Bruxelles : « imposer l’emploi du français en France rompt l’égalité entre les citoyens de l’UE »


Bruxelles : « imposer l’emploi du français en France rompt l’égalité entre les citoyens de l’UE »

On ne nous l’avait jamais faite, celle-là… Certes, il y a le plombier polonais et le maçon portugais… Mais ce ne sont pas ceux qui les emploient qui récupèrent la grande partie des chantiers publics visés par la directive Molière.

Tout le monde sait que sont visées ces masses d’immigrés, clandestins de préférence, venant de pays musulmans et parlant arabe entre eux et même aux contremaîtres.

Mais, comme toujours avec l’UE, sous prétexte d’égalité entre citoyens européens ( et au nom de quoi un Anglais ou un Autrichein devraient-ils avoir les mêmes droits que moi dans le pays qui est mien ??? ) on va proscrire de fait l’usage du français et  développer le système inique des travailleurs détachés et autres clandestins. Pour la joie de la libre circulation de nos envahisseurs et autres conquérants discrets.

Sujet polémique dans le cadre de la campagne, la clause Molière relative au détachement des travailleurs a fait l’objet d’une mise au point par Elisabeth Morin-Chartier. Imposer le français sur les chantiers publics pour compliquer l’emploi de travailleurs détachés « contrevient aux libertés fondatrices de l’UE, car elle rompt l’égalité entre les citoyens de l’UE« , a indiqué l’eurodéputée en charge du dossier sur la révision de la directive de 1996 pour le Parlement européen. « Les défenseurs de cette clause Molière semblent parfois oublier que 180 000 travailleurs français sont détachés dans un autre État membre« , rappelle-t-elle. 

Le Parlement européen doit maintenant examiner les 520 amendements déposés sur le texte de la directive. Un vote devrait intervenir en commission Emploi lors de la session du mois de juillet, et le vote en séance plénière ne devrait pas avoir lieu avant le mois d’octobre, après les élections françaises et allemandes.

http://www.touteleurope.eu/actualite/en-direct-du-parlement-europeen-declaration-de-rome-trafic-d-armes-a-feu-et-campagne-presidentiel.html

La directive Molière ne plaît pas à l’UMPS, ne plaît pas à Cazeneuve et ses préfets, ne plaît pas la CFDT, ne plaît pas au MEDEF ( Gazzaz redoute une dérive nationaliste, elle est bien bonne…) Elle déplaît à tous nos ennemis, c’est qu’elle doit être sacrément bonne !

Elle plaît tout de même à certains de nos ennemis, Pécresse, Wauquiez… qui sentent le vent tourner sans aucun doute :

Le président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (LR) a présenté ce lundi une brigade de contrôle chargée de veiller au respect de la « clause Molière », qui vise à imposer le français sur les chantiers de la région, malgré un recours du préfet. Dans une lettre adressée au Premier ministre Bernard Cazeneuve et diffusée à la presse, M. Wauquiez a parallèlement mis en cause un « double discours » de l’État.
    
« Je vous sais sensible à la concurrence déloyale que constitue l’emploi de travailleurs détachés en France », mais « dans le même temps les services de l’État s’emploient à faire obstacle aux initiatives permettant de lutter contre cette distorsion de concurrence », écrit l’élu dans ce courrier.
    
L’ancien préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes Michel Delpuech lui avait adressé le 24 février un « recours gracieux » lui demandant soit de modifier les points litigieux d’une délibération régionale ayant introduit la « clause Molière », soit de la retirer. Cette clause, introduite depuis en Ile-de-France où Michel Delpuech officie désormais, est censée lutter contre la directive européenne des travailleurs détachés en imposant le français sur les chantiers dont la région est maître d’oeuvre.

Une mesure « susceptible de créer une discrimination »

« Les clauses et dispositifs votés par la Région seront bien insérés dans nos marchés publics », déclare Laurent Wauquiez dans ce courrier. Dans son recours, le préfet estimait qu’une des clauses de la délibération était « susceptible de créer une discrimination fondée sur la nationalité des entreprises candidates » et faisait valoir que les agents régionaux ne sont « pas habilités à effectuer les contrôles » sur les chantiers, ni à sanctionner les contrevenants.
    
Lundi, sur le chantier de restructuration d’un lycée à Saint-Chamond (Loire), le président de la région a néanmoins installé une brigade de contrôle composée de cinq agents à temps plein et chargée de vérifier les cartes professionnelles du BTP et la bonne pratique du français, sous peine d’une pénalité de 10.000 euros.

« Les décideurs publics doivent cesser de se retrancher derrière le juridisme pour en faire l’alibi de leur impuissance ou de leur inaction », fustige Laurent Wauquiez, assurant vouloir agir « dans le respect du droit français et européen, ainsi que dans le strict cadre du code des marchés publics ». « Auvergne-Rhône-Alpes est la première Région de France à apporter la démonstration que la préférence régionale, c’est possible », ajoute-t-il. Avant elle, les Hauts-de-France et la Normandie avaient déjà adopté cette clause.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/clause-moliere-wauquiez-installe-une-brigade-de-controle-1121000.html




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

Articles du même thême

15 thoughts on “Bruxelles : « imposer l’emploi du français en France rompt l’égalité entre les citoyens de l’UE »

  1. robertr

    mais quelle bandes de cons!!!!!!!!!!(pardon au RR mais je n’en peut plusde toutes ces conneries)

  2. Christian Jour

    Tiens elle est bonne celle là. les connards qui ont pondu ça, n’on pas l’impression de trahir la France! non, ah bon. Et flamby le mou président pour pas longtemps a accepté bien sur. Toutes ces ordures devront rendre des comptes pour trahison.

  3. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Diviser pour mieux régner !
    Si en France le français ne peut plus être la langue officielle et que l’on cherche la multiplicité des langues ; comment allons-nous nous entendre.
    L’unité fait la force et ils cherchent à diviser pas la langue et donc l’officialisation du communautarisme. Plus il y aura de groupuscules identitaires, plus l’oligarchie sera forte car les groupes ne pourront se parler et s’unir pour contester le pouvoir en place. La fameuse belle unité républicaine, une et indivisible est aussi un leurre.
    Ils en appellent toujours à l’unité, à l’union nationale pour ce qui les arrange et pour un faux semblant d’unité citoyenne mais ce qu’ils font ils œuvrent pour la confusion et la division.

    A propos, comme pour la laïcité, l’attaque de la langue officielle serait-elle pour favoriser une autre langue ? Sinon pourquoi vouloir affaiblir, voire détruire la langue française mais par ailleurs faire la promotion de l’arabe et du turc dans l’enseignement ?

    Nous attaqueraient-ils sur ces deux points qui sont des murs porteurs de notre pays républicain : la laïcité et la langue ????

  4. Sylvie2

    Ils n’ont que faire de la France et des Français, ils raisonnent Europe et Européens et finances c’est tout. Si on empêche les européens de bosser en France à cause de la barrière linguistique, certains pays de l’est vont perdre des marchés.
    Si on impose le français sur les chantiers ce sont les originaires des pays francophones qui vont se pointer et hors les Belges …. je ne vois que les Africains….
    Peut-être qu’il faudrait juste appliquer le programme de Marine ?

  5. Rosace

    Mais ils ne disent rien au Luxembourg, qui a applique une loi nationale autorisant les sociétés luxembourgeoises à embaucher prioritairement ses ressortissants nationaux, sachant qu’en outre celles-ci publient leurs offres d’emploi (c’est systématique depuis quelques années) avec la mention : « langue luxembourgeoise exigée » ou « langue maternelle luxembourgeoise », dans le but d’écarter les candidatures des Français et des Belges frontaliers (mais pas des allemands, très bien vus au Grand-Duché…).

  6. marre-du-PS

    Nous avons entre 6 et 7 millions de chômeurs en France. Les élites pensent-elles que les Français sont trop paresseux pour vouloir travailler sur les chantiers? Pourquoi favoriser les travailleurs étrangers, sinon pour aggraver la casse sociale et favoriser la baisse des salaires, toutes deux dénoncées par Marine Le Pen dans toutes ses rencontres publiques avec le peuple? Nous subissons une concurrence totalement déloyale, et cet état d’esprit favorise le travail au noir (sans jeu de mots), véritable plaie du système. Nos entreprises de transport subissent une dure concurrence de la part des camionneurs étrangers, et il y a un tas d’exemples où les étrangers prennent le travail des Français sur notre sol. Tout cela va dans le sens de la mondialisation forcée, et nous devons absolument le rejeter. Il est temps de retrouver notre souveraineté nationale à tous les niveaux. Pour cela, votons Marine!

  7. angora

    ce n’est meme plus sur les chantiers mais EN FRANCE.
    donc, si je comprends bien le français ne serait plus langue officielle???????????
    je me demande parfois s’ils ne le font pas expres pour nous tester, pour voir jusqu’ou ils peuvent aller.
    et comme personne ne réagit……………ça continue de plus belle.

    1. durandurand

      Exact angora , ils savent très bien ce qu’ils font ,mettre en place et en oeuvre des lois et des contraintes liberticides petit à petit et ne voyant aucune contestation du peuple ou des peuples ils continuent de plus belle , De Gaulle disait que les Français sont des veaux , moi je dis ce ne sont plus des veaux mais des BŒUFS qui vont à l’abattoir docilement !

  8. coco

    Oui et ben moi j’en peux plus de supporter des employés pour me dépanner quand je suis en panne sur mon lieu de travail qui parlent si mal français qu’on n’y comprend qu’à moitié…. Si chacun parle sa langue…. Comment on fait pour avancer tous ensemble?????

  9. Dorylée

    Mais dites moi, quel que soit le pays d’où il est originaire, celui qui veut travailler dans l’aviation civile ne doit-il pas OBLIGATOIREMENT parler anglais ? Quand mettra-t-on fin à la  » clause Shakespear  » qui « contrevient aux libertés fondatrices de l’UE, car elle rompt l’égalité entre les citoyens de l’UE« ?
    Et si je vais travailler dans une entreprise de BTP en ITALIE, mon employeur devra-t-il engager en même temps un interprète pour que je puisse continuer à m’exprimer dans ma langue d’origine puisque je ne parle pas un mot d’italien ?
    Et quand j’irai travailler au parlement européen, j’espère que l’on ne m’opposera pas la  » clause UBU  » car je ne parle pas non plus l’IDIOT…

  10. eozen

    je me demande toujours pourquoi l’espéranto ou autre langue indépendante des nations colonialistes a été abandonnée!!!

Comments are closed.