Wilders sort plus fort que jamais des dernières élections


Wilders sort plus fort que jamais des dernières élections

Les médias traditionnels ont propagé l’idée  que les élections néerlandaises étaient un camouflet pour Wilders, qui dans la réalité est plus fort que jamais.  

Le 16 mars 2017 par Robert Spencer

Les médias traditionnels ne font pas que de la propagande, ils sont aussi fantasques

« Geert Wilders ou la vérité sur les élections néerlandaises : La révolution patriotique en marche », par Daniel Greenfield, FrontPage le 16 mars 2017 :

Maastricht était le fief traditionnel du parti travailliste hollandais. La ville a donné son nom au traité de Maastricht qui a créé l’Union européenne actuelle. Lors des élections législatives, le parti travailliste a récolté un vingtième des voix au lieu du quart comme ce fut le cas lors des élections précédentes.

Le parti de la Liberté de Geert Wilders (PVV), qui préconise le retrait de l’UE, est maintenant le plus important en nombre de voix dans le lieu même de la création de l’Union européenne actuelle.

Et la popularité du parti de la Liberté n’est pas que sensible sur les rives de la rivière Maas, mais elle l’est aussi sur les abords de tous les canaux qui traversent le pays. Le vent du changement se lève sur la mer du Nord et les langues se délient à Belgisch Park.

À la Haye, où se trouve le Palais de la Paix [NDT : Le Palais de la Paix est le siège de la Cour permanente d’arbitrage, la Cour internationale de justice des Nations unies, l’Académie de droit international de La Haye et de la bibliothèque du Palais de la Paix, il est régulièrement le siège d’évènements dans le domaine du droit et de la politique internationale] alors que le palais plus modeste de Noordeinde est la résidence du Roi Willem-Alexander et de la Reine Maxima, les institutions internationales se heurtent aux mouvements nationalistes, les Nations Unis doivent composer avec le Parlement hollandais et avec la Cour suprême, cependant le parti de la Liberté est devenu le deuxième en importance malgré le nombre de musulmans qui s’élève à 15%.

À Rotterdam, où des émeutiers musulmans ont crié «Allahu Akbar» et des insultes antisémites et où des groupes du Hamas organisent un colloque, le parti de la Liberté est maintenant le deuxième en importance de la ville. Dans l’ancienne cité sur le Rotte qui est gérée par le premier maire musulman d’une grande ville européenne, Ahmed Aboutaleb membre du parti travailliste qui se préparait à être premier ministre, le parti travailliste est passé de 32 % à 6%. Ce scénario est très similaire à celui de Maastricht.

Notons que près de la moitié de la population de Rotterdam est issue de l’émigration. Le nombre de musulmans s’élève à 13%. Mais la participation aux élections a été de 72% et après les émeutes musulmanes, le parti de la Liberté suit de très près le VVD au pouvoir.

Le parti de la Liberté est devenu le plus important à Venlo alors que le parti travailliste a pratiquement disparu.

Voilà le véritable bilan des élections en Hollande.

Les résultats définitifs ne seront connus que la semaine prochaine. Mais actuellement le parti de la Liberté est le deuxième en importance au parlement avec cinq sièges supplémentaires alors que le parti travailliste a désespérément fondu et perdu 29 sièges.

Le parti travailliste est au plus bas depuis la dernière guerre mondiale. Les médias en prennent prétexte pour expliquer la victoire de Rutte alors que la moitié des sièges du parti travailliste s’est purement et simplement évaporée. Le VVD a perdu un bon nombre de sièges, mais il reste le plus grand parti du pays uniquement parce que des électeurs ont voté en plus grand nombre pour des partis moins importants [NDT : le parti écologiste est celui qui progresse le plus]. Rutte va devoir maintenant, tant bien que mal, créer une coalition de quatre partis pour tout simplement éviter de composer avec Wilders.

Il est tout à fait possible que Rutte négocie avec le parti travailliste dit modéré qu’est le GroenLinks [NDT : littéralement gauche verte ou parti écologiste néerlandais] qui est issu entre autre du parti communiste. Quand les médias traditionnels applaudissent le fait que les «modérés» ont vaincu le terrible extrémiste, Geert Wilders, ils ne disent pas que la coalition « modérée » alternative puisse comprendre une émanation du parti communiste.

L’élection était, dans un sens, fatalement truquée. Le système politique des Pays-Bas éparpille les votes [dans une multitude de partis] et aboutit à un gouvernement fondé sur une coalition. La diabolisation de Wilders et du PVV visait à assurer que si dans les faits son parti obtenait une majorité [relative par rapport aux autres partis], il n’aurait pas été en mesure de gouverner. Finalement, Wilders a plus gagné en étant le second rendant ainsi impossible la constitution d’une coalition de gouvernement par le PVV, plutôt que de faire partie d’une majorité qu’annonçait certains sondages. 

Malgré les tentatives de le supprimer, de le salir et de le détruire, le parti de la Liberté continue à croître. Et ses ennemis ne peuvent plus en ignorer les idées. La dangereuse campagne menée par le boucher islamiste turc Erdogan qui utilise la menace et l’intimidation, a permis au gouvernement de Rutte de se maintenir. Mais ce n’est pas le cas pour sa coalition.

La politique centriste qui a permis à Rutte de gouverner implose. Le déclin du VVD et du parti travailliste est un rejet indéniable du statu quo. Cette élection profite aux extrêmes droite et gauche. Les Hollandais traditionnellement modérés perdent patience. La polarisation [de la politique] élimine le centrisme et pousse [les électeurs] vers des choix plus extrêmes.

Geert Wilders et le PVV sont la suite logique de ces choix.

Wilders avait évoqué qu’un « printemps patriotique » se lèverait sur l’Occident. Après les élections, il a déclaré qu’il fallait se féliciter du résultat. « Le printemps patriotique perdure. Et il ne fait que commencer ».

L’enthousiasme des médias sonne particulièrement faux pour une autre raison. Dans la lignée du Brexit, ils ont largement oublié comment ils avaient ridiculisé l’UKIP [NDT : parti pour l’indépendance du Royaume-Uni] et Farage en les ciblant pour leurs échecs. Mais un parti politique n’est pas dans l’obligation de gagner des élections pour avoir un impact. Fausser la donne pour décrédibiliser l’UKIP n’a pas contribué à garder le Royaume-Uni dans l’UE. Au lieu de cela, ce discours a finalement eu l’effet inverse. Ostraciser Wilders et le PVV pourrait provoquer un retour de bâton.

Geert Wilders a fondamentalement modifié le discours politique sur l’islam et l’immigration. Et les partis néerlandais peuvent de moins en moins l’ignorer. Wilders a placé les élections législatives, dans un pays où en général les enjeux politiques intéressent peu le reste de la planète, sur la scène mondiale. Son courage et son bon sens font de lui un leader international.

Wilders a le courage de dire la vérité sur l’islam et la migration islamique. Pour cela il défie les assassins et les meurtriers, les remous dus aux entorses au politiquement correct et les cœurs sensibles ainsi que les mauviettes des deux sexes qui conseillent la modération en toutes choses et en tout temps. Et il va continuer même s’il vit sous la menace. Et son courage est un exemple pour ceux qui combattent le djihad aux Pays-Bas et partout dans le monde.

Cette élection est un grain de sable dans l’engrenage du système et une manifestation de soutien à Wilders. Pour devenir premier ministre, Wilders et le PVV ont besoin soit d’une victoire vraiment écrasante, soit d’un changement fondamental du contexte politique. Wilders sait cela. Il sait que le rôle de son parti est de lutter contre un système dépassé. Par ses contributions il soutient et dynamise l’une ou l’autre solution.

Les médias traditionnels se félicitent d’une défaite qui n’a pas eu lieu. Et comme pour le Brexit, il est possible qu’ils ne voient pas les signes avant-coureurs de leur propre effondrement, car ils cautionnent une politique véreuse dont ils sont eux-mêmes les initiateurs. 

Geert Wilders a déclaré : « La révolution patriotique se produira infailliblement aujourd’hui ou demain ».

Traduit de l’anglais par Lavéritétriomphera.

Source : https://www.jihadwatch.org/2017/03/media-spins-dutch-election-as-loss-for-wilders-who-is-actually-stronger-than-ever




Laveritetriomphera

Résistance républicaine Midi Pyrénées, j'ai choisi comme symbole la déesse égyptienne de la vérité/justice Maât. J'estime que la vérité/justice est un concept universel et unificateur par essence.


8 thoughts on “Wilders sort plus fort que jamais des dernières élections

  1. Villeneuve

    Je ne suis pas étonné. Dans tous les cas l’accession au pouvoir n’est pas l’essentiel.
    Ce qui me frappe dans ces élections c’est la confirmation de la perte d’audience des partis dits « de gouvernement ». Ils ne peuvent plus gouverner qu’avec des « copulations » contre nature entre eux.
    En France il en sera de même. Les Macron et Hamon n’osent même pas dire qu’ils en étaient ! Un Président,Hollande, un Premier ministre, Valls ne peuvent pas se présenter.
    Ce qu’il y a de nouveau chez nous c’est que pour la première fois Marine non seulement disposera de réserves de voix chez les Fillonistes au moins dans « son noyau dur » estimé à 19 et 20 % aà ajouter aux trente cinq dont elle dispose et les quelques pour cent de Dupont-Aignan c’est jouable mais surtout les reports de voix au second tour ne se feront pas commodément pour le parti du Front Républicain qui enregistrera à son détriment une forte abstention. Sachant que l’essentiel pour nous ce n’est pas la prise du pouvoir mais la confirmation d’un niveau électoral d’au moins 25 %.

  2. Moi

    « S éparpiller dans une multitude de partis »
    c est ce qu’ il risque de se passer en France, j en ai bien peur….

  3. reuri

    Que faut il de plus pour que la majorité vote pour un souverainiste lucide sur l’islamo-gauchisme, pas un jour sans qu’il n’y ait un attentat , une agression au nom de cette secte de dégénérés. Geert Wilders est un politique admirable et incroyablement courageux, il mérite d’être élu aux plus hautes fonctions.

  4. marre-du-PS

    Cet article très clair confirme ce que je pensais. Les médias partisans français aux ordres, comme d’hab, ont claironné la « défaite » de Geert Wilders. Il n’était pas dans l’intérêt de leurs dirigeants de dire la vérité qui transparaît, à savoir une méchante claque prise par la gauche néerlandaise. Cela aurait desservi ces braves gens qui poussent Macron au cul, en faisant croire à l’opinion que leur favori est à égalité d’intentions de vote avec Marine Le Pen. Geert Wilders a dit qu’ on en a pas fini avec lui, rira bien qui rira le dernier ! La situation rappelle celle, fictive, du feuilleton télévisé « Borgen, une femme au pouvoir ». Pour nous ce sera « Marine, une femme au pouvoir!  » 😉

  5. Xtemps

    Nos escrocs aux pouvoirs peuvent faire ce qu’ils veulent, quand on pousse le peuple à l’extrême, il choisi les extrêmes pour se défendre contre les extrêmes des pouvoirs en place qu’il subit.
    C’est les pouvoirs en place qui sont les extrémistes et le moteur de l’extrémisme quand on pousse à l’extrême son peuple.
    Et ce sera entièrement et uniquement que de la faute de nos pouvoirs en place, et ne pas en vouloir aux peuples qui se défendent contre leurs dictatures extrémistes.
    Aucun peuples dans le monde aiment se faire persécuter.
    Bravos! pour le courage de Geert Wilders, c’est grâce des personnes comme lui, que l’Islam criminogène Fasciste vert pourra être dénoncé comme étant égale aux Nazis et aux Fascistes dans le monde entier, comme une véritable menace pour le monde entier, comme l’interdiction de ces pratiques partout dans le monde entier, pourront êtres exécutées enfin sans retenue, sur le simple fait d’appartenance.

  6. gillic

    C’ était prévisible que les merdias feraient tout pour minimiser la progression de Gert Wilders et de son parti !!! Certes, il n’ a pas gagné, mais il progresse à grandes enjambées !!!!

Comments are closed.