Waleed Al-Husseini, apostat menacé de mort en France dénonce les politiques français


Waleed Al-Husseini, apostat menacé de mort en France dénonce les politiques français

Bonne surprise ce dimanche matin donc, la presse bien-pensante et islamo-collabo aurait-elle des remords tardifs subitement, aurait-elle décidé, pour une fois , de dire la vérité , rien que la vérité à propos de l’islamisation forcée de la France  ( entre autres …) ?

En effet, News Republic nous fait le plaisir de diffuser un article de RFI à propos du livre-brûlot  » une trahison française » de Waleed Al-Husseini, apostat en danger de mort.

Ce jeune Palestinien réfugié en France ( un vrai réfugié pour une fois, et pour la bonne cause ) fait du pur RR, du pur combat anti-islam , comme nous.

C’est un régal. Mais il est aberrant et effrayant de noter qu’il constate que finalement la France, pays de ses rêves de liberté… est devenue comme là-bas, complètement soumise à l’islam conquérant GRACE à nos politiques convoitant les pétro-dollars et les votes faciles et douteux..

Waleed Al-Husseini, Palestinien réfugié en France, sort son deuxième ouvrage. Dans Une trahison française, il dénonce avec véhémence cette France qui s’accommode, voire s’acoquine, avec l’islamisme. Au risque de mettre en péril les valeurs de cette République qui l’a tant fait rêver.

Le jeune Waleed Al-Husseini a mûri. Peut-être est-ce grâce, ou à cause, de son quotidien pour le moins laborieux sur le sol français. Dans son premier ouvrage, Blasphémateur ! Les prisons d’Allah, le jeune palestinien racontait son histoire de blogueur incarcéré puis torturé en Cisjordanie pour avoir osé critiquer l’islam. Le jeune homme évoquait sa joie d’être arrivé, grâce aux autorités françaises, dans la patrie des Lumières en 2012.

Quel ne fut pas son désenchantement. La tristesse de Waleed Al-Husseini devenu réfugié politique s’est convertie en colère pour ne pas dire en rage. Pour l’auteur, l‘islamisme qu’il a quitté en s’exilant de Palestine imprègne de manière croissante la France de Voltaire, non pas parce qu’il est supérieur, mais parce que la société française et ses politiques se taisent, s’y habituent, voire l’utilisent à des fins électoralistes. Dans Une trahison française, sous-titrée « Les collaborationnistes de l’islam radical dévoilés », Waleed Al-Husseini a décidé de tirer la sonnette d’alarme face à cette dangereuse complaisance. Il pousse un cri pour que les Français « sauvegardent leur liberté d’expression et de foi ».

« Tous des collaborateurs par inaction »

En 280 pages, le jeune Palestinien dresse un état des lieux de son pays d’accueil, il s’interroge, analyse – et il sait de quoi il parle puisqu’il était musulman avant de devenir athée – et supplie les dirigeants de son pays d’adoption d’ouvrir les yeux. « J’ai constaté que la France était victime d’une multitude de trahisons. Il en va de nombreux politiciens qui, durant ces dernières décennies, ont cohabité avec la « bête » (l’islam radical, ndlr) à des fins électoralistes, mais aussi d’intellectuels à la vision et à la pensée tronquée par le « tiers-mondisme » et le « droit-de-l’hommisme » ; tous des collaborateurs par inaction qui sacrifient leur pays sur l’autel d’un combat d’arrière-garde. »

Préserver la paix civile et pratiquer la politique de l’autruche en évitant la confrontation politique, intellectuelle et spirituelle est loin d’être la solution, elle ne peut que mener à la perte de la liberté d’expression. Et le jeune réfugié politique de dénoncer tour à tour le halal que les islamistes veulent imposer dans les cantines scolaires, les horaires de piscine aménagés pour les femmes, etc.

Waleed Al-Husseini décortique avec virulence la situation : la laïcité est en péril et l’islamisme s’immisce dans la société française. Parce que l’islam en France n’est plus une simple religion, une « affaire personnelle », mais tente de faire de la politique et du social. Et cet islam politique vise à faire passer la charia au-dessus des lois de la République.

« Islamophobie », un mot dont usent les islamistes

Et l’auteur d’évoquer l’utilisation croissante du terme « islamophobie », un mot qui « fait le jeu des islamistes » qui se posent alors en victimes. « Pourquoi ne pas avoir de haine envers ceux qui propagent la haine ? », s’interroge le réfugié politique. Dès lors, comment oser parler de « vivre ensemble » alors que l’islamisme, qui entend l’application de la charia dans tous les domaines, ne peut respecter la République et ses lois ? « En refusant d’affronter l’islamisation, de peur d’être taxée d’islamophobe, en tolérant les violations de la laïcité, la société française est complice de l’essor du terrorisme en France. La classe politique, à la recherche du vote islamique, est également complice. »

Dernier exemple en date, évoqué avec Waleed Al-Husseini, le spectacle tiré du texte posthume de Charb – l’une des nombreuses victimes de Charlie Hebdo – qui a été annulé à Lille sur demande de la Ligue des droits de l’homme. Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes, qui répond à ceux qui accusaient le journal satirique de provocations envers les musulmans, est pourtant lue depuis plus d’un an en milieu scolaire. En cause ? Une « crainte de débordements » du côté de Lille. Une pierre de plus à l’édifice du réfugié palestinien pour démontrer que la liberté d’expression a bel et bien du plomb dans l’aile en République française. Et de citer en exemple la polémique sur le voile, un thème sur lequel plusieurs politiques ont été pour le moins flous, voulant « adapter » le port du voile à la France : « Comment peut-on imaginer que cet anéantissement de l’individualité puisse relever du choix ? »

Ouvrir les yeux

Pour Waleed Al-Husseini, ce n’est ni la pauvreté ni la marginalisation qui transforme des citoyens en terroristes, c’est l’islamisation. Et les politiques de tous bords ne doivent pas « adapter » la loi de 1905 à l’islam, mais la faire respecter dans son intégralité. S’ils ne le font pas, s’ils continuent de fermer, l’auteur est convaincu que le pire est à venir, en matière de terrorisme principalement.

L’autre problème majeur constaté par le jeune essayiste est que la majorité des musulmans de France se sentent d’abord musulmans avant de se sentir Français, et cela parce que nombre d’imams incontrôlés et incontrôlables prêchent cette doctrine-là. La charte de l’imam adoptée ce 29 mars en témoigne.

Fustigeant à tout-va la gauche française, et dans une moindre mesure la droite (Benoît Hamon, Nicolas Sarkozy, entre autres), on se demande si Waleed Al-Husseini ne fait pas le jeu des extrêmes et n’est pas raciste. Il se défend : « C’est à se demander qui est raciste. Celui qui veut défendre sa société et ses valeurs ou celui qui veut imposer ses valeurs ? » Et le jeune écrivain d’arguer qu’au contraire, l’expansion de l’islamisme fait aussi le jeu de l’extrême-droite qui l’utilise à des fins électoralistes.

Waleed Al-Husseini fait une prière : que tous les musulmans qui souhaitent la modernité réclament le droit élémentaire à la liberté d’expression, s’insurgent contre leurs institutions rétrogrades et adhèrent pleinement aux valeurs de la République.

Aujourd’hui, Waleed Al-Husseini est menacé, oralement et physiquement. Il vit sous protection policière. Il regrette amèrement que la vie d’athée/ex-musulman en France soit de plus en plus difficile à vivre pour certains de ses compatriotes. Une trahison française risque d’accroître sa liste de pourfendeurs et il en est conscient. « Cette entreprise dressera contre moi une grande partie de la communauté musulmane et l’ensemble des organisations islamiques, religieuses et politiques », écrit-il. Mais rien ne l’arrête et le jeune polémiste entend bien continuer son combat pour, dit-il, agir avant qu’il ne soit trop tard.

→ A (re)lire : L’exil de «l’athée de Palestine»

♦ Une trahison française, Ring Editions, sortie le 30 mars 2017. 18 euros.

http://nr.news-republic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=91506837

Note de Christine Tasin

Je serai un petit peu moins optimiste que Pierre. En effet, l’essentiel de la dénonciation  de Waleed Al-Husseini concerne « l’islamisme » et il manque de cohérence. Dénonçant  à juste titre l’islamisation et la politique islamophile des politiques il  ne critique pas l’islam, mettant la progression de l’islamisme sur le dos des imams…

Il apporte ainsi paradoxalement de l’eau au moulin de nos politiques qui veulent assurer, former et payer toujours plus d’imams en France…

Quelle incohérence, quel danger !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Pierre17430

Né en 1948 dans le 17, VRP retraité, patriote, mélomane et grand lecteur


10 thoughts on “Waleed Al-Husseini, apostat menacé de mort en France dénonce les politiques français

  1. Avatarjohn john

    Il faudrait un grand coup de balai et chasser tous ces « gouvernants européens, qui, non seulement ont vendu leurs pays à l’union européenne, mais « travaillent » activement à la destruction des nations et des peuples européens en islamisant de gré ou de force les pays occidentaux, en échange du pétrole.Cela s’appelle de la haute trahison.Le nouvel ordre satanique mondial et ses suppots islamiques veulent détruire et anéantir tout ce pourquoi nos parents et grands-parents se sont battus.
    -la liberté
    -la démocratie
    -les droits de l’homme
    -la patrie-
    -des frontières sures
    -la souveraineté de nos pays

  2. AvatarClaude

    Il y a-t-il vraiment incohérence dans le propos de Waleed Al-Husseini à ne critiquer que l’islamisme et non l’Islam comme le lui reproche Christine ?

    Car l’Islam n’est pas qu’une religion, nous le savons, c’est aussi le droit juridique,le texte qui régit tous les actes de la vie, y compris la mort ( dixit Tarik Ramadan )…..et donc tout ce qui fonde l’expression d’une civilisation.

    A quoi bon attendre de Waleed Al-Husseini qu’il dénonce une civilisation ? Est-ce à lui de le faire et à quoi bon le faire….peut-on nier son existence en tant que telle si ce n’est verser dans la schizophrénie qui caractérise les traitres actuels.

    Il dénonce la trahison des élites politiques et intellectuelles françaises….il fait sa part du travail.
    A ceux qui se réclament de la civilisation française en étant français de souche et de culture de faire la leur.

    Waleed Al-Husseini dit que Macron est un traitre….à nous de dire en quoi il est un traitre.

    Il ne faudrait pas sombrer dans cette ineptie qui consiste à croire qu’il suffit de répéter les choses pour que la réalité en soit affectée, modifiée.

    Il ne sert à rien de claironner dans les oreilles de ceux qui appartiennent à cette catégorie d’individu dont on dit qu’il n’est pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, tout comme il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre.

    Dénoncer l’islam c’est dénoncer une civilisation. Doit -on attendre d’individus isolés et mis en danger par leurs prise de positions qu’ils soient les promoteurs de ce que l’oligarchie mondialiste considère comme n’étant qu’une théorie, celle de Samuel Huntington, à savoir le choc des civilisations….alors que les gens lucides et un tant soit peu cultivés de l’Histoire savent que c’est le vrai moteur de l’Histoire.

    Waleed Al-Husseini est -il un partisan du choc civilisationnel ? le souhaite-t-il ? le considère-t-il comme inéluctable ?…..j’en doute et donc on ne peut lui reprocher de ne pas critiquer la civilisation de l’Islam….ce pourquoi il se contente de dénoncer la lâcheté et la trahison des politiciens et « intellectuels » dominant actuellement la « pensée (?) française »…reflet de l’avachissement morale et intellectuel d’une bonne partie de la population, qu’elle soit de souche ou d’importation, transformée en parasite d’une société à laquelle elle réclame des droits tout en oeuvrant à sa décadence.

    L’islamisation de la France n’est que la contrepartie et la conséquence de la dé-civilisation de la France.

  3. AvatarFomalo

    Claude@ merci de cette réponse. Je n’ai pas lu le livre de Waleed Al-Husseini, et ne sais pas s’il critique ou non la « civilisation de l’islam ». Il semble effectivement pointer à fond, arrivé en République française comme réfugié, (cela seulement en 2012..!) la distance gigantesque entre son rêve d’une ïle de démocratie , phare de tous les tyrannisés ou déniés de droits, représentée par la France dans l’inconscient collectif, et la réalité visqueuse d’un panier de crabes pas très frais au pouvoir, s’ingéniant à pourrir tous les principes de la vie saine et libre de citoyens francisés ou de français d’origine, sincères. Les constats formulés par les « visiteurs » ou « hôtes », devraient nous rappeler les Lettres Persanes et Zadig, et nous inciter à une distance que nous n’avons plus la plupart du temps par rapport à nos vitrines. Je trouve désespérant (de l’avis de Pierre17430) qu’une telle publication d’un « libéré »,heureux de s’en être sorti, puisse précisément faire un aveu aussi cruel après l’expérimentation de cinq ans et plus d’un régime d’accueil soi-disant de « gôche ». Comme disait un de mes collègues tchadiens il y a trente ans : « le pire est toujours possible ». Je partage pessimistiquement cet avis..

  4. Avatarzipo

    Il est temps de se réveiller ,pour moi cela fait 34 ans que j’aie compris que l’Islam n’était pas une religion mais une déclaration de guerre a tout l’Occident par ses différents versets contre les Mécréants que nous sommes !
    C’est une secte tueuse dont seule la mort est la religion ,a tous les bobos qui nous dirigent je leur dit :le jour ou les caniveaux de notre pays seront plein du sang des chrétiens ,le votre et celui de vos descendants en fera parti !
    Mais vous serez les premiers a étre les victimes de la vindicte populaire!
    vous avez pactisé avec l’Islam comme ceux qui ont pactisé avec l’Hitlérisme et vous serez pourchassé jusqu’au dernier pour votre couardise tout cela pour avoir des voix aux élections .Honte a vous pour l’éternité!

  5. LaurentLaurent

    Notre ami Waleed a tout compris et apporte une lumière supplémentaire à tous ceux qui auraient encore des doutes.
    Merci à lui pour sa lutte personnelle contre l’ignominie islamique que je connais très bien.
    Je suis (suivre) Waleed depuis ses tout débuts et je lui souhaite une belle et longue vie.

  6. AvatarHUET BRIEND FRANCOISE

    Bravo à ce courageux écrivain Walleed AL HUSSEINI qui, au péril de sa mort, puisqu il est condamné à mort pour apostat, persiste et signe avec un 2ème livre brulot « une trahison Française » qui suit son 1er ouvrage blasphémateur

    « les prisons d allah » !!! il a fait du chemin depuis sa qualité de blogueur torturé en prison en CISJORDANIE pour avoir critiqué l islam !!! il sait qu il se mettra à dos une grande partie de la communauté musulmane et les

    organisations islamiques religieuses et politiques !!! mais son combat continue !!! nous ne pouvons qu être admiratifs de son combat car il dit : « pour agir avant qu il ne soit trop tard » ! il en est comme ca des hommes et

    des femmes qui osent se dresser contre la tirannie au péril de leur vie et contre tous les systèmes dévoyés !!! pas de compromissions avec l ennemi !!! mener un combat sans etre entachés de quoi que ce soit de corrompu !!! je n ai pas lu ses livres mais je compte bien le faire !!! merci à Christine TASIN de nous avoir fait connaitre cet écrivain apostat !!!

  7. AvatarRespectvaleurs

    Mais enfin…Florian Philippot, et même MLP, que vous ne cessez de soutenir à RR, ne cessent de distinguer l’islam de l’islamisme : la confusion est donc partout!!! On peut peut-être comprendre que l’auteur et surtout l’éditeur soient timorés dans les temps que nous traversons.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      ne mélangeons pas des ténors politiques soumis à diabolisation permanente qui doivent proposer un programme sur tous les sujets et un apostat qui ne se bat que sur l’islam(isme), il n’a aucune raison d’etre prudent d’autant qu’il vit déjà sous protection policière

Comments are closed.