Pourquoi Matignon et l’Elysée ont-ils remplacé le servile Pujadas par la potiche Lapix ?


Pourquoi Matignon et l’Elysée ont-ils remplacé le servile Pujadas par la potiche Lapix ?

France télévision, France 2 et son journal (et débats politiques) sont la main droite de Matignon et de l’Elysée. Ils ne font pas de marketing (comme les autres chaînes ) mais de la politique. C’est le cahier des charges de
de la télévision nationale, dont la création de base est L’ORTF : faire voter l’electeur dans lebon sens, celui du pouvoir en place.
L’ORTF était réservée personnellement au Président de Gaulle, puis Pompidou et représentait l’urne dans laquelle on met un bulletin de vote. Ainsi que me l’a expliqué mon chef de service du service de Presse et relations publiques de l’ORTF en 1971.

En 72, grande révolution : TF1 et ANTENNE .
Une chaîne privée et une chaîne publique. Gros panier de crabes.
La « 2 » comme on disait à l’époque est toujours restée « publique » ce qui veut dire : faisant partie du gouvernement. Et c’est toujours comme ça aujourd’hui, plus que jamais.N’oublions pas que c’est le contribuable qui paye le salaire de ces innombrables équipes de journalistes, techniques et saltimbanques (comme disait Xavier Larère, administrateur de l’époque en parlant des présentateurs et animateurs d’émissions.) Aujourd’hui ce sont des maisons de production privées qui travaillent avec la chaîne pour les variétés et les « dramatiques » ou certains talk shows achetés par la chaîne mais la rédaction appartient au gouvernement. La rédac, c’est sacré, un seul mot d’ordre :tu obéis ou tu vires.

La directrice de France Telévisions est le pantin numéro 1 à la main du Président. Elle exécute les ordres. Elle s’est peut-être plaint de trop de mecs sur France 2 parce que ça l’agace personnellement, mais le changement de Pujadas, c’est un ordre venant de l’Elysée et Matignon. Tous les journalistes de France Télevisions Radio France et France Culture savent qu’ils sont assis sur des chaises à éjection instantanée..

C’est le prix à payer pour être investi d’un pouvoir incroyable : c’est qu’on peut vous jeter comme une m……D’ailleurs ils sont souvent « au cachet », pas réellement titulaires -salariés , c’est plus facile de les licencier.

Voilà pour la méthode, maintenant savoir pourquoi Pujadas se fait virer : pas assez « chic » pour les petits snobs de l’Elysée, trop plouc, ou alors trop proche de sa rédaction du 20h, trop d’ascendant sur sa rédaction, un peu moins docile (ah! le sang espagnol) et Michel Field, grand chef de l’information de la chaîne n’aime pas ce petit chef chez lui. C’est notoire.

Lapix sera donc idéale dans le style « arrangeant ».  Une vraie potiche comme on les aime à l’Elysée -Matignon.
Et tellement plus décorative dans les diners à l’élysée, n’est-ce pas,Brigitte ?

Et puis c’est bien pour son mari, pdg de publicis, il grattera quelques budgets auprès de ses amis du gouvernement. Les petits arrangements entre amis ne font que commencer. Retour à l’ORTF c’est sûr. C’est pas vraiment moderne tout ça! C’est très « vieille France.

Complément de Maxime 

Lepers a été remplacé aussi par un homme blanc.
Il a été écarté car il semble que les audiences devenaient mauvaises compte tenu de sa façon un peu cavalière de traiter les candidats.
C’était la seule émission du service public que je regardais en replay, j’appréciais beaucoup cet animateur non formaté et je sais que Marine le Pen était dans le même cas que moi de ce point de vue.
Malheureusement, aujourd’hui ce genre de personnage décalé « à l’ancienne » ne passe plus.
Il faut que ce soit lisse, consensuel, à moins de s’attaquer au FN où, là, on peut se comporter comme une Lapix.





20 thoughts on “Pourquoi Matignon et l’Elysée ont-ils remplacé le servile Pujadas par la potiche Lapix ?

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Lapix, c’est encore pire que Pujadas.

    Souvenons-nous quand même comment Pujadas a traité Marine il y a quelques semaines.

    Et il suffit de regarder quelques vidéos de la Toile de Lapix face à Philippot pour savoir que cela va empirer avec elle …

    Reply
  2. Xtemps

    Et oui, c’est le priver qui est maître du peuple en France, comme partout en Europe pour le moment, comme aux USA.
    Ils peuvent jouer sur les deux tableaux publique et privé, le privé a les pouvoirs publiques en même temps que de licencier plus facilement, comme avec les Banques d’états avaient été supprimer en Europe, c’est les banques privés d’escrocs qui prennent la relève, comme Soros et autres par exemple.
    En réalité le publique n’existe plus, c’est juste pour la tromperie, il reste plus que le privé.
    Et donc les états ne sont plus des états, mais des bien privés des banques, qui peuvent disposer comme leurs bons vouloirs, où tout s’achète ou tout se vend aux plus offrants, biens publiques ou privées.
    Et donc le Président Macron n’est pas un Président, c’est un banquier, un directeur des cartels de banques, qui travaille toujours pour les Rothschild.
    On ne quitte jamais les Rothschild, on déplace ou on change, polyvalence obligé.
    Nous ne sont plus des citoyens, mais des locataires et des biens privées disponibles, dans nos propres pays et nos pays européens sont devenus leurs propriétés.
    Les autres et les musulmans sont de nouveaux locataires chez nous.
    Vérifiez ou apprenez la gestion de base commerce et vous commencez à comprendre la politique, enfin les affaires de Macron, des autres pour l’union européenne comme des UCM association interprofessionnelle pluraliste, dépendante de tout parti politique et non plus indépendante, en réalité constituée non plus en asbl que d’apparence, mais repris par l’UE pouvoir centralisateur derrière l’asbl, puisque toutes les directives viennent de Bruxelles.
    La politique n’existe plus, c’est des affaires qui se discute maintenant, comme dans les entreprises.

    Reply
  3. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Justement, je me demande comment un serviteur aussi zélé que Pujadas peut se faire virer ? Il irradiait de bonheur devant le succès du chouchou ! Ses commentaires étaient en adéquation parfaites avec ce que ses supérieurs attendaient de lui… Nous pouvions légitimement le penser.

    Alors qu’en tirer comme conclusion ? C’est que même ceux qui se mettent à plat ventre devant le gouvernement sont traités, un jour ou l’autre, comme des tapis. On ne les respecte pas ! A bon entendeur, salut !

    Ceci dit – en dépit de ses prises de position très politiquement correctes et partiales, je regretterai David Pujadas. Je ne regarderai plus la 2 car la donzelle adoubée m’horripile !

    Reply
  4. NICOLAS F

    Non, il était zélé le Pujadas mais encore trop « indépendant ».Matignon-élysée veut quelqu’un « qui plaise » (qui « flatte » comme on parle d’une couleur qui sied au teint )et en même temps qui n’a aucun répondant.
    D’où la nomination de la poupée gonflable.
    Elle est plus jolie que Pujadas ,c’est elle la java de Broadway,et c’est elle qui plait;
    Vous croyez qu’ils réflechissent plus loin que ça à Matignon-Elysée?
    Vous vous trompez.
    Mais là où vous avez raison,c’est que plus tu fais le lèche cul au pouvoir,plus il te traite comme une loque.Pauvre Pujadas ,finir comme çà,un exemple à ne pas suivre pour les enfants,faut pas faire comme tonton Pujadas. C’est triste .Il a une famille,lui.

    Reply
    1. Une résistante

      N’oublions pas de qui elle est l’épouse !!
      Certes, elle plaît, elle flatte et elle est suffisamment idiote pour ne pas penser toute seule mais elle est aussi et surtout épouse de.

      Reply
  5. jean.marc

    ils ne faut pas s’en faire pour ce pourri de pujadas c’est un rampant, et un rampant cela passe partout, même là ou ont ne ci attend pas, pour ceux qu’ils l’ aiment bien, ne vous inquiétez pas vous allez bien le retrouver sur une autre chaîne d’information aussi dégueulasse que France 2, les collabos ont besoins de mec comme lui, car côté désinformation, provocation et propagande il est pas mauvais, il fait même partie des meilleurs,et cela m’étonnerais beaucoup que les collabos s’en privent, et puis sur une chaîne privé il auras un meilleur salaires, bien mieux que sur France 2. moi personnellement je ne peux pas le blairer, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, et ce seras de même pour la pétasses qu’il le remplace, décidément macron ne respecte riens, aucun respect pour nos tradition,car il n’a pas attendue Noël pour choisir une dinde.

    Reply
    1. MALI

      Un salaire mensuel de Pujadas, ça vaut combien de SMIC?
      Laa plupart de ces gens de la télévision ont des sociétés de production. Ils travaillent aussi en parallèle sur les radios et écrivent des articles ou des livres. Ne nous inquiétons pas, ce ne sont pas des Smicards!

      Reply
  6. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    L’Amérique perdue ou comment les « services » et les médias contrôlent les américains… et parfois les autres
    :: http://www.ojim.fr/lamerique-perdue-ou-comment-les-services-et-les-medias-controlent-les-americains-et-parfois-les-autres/
    15/05/2017

    « Afin de pouvoir être en sécurité, les Américains doivent également consentir à être espionnés sur chaque courriel, chaque site internet visité, chaque appel téléphonique, chaque lettre écrite, chaque utilisation de carte de crédit… les citoyens ne seront pas en sécurité s’ils n’acceptent pas de vivre sous l’état policier le plus absolu de l’histoire de l’humanité ».

    Cette citation tirée de la préface du livre de Paul Craig Roberts illustre la problématique de son livre (L’Amérique perdue, du 11 septembre à la fin de l’illusion Obama, éditions Xenia) sur la fabrique du consentement ou comment une oligarchie puissamment aidée par la presse dominante met en fermage une population peu armée pour résister à cette mise en coupe réglée.

    Paul Craig Roberts n’a rien d’un hurluberlu et connaît le système de l’intérieur. Économiste, ancien membre de l’équipe de Reagan, membre de l’Institut Hoover, opposant résolu de la politique de George Bush et des néoconservateurs, il anime un blog suivi par des millions d’américains. Son livre reprend l’essentiel de ses articles entre août 2008 et novembre 2016 au lendemain de l’élection de Donald Trump.

    Wikileaks fournit une bonne illustration d’une politique de répression systématique contre ceux qui s’opposent à l’empire. Julian Assange citoyen australien vit comme un reclus depuis juin 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres craignant d’être extradé d’abord en Suède (à la suite d’une plainte fantaisiste d’agression sexuelle) puis aux Etats-Unis où Mike Huckabee ancien gouverneur de l’Arkansas et ex-candidat républicain à la présidence réclame ouvertement sa mise à mort. Amazon à la suite des pressions américaines a renoncé à diffuser les informations contenues dans les documents de Wikileaks. Les très nombreux médias influencés par George Soros ne seront pas en reste pour discréditer Assange.

    Analysant l’élection présidentielle de novembre 2016 qui a vu la victoire de Donald Trump alors que les médias américains soutenaient quasi unanimement Clinton, Craig Roberts constate que « les médias prostitués et les institutions politiques des deux partis n’ont aucune crédibilité auprès du peuple américain ».

    ===============================
    VOIR AUSSI :
    – Trump contre les médias et le « Deep State »
    :: http://www.ojim.fr/trump-contre-les-medias-et-le-deep-state/

    Trump contre les médias et le « Deep State »
    Si Trump est bien élu et demeure populaire il n’a pas encore réussi son OPA hostile sur le pays et en particulier ses élites et les médias. Reprenons.

    Il détaille ce qu’il considère comme une alliance entre les médias dominants (New York Times en tête) et l’État profond militaro-industriel pour développer l’atmosphère d’une nouvelle guerre froide avec la Russie, susceptible de relancer la course à l’armement et ses juteux profits, au risque de conflits qui pourraient embraser la planète. Son dernier article écrit au lendemain de la victoire de Trump envisagée comme une défaite majeure de l’oligarchie semble toutefois pêcher par optimisme au regard de l’alignement (contraint ?) de Trump sur les intérêts militaro-industriels des États-Unis quelques semaines après son élection. Au total ce gros livre renforcé d’un index sera utile à qui veut découvrir l’envers du décor de la politique de Washington ainsi que les relations complexes entre politiciens, industriels et professionnels du renseignement ou des médias.

    L’Amérique perdue, du 11 septembre à la fin de l’illusion Obama, Paul Craig Roberts, éditions Xenia, 2017, 583p, 29 €

    Reply
  7. Rovarino

    Pour réinformer convenablement, il faudrait que le rédacteur connaisse son sujet…
    Il y a quand même quelques erreurs.
    TF1 ne fut pas privatisé en 1972 mais en 1986, au moment de la 1ère cohabitation.
    Entre autres choses…

    Reply
  8. Chris2aChris2a

    J’en voudrais même pas comme coursier de ce type !
    Et pourtant il a du se goinfrer un sacré chèque !!!….. (Y’a bon vos impôts les gars !!…)
    A bientôt sans doute sur RTL ou Canal ????

    Reply
  9. Rajkoumar

    Certaines femmes rêvent d’exotisme. Remédier à cet état d’âme, c’est remplacer la population leucoderme des régions paléarctiques par d’autres, mélanisantes érythréennes.
    Souhaitons leur un mélanome …

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *