«Je suis un agent de Poutine, de Trump et de la Chine» : la petite plaisanterie du président tchèque


«Je suis un agent de Poutine, de Trump et de la Chine» : la petite plaisanterie du président tchèque

Prendre le taureau par les cornes avec humour pour fouler aux pieds les flèches ennemies ; c’est ce qu’a fait Milos Zeman, le président Thèque.

_____________________________
«Je suis un agent de Poutine, de Trump et de la Chine» : la petite plaisanterie du président tchèque
11 mars 2017
https://francais.rt.com/international/35100-je-suis-agent-poutine-trump-et-de-la-chine-plaisanterie-milos-zeman

En conférence de presse le 10 mars, le président tchèque Milos Zeman a fait un peu d’humour sarcastique. Interrogé sur ses positions pro-russes, il a avoué être un agent du Kremlin, mais aussi de la Chine et de la nouvelle administration américaine.

«Vous savez quoi, je suis un agent russe, et, en particulier, un argent de Vladimir Vladimirovitch Poutine», a déclaré Milos Zeman le sourire aux lèvres lors d’une conférence de presse à Prague lors de laquelle il a annoncé sa candidature à sa propre succession en 2018.

Czech President Milos Zeman to Run for Second Term https://t.co/AbICFT5WtS— ツ Nick (@npnikk) 11 mars 2017

Poussant le sarcasme encore un peu plus loin, il a ajouté être également «un agent du leader chinois Xi Jinping et de la nouvelle administration du président américain Donald Trump», selon Sputnik Deutschland. 

Depuis qu’il a accédé au poste de président en 2013, Milos Zeman s’est à plusieurs reprises prononcé pour l’abolition des sanctions anti-russes et la restauration de liens économiques et politiques avec Moscou. D’après les derniers sondages, il est l’homme politique le plus populaire en République tchèque.

Le président #tchèque#Miloš#Zeman annonce qu’il sera candidat l’an prochain à sa propre succession 




Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


6 thoughts on “«Je suis un agent de Poutine, de Trump et de la Chine» : la petite plaisanterie du président tchèque

  1. Ariane

    Hors sujet , quoique … : Mesdames, Messieurs, quel est le salaire annuel du Président du Conseil de l’Europe (qui d’ailleurs n’aurait aucun pouvoir réel : à quoi sert-il au juste ?) salaire payé par le contribuable : 355 000 € par an (plus paraît-il que le salaire de TRUMP, j’ai bien dit le salaire du Président des Etats Unis et non pas sa fortune en tant que dirigeant d’entreprise ou actionnaire).
    A quand une enquête sérieuse avec le montant des salaires versés par la clique de ses fonctionnaires Européens ? Au moins pour les principaux .. Et une enquête publiée et divulguée au plus grand nombre. Enquête qui mettrait également en avant l’utilité réelle de toute cette nomenklatura non élue qui nous impose ses lois sans que nous n’ayons jamais notre mot à dire …
    Combien coûte aux contribuables Français l’administration Européenne ?

  2. RIXO

    Je suis sûr que Milos Zeman ne plaisante pas tant.

    Il est donc notre ami. Ces trois pays devraient être les seuls à pouvoir nous venir en aide si nous leur demandons et si nous unissons nos efforts aux leurs. Bon, les Chinois sont quand-même un peu loin. Je rêverais de voir ces trois grands pays fraterniser au motif de leur action commune en Europe.

    Un ennemi commun, ça crée des liens !

  3. Fallaci

    Alors que l’Allemagne, l’Autriche, les Pays Bas et la Suisse s’opposent à des tenues de meeting pro-Erdogan, qui veut renforcer ses pouvoirs,

    Le ministre turc des affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, dont les Pays Bas ont interdit l’atterissage de son avion,
    à reçu l’autorisation d’atterrir à Metz pour y tenir un meeting.

    Ces élites françaises…. sans culottes… sans couilles…. sous quinquennat aux senteurs putrides… ne peuvent se soustraire à l’opinion contraire du peuple Français dont ils présument de renvoyer une image de lâches, alors qu’eux seuls croûtent sous ce fardeau.

    L’ambassade des Pays-Bas en Turquie bouclée après qu’une ministre turque a été bloquée à Rotterdam
    11 mars 2017, 21:20

    L’ambassade des Pays-Bas en Turquie bouclée après qu’une ministre turque a été bloquée à Rotterdam© Yves Herman / Reuters

    La police bloquant la rue devant le consulat de Turquie à Rotterdam
    On pensait la tension entre les Pays-Bas et la Turquie à son comble après l’interdiction d’un meeting pro-Erdogan du ministre turc des Affaires étrangères à Rotterdam. Elle est encore montée d’un cran après un nouvel incident diplomatique.

    Le ministère turc des Affaires étrangères a annoncé le 11 mars que l’ambassade et le consulat néerlandais avaient été bouclés, rapporte l’agence de presse Reuters. La résidence de l’ambassadeur des Pays-Bas, du chargé d’affaires et du consul général ont connu le même sort.

    La décision d’Ankara survient après que sa ministre des Affaires familiales, Fatma Betül Sayan Kaya, a été empêchée par la police néerlandaise de pénétrer dans le consulat turc à Rotterdam, comme l’a rapporté la chaîne d’information NOS.

    Un journaliste de la chaîne néerlandaise a publié sur les réseaux sociaux des images prises sur place, montrant des policiers qui bloquaient un convoi de véhicules.

    L’agence de presse turque Anadolu a ajouté que plusieurs de ses correspondants, venus couvrir la visite de la ministre, avaient également été bloqués.

    Des manifestants armés de drapeaux turcs ont afflué à proximité du consulat en marque de soutien, une protestation qui a été massivement retransmise par les médias nationaux.

    Plus tôt, les Pays-Bas avaient annoncé qu’ils «retiraient les droits d’atterrissage» de l’avion d’un autre ministre turc, celui des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, après qu’Ankara avait menacé le pays de sanctions si son ministre ne pouvait y tenir un meeting de soutien au président Erdogan.

    Auteur: Ruptly TV
    Mevlut Cavusoglu a en revanche pu atterrir à Metz dans la soirée du 11 mars. Il tiendra un meeting le lendemain, sur invitation d’une association turque locale, à quelques semaines d’un référendum en Turquie, qui pourrait voir Recep Tayyip Erdogan renforcer ses pouvoirs.

  4. frejusien

    Ariane, oui, une enquête publiée là-dessus, ferait réfléchir pas mal d’européistes,
    d’autant qu’ils veulent nous mettre encore plus d’europe, trésor, finances, et armée européenne avec encore des frais supplémentaires, et des impôts de plus, et des contraintes de plus

Comments are closed.