Comment Hollande et Macron ont réussi à remettre en cause le CDI sous la pression de la zone euro


Comment Hollande et Macron ont réussi à remettre en cause le CDI sous la pression de la zone euro

Déjà, pendant la campagne électorale de 2012, Macron était l’âme damnée de Hollande, chargé de passer derrière le candidat pour rassurer les marchés.

Le script est écrit depuis 2012, confirme Nicolas Doisy, l’un des plus grands courtiers d’Europe travaillant pour Chevreux ( Crédit agricole).

Dans tous les cas ce sont les électeurs qui sont punis et les marchés qui gagnent. Regardez la Grèce, regardez l’Italie… Vous avez raison, les électeurs risquent d’être plus perdants que les marchés.

Des informations, des arguments… pour convaincre vos proches avant le 7 mai.

L’ensemble de l’interview de   a été retranscrite ici :

http://www.fakirpresse.info/le-plan-de-bataille-des-marches-entretien-avec-le-stratege

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


8 thoughts on “Comment Hollande et Macron ont réussi à remettre en cause le CDI sous la pression de la zone euro

  1. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Matthieu 27:51  Et, voyez, le rideau du sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas !

    Alors bien sûr, rien à voir, le thème n’est pas le même , mais l’ambiance si ! et l’on voit les masques tomber, ceux des courtisans, et celui de la cour laissant apparâitre leur hideuse nudité !

    ___________________________________________
    Marine Le Pen va-t-elle faire imploser Les Républicains ?
    :: https://francais.rt.com/france/37588-marine-pen-va-t-elle-faire-imploser-republicains
    26 avr. 2017

    Alain Juppé a dénoncé le 25 avril les «finasseries» de la position de son parti avant le second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Christian Estrosi a lui appelé à exclure ceux qui n’appellent pas à voter Macron. Le début de la fin ?

    La tension ne cesse de monter du côté du parti Les Républicains (LR). Depuis que la France a découvert le choix qui était le sien pour le second tour de l’élection présidentielle, la droite dite «républicaine» est devenue un terrain fertile pour les conflits. En cause ? Le refus de certains ténors du parti d’appeler clairement à voter pour Emmanuel Macron et ainsi faire «barrage» à la candidate du Front national.

    #JeanMarieLePen : @JLMelenchon est «très digne» de ne pas avoir donné de consigne de vote https://t.co/QnrOc4P9ggpic.twitter.com/91H3KjzRIM— RT France (@RTenfrancais) 25 avril 2017

    Christian Estrosi en première ligne pour un vote clair en faveur d’Emmanuel Macron

    Alain Juppé, qui a clairement appelé à faire le choix du candidat d’En Marche ! réunissait ses proches le 25 avril à Paris. «Voter blanc, c’est donner sa chance au FN [Front National]. Assez de finasserie ! Pour battre MLP [Marine Le Pen], il n’y a qu’une solution : voter Macron», a tweeté le maire de Bordeaux dans la soirée.

    Voter blanc, c’est donner sa chance au FN. Assez de finasserie! Pour battre MLP, il n’y a qu’une solution : voter Macron.— Alain Juppé (@alainjuppe) 25 avril 2017

    Le même jour, Christian Estrosi, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) s’est montré encore plus offensif. D’après le journal Le Monde, il a tout simplement appelé à exclure les membres de LR qui refuserait d’appeler à voter pour Emmanuel Macron. «Tous ceux qui ne feront pas le choix très clair de faire voter pour ne pas faire barrage à Marine Le Pen doivent être exclus», a-t-il déclaré au quotidien vespéral.

    En tolérant un rapprochement ac #FN, ce sont nos valeurs que ns excluons. Lettre ouverte à @laurentwauquiez@francoisbaroin Christian Jacob pic.twitter.com/e66Ly9VOVC— Christian Estrosi (@cestrosi) 25 avril 2017

    Le premier adjoint au maire de Nice a également dégainé la référence à Jacques Chirac : «Jacques Chirac a défini en 1988 une ligne infranchissable : les accords avec le Front national. Madame Boutin a dit qu’elle soutiendrait Madame Le Pen, qu’en est-il du Parti chrétien-démocrate qui appartient à la famille des Républicains ? François Baroin reste dans le flou alors que François Fillon lui-même, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et désormais Nicolas Sarkozy appellent à voter pour Emmanuel Macron ?»

    La démarche de Christian Estrosi, qui doit sa présidence de la région PACA aux voix de la gauche, après avoir appelé au front républicain, est-elle exempte d’arrière-pensées ? On peut en douter, lorsque l’on sait qu’à la veille du premier tour, il a effectué dans L’Obs un clair appel du pied à Emmanuel Macron, comme le rappelle dans un tweet Louis Hausalter, journaliste à Marianne. Répondant à une question sur la possibilité d’obtenir un portefeuille ministériel dans un hypothétique futur gouvernement d’Emmanuel Macron, l’ex-maire de Nice commençait certes par préciser qu’il ne s’agissait pas de son «ambition personnelle». Pour mieux asséner, dans la seconde suivante, «si on estime qu’avec l’expérience qui est la mienne, je peux être utile pour un programme de cinq à six grandes réformes structurelles dont le pays a besoin, c’est autre chose.»

    Dans @lobs, Christian Estrosi se positionne pour un poste de ministre de Macron pic.twitter.com/Q9cp1GUdfu— Louis Hausalter (@LouisHausalter) 25 апреля 2017 г.

    Frictions internes

    Le 24 avril, le bureau politique de LR a adopté un texte de compromis appelant «à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l’élection présidentielle».

    «Face au Front National, l’abstention ne peut être un choix», insiste ce texte. Le parti joue donc l’ambiguïté : voter «contre »Marine Le Pen, est-ce voter Macron ou blanc ?

    Connaissez-vous ces parlementaires #LR qui refusent de se résigner à voter pour @EmmanuelMacron ? https://t.co/opvCWrMa8gpic.twitter.com/V5wXoRO3BK— RT France (@RTenfrancais) 25 avril 2017

    Pourtant, de nombreuses personnalités de droite ont fait part de leur refus de donner leur voix à l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande. C’est notamment le cas de Christine Boutin qui a annoncé qu’elle voterait pour Marine Le Pen.

    La discussion a été houleuse entre les partisans du vote explicite pour le candidat d’En Marche ! – Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, Jean-François Copé, Luc Chatel, Thierry Solère, Xavier Bertrand, Christian Estrosi, Gérard Larcher –, et ceux qui appelaient à «faire barrage au FN» – Laurent Wauquiez, François Baroin, Eric Ciotti, Jean-Frédéric Poisson – sans évoquer Emmanuel Macron.

    «Notre position doit être claire», a plaidé NKM. Mais «c’est suicidaire de se rallier à Macron et, ensuite, aux législatives, d’appeler à se battre contre lui», a argué Laurent Wauquiez.

    Henri Guaino a pour sa part indiqué le 25 avril sur LCI qu’il ne voterait ni pour Marine Le Pen ni pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle.

    «Je ne suis pas favorable aux consignes de vote. […] Mais si j’avais à en donner une ce serait non à Marine Le Pen mais pas une voix pour Emmanuel Macron», a déclaré Henri Guaino. «Pour ce qui me concerne ce sera l’abstention, j’irai à la pêche ou je voterai blanc, je ne sais pas, mais je ne voterai ni pour l’un ni pour l’autre», a-t-il précisé.

    Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron. #Présidentielle2017— Henri Guaino (@Guaino_Henri) 25 avril 2017

    Avant de rajouter : «Jamais, personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron. Je suis en désaccord avec tout. Je me bats depuis des années en politique contre ce qu’il incarne, contre ce qu’il représente, contre ce qu’il fait. Qui plus est, il est le candidat, ça n’est pas un hasard, de François Hollande, il est le candidat de toute la classe politique qui a échoué.»

    «Moi, je ne voterai pas pour Marine Le Pen», a également dit le député des Yvelines, tout en protestant contre le fait qu’on «dresse le monstre répulsif du fascisme devant les électeurs».

    Déclaration de @SensCommun_ à la suite du 1er tour des élections présidentielles 2017 pic.twitter.com/pPzXB2jBW2— Sens Commun (@SensCommun_) 23 avril 2017

    Du côté de Sens Commun, le mouvement des Républicains proche de la Manif pour tous et qui avait largement soutenu François Fillon depuis la campagne de la primaire de la droite et du centre, pas question d’appeler à faire barrage au FN en votant pour Emmanuel Macron. Le collectif a publié un communiqué appelant les Français à voter «en conscience» ce qui a eu le don d’agacer Christian Estrosi.

    Je suis choqué que @SensCommun_ ne prenne pas de position pour ce second tour. #Presidentielle2017— Christian Estrosi (@cestrosi) 23 avril 2017

    Même à l’autre bout du monde, bien loin de la métropole, la question agite LR. Les différents responsables du parti en Nouvelle-Calédonie n’ont pas donné de consigne de vote pour le second tour de la présidentielle.

    En Nouvelle-Calédonie, des élus LR appellent à voter Marine Le Pen https://t.co/2fEJOh04h2— Louis Daquin (@manmax1) 25 avril 2017

    Dans l’archipel, le vote au premier tour a été marqué par une abstention massive des régions indépendantistes et kanakes et un score élevé pour Marine Le Pen, qui avec 29,09% des suffrages est arrivée juste derrière François Fillon (31,13%).

    «Soutenir une candidate qui s’est toujours opposée à l’Accord de Nouméa (1998) […] ou apporter notre soutien à un candidat dont les positions sur la Nouvelle-Calédonie sont floues […] et qui a qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », ce serait trahir notre histoire et nos convictions», a déclaré à la presse le sénateur LR Pierre Frogier.
    François Fillon repart de zéro ?

    Au lendemain de l’échec historique au premier tour de la présidentielle du candidat de la droite (troisième à 20,01%), François Fillon avait déclaré n’avoir «plus la légitimité pour mener» le «combat» des législatives. «Je vais redevenir un militant de cœur parmi les autres», a-t-il affirmé, ajoutant qu’il allait «penser [sa] vie autrement», sans plus de précision.

    Outre le second tour le 7 mai, les législatives, en juin, seront potentiellement explosives pour un parti construit en 2002 pour éviter le cas de figure actuel, son éviction au premier tour d’une présidentielle.

    …/…

  2. Alexandra Dougary

    Je sais, je me répète, mais quel légitimité pourrait avoir ce type avec, au premier tour 24 % d’électeurs en sa faveur ? Car sauf erreur de ma part, c’est bien le premier tour qui montre la popularité d’un candidat ? Le 2e tour est un second choix pour la majorité des électeurs qui devront se déterminer. Lorsque je consulte les débats sur le net, je constate que Macron n’est décidément pas populaire et que le vote de beaucoup de nos concitoyens en sa faveur se fera en se bouchant le nez. Vous me direz ils n’ont qu’à voter pour Marine, mais si on est objectifs il faut reconnaître que certains se refusent absolument à voter pour Marine victimes qu’ils sont de l’enfumage qui dure depuis fort longtemps sur son parti et sa personne. Donc en désespoir de cause ils voteront Macron. Mais cela n’en fera pas des fans ! Mon espoir c’est qu’ils pourront se venger aux législatives de façon à ce que triste sire n’est pas de majorité ! Voila qui me ferait jubiler, le voir patauger avec une cohabitation d’entrée de jeu ce serait positivement jouissif pour moi. Impossible pour lui de nommer ministres ses petits copains qui l’ont soutenu (pas de renvoi d’ascenseur) ni à Collomb (??) ni à Bayrou (traître à sa patrie, lâche etc..) ni à Attali, bref, il serait obligé de nommer un premier ministre en pis aller de l’opposition quelle qu’elle soit.. Jouissif vous dis-je !

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je pense, comme vous, que cette hypothèse de cohabitation est probable.

      Tout dépendra du courage de LR : s’ils se maintiennent ou s’ils partent tous se soumettre à Macron.

  3. Alexandra Dougary

    Ah j’oubliais, s’il est élu, vous verrez que sans vergogne il osera dire qu’il a gagné avec une forte majorité ! Ce type n’a honte de rien… Et en plus nous aurons droit à sa momie d’épouse … Elle aussi (désolée hors sujet) mais elle me sort pas les yeux. Botox et compagnie…

  4. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Arrêtez-vous un instant sur le regard du bellâtre !

    Vous avez détesté Hollande ! Pour ma part, je n’ai aucun doute sur la supériorité de Macron en matière de violation des droits républicains et du droit de l’homme ; il nous fera presque regretter Hollande, c’est dire !

    Cet homme n’est pas ce qu’il veut paraître et ce que l’on voudrait nous faire avaler qu’il est. Cet homme est très inquiétant, son regard nous le dit ; ces accents durs quelquefois en attestent.

    Personnellement je ressens cela dès l’instant où il est apparu. C’est un dictateur vêtu de cynisme. Il nous fera pleurer, les conséquences de sa politique fera pleurer des générations dans le monde entier. Il mènera la France, l’Europe et les affaires du monde, les peuples d’une » main de fer dans un gant de fer ».

    C’est un homme plus qu’inquiétant !

    Observez bien son visage, étudiez bien son regard ; que ressentez-vous ? Que vous inspire-t-il ?

    1. Opinion

      On dirait que vous parlez de l’antéchrist !!!
      Peut-être que oui après tout il en a tous les atours attendons donc le futur car nous savons comment la bête sera touchée et comment elle reviendra.
      Il ne m’inspire pas du tout c’est vrai comme à + de 7 millions de personnes.

  5. Opinion

    Donc après visionnage de la vidéo ci-dessus nous avons une belle bande de profiteurs qui se partagerons le gateaux cette race de vipères marche sur le parvis du temple de satan et le peuple n’aura que les yeux pour pleurer sauf que, sauf que nous pourront nous rebeller ce qui ne manquera pas d’arriver la France n’est pas la Grèce….. de cela ils ont peur….

Comments are closed.