Cosse-Royal ont fait encore un enfant dans le dos aux propriétaires bailleurs


Cosse-Royal ont fait encore un enfant dans le dos aux propriétaires bailleurs

En matière d’environnement et d’énergie, Cosse et Royal sont allées trop loin en prenant un décret qui intègre la performance énergétique du logement parmi les critères du logement décent que doit fournir un bailleur à son locataire :
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/3/9/LHAL1602083D/jo

Cela contribuera à dégrader l’attrait de la location pour les bailleurs.

C’est une atteinte supplémentaire à la propriété privée immobilière, en plus de celles prévues par Macron qui concentrera l’ISF sur les propriétaires immobiliers, dont beaucoup le sont en tant que Français de souche ayant hérité de biens familiaux qui leur apportent un complément à leur revenu, parfois modeste.

La décence devrait ne concerner que la sécurité et la santé du locataire.

J’habite dans un logement extrêmement énergivore car c’est un vieux bâtiment, mais je ne le considère pas comme indécent pour autant.
Bref, les zélites socialistes et leur descendance en marche toujours aussi déconnectées du peuple.




Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


7 thoughts on “Cosse-Royal ont fait encore un enfant dans le dos aux propriétaires bailleurs

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    La politique de la Gôche dans l’immobilier profite aux bobos, le vivier électoral de la Gôche.

    Je regarde une émission sur FR3 (« Paname ») consacré aux quartiers parisiens.

    Le bilan de Delanoé-Hidalgo est clair: place aux bobos et aux immigrés.

    Le quartier du boulevard Richard Lenoir, par exemple, a vu, très rapidement, disparaitre toutes ses (très petites) industries au profit de magasins branchés, de restaurants branchés, de clubs de danse branchés etc, etc

    Seulement bobos et immigrés, contrairement à ce que développe « Terra Nova », c’est incompatible dans les faits.

    Au Bataclan, les fils d’immigrés ont massacré les bobos.

    Reply
  2. MaximeMaxime

    Bonjour Antiislam,
    cette politique est aussi celle de la mixité sociale. Sur ce thème, la loi égalité et citoyenneté du 27 janvier 2017 a renforcé les pouvoirs du préfet pour préempter en cas d’insuffisance de logements sociaux.
    Les décrets d’application ont été pris lors de la passation de pouvoir :
    http://www.leparisien.fr/economie/hlm-les-prefets-pourront-forcer-la-main-aux-maires-recalcitrants-10-05-2017-6934383.php
    Bien sûr, c’est un recul de la libre administration des collectivités territoriales, mais un jacobin qui souhaite une France une et indivisible peut-il vraiment s’en désoler ?
    Cela souligne bien l’intérêt des politiques nationales, il ne faut pas croire que les législatives soient une étape sans importance car en dépend le sort des collectivités locales aussi et tout cela ne se décide pas (qu’)à Bruxelles ! Il demeure une marge de manoeuvre nationale !
    Officiellement, il n’existe pas de lien entre immigration et logements sociaux. Cela fait partie de l’angle mort administratif, comme le profil des naturalisés par exemple. Il y a des dossiers auquel on ne peut pas accéder comme cela. Parfois, des rapports d’organismes publics ou semi-publics permettent d’avoir une idée, mais encore faut-il pouvoir y accéder.
    Mais beaucoup disent que les logements sociaux sont attribués en grande partie à des immigrés désormais.
    http://resistancerepublicaine.eu/2017/03/07/logements-sociaux-accordes-aux-etrangers-francetv-ment-marine-dit-vrai/
    De mon point de vue, cette politique de mixité sociale a un avantage, dans la mesure où elle aucune ville un peu importante n’est alors isolée des conséquences des politiques migratoires nationales.
    Cela évite, à mon sens, le développement de villes où chacun ne se soucie que de son nombril – comme c’est déjà le cas, on l’a vu quand il a fallu attendre la répartition des migrants dans les villages pour que des gens finissent par descendre dans la rue pour refuser des camps de migrants chez eux, alors qu’ils n’avaient rien à foutre du sort de Calais tant qu’ils y restaient concentrés.

    Reply
    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je suis favorable à une politique de mixité sociale mais, avant tout, à un arrêt de l’immigration.

      Encore faut-il que les « antiracistes » ne nous fassent pas tourner en bourrique.

      Je me souviens, à Nanterre, d’une politique volontariste de l’office HLM visant à éviter le regroupement par ethnie et la non-mixité sociale.

      Concrétement, l’office imposait « jacobinement » le lieu d’habitation aux nouveaux occupants.

      SOS-racisme a hurlé au racisme et a cassé ces mesures.

      Les mêmes viennent, ensuite, hurler, comme des porcs qu’on égorge, à la « relégation » des immigrés.

      Reply
  3. Xtemps

    Doit on encore appeler çà des politiques de gauche, je dirais aucun partis politiques, juste des politiques criminels, des escrocs, des imposteurs, des Fascistes, leurs vrais titres biens mérités, sans plus, pas des gauchistes, ni de droite, ni rien du tout.
    C’est trop leurs faire honneurs à ces ordures.

    Reply
  4. Philiberte

    De plus, AUCUN de mes candidats locataires ne m’ont demandé de renseignements sur la DPE, ni l’EGS. Ils s’en fichent totalement. Et depuis 20 ans, j’en ai eu des candidats!

    Reply
    1. MaximeMaxime

      Oui mais en cas de contentieux, plus on alourdit la « barque réglementaire », plus le locataire qui aurait des impayés aura de moyens de défense.
      Cela peut conduire à octroyer des dommages et intérêts au locataire et après compensation, celui qui a des arriérés de loyers ne doit plus rien.
      Cela dit, je connais une personne qui donne des biens immobiliers à bail, il a eu deux fois de gros impayés.
      La première fois, c’était un locataire délinquant qui a commis des dégradations dans les autres logements, 15.000 euros de réparations à faire et naturellement le locataire insolvable. Perte sèche. Mais au moins, il a pu l’expulser.
      La seconde fois, une petite jeune fille toute frêle mais les grands frères avaient de gros bras : menaces de mort au bailleur, elle est partie avec 6 mois de loyers impayés et le bailleur n’a rien osé faire de peur des réprimandes.
      Comme quoi, la justice ne peut pas tout, il est toujours plus important de prévenir que de guérir.
      Même les juges ont peur, à mon avis, de prononcer des condamnations. Ce ne sont pas leurs salaires qui leur permettent d’avoir gardes du corps et résidences sécurisées, eux…
      Quant on néglige la prévention pour le tout judiciaire, on y perd forcément car la peur interfère aussi dans le processus.

      Reply
  5. Philiberte

    J’ai dit que les candidats ne demandaient rien, mais je glisse dans le bail la photocopie du diagnostique. Signée par le nouveau locataire.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *