciences po sont réservées… aux jeunes gens issus de la banlieue SANS QU’ILS AIENT A PASSER LES EPREUVES D ADMISSIBILITE, soit les épreuves écrites.

Ils en sont dispensés, tout simplement. Ils ont juste à passer l’oral, eux…

C’est l’égalité républicaine à la sauce UMPSEM… Et on s’étonne ensuite d’avoir des gourdasses comme Elkhomry, Belkacem, Dati… comme ministres ! Comme si les  Marlène Schiappa  ne suffisaient pas !

Comme si on n’avait pas de petits Français d’origine vivant dans des conditions plus que difficiles méritants… et ne vivant pas en ZEP !

Vous voulez vomir ? Lisez l’article du Bondy Blog ci-dessous :

Avec Ambition Campus, des jeunes de lycées ZEP aux portes de l’excellence 

“Ambition Campus” aide les jeunes lycéens de zones d’éducation prioritaire à intégrer Sciences Po. Cette année, 74 candidats sur 110 suivis par l’association sont admissibles et se préparent pour l’épreuve orale, dernière étape avant la consécration. Rencontre.

Elle dit que non, ça ne l’impressionne pas. Non, elle ne s’est pas mise sur son 31. Pourtant, une fois passés les portiques de sécurité, ses yeux de lycéenne disent le contraire. Élie a 18 ans et pour la première fois, la voilà qui franchit les portes du ministère des Affaires étrangères. Peut-être pas pour la dernière cependant. Son dossier a été accepté pour passer l’épreuve orale de Sciences Po Paris. Elle, la jeune habitante d’un quartier chaud de Sarcelles est sur le point d’entrer dans l’une des écoles les plus prestigieuses du pays, où sont formées les élites de la République. Pour l’aider dans cette dernière ligne droite, Nassim Larfa veille au grain. Son association, Ambition Campus, aide les jeunes de lycées de ZEP d’Île-de-France, à se préparer pour les concours d’entrée de l’Institut d’étude politique (IEP). Aujourd’hui, il emmène un groupe au quai d’Orsay.

Dans le hall d’entrée, quelques gloussements nerveux raisonnent sous les haut plafonds, un bon mot chuchoté furtivement à l’oreille d’un camarade, un calme inhabituel pour des adolescents s’est emparé des 13 lycéens. Un homme apparaît dans l’encadrure de la porte, costume noir un peu trop large, noeud papillon blanc au col. Une longue queue pie traîne derrière lui. Un médaillon d’argent frappé des armoiries du ministère pend lourdement à son cou. C’est l’un des trois huissiers du ministre. Fin connaisseur des lieux et de leur histoire, il entraîne sous les ors de la République cette bande de gamins qui ne se sentent pas vraiment à leur place. Sous les lustres en cristal et les moulures dorées, Elie écarquille les yeux devant les peintures et les statues de marbre blanc. “Alors, comment vous trouvez le bâtiment ?”, demande, amusé, l’huissier.

“Tu t’imagines travailler tous les jours ici, au ministère ?”

“Tu t’imagines travailler tous les jours ici, au ministère ? “, glisse Elie à Alexandre. La question est enfantine, mais ramène à une réalité sociale implacable. La reproductions sociale, ce phénomène qui veut que les enfants d’ouvriers aient plus de chances de se retrouver ouvrier que cadre, reste la règle en France. En 2003, 52 % des hommes âgés de 40 à 59 ans, fils de cadres supérieurs, étaient eux-mêmes cadres supérieurs alors que seuls 10 % des fils d’ouvriers du même âge occupaient ce statut selon l’Insee.

Le phénomène commence dès la cours de récré : en décembre 2016, l’OCDE publie son enquête Pisa, qui montre une nouvelle fois, ô surprise, que la France fait partie des pays membres où le milieu social d’origine influe le plus les résultats scolaires. Résultat : les écoles d’ingénieurs et les classes prépa comptent a peine 6 % d’enfants d’ouvriers, quand près d’un élève sur deux vient des milieux les plus favorisés. Elie veut faire partie des 6 %, voire permettre de grossir leurs rangs. Son père est mécanicien, sa mère, aide soignante. Elle vient du quartier des Sablons à Sarcelles (Val-d’Oise), un quartier réputé difficile. “C’est tranquille chez moi, il n’y a pas trop de bruit, de désordre. C’est à cause du trafic (de drogue ndlr), ils ne veulent pas faire de vague. Ça attire la police”. 

“On veut créer une culture de l’ambition, qu’ils osent demander des grandes écoles”

Assala, 17 ans, prépare son épreuve orale de Sciences

Po avec les bénévoles de l’association Ambition Campus.

Ambition Campus est là pour ça. Sciences Po fait partie de ces filières d’excellence longtemps désertées par les enfants des classes populaires. Depuis 2001, et grâce à l’action de son feu directeur, Richard Descoings, l’école essaie de rattraper son retard en matière de diversité sociale  : des “conventions éducation prioritaire” signées avec 106 lycées. Leurs élèves échappent aux concours écrits et sont admissibles sur rendu d’un dossier. Pour être admis, ils doivent passer passer un oral, comme tous les autres candidats. Mais là encore, il ne suffit pas d’être talentueux et travailleur pour réussir. C’est ici qu’intervient Ambition Campus. L’association aide les lycéens à se préparer et à éviter les pièges dans ce parcours du combattant. “Il faut d’abord briser la culture de l’autocensure”, explique Nassim Larfa, vice-président de l’association. Aujourd’hui étudiant en master 1 de politiques publiques, il est lui-même passé par ce programme. “Les jeunes se disent : ”Sciences Po, c’est pas pour moi”. Nous, on veut créer une culture de l’ambition, qu’ils osent demander des grandes écoles dans leurs choix d’orientation. Même si ce n’est pas Science Po. Il y a d’autres écoles”.

“En une matinée, j’ai franchi tant de barrières sociales”

“En seconde, une prof’ à moi m’a dit ”tu as vraiment le profil Sciences Po”. J’ai éclaté de rire”, se souvient Assala, La lycéenne de 17 ans habite une tour de 18 étages, coincée entre le périph’, une bretelle d’autoroute, et les autres tours de sa cité, la Capsulerie, à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis. A deux pas de la capitale, la “Caps’” a fait partie des “supermarchés” du cannabis pendant des années. Le trafic y va toujours bon train. Son père est technicien des eaux, sa mère au chômage. “Je pensais que la politique, ce n’était pas pour moi. Je me disais ”jamais je ne serai ministre, pourquoi aller à Sciences Po’ ?” Sa prof lui parle des associations qui peuvent l’aider. Dans sa tête, l’idée fait son chemin. Un jour, elle décide d’aller se renseigner “sur un coup de tête”, sourit-elle. “Sans association, je ne l’aurais pas fait”, avoue Assala. Un élégant voile rose entoure son visage d’adolescente, maquillée, certainement bien mise pour l’occasion. Cette visite ? “Ça me donne de la force, parce que je me dis qu’en une matinée, j’ai franchi tant de barrières sociales. Si on m’avait prédit cela il y a deux ans, je n’y aurais pas cru”. Mais y croire ne suffit pas…

110 élèves inscrits dans le programme, 74 admissibles

Elie, assise, de dos, interroge Nassim Larfa et Hchem sur l’épreuve

orale de Sciences Po Paris.

L’autre fois, je fais passer un oral blanc. Je montre une caricature de Bachar Al Assad à un candidat… il ne savait pas qui il était. Devant le jury de Sciences Po, ce n’est juste pas possible”. Hchem, l’un des quatre intervenants du stage, lui aussi est passé par le programme. En ce jeudi de la fin de la mi-avril, une vingtaine d’étudiants des lycées conventionnées ont profité des vacances pour venir assister à un atelier d’Ambition Campus, dans les locaux de Sciences Po, rue Saint-Guillaume, dans le 7e arrondissement de Paris. La salle détonne avec celles et ceux qui fréquentent le quartier : colorée, des jeunes originaires de plusieurs pays différents, un petit accent banlieusard et la niaque de réussir.

“Je crois que je ne réalise pas encore”

Le thème du jour : comment réussir son oral. Tout au long de l’année, l’association propose des ateliers à thème et des stages en plus des sorties : culture générale, techniques d’entretien, bases de sciences politiques… Les 110 élèves du programme sont libres de choisir ceux auxquels ils veulent assister. “Ceux qui participent à tous les ateliers sont généralement ceux qui s’en sortent le mieux”, confie Nassim Larfa. Sur les 110 élèves participants, 74 sont admissibles. Un résultat plus qu’honorable.

“Je m’appelle Assala Zouaïdia, je me présente à vous car je souhaite intégrer Sciences Po”. Voici que le chronomètre démarre en même temps qu’elle. L’exercice : se présenter et expliquer pourquoi vouloir intégrer Sciences Po en une minute. Ni plus, ni moins. Les oraux approchent. Le 31 juin, le 1er et le 2 juillet, tous ces jeunes joueront gros, leur avenir. Pourtant, Elie dit que non. Elle n’est pas stressée, malgré l’épreuve qui approche. “Mais je crois que je ne réalise pas encore”, reconnaît-elle. Nous leur souhaitons de réussir, ils sont bien partis.

Alban ELKAIM

http://www.bondyblog.fr/201705230957/avec-ambition-campus-des-jeunes-de-lycees-zep-aux-portes-de-lexcellence/#.WSQ9OzPpP_T

 





26 thoughts on “Tu sais pas lire ? Dirige la France… C’est beau la discrimination positive…

  1. Lavéritétriomphera

    Il est plus facile de faire baisser le niveau d’un établissement que de le faire monter. Sans le concours d’admission écrit, le niveau de cette école risque de chuter au point de ne plus correspondre à ce pourquoi elle a été créée. Une autre école prendra le relais. C’est cela la partition.

    1. reader

      et personne ne voit rien venir ? : baisser le niveau de Science Politique revient à dire que la stratégie http://www.isesco.fr (lisez donc cette dernière et vous comprendrez tout ) continue son chemin, y installer une culture et éliminer les blancs de cette école prestigieuse afin d’y faire rentrer en Europe également, ces soit-disant élites aux ordres du califat, desseins élaborés depuis longtemps avec l’assentiment des castes françaises,, celles -ci se foutent de la France, pour la bonne raison que les élites ? et leurs enfants ne seront plus à Paris mais dans une autre école prestigieuse à Bruxelles laissant ainsi le champs libre aux partitions d’une population dont les ordres nouveaux seront établis dans nos enceintes républicaines devenant ainsi des lieux uniques à leur population apparemment supérieure et,où ne régnera que leurs lois élaborés pour eux.Notre AN Sénat, la constitution française nos lois de 1789, nos religions, nos grandes écoles disparaîtront ainsi petit à petit..les commissions de Bruxelles devenus les seuls gouvernements légitimes de force seront payés en retour par les pays d’Arabie et du Qatar ou du golfe pour le portefeuille des pro-Europe. POURQUOI pensez vous que certains ne veulent pas sortir de l’UE regardez la composition de l’ONU et les lois de la LDH 1948 1950 non signés, et vous comprendrez tout.. Est-ce que je fabule ? peut-être ! l’avenir nous le dira… .

  2. NICOLAS F

    Après l’attentat de Manchester. Les débats presse sont mitigés.On parle de ces ghettos de la république qui fabriquent des terroristes. Les banlieues,la faute à pas de travail,pas d’égalité de chances. Science PO pour tous.

    Toujours le même refrain.Surtout quand les intervenants de ces débats sont musulmans,africains. C’est automatique.
    Le mot musulman n’est JAMAIS prononcé. ISLAM n’est jamais prononcé sauf accolé à état-islamique et à l’extrême rigueur islamisme- radical.
    Seul celui qui tue a droit à l’appelation contrôlée :islamiste (surtout pas musulman.)
    Il faudrait en premier libérer la parole .Dire que musulman n’est pas un gros mot comme M…..C……B…….
    Allez,musulmans ,en France ,osez prononcer le mot qui vous représente,qui vous encombre ,le mot qui désigne votre culture,votre mentalité,votre stigmatisation,votre fardeau ,votre drame et j’en passe et des meilleures.

    ON entend au hasard de cette terrible actualité des dernières 48h:
    Gilles Kepel: »dans la plupart des villes britanniques il y a un système d’enclaves islamiiques (il a failli dire musulmanes mais le bougre se contrôle à fond les manettes).
    Dans le livre « La feministe et l’islam » de marie françoise Colombani et Tareq Oubrou,ce dernier dit: » Le port du voile n’a aucun fondement religieux incontournable  » et il assure : »On peut parler d’un problème quant à la SEXUALITE dans le monde ARABO-MUSULMAN ». Wouawwh!!
    Tiens,un tabou qui tombe.On est sur la bonne voie.Papa Freud et le Coran.
    Un bon sujet de bouquin. Il y a beaucoup à dire.

    Un débat inédit entre Finkelkraut en Onfray,avant hier soir Cnews.
    Deux pointures quand même.
    Finkelkraut : »Il est temps de s’apercevoir de cette FRANCOPHOBIE  »

    Onfray: »La France va devenir un lieu de passage,un hôtel.Les problèmes de l’identité n’ont pas été posés.La fluidité c’est bien,l’immigration c’est autre chose. »et en parlant du chef de l’Etat: » Son devoir est de maintenir la CIVILISATION (française ou civilisation tout court,ce qui est plus fort)

    On a l’impression qu’ils disent: on a voté Macron,on a fait une grosse connerie .
    L’un des deux ajoute : »On ne peut pas traiter la question migratoire que par l’économie ;On ne peut pas continuer à mettre ECONOMIE en face de FACHISME;
    Tiens,il a tout compris à Marine .Hélas trop tard.

    Allez,encore un effort messieurs et vous serez des penseurs utiles.Parlez de la religion musulmane,parlez des musulmans,de leur façon de se comporter dans la rue,dans les mosquées,je sais pas moi, sur la plage,à la boucherie ,dans leur lit ,tout,quoi.
    Cela aidera les musulmans dans leur démarche de se libérer du joug de mahomet,d’allah des frères musulmans,de la mosquée ,du ramadan ,y compris de daesh.
    METTEZ des mots sur les maux , messieurs dames les musulmans ,vous savez,le vieux truc,ça marche toujours,
    Les mots qui vous font peur mais les mots qui libèrent.
    Yen a marre de tourner autour du pot,de sciences Po,découvrez le pot au roses : c’est mahomet qui vous ment,vous leurre ,vous emmène en bateau ,vous éloigne de la société .Pas nous.

    1. hoplitehoplite

      Onfray: »La France va devenir un lieu de passage,un hôtel.

      Vas-y Onfray, termines ta phrase. Tu voulais dire un hôtel de passes? On y est déjà mon pauvre.

    1. BeateBeate

      En France, les « élites » doivent servir le Peuple. Ils nous dirigent parce que nous les laissons nous diriger. Il nous appartient de les remettre en place, au service du Peuple ou de les chasser.

  3. Laurent P.Laurent P.

    > Un élégant voile rose entoure son visage d’adolescente
    Ce n’est pas une adolescente, c’est déjà une militante acharnée pour l’imposition de la sharia en France :
    « Un élégant voile rose entoure son visage de militante acharnée pour l’imposition de la sharia en France. »

    1. Marie

      Pour votre reformulation de la phrase, on pourrait peut-être enlever le qualificatif ‘élégant » accolé à voile parce que là c’est juste pas possible.
      On imagine l’oral : « wallah la vie d’ma mère, j’veux venir (quand j’ai le temps) à science po pourrir la vie des kouffars les fils de putes, on va tous les niquer’ le tout avec l’accent si élégant des banlieues wesh wesh.
      Même pas foutue d’enlever son torchon pour se présenter à science po, si c’est pas de la provoc…

  4. reuri

    Et bien que sciences popo les prennent chez eux , qu’ils prennent des milliers de « migrants » pour que les petits bobos goûtent aux joies de la diversité.

    1. reader

      reuri, la question a déjà été posé + fois <> aucune réponse honnête de la part des interviewés LISEZ donc mon post plus haut et dites moi ce que vous en pensez? merci

      1. reuri

        Bonjour reader.
        Je ne pense pas qu’imiter les Etats Unis avec leur « affirmative action » soit une bonne idée . Les quotas pour y inclure de la « diversité » feront inévitablement baisser le niveau.
        Et je pense aussi que la décomposition de nos institutions en y installant des taupes de l’islam est une façon de préparer les cerveaux de nos chères « élites » à la soumission dès le début de leurs études.
        Les globalistes pensent imposer la gouvernance globale en passant par l’islam .

  5. rakotobe

    Sans parler de l’aspect pécuniaire de S- PO:les tarifs annuels sont très élevés,mais pour eux c’est totalement gratos;de plus,se souvenir du raout organisé par les élèves de S-PO PARIS autour du voile et vous aurez tout compris,enfin,presque.

  6. Une fille qui n'aime pas l'école d'aujourd'hui ...

    Si cet article m’aurait été présenté comme parodique je n’y aurais vu que du feu tellement certains passages sont caricaturaux .
    On se croirait vraiment dans un sketch absurde mélangé a un happening surréaliste .

    Nous allons offrir des places dans nos plus grandes écoles comme des enfants s’offrent des chewing gums ou des cartes à collectionner dans la cour de récréation .
    Sciences Po , La Sorbonne … Ces institutions baissent le niveau pour s’accorder a une mentalité pseudo-égalitariste .
    Je me demande si des établissements comme Harvard , Yale , Wellesley ou encore Cambridge , Oxford et l’université Saint Andrews joueraient a ce jeu ?

  7. Sébastien95

    Et bien qu’elles en profitent car ceci ne va pas durer !

    En 2027, au plus tard : Mouloud Abdel Kader « P »résident-Dictateur à vie de la Raie-Publique Islamique du Frankistan !

    Les 65 % de cons auront le dirigeant qu’ils méritent…

  8. Xtemps

    C’est vraiment détruire la culture française, c’est même pas pour les origines immigrés, c’est juste pour le plaisir de démolir, des actes gratuites et rien d’autres.
    Il y a tant de pauvre déjà en dehors de l’Europe, qu’ils doivent encore en ajouter en Europe.
    Si cela aurait été pour aider les origines immigrés et d’aller à Science Po, pour ensuite participer à la lutte contre la pauvreté dans leurs pays d’origines et construire les Mosquées eux mêmes chez eux et autres et pour d’autres, je dirais, et bien oui pourquoi pas Science Po, mais même pas, c’est même pas pour çà, c’est vraiment pour démolir ce que les ordures font aux pouvoirs de merde, alors qu’il y a tant de pauvre dans leurs pays d’origines et déjà tant en Europe.
    Non seulement nos escrocs aux pouvoirs ne font pas une politique d’entre aides entre peuples pour lutter contre la pauvreté et pour les pays en guerres, non!, ils en rajoutent encore en plus de la pauvreté à la pauvreté, non seulement chez nous en Europe, mais dans les pays d’origines immigrés avec.
    Et aussi bien que chez nous ils jettent les gens dans la pauvreté, mais aussi les origines immigrés avec, et ce sont des centaines de millions de personnes qui sont victimes dans le monde entier à cause de ces dangereux escrocs aux pouvoirs.
    Personne en profite dans cette affaire de Science Po.
    Nous pouvons parler et écrire de Science Pot pourri National par des crapules aux pouvoirs, ils se permettent tout ces connards, il y a plus de limite.
    Ce gouvernement gonflé par le pouvoir que nous lui avons donné sans se rendre compte depuis des années, avance vers une prise de contrôle systématique de la liberté, et mûr pour le contrôle tyrannique dans le monde, amis résistants
    C’est vraiment des criminels les escrocs aux pouvoirs, nous pouvons parler de Mafia Mondial, pour avoir en ajouter déjà comme étant des dangereux Fascistes.
    Nous avons à faire à une population minoritaire, mais très dangereuse, dans nos populations qui ont pris place dans les pouvoirs dans le monde principalement.
    Quand les peuples du monde n’ont rien à dire, c’est ce qui arrive.
    C’est tous les peuples du monde qui doivent avoir une démocratie pour à chacun protéger ses biens et toutes richesses des peuples du monde contre cette mafia mondial qui nous vole tous.
    C’est une guerre contre tous les peuples du monde entier, pour uniquement ce pouvoir mondial et tant de malheurs dans le monde, pour en arriver juste à cette énormité du pouvoir mondial complètement stupide, de contraindre et de mettre à genoux la population mondial à leurs bottes, juste pour leurs bons plaisir imbéciles de ces seigneurs grotesques tout puissant du monde!.

  9. claude t.a.l

    ‌‌‌‌‌‌‌‌JE SPEAK FRENCH
    C’EST UN PLEASURE

    Le Macron ( celui qui, pour faire le malin, faisait un discours en anglais …. à Berlin ! ), après l’attentat de Manchester, veut créer une  » task force « .

    Il a été élu quoi ? Président des USA ? Reine d’Angleterre ?

    Ras le bol de voir la langue française saccagée ou remplacée tous les jours !

    Les exemples sont innombrables, des  » simply market  » aux  » hair coiff « , et les  » loft  » et les  » star academy « , et les  » fast food  » et les  » quick machin « , et, et, et …….

    Et les zartistes : râpeurs ,  » street artists « ,  » performers « , and so on … ( je spique 2 ou 3 mots d’en gliche ),

    et le langage des politiques, et celui des journalistes ….. de l’angliche tous les 3 mots :  » c’est cool !  »

    Le pire du pire étant l’expression – typiquement anglaise – à la mode actuellement :  » c’est juste extraordinaire « ,  » c’est juste beau « ,  » c’est juste horrible  » ( entendu ce matin à propos de l’attentat de Manchester ) .
    L’ utilisation de l’adverbe  » juste  » suivi d’un adjectif devrait être passible de la prison ! *
    Tout est en perdition en France, même la langue.

    Et ça vient de loin. Déjà, en 1962, Léo Ferré avait écrit une chanson :  » la langue française  »

     » C’est un’ barmaid
    Qu’est ma darling
    Mais in the bed
    C’est mon travelling
    Mon best-seller
    Et mon planning
    C’est mon starter
    After shaving
    J’suis son parking
    Son one man show
    Son fuel son king
    ………
    AND JE SPEAK FRENCH
    C’EST UN PLEASURE  »

    https://www.youtube.com/watch?v=wL6QP3y_M38

    * une fois, quand elle était petite, ma fille avait été terrorisée parce que quelque chose avait gratté, pendant la nuit, à la porte fenêtre de sa chambre.
    Pour la rassurer, je lui avais JUSTE dit :  » c’est JUSTE une souris  » ( et c’était vrai ! ).
    Je ne lui avais pas dit :  » c’est juste pas grave  » !

  10. reader

    Et pourtant Christine c’est bien ce qui se passera, tous ces gens fuiront notre beau pays qu’ils auront eux-mêmes détruit…

  11. Machinchose

    je suggère, dans cette même option, que les agrégations de lettres classiques ou modernes soient désormais ouvertes au même type de postulantes…

    avec, bien sur, un Jury (sur la tête de ma mère et sur le Coran)…issu de l’ imamat parisien possesseur d’ un Bac plus deux!!

    ça permettra a ces « discriminées » de pouvoir enseigner en Sorbonne…et pourquoi pas le Doctorat finalement…

    la cérémonie aura lieu au prestigieux Amphithéatre Liard…

  12. Sylvie2

    Ca s’appelle de la condescendance. C’est reconnaître que ces gens-là issus de l’immigration des quartiers « dits difficiles » sont inférieurs et qu’ils doivent bénéficier d’un traitement de faveur pour essayer de s’élever au niveau des autochtones. C’est encore les conforter dans leur victimisation et leur rancœur.
    C’est de l’enfumage, ce n’est que de la communication, du vide.

    1. bm77

      Complètement d’accord avec vous Sylvie2, ces gens ne sont pas handicapés ils ont tous les moyens de s’élever sans ces faveurs.
      Je rappelle que les banlieues ne datent de l’arrivée en masse des immigrés elle avait déjà un histoire avant, il est bon de le rappeler.
      Les prolos de l’époques n’étaient pas plus favorisés que ceux d’aujourd’hui, je dirais même beaucoup moins, mais malgré ce « déterminisme social » ils se hissaient parfois à des fonctions que leur classe sociale ne laissait pas envisager.
      Tout cela grâce à une école qui demandait de l’effort, une société exigeante dans le bon sens du terme qui responsabilisait pour l’intérêt général qui récompensait le travail et qui ne multipliait pas les allocs pour rester à la maison. Tout cela permettait à l’ascenseur social de fonctionner
      Ces opérations de communication sont du même ordre que celles qui font croire aux jeunes des cités qu’ils peuvent être tous des Benzema , des Zidanes , des « Booba » ou « Maitre Gims » maintenant les nouvelles stars sont Vallaud Belkacem, El Kohmri et maintenant Marlène Schiappa quoique le niveau n’est pas si inaccessible pour les dernières citées.
      Plus modestement beaucoup de jeunes des quartiers vont en grande partie se retrouver dans des jobs de galère et confrontés aux lois récemment votées dites loi El kohmri ainsi que le détricotage du code du travail qui vont rendre leur statut de travailleur encore plus fragile.
      Il ne faudra pas s’étonner après que certains choisissent la voie de la délinquance et des trafics.
      Au lieux de faire croire que tout le monde peut devenir Ministre il vaudrait mieux ne pas entraver les jeunes qui veulent s’en sortir par la seule porte envisageable pour eux qui est de rentrer dans la vie active et après trouver sa voie. C’est à ces jeunes qu’ il faut donner un coup de pouce pour décoller au lieu de tout donner à ceux qui font des marmots.
      Cela serait bon pour les premiers concernés et bon pour la société

    2. Laurence Antigone

      Et oui, puisqu’ils n’ont plus droit au même niveau d’enseignement. Car depuis des décennies l’enseignement en banlieue est galvaudé, avec la complicité de nos élites.
      Et comme il faut amadouer la populace et la laisser croire que tout est fait dans son intérêt, on laisse passer quelques élèves moins mauvais que les autres… Et hop tout les bobos gauchiasses sont contents

  13. Anania de Schirac.

    _ Excusez-moi, je n’ai jamais fait Science Politique ou les Grandes Ecoles malgré des résultats scolaire et sportifs plus qu’honorables, j’ai du commencer à travailler à 18 ans avant de faire l’Armée car ma mère étant veuve très jeune (34 ans) et étant l’ainé des garçons, j’ai préféré faire une section courte technique afin de rentrer très rapidement dans la vie active, aussi, je confirme qu’il y a un besoin de donner une chance aux  » talents » de tous les enfants de la République sur d’autres critères que ceux de la fortune des parents ou de leur carnet d’adresses, néanmoins, la sélection doit ce faire sur des critères purement de potentiels intellectuel, de niveaux scolaires et du niveau d’assimilation des candidats aux valeurs Républicaine Patriotique Française, il est tout à fait anormale de recourir à de la discrimination positive envers des jeunes musulmans seulement parce qu’ils sont musulmans et en discriminant par ailleurs d’autres jeunes talentueux de quelques classes populaire ou non, qu’ils soient d’origine Française ou Asiatique, ou des Outremers, mais non-musulmans; La finalité on la voit venir de loin, c’est d’imposé des jeunes musulmans quitte à baisser le niveau d’exigence requis pour etre candidat et bafouer l’esprit de la loi de 1905 sur la laicité, ainsi, les traitres à la nations islamos-collabos sont sur qu’ils délègueront à terme le sort de la Nation France à des abrutis d’islamistes (comment accepter de se soumettre aux voile et à la charia dans les écoles) qu’ils soummetrons croient-ils au mondialisme et à l’UE, gravissime erreur, l’islam ne se soumet pas, l’islam s’impose toujours, aussi , la guerre civil sera innévitable ceci à cause des micron, merkel, junker, obama, Goldman Sach, finance mondial, etc.. la liste est trop longue.

  14. Sylvie

    J’ai réussi en 1987, le concours des emplois réservés et n’ai rien obtenu des administrations auquel je demandais mon intégration. En 2003, étant toujours inscrite au Journal Officiel selon le numéro de la place comme agent administratif, on m’a fait repassé une remise à niveau pour ne rien obtenir par la suite.
    Puis le secrétariat des anciens combattants (supprimé par Macron) m’a indiqué que je n’étais plus du tout prioritaire aux emplois réservés administratifs et que l’urgence même était de donner la priorité aux gens venus d’ailleurs. Qu’il fallait que je me débrouille pour avoir un emploi.

    J’ai frappé à toutes les portes et on m’a répondu que je n’étais pas prioritaire. Même si j’avais assigné l’Etat pour discrimination, on m’aurait condamné aux dépens voire à une amende.

    J’ai tout fait pour rien et ma place d’agent administratif est occupée sans doûte par un migrant en situation irrégulière. Je n’ai droit à rien même pas à une retraite. Je suis au chômage depuis 1987 et ne touche que 541 € d’AAH (au lieu des 810 €), car ma pension est confisquée par la curatelle.

    Raisons : propriétaire d’une maison et touchant des locations jusqu’en décembre 2016. J’ai signalé à la CAF que les locataires sont parties depuis le 13 décembre 2016 et la dame de la CAF m’a indiqué que compte tenu que je ne touche plus rien de locations, ma pension sera révalorisée en janvier 2018.

  15. durandurand

    Vous n’avez pas encore compris que tout est fait pour les allogènes clandestins ou non , les lois et tout le toutim , tous ceux qui nous dirigent ont fait en sorte que la France soit marâtre avec ses enfants .Et nous laissons faire , alors que nous pourrions inverser l’ordre des choses .

Comments are closed.