Dis donc, Boltanski, ton mur-cimetière, tu es sûr que c’est de l’art ? (2)


Dis donc, Boltanski, ton mur-cimetière, tu es sûr que c’est de l’art ? (2)

Seconde partie de nos réponses aux signataires d’un appel de prétendus artistes et journaleux à s’opposer à Marine Le Pen, au nom d’une certaine conception de l’art et de la culture.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/04/04/dis-donc-yann-moix-la-journee-du-prout-mondial-tes-sur-que-cest-de-lart/

En complément, j’aimerais revenir sur l’imposture de l’un des signataires de l’appel, Christian Boltanski.

Au cours de ma carrière de professeur, j’ai passé quelques années à Dijon, dans le collège des Lentillères… J’ai eu un choc la première fois que je suis entrée dans le collège pour me présenter au principal de l’époque. Je suis tombée là-dessus :

J’ai cru qu’il s’agissait d’un mémorial à la mémoire d’élèves du collège morts au cours d’un accident ou d’un cataclysme abominable…

Voyant mon regard étonné, voire apeuré, le principal m’a rassurée : j’étais devant une oeuvre d’art, si, si… Faite par le grand Boltanski à partir des photos que les élèves du collège de l’époque avaient apportées en 1973, date d’ouverture du collège… Et le génie de Boltanski avait été de les mettre dans un cadre et d’agencer ces cadres sur le mur….

Il avait demandé à chaque élève d’apporter une photo d’eux qu’ils aimaient…

Je n’avais jamais entendu parler du bonhomme, mais je ne prétends pas être férue d’art et d’artistes et veux bien reconnaître mes ignorances, mais je suis restée scotchée.

Des photos prises par la famille pour la plupart,  des oeuvres d’art ?

Une oeuvre d’art, simplement parce que un monsieur proclamé « artiste » a mis de simples photos les unes à côté des autres ? Je suis restée dubitative, et j’avoue que je suis toujours passée avec un certain malaise à côté de ce mémorial.

On aurait pu imaginer à la rigueur que ce « travail » soit fait dans un club, le soir, après les cours, par les élèves volontaires, sous la houlette du professeur d’arts plastique… Mais une oeuvre d’art, payée la peau des fesses…

Et le plus grave, c’est que Boltanski ne fait que ce genre de choses…

Sa fiche wikipedia est instructive :

Christian Boltanski est un artiste plasticien français, né le à Paris. Photographe, sculpteur et cinéaste, connu avant tout pour ses installations, il se définit lui-même comme peintre, bien qu’il ait depuis longtemps abandonné ce support. Boltanski est reconnu comme l’un des principaux artistes contemporains français. Il vit à Malakoff dans un bâtiment industriel reconverti en logements d’artistes par l’architecte Robert-Antoine Montier. 

[…]

Il commence à peindre en 1958, à l’âge de 14 ans, alors qu’il n’a jamais connu de véritable scolarité ni suivi de formation artistique au sens traditionnel du terme2.

Boltanski s’éloigne de la peinture à partir de 1967 et expérimente l’écriture, par des lettres, des installations ou des dossiers qu’il envoie à des personnalités artistiques. Dans la biographie qu’il rédige en 1984, à l’occasion d’une rétrospective, il décrit sa vocation artistique ainsi : « 1958. Il peint, il veut faire de l’art. 1968. Il n’achète plus de revues d’art moderne, il a un choc, il fait de la photographie, blanche et noire, tragique, humaine… »

Il réalise une série de films courts entre 1969 et 1971, dans lesquels il se met en scène dans des dispositifs grotesques (L’Homme qui tousse, L’Homme qui lèche, Derrière la porte).

Et le reste est à l’avenant, suivez le guide :


Sources et compléments ici :

http://histoiredarts.blogspot.fr/p/boltanski-reserve-1990.html

et ce sont ces inutiles, ces fumeurs de moquette, qui se permettent d’appeler à voter contre Marine ? Mais on croit rêver.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Dis donc, Boltanski, ton mur-cimetière, tu es sûr que c’est de l’art ? (2)

  1. MaximeMaxime

    Intéressante anecdote.
    Ne trouve-t-on pas des prolongements de ces errances artistiques dans la littérature justement ?
    J’ai dû notamment étudier le « poète » Olivier Cadiot, et d’autres encore dont je ne me souviens plus du nom, car j’avais trouvé cela tellement nul que j’ai revendu mes livres à un libraire pour une bouchée de pain… La poésie contemporaine ne vaut quand même pas les vers des grands classiques, non ?
    Par ailleurs, ce dévoiement de la culture subventionnée trouve entre autres des prolongements dans le financement public de la « culture islamique », un bon moyen de contourner la loi de 1905.
    Je pense qu’il est urgent de définir une culture nationale positivement, au lieu d’en faire un fourre-tout sans identité et qui est la porte ouverte au népotisme. On financera tel ou tel ami, membre d’un réseau politique autrement dit, au nom de la culture… ou on utilisera la culture pour frauder la loi.
    La culture ne peut pas être une enveloppe budgétaire utilisée discrétionnairement !

  2. hathoriti

    s’ils sont résolument contre Marine, les médiocres sont toujours encensés…par d’autres médiocres …voyez pour Macron…

  3. Amélie Poulain

    Il a l’air perturbé ce monsieur…. ses « oeuvres » font froid dans le dos, sentiment de malaise en les regardant. Et il se permet de vouloir donner des leçons ?

    Il est vrai que l' »Art » n’est plus ce qu’il était, c’est normal qu’y-a-t’il à transmettre ? Quel message ?

  4. Xtemps

    C’est l’Art de notre époque répressif, comme le ou la Conchita barbu forcée, de l’art glauque et moche imposés, sans aucun sens pour enrichir l’intellectuel, dans tous les domaines artistiques et autres, sont d’ autres manières par la même source, d’une des branches destructeurs et centralisateur de découdre et recoudre destructeur, avec le vrai des Arts de notre civilisation par des vrais penseurs et artistes, qui ne sont que très peu ou pas représentés du tout, comme écarté, hors sujets et comme devenus rances, mais aussi destruction des cultures, traditions véritables, comme l’enseignement et l’histoire de notre passé Occidental, pour une anti-civilisation destructeur recousu sur pièce.
    Tout ce tient avec l’Art d’un ensemble de destruction programmé, avec un plan généralisé d’un agenda prévu et rendu normalisé de notre civilisation Occidental par la manipulation mental dans tous les domaines.
    L’Art de notre propre destruction par le mental, l’Art de l’autodestruction de soi autofinancé, conduit par nos escrocs imposteurs, comme faire accepter l’Islam destructeur des civilisations du monde, déjà commencé depuis 1400 ans par les musulmans eux mêmes, devenu fanions de leurs propres destructions comme flambeau de leurs propres morts civilisationnels.
    Une vue d’ensemble lié avec la politique mené, vous renseignent sur les vrais intentions destructeurs de nos escrocs criminels, assassins aux pouvoirs.
    Il faut être libre mentalement pour combattre nos escrocs criminels et pour ne pas se faire détruire.
    Continuons la désintoxication mental autodestructeur des escroc imposteurs qui nous gouvernent actuellement, par la ré-information et réinstauré l’autocritique, comme de la vrai pensée libre qui font nos richesses véritables et tant apportés par ceux dans notre passé pour notre civilisation Occidental développé.
    Pour ne pas devenir des sous développés et barbares Occidental.

  5. jolly rodgers

    les  »artistes  » je me les tapes tous les jours , normal je vie dans une ville complétement gentrifé , ces plus une ville ces une galerie! alors , bien sur ils sont tous contre Marine et ils ont un profond mépris pour le peuple de Provence ( région occitane ) , des galeries dans toutes les rues et des kébabs. parisiens , suisse …. une vrais colonisation avec la complicité des notables et des bourges du coins! dire que cette ville Arles étaient jadis la ville des mérinos (bergers) l’ancien lieu du syndicats des mérinos (la chapelle du méjant ) et devenue une galerie qui appartient a act sud ! vive l’esprit de Jean Giono, là est ma Provence (occitane) . PS: la corrida ne fait pas partie de notre culture , elle a étaient importé d’Espagne pour attirer le touriste ! j’ en profite pour rendre hommage au Crac (comité radicalement anti corrida ) qui lutte courageusement contre cette barbarie .

  6. Fomalo

    Mais arrêtez donc avec les « artistes »! Dire que Boltanski est un artiste c’est un peu comme si l’on disait que Trigano était quelqu’un du genre de Picasso!.. Les cimetières de l’art on en a eu (commentés déjà par Baudelaire) des tonnes au XIXème siècle. A présent il n’y a qu’à aller faire un tour à la FIAC ou à la biennale de Paris pour y voir les gravats exposés par ces » artistes », incapables de trouver des formes nouvelles qui vont droit au coeur. . Mais ne nous y trompons pas: des artistes( non encartés= tombent par »hasard objectif »comme il faut, sur les failles de notre époque et de notre civilisation. Ce ne sont plus les « grammairiens de l’art » comme au temps de Kandinsky, car leur syntaxe et leur grammaire sont hélas pathétiques informes et dégénérées , ou plagiaires faute de vocation et de travail.Mais des artistes il y en a, des doués, indépendants, autonomes, mordus, parfois géniaux, crevant la dalle et perforant les plafonds de verre de notre société de fric. Plus de soixante ans que Michel Seuphor écrivait « Le commerce de l’art ». Actuellement c’est pire. Mais l’art s’apprend, se répète, se conjugue, s’éprouve, se jauge, à l ‘émotion,au choix, à la « nécessité intérieure ». On va y arriver, dans peu d’années. A bas Boltanski, haut les coeurs les vrais artistes!

  7. frejusien

    Un malaise à regarder ces chiures, pompeusement classées dans l’art,
    il a dû visiter Auschwitz, ça rappelle les camps, froid dans le dos, mort et destruction, déchets en tout genre

Comments are closed.