L’idéalisme de notre justice est notre problème principal


L’idéalisme de notre justice est notre problème principal

Que les juges aient joué un rôle dans la situation dans laquelle nous sommes, sans doute.
Cependant, je pense que c’est moins une appartenance éventuelle à l’extrême-gauche, surtout dans les hautes sphères du pouvoir, qu’un idéalisme qui expliquent ce fait, plus exactement une conception trop désincarnée du droit, qui ne tient pas assez compte des conséquences des décisions prises.
Cette approche qui pêche par excès d’abstraction conduit par exemple les juges à appliquer la liberté de culte sans jamais se pencher sur des questions de théologie.
Tout le débat sur le trouble à l’ordre public suscité par le burkini, par exemple, s’est fait sans jamais analyser le signe en lui-même.
Il se peut aussi que les juges ne se sentent pas assez légitimes, faute d’être élus, pour trancher des questions débattues au sein de la société.
Dans le meilleur des cas, ils essaient de refléter l’opinion majoritaire sans doute.
Dans le pire, ils seraient corrompus, on ne peut pas le savoir.
Je ne vois pas vraiment pourquoi les juges seraient en général d’extrême-gauche.

Ils sont pour certains issus des fac de droit, un milieu qui fut longtemps considéré à droite en général

. Certes, un bon nombre vient aussi de Sciences Po, où des vents plus libéraux (dans tous les sens du terme) sévissent sans doute.
Les juges sont les premiers à voir qui est délinquant, dans quel contexte, quels sont les problèmes sociaux répandus.
Par exemple, à peine sorti de prison, Omar Djoco défendu par Me Rajaa El Ouafi transporte des stupéfiants :
http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/03/23/Le-livreur-de-shit-stoppe-avant-de-rallier-Poitiers-3042470
Cependant, quand la loi veut imposer une solution, elle peut le faire contre les juges. Les élus de l’UMPS et leurs satellites sont donc les principaux responsables, quand ils sont eu une réelle possibilité de changer les choses.
Par exemple, rien ni personne n’impose de recourir à l’immigration chaque année.

On pourrait tout à fait décider d’arrêter l’immigration.

On ne le fait pas.

C’est donc que ceux qui sont aux manettes le font de plein gré, et ce n’est pas avec Macron que ça changera si j’ai bien compris, ensuite les juges gèrent les conséquences… et accessoirement pensent à sauver leur peau, car je ne crois pas qu’un juge bénéficie d’une protection spéciale.

Cela entre aussi en compte : et si les juges avaient peur, ni plus ni moins ?




Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


31 thoughts on “L’idéalisme de notre justice est notre problème principal

  1. Claude LaurentClaude Laurent

    Cela entre aussi en compte : et si les juges avaient peur, ni plus ni moins ?
    En effet et cela m’a fait remémorer le dernier épisode de la série « Un village Français – après la libération – » où un juge convoque l’ex-général allemand pour témoigner que l’ancien Maire le renseignait. Ce qui était faux.
    L’Allemand rappela au juge « N’était-ce pas vous qui étiez assis là sous Pétain » ?

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Il y a l’exemple célèbre du procureur Mornet, que Maxime connait certainement, qui a participé à l’élaboration du statut des Juifs du 3 octobre 40, qui a été totalement loyal à Pétain pendant 4 ans et qui … a requis la peine de mort contre l’accusé, comme procureur, au procès Pétain …

      1. MaximeMaxime

        Bonjour,
        c’est forcément du cas par cas dans une telle hypothèse. On ne peut pas généraliser.
        Par exemple, les juges qui traitent le contentieux de la naturalisation à Nantes font un travail remarquable.
        Ils ont même rendu une décision ces derniers temps exigeant qu’une personne handicapée à plus de 50% et élevant ses 6 enfants seule ait un travail pour obtenir la nationalité française.
        Il faut dire qu’elle était soupçonnée d’être salafiste…
        https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000034166430&fastReqId=1374143315&fastPos=2
        En général, le Conseil d’Etat confirme les décisions de ces juridictions.
        Il faut bien se faire à une idée : dans la tradition française, jamais un juge n’interdira l’islam. Si ça doit se faire, ça passera par d’autres canaux.
        Même aux Etats-Unis d’Amérique, où les juges ont un plus fort pouvoir et sont élus, cela ne se fera jamais ainsi.
        Ils refusent d’entrer dans le détail de la vie de Mahomet, des interprétations du Coran, etc.
        Et de toute façon, pour se faire une opinion à ce sujet, il faut aussi voir comment les musulmans se comportent au quotidien, ce qui relève d’une approche pragmatique que jamais une décision judiciaire ne pourra intégrer.

  2. J

    La justice ne doit pas être enfermée dans un dogme d’idéalisme. La justice doit être équitable et rendre son dû à chacun. Et surtout, elle ne doit pas se soumettre aux idéologies imbéciles de ceux qui disant que rendre coupable une certaine frange de la population c’est la discriminer encore plus et que ça risque de devenir pire. Les lois sont les mêmes pour tous et tous doivent les respecter.

    1. Amélie Poulain

      Les décisions de Justice sont très personnalisées (contexte personnel du prévenu, lieu où le jugement est rendu, contexte politique et polaire etc…), les lois sont ainsi très interprétées en fonction de tous ces critères.
      Je trouve notamment absolument anormal que pour certains délits en Correctionnelle, il soit demandé la feuille d’impôts de l’accusé afin de fixer l’amende….

      A mon sens, cela finit par nuire à l’aspect symbolique de la Loi en tant que repère pour tous, puisqu’il y a une grande disparité, que tout le monde peut constater, entre les jugements rendus pour des chefs d’accusation identiques.

      1. Amélie Poulain

        contexte politique et « populaire »…. Erreur de frappe, décidément, je ne me relis pas assez.

      2. Pascal PROUTEAU

        Ça ne marche pas à tous les coups: 2220 euros de revenus annuels et 5000 euros d’amende pour « incitation à la haine raciale par moyens électroniques ». Donc, où est la logique là-dedans!

        1. Amélie Poulain

          Il n’y a aucune logique justement, d’où les injustices et l’aspect partial le plus souvent des jugements (cf le début de mon commentaire).

  3. Amélie Poulain

    Je suis tout à fait en accord avec votre commentaire Maxime. Particulièrement par rapport à ce clivage entre théorie et terrain que l’on constate bien souvent, ce qui nuit au sens en terme d’application.

    Pour le burkini, il y a le signe certes, mais, pour ma part, cela m’a toujours choquée que le problème majeur ne soit pas évoqué, à savoir qu’une femme, parce qu’elle est femme, n’a pas à couvrir son corps. Ceci est pourtant totalement contraire aux valeurs de la France.

    Juste, Science Po est majoritairement à gauche à mon avis. Les fac de droit ? Cela dépend des villes, il y a aussi des viviers de gauche.

    « Dans le meilleur des cas, ils essaient de refléter l’opinion majoritaire sans doute. » :il est vrai que les éventuelles réactions populaires sont aussi prises en compte dans certains jugements particulièrement sensibles sur le plan de l’opinion.

    Il y a aussi les pressions diverses notamment associatives qui influent sur les décisions, etc….

    Les juges effectivement ne sont que des humains et l’on peut penser qu’une totale indépendance est impossible dans les faits même s’il y en a le principe.

  4. NICOLAS F.

    Très intéressant. Il y a de belles inspirations sur Résistance Républicaine.Quand je pense qu’on se fait traiter de fachos! Alors que c’est tout le contraire.
    J’ai lu une définition de la justice: La justice ,c’est nommer la faute par le mot le plus juste possible.
    Pourquoi ne pas faire un autre métier ,antiquaire,coach sportif s’ils ne s’en sentent pas capables . Tout le monde n’est pas le Roi Salomon

  5. jolly rodgers

    @maxime bonjour , détrompé vous dans les hautes sphères du pouvoir il peux y’avoir des anciens de la gauche  » prolétarienne  » en effet beaucoup d’ex mao ont fais normal sup et autres écoles ou l’ont fabriques les  »élites ». justement hier sur France culture un certain olivier Maurain étaient interviewé et le mec est un ex membre de la GP et il avaient fais des études d’ énarque. par contre a la question sur les crimes de mao il a eu du mal a trouver une sortie . bien a vous et bon week end

      1. Amélie Poulain

        Ca y est, c’était celui de 15 h 27, qui est publié maintenant. Je ne sais pas ce qu’il y a eut. Merci.

  6. Villeneuve

    Bonjour Maxime,

    Le juge n’a pas être théologien ! Comme le médecin n’a pas être rebouteux !
    Comme il n’a pas être un assassin pour comprendre l’assassin ! Pour juger un criminel il faut un juge de préférence honnête ! Qu’il se contente d’être honnête et d’agir dans son domaine : le droit, cela nous suffira.

    Par ailleurs, fonder une décision de justice sur la pseudo-science qu’est la théologie serait contraire au principe de laïcité !

    Il n’y a aucune objectivité ni rien de sérieux dans ces études sur dieu autant dire, si l’on vous suivait, que les décisions de justice devraient prendre leurs sources sur les études du NÉANT !

    Enfin, quelles garanties aurions nous dans notre combat contre l’islam avec cette approche théologique : Observez les théologiens catholiques qui arrivent à trouver du bon dans l’islam au point qu’ils le soutiennent !!!

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je réponds avant Maxime qui argumentera bien mieux que moi du point de vue du Droit.

      Le point que soulève Maxime est ESSENTIEL.

      Il ne s’agit pas d’entrer dans la théologie, il s’agit de considérer si une doctrine lambda est conforme à la dignité humaine du point de vue du Droit.

      Le Décalogue : « Tu ne tueras point ».

      Quel Droit aurait à redire à ça ?

      Maintenant le hadith en substance:

      « Voici un juif caché derrière moi.. viens le tuer »

      Le Droit a son mot à dire sur cela.

      Surtout que dans les faits, c’est un appel au meurtre qui est suivi des effets que nous avons vus.

      Quand vous considérez la politique, vous descendez bien au niveau de la doctrine.

      Ne serait-ce que pour voter.

      Vous ne dites pas : « Tout cela c’est de la politique » et vous discriminez.

      Vous ne tracez pas, je l’espère, de signe d’égalité :

      « Nazisme = Social-Démocratie = Royalisme = Stalinisme ».

      C’est même le Droit qui interdit les partis nazis sur la base que la doctrine est criminelle.

      La position:

      « Tout cela c’est de la religion.Je n’ai pas à entrer là-dedans »

      est la position de la Gôche (quand elle n’est pas dans le soutien inconditionnel à l’islam), des élites: c’est une position MORTIFERE.

      Il faut au contraire, descendre à la doctrine, analyser ses spécificités, à mon avis, totalitaires.

      J’aimerais que Maxime précise tout cela.

    2. MaximeMaxime

      Bonjour Villeneuve,
      oui, j’avais écrit la même phrase que vous un jour : « le juge n’a pas à être théologien ».
      Mais il doit motiver sa décision.
      Et s’il décide de prendre une mesure défavorable à l’islam en tant que tel, comment peut-il le faire sans considérer le fond de la doctrine ?
      C’est impossible.
      Il devrait recourir alors à un expert, mais allez trouver un expert parlant arabe et capable d’être neutre à ce sujet. Cela risque d’être impossible. Comment les juges sauront-ils si l’analyse développée est fidèle aux textes et à la langue arabe ?
      Instinctivement, je fais confiance à Eva quand elle explique le coran par exemple, car elle le fait si bien que je ne vois pas où un mensonge pourrait se glisser. Mais le juge qui choisit un expert non musulman se verra peut-être reprocher de n’avoir pas choisi le bon, et vice-versa !!
      Il y a là une difficulté importante à mon avis. On dénonce assez en général l’influence possiblement néfaste des experts dans l’établissement de la vérité judiciaire, mais comment faire autrement ?
      C’est une vraie difficulté.

  7. MaximeMaxime

    L’arrêt suivant du Conseil d’État, rendu le 17 mars 2017, confirme l’assignation à résidence d’un couple (qui attend d’ailleurs un enfant…).

      1. MaximeMaxime

        (cela dit, il y a peut-être un rapport avec le thème de cet article, car si on considère que l’égalité entre les traditions religieuses ne s’impose pas, c’est qu’on tient compte de leur contenu ; mais c’est davantage sur le plan du blasphème ou du sacrilège plus exactement que j’aurais tendance à envisager le dernier arrêt que j’évoque dans le texte car cet arrêt envisage en fait que l’action publique doive s’inscrire dans le respect des religions… ce qui est autre chose encore)

  8. frejusien

    C’est vraiment leur passer la brosse à reluire que de parler d’idéalisme, alors qu’il ne s’agit que d’idéologie, qui comme toute idéologie empêche un jugement équitable et réfléchi,

    Que certains soient dans la peur, c’est possible, mais on a vu en Italie des juges courageux s’attaquer à la mafia, et être protégés 24h/24,
    certains l’ont payé de leur vie,

    Alors que les juges français aient peur de la petite raclure de quartier issue de l’immigration, qu’ils choisissent un autre métier, ils ne sont pas faits pour ça ,
    Tant qu’ils avaient affaire à des malfrats français, ils faisaient leur boulot sans trop d’ennuis, et ils gardaient le beau rôle, sans aucun risque
    S’ils ne sont pas capables de faire face au changement de société actuel, il faut qu’ils partent

  9. frejusien

    oui, c’est ça le courage des juges, et la mafia italienne ne recule devant rien, la vie d’un homme ne vaut pas grand chose quand il se met en travers de leur route,
    mais l’idéalisme a un sens plutôt laudatif, correspondant à des idées élevées,
    même s’il peut être teinté d’irréalisme ou d’utopie, ce qui correspond à votre anti-thèse pragmatique,
    néanmoins, ces juges incriminés ne peuvent bénéficier du titre d’idéaliste, trop beau pour eux à mon avis

    1. MaximeMaxime

      Oui sûrement, tout à fait d’accord même avec vous Fréjusien, disons qu’ils sont idéalistes par rapport à leur propre doctrine, qui ne coïncide pas forcément avec les principes français. C’est ce que je vais démontrer dans un article sur l’abattage rituel (en commentaire ou publié à part selon le choix des responsables du site).

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Le commentaire sur l’abattage rituel est en réserve, mais il y a eu des problèmes de logiciel pour le publier comme article.

  10. RODRIGUE

    Ils ont peur, sont idéalistes et coupables et à ce double titre, lors de la reconquista, seront jugés et exécutés! S’il ne sentent pas d’où le vent souffle, ce n’est pas notre problème! Ils œuvrent à nous détruire en nous jugeant et condamnant pour rien, car en France la parole etait libre!
    Je le dis et l’affirme, il ne seront pas responsables et non coupables, ils seront coupables, et condamnés pour haute trahison, intelligence avec l’ennemi et tentative de génocide par le remplacement d’un peuple par un autre! Tout le reste est de la littérature qui n’a pas droit de cité dans un pays en guerre!
    Ils veulent soutenir des ordures, qu’ils assument!
    Aucune pitié pour eux et moi, perso, je les mettrais bien en stage’ de scoutisme dans un camp de migrants pendant trois mois comme nos politiques!
    Lorsqu’ils où elles auront la rondelle aussi dilatée qu’un potiron, on verra bien si leur tolérance sera si grande! Désolé, c’est un peu excessif, sans doute,mais, c’est bien ce qu’ils ont laissé faire à Cologne avec les femmes allemandes, donc, la sentimentalerie gauchiste pour des ordures pareilles, protégées par le à l’abri du besoin et des crimes, non merci! Bienvenus dans la vie, la vraie bande de salauds!

    1. MaximeMaxime

      Un commentateur a récemment sous un autre poste souligné un point essentiel : seule la loi selon la déclaration de 1789 permet de fixer les limites de l’expression des opinions religieuses.
      Cela peut aussi expliquer la réserve des juges quand le législateur n’est pas intervenu sur le point à trancher…
      Cependant, les juges ne sont pas toujours réservés et leurs appréciations peuvent parfois être contestées. On a plusieurs exemples où ils n’hésitent pas à innover et pas dans le bon sens (voir entre autres certains de mes précédents articles où je commente des décisions de justice).
      Un dernier point essentiel : tous les juges ne sont pas amenés à trancher des questions en rapport avec l’islam, l’immigration, la laïcité, la sécurité etc.
      Ce sont surtout :
      – des juridictions chargées de litiges du travail ;
      – de la naturalisation ;
      – les juridictions administratives, notamment le Conseil d’Etat, pour les litiges autour des libertés publiques (affaire du burkini…), les constructions de mosquées, etc.

Comments are closed.