Macron : quand la graphologie révèle ses dangereux desseins et ambitions


Macron : quand la graphologie révèle ses dangereux desseins et ambitions

L’actualité aidant, il ne semble pas superflu de donner à nouveau à  lire à nos lecteurs cet article déjà publié le 18 novembre 2016…

Je viens de découvrir par hasard une analyse de Macron, datant de mai dernier, que je tiens à vous faire connaître, amis lecteurs. Loomi Gander a eu une idée plus qu’intéressante. Analyser le logo-slogan de campagne de celui que Eric Zemmour a fort justement appelé « le faux rebelle, le faux jeune ».

http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/03/emmanuel-macron-un-faux-jeune-un-faux-rebelle-un-faux-moderne-lance-eric-zemmour/

Et c’est et passionnant et fort éclairant.

Christine Tasin

 

L’écriture est un dessein
Dès la création, une entreprise, commerciale ou industrielle mais aussi un parti politique, doivent se doter d’une identité ; une image, une marque associée à un logo, pour communiquer leurs valeurs essentielles.
L’écriture est un dessin, apprend-on dans les écoles d’arts appliqués et l’exercice de création d’une marque est délicat, surtout lorsque l’on utilise une écriture manuscrite.
C’est pourquoi, en général, on fait appel à un professionnel du design, après avoir vérifié la disponibilité juridique, les éléments marketing et le potentiel de communication. Le dessin final de la marque comportera le nom et le logo destiné à l’identifier. Cette création, associée avec les autres éléments d’image, transmettra les valeurs portées par l’entreprise pour s’assurer le plus grand nombre de consommateurs et de clients, ou d’adhérents s’il s’agit d’un parti politique.
La marque a souvent deux parties. Une première – sémantique -, le nom, sa signification, parfois une histoire, et la seconde – sémiologique -, le dessin des lettres, la typographie utilisée, italique, gras, les couleurs, bleu pour le rêve, rouge pour la sensualité, blanc pour la pureté, ainsi que le dessin du logo, complexe, simple, rond, carré et ses couleurs. L’ensemble jouera un rôle déterminant dans la reconnaissance et la communication de la marque associée aux principales qualités du message qu’elle souhaite transmettre.
Parmi les Exemple connus, certains sont ”binômes” (composés de deux éléments), Renault et son losange, Carrefour et son “C” bleu et rouge, YSL et YvesSaintLaurent, parfois utilisé seul, trois mots attachés avec majuscules, qui composent alors une marque ”monôme” (composés d’un élément) comme aussi Coca-Cola, le nom de la marque étant à la fois dessin et logo. Ce sont des éléments de l’image qui, au premier coup d’œil, dégagent un capital d’estime, fruit d’une idée révolutionnaire qu’il faudra développer ou d’un long travail de capitalisation des principales valeurs de l’entreprise ou du parti politique, dans le cas qui nous occupe.
Dans cet univers, justement, une nouvelle marque est née : celle de Manuel Macron, « En Marche ! ». Que nous dit-elle ?
La première chose qui frappe, c’est l’aspect brouillon.
On semble avoir créé cette marque à la hâte, comme une note sur un calepin, comme pour se garder de l’oublier ; sémantique pourtant simple qui dit bien que l’on ne veut pas faire du surplace, ce qui, convenons-en, est exceptionnel en politique. “En Marche !” nous indique donc que Monsieur Macron va se déplacer. Où ? Cela constitue en soi un mystère !
Qu’y aurait-il de nouveau, dans ce mouvement, que les créateurs de la marque, dirigés par un conseiller en communication (Ismaël Emelien, ancien d’Havas) exprimeraient pour singulariser ce nouveau parti présidé par le petit dernier de la politique ? Dans le dessin comme dans le discours, il est difficile de trouver des valeurs essentielles à un renouveau politique !
On est de suite frappé par l’aspect brouillon porté, non pas par l’écriture manuscrite, qui aurait pu donner une image dynamique, personnelle et engageante, mais par la qualité hésitante du tracé qui ressemble plus à quelques spaghetti oubliés sur le coin d’une nappe en papier qu’à un travail de design de qualité.
macron-logo
On retrouve d’autres de ces dessins brouillons, qui se veulent dynamiques et spontanés, dans des marques célèbres. Celle du MEDEF, par exemple, déstructuré et coloré à la hâte de trois traits de surligneurs ou encore du TGV qui, bien que dessiné avec application, suggère, dans son ensemble, la mollesse d’un escargot. D’ailleurs, il n’y a qu’à le faire pivoter de 180° pour en avoir la certitude.
medeftgv-2
À l’inverse, le tracé de la marque ”Jacadi”, parfaitement dessiné, exprime bien la douceur et la naïveté de l’enfance. Tout y dit avec pertinence et élégance.
jacadi
Ainsi donc les spaghetti d’Emmanuel Macron devraient nous ouvrir l’appétit ?
macron
Les valeurs de ce nouveau parti seraient nouveauté, dynamisme, mouvement, solidité, cohérence ou que sais-je encore de gourmand dans la tambouille politique française ?
Non, décidément, Monsieur Macron, à bien y regarder, le dessin du logo de votre nouveau parti donne une indication sur votre dessein, inavoué, peut-être adoubé par François Hollande : balancer un plat de nouilles frelatées aux électeurs du centre et de la droite pour tenter de les amener à manger dans les casseroles cabossées de la gauche ! Ou peut-être dans un autre dessein… plus personnel ?

https://www.facebook.com/notes/loomi-gander/lécriture-est-un-dessein/10208238378510857

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


17 thoughts on “Macron : quand la graphologie révèle ses dangereux desseins et ambitions

  1. Lanlignel ArmandLanlignel Armand

    Dynamisme et solidité représentés par des nouilles mollasses … Combien a-t-il payé pour ce logo inapproprié ?

  2. Kasual

    le site dreuz info fait référence à une brève analyse d’un praticien italien, Adriano Segatori qui est psychiatre-psychothérapeute, membre de la section scientifique « Psychologie juridique et psychiatrie médico-légale » de l’Académie italienne des sciences médico-légales, docteur en sciences sociales Philosophie et de la communication symbolique et auteur de quatre livres.

    Chacun pense ce qu’il veut mais la lecture de cette analyse me parait non dénuée de sens au même titre que l’étude des praticiens français sur Sarkosy à l »époque.

    C’est ici [url]http://www.dreuz.info/2017/05/04/macron-a-le-profil-dun-narcissique-il-naime-ni-la-france-ni-les-francais-affirme-le-psychiatre-adriano-segatori//[url]

  3. cayssials

    ce connard de macron ondevrais le passer au détecteur de mensonges ces tres fiable ça montrerais aux abrutis qui vont connement voter pour lui que c’est un sacré menteur
    comme tous ces copains socialistes et francs maçons

  4. Albatros

    Je suis étonné que l’auteur n’ait pas souligné le fait que Marche comportait une majuscule; normalement l’injonction En marche !! se ferait avec une minuscule, aussi je pense que ce logo a été choisi en fonction de ces 2 majuscules rappelant les initiales du freluquet prétentieux ! EM
    Le logo c’est MOI, donc le parti c’est moi ! Est ce lui ou ceux qui ont fabriqué Macron qui ont eu cette idée pour flatter son égo déjà démesuré ! Toujours est il que cette démarche (logo) présage une autorité sans contrainte, voire une dictature que l’on devra ressentir (pour les français qui analysent) tout au long du quinquennat si par malheur ce pantin passait !! Il me fait penser à Jean-Marie-Messier dont l’égo l’a conduit au Styx !!

  5. hathoriti

    « L’Etat c’est moi ! » Oui, mais celui qui aurait prononcé cela, au XVIIe siècle, était d’une autre trempe, d’une autre classe et d’une autre efficacité que chouchou qui ne parvient à dire que : l’étaaaat…c’est môaaaaa !

  6. ISABELLE CONSTANT

    Pour moi, qui ne suis ni graphologue ni psychanalyste, je vois dans En Marche une marque de narcissisme puissance 10 par le fait que ce logo reprend les initiales de Emmanuel Macron.
    Le point d’exclamation final renforce mon impression : t’as vu comme je suis beau, comme je suis brillant, unique, formidâââble ?

  7. marre-du-PS

    Une écriture penchant à gauche indique quelqu’un tourné vers le passé. Le n de En et le M de Marche plongent en-dessous de la ligne d’écriture, ce qui signifie que la France sera plongée vers le bas, vers les profondeurs, qu’elle ira vers l’abîme. Le M de Marche, de même que le point d’exclamation ne sont pas droits, mais courbés, ce qui est indice de déviance. Cela indique que l’éventuelle présidence de Macron sera marquée par de la fourberie, de la fausseté, des mensonges. Le point en-dessous du point d’exclamation plonge lui aussi très bas, ce qui conforte l’indication d’une descente vers l’abîme pour la France et sa population.
    Que le psychologue italien cité sur RL ait indiqué que Macron soit un psychopathe ne m’étonne guère. Lors du débat j’ai observé comment les sourcils de Macron devenaient arqués vers le bas lors d’une remarque faite par Marine; ses yeux qui ont une légère tendance à loucher, le rictus de la bouche ne laissent rien présager de bon. Son visage est loin de la franchise, de l’amour et de la vérité que reflète celui de Marine Le Pen
    Si c’est cela que les gens veulent, eh bien, je leur souhaite bien du plaisir! Mais celles et ceux qui voteront pour lui, à supposer qu’il soit majoritaire dimanche soir, ce qui n’est pas avéré, déchanteront très très vite quand elles et ils commenceront à réaliser l’ampleur de la catastrophe.

    1. Baribal

      Le débat a mis en évidence deux manières d’être, deux itinéraires totalement incompatibles.

      Marine, détendue, combattive, en totale empathie avec les Français, parlant comme un « Français moyen », sans langue de bois, sans technocratie. Une femme pleine d’espérance pour l’avenir de ses concitoyens, une femme qui croit en la force de notre pays.

      En face, Macron, une créature fabriquée en éprouvette, sans émotion, l’image parfaite du financier international qui regarde avec la froideur d’un serpent la misère de l’autre. Macron sent l’artificialité à plein nez, c’est une lessive qui lave plus blanc que blanc, une arnaque gigantesque. Ne parlons-pas de son entourage où tous ceux qui ont mis la France à genoux sont présents.

      Le débat est un résumé parfait de ce que va devenir le monde du travail; face à un salarié (Marine) qui vient clamer son bon droit, le patron (Macron ) qui a décidé de licencier, imperturbable, sans émotion. Vous voulez une image des futures relations sociales, si Macron était élu ? Vous en avez eu l’illustration. Ce même fonctionnement sera appliqué dans tous les domaines de la vie de notre pays. Avec Macron, nous serons définitivement en dictature, et la chasse aux « fachos » va commencer.

      De toutes les façons, les premiers responsables de ce cataclysme, s’il a lieu, sont ceux qui votent pour Macron.

      Ce matin, je parlais à une amie, fonctionnaire dans une sous-préfecture. Elle va voter Macron au 2ème tour pour « faire barrage à MLP car elle est contre la démocratie. Regarde ce qu’il se passe en Pologne, en Hongrie etc  » me dit-elle. Je lui ai répondu que MLP voulait la proportionnelle intégrale aux élections, l’emploi du référendum pour les grandes questions, et que les médias aux mains des patrons du CAC 40 avaient fait une propagande dégueulasse contre MLP. Je lui ai demandé si elle trouvait normal qu’il n’y ait que 2 députés FN à l’assemblée nationale. Je lui ai dit que si Macron passait, ses électeurs devraient assumer leur vote, et qu’en temps qu’électeur FN, je ne lèverais pas le petit doigt si on me demandait d’aller manifester au côté des traîtres. Bref, je l’ai assommée d’arguments imparables, et sa seule réponse fut…le silence ! C’est une femme que je connais depuis plus de 30 ans, nous avons fait les mêmes études supérieures, elle n’a pas de problème d’argent car elle a « hérité », elle est syndiquée chez Sud, et elle applique la même méthode que tous les gauchos quand ils ont tort; laisser parler le révolté du FN avec cette froideur glaçante, répondant seulement la litanie  » FN parti de nazis ».

      Si macron passe, je vais boire du petit lait. Le butin du hold up est énorme, c’est la France, et ceux qui ont fait le coup sont nombreux. On sait tous que plus il y a de personnes impliquées dans un projet malhonnête, plus il y a de risques de rapacité, de dissensions, de règlements de compte. Tous ces traîtres (politiques et électeurs) ne vont rien faire de bon. Je vais aussi inverser les rôles. Le mépris ouvert ou caché que nous envoient les macronistes et républicains, je me charge de leur renvoyer en pleine tronche. Ce sera, en gros :  » tu as eu ce que tu voulais, tu as fait barrage aux nazis. Maintenant, tu te démerdes. Pour tes problèmes, adresse-toi au guichet Macron ».

      Nous avons subi, pendant des décennies, l’opprobre, la stigmatisation, le mépris de la part des « élites » et des citoyens de base. Si Macron passe, il faut inverser la charge et, à notre tour, stigmatiser nos voisins, proches et autres qui ont laissé le pays aux mains d’un malade mental. La lutte politique ne se fait pas qu’au sein des partis. Selon moi, la lutte politique est celle du quotidien.

    2. Baribal

      Exact. Il n’y a qu’à voir comment il est sorti de ses gonds chez Whirlpool, ou durant certains de ses discours. Il me fait penser à Reinhard Heydrich ou à ces autres dignitaires nazis, personnes souvent cultivées, raffinées, policées mais qui cachaient leur monstruosité derrière un masque avenant. Macron est diabolique.

  8. Oncle Bob

    C’est son écriture? C’est une écriture d’enfant. Quelqu’un qui n’a pas beaucoup écrit depuis l’enfance et dont l’écriture n’a pas évolué. Un inculte.

  9. Laila

    vous ne me croirez pas je me suis doutée qu’il avait une oreillette lors du débat , apparemment des personnes l’ont remarquée …. de toute façon il s’est fait bien pincé par Marine ce soir-là !

    capture d’écran

    https://twitter.com/cass_rt

  10. alex

    M. Macron a déclaré sa volonté de ne pas avoir ses propres enfants (BFMTV). De plus, il a des préférences sexuelles assez atypiques, car sa femme est beaucoup plus âgée (http://blogs.lexpress.fr/presque-premieres-dames/2016/06/30/brigitte-macron-une-autre-regularite-pour-en-finir-avec-la-cougar/ ). Il est encore un débutant dans une vie politique et personne ne connait ces réactions dans les conditions de crise. Est-ce que c’est raisonnable de confier ‘la mallette nucléaire’ et notre avenir a quelqu’un avec ce profil psychologique ?

    1. Baribal

      J’aime l’humour sous-jacent de votre question. Serait-ce de l’ironie ? Je pense que vous connaissez déjà la réponse à votre interrogation, petit filou. Attention, sous Macron, ce genre de question risque d’être cataloguée comme « agressive » ou « anti-progressiste », avec peines de prison à la clé.;

  11. Kounnar

    Ce qui me semble à la fois plus révélateur et plus inquiétant c’est de donner à un mouvement SES initiales …

Comments are closed.