Les Insoumis de Mélenchon : des rebelles d’Etat qui ne dérangent personne


Les Insoumis de Mélenchon : des rebelles d’Etat qui ne dérangent personne

Ainsi donc, si on en croit les sondages, il serait l’homme qui monte, le représentant des « Insoumis ». C’est curieux, ce mot, « Insoumis ». Avant un insoumis c’était un vrai rebelle, qui refusait de faire l’armée, désertait, et était lourdement puni (peines de prison) pour ce fait.

Dans tous les pays autoritaires, les insoumis sont victimes de représailles physiques, professionnelles, et peuvent se retrouver en prison. Dans les dictatures sud-américaines, un insoumis, cela pouvait être un communiste qui risquait sa peau et son intégrité physiques dans des geôles réputées pour leur cruauté. C’est le guitariste chilien Victor Jara, torturé et assassiné par la junte chilienne.

Dans les pays communistes, un insoumis, cela pouvait être un anarchiste, un trotskiste, un anti-communiste comme Soljenitsyne, un orthodoxe, qui payaient leur liberté, pendant de longues années de détention dans les goulags ou les hôpitaux psychiatriques. L’insoumis, c’est l’ouvrier qui veut faire grève, comme dans le film de Wajda, « L’homme de fer ».

Dans les pays musulmans, l’insoumis, c’est l’athée, ou celui qui veut changer de religion. C’est Zineb, qui mène le combat, au Maroc, pour manger le midi, en plein ramadan, et se retrouve en prison. C’est la femme qui refuse de porter le voile, et tient tête aux islamistes, comme Katia Bengana en Algérie.

Mais en France, quels sont ces insoumis que prétend représenter Jean-Luc Mélenchon ? D’abord à quoi se disent-ils insoumis ? Aux injustices sociales et à l’oligarchie financière ? Ce n’est pas un acte d’héroïsme, puisque personne n’ose expliquer que les injustices sociales sont indispensables au bon fonctionnement d’une société, et que les oligarques sont des bienfaiteurs de l’humanité.

Ces prétendus insoumis risquent-ils leur carrière professionnelle ? Absolument pas. La majorité d’entre eux travaille dans la fonction publique, bastion de Mélenchon. L’engagement au service du candidat de Parti de Gauche n’a jamais pénalisé la carrière du moindre fonctionnaire, au contraire. D’autres se retrouvent apparatchiks syndicaux, ce qui est nettement plus intéressant que de tenir une caisse dans un super-marché ou de conduire un bus dans des banlieues islamisées. D’autres ont des chroniques sur France-Infos ou France Culture. D’autres encore sont enseignants, et se permettent, sans vergogne (quand ils sont au travail, et pas en délégation) de salir Sarkozy hier, et Marine Le Pen aujourd’hui), sans être inquiété par le rectorat, qui sait qu’il aurait, s’il réagissait, à gérer des grèves.

Ces insoumis défendent l’immigration, ce qui est plutôt tendance, et va dans l’air du temps. Ils ne veulent surtout pas sortir de l’Union européenne, ce que Mélenchon a encore confirmé hier soir, à Dijon. Et bien évidemment, ils n’ont absolument rien contre l’islam, qui est, selon eux, une religion d’amour et de paix, à ne pas confondre avec l’islamisme, bien évidemment. Ils défendent le mariage homo, comme toute la bien-pensance. Eh bien sûr, ils sont contre les flics et les militaires, c’est tendance, cela, coco ! Et bien évidemment, ils sont écolos, tiers-mondistes et pour l’abolition des frontières. Comme les capitalistes, d’ailleurs. Bref, il est, de manière consternante, soumis à l’air du temps, et aux discours de son nouveau gourou Méluche.

Mélenchon, Corbière, Simonnet, Coquerel, Garrido, des insoumis ? Défense de rire !

Et comme Mélenchon ne sert qu’à une chose, empêcher les Français trahis par les socialistes de rejoindre le Front national, en leur offrant une autre prétendue alternative qui convient mieux au système, tout le monde est content.

L’insoumis de Mélenchon, c’est finalement un rebelle d’Etat, un fonctionnaire de la révolte qui ne dérange personne.

Le seul véritable insoumis, dans ce pays, milite pour le Front national ou d’autres organisations patriotiques. Cela lui vaut de se faire souvent traiter de raciste, ou de nostalgique du IIIe Reich. S’il se présente à une élection, il aura du mal à trouver du travail, ensuite. S’il vit dans un quartier à forte concentration musulmane, il risque, ainsi que ses enfants, les représailles des racailles. S’il habite dans une zone pavillonnaire, il peut retrouver sa maison taguée. A tout moment, il peut être victime d’une agression physique, commise par des gauchistes ou des racailles envoyées par les premiers. Il verra nombre d’amis, voire de familiers, lui tourner le dos quand ils apprendront son engagement. S’il est journaliste, il ne trouvera jamais de travail dans une rédaction de grands médias.

Mais ces véritables insoumis, les patriotes, n’intéressent pas les médias. Méluche et ses guignols boboïsés font tellement mieux l’affaire.

http://ripostelaique.com/les-insoumis-de-melenchon-des-rebelles-detat-qui-ne-derangent-personne.html





5 thoughts on “Les Insoumis de Mélenchon : des rebelles d’Etat qui ne dérangent personne

  1. pikachu

    De ce point de vue, c’est tout à fait le candidat des Muzzs, soumis à Allah et donc totalement insoumis à l’Etat des kouffars.

    Mélenchon ou le musulman caché.

  2. Hasso

    Il manque : fonctionnaires, métiers réservés uniquement aux Français, donc bénéficiaires de la priorité nationale, mais ils sont contre le principe ! Allez comprendre…
    Il suffit de leur dire : dorénavant, les étrangers pourront être fonctionnaires. Vous allez voir leur réaction !
    De Closets avait écrit cela dans les années 80 !

Comments are closed.