Mes parents interdisaient de parler arabe dans le métro « pour ne pas gêner les habitants du pays


Mes parents interdisaient de parler arabe dans le métro « pour ne pas gêner les habitants du pays

C’est le jeune Hossam Boutros-Messiha qui parle, devenu Haut-fonctionnaire et aujourd’hui Jean Messiha, un des principaux conseillers de Marine.

Sur son blog « …Il ne s’agit pas non plus comme je l’ai entendu souvent de « refermer la porte » derrière moi et de rendre impossible tout parcours comme le mien. Je rappelle que quand j’ai été naturalisé à 20 ans, j’en avais fait la demande à 18 ans. Dans mon dossier figurait une scolarité bien menée, une parfaite maîtrise de la langue française et de l’Histoire de France et d’un Bac obtenu avec la mention « Assez Bien ». Et bien entendu, un casier judiciaire totalement vierge.
Par ailleurs, je viens d’une famille dont les parents interdisaient de parler arabe dans le métro « pour ne pas gêner les habitants du pays » ; de parents qui m’expliquaient qu’en tant qu’étrangers (que nous étions encore à l’époque), il nous fallait toujours fournir plus de gages que les autres pour pouvoir réussir ; de parents francophones et francophiles qui m’ont toujours enseigné leur amour de la France et toujours décrit une France généreuse qui savait reconnaître ses enfants, même adoptifs, en fonction de leurs seuls mérites. Je ne dis évidemment pas que je suis seul à avoir vécu tout cela…. ».

 

 

A lire en complément le superbe récit de son itinéraire :

Jean Messiha : l’autre énarque de Marine Le Pen

Jean Messiha. Haut fonctionnaire au ministère de la Défense, il occupe un rôle clé auprès de Marine Le Pen. Photo ©Reuters

Jean Messiha. Haut fonctionnaire au ministère de la Défense, il occupe un rôle clé auprès de Marine Le Pen. Photo ©Reuters

 

FN. Inconnu du grand public, l’énarque d’origine égyptienne Jean Messiha a été adoubé par Marine Le Pen lors des assises présidentielles du FN à Lyon. Rencontre avec le très atypique porte-parole des Horaces, les experts de l’ombre de la candidate, devenu l’un de ses conseillers les plus influents

Entre les deux, le coup de foudre a été immédiat. « Bonjour madame, je suis Jean Messiha, Français de souche par naturalisation », lui lance-t-il ce jour de décembre 2014. Éclat de rire de Marine Le Pen. Au bout de deux heures dans son bureau de Nanterre, celle-ci est conquise : « En plus de ses compétences, il m’a parlé de la France comme un amoureux, confie-t-elle. Je suis quelqu’un d’instinctif, je ne fais pas passer les gens sous la toise ; son patriotisme m’a touchée, émue. » Lui qui l’avait sollicitée par e-mail quinze jours plus tôt ressortira « subjugué » de ce premier rendez-vous. Suivront de nouveaux entretiens et « des centaines de pages » de notes.

Une collaboration demeurée secrète jusqu’en mai 2016 et le “coming out” de Messiha, devenu le porte-parole des Horaces, ce groupe d’experts surdiplômés travaillant dans l’ombre pour Marine Le Pen. Signe qui ne trompe pas de l’importance qu’a prise l’énarque et docteur en économie d’origine égyptienne auprès de la candidate FN : son nom fut le seul à être cité, dimanche dernier, dans son discours de clôture des assises présidentielles de Lyon. Manière pour celle-ci de « rendre hommage » à celui qui a pris une part aussi décisive que méconnue dans la rédaction des 144 propositions de son programme. Non sans susciter quelques jalousies en interne…

« S’il y a une fenêtre de tir d’un millimètre, je l’utilise »

Rien, pourtant, ne prédisposait cet Oriental élégant et volubile de 47 ans, haut fonctionnaire au ministère de la Défense, à devenir, un jour, l’une des têtes pensantes de Marine Le Pen. « Pour moi, explique-t-il, le FN de Jean-Marie Le Pen et ses relents fascistoïdes était un instrument du système en place, lui permettant d’aiguiller la contestation. Si vous étiez contre l’Europe ou contre l’immigration, vous étiez un nazi, car vous étiez au FN ! Le Pen avait accepté d’endosser ce rôle. Il ne voulait pas du pouvoir, sinon il ne se serait jamais permis ses outrances… » Né au Caire en 1970, de parents égyptiens coptes, débarqué à Mulhouse à 8 ans sans parler un mot de français, le jeune Hossam Boutros-Messiha se veut exactement l’inverse : prêt à tout pour réussir. « Je ne lâche jamais rien, dit-il. S’il y a une fenêtre de tir d’un millimètre, je l’utilise. »

Plus culotté que lui, tu meurs ! En juillet 1989, alors âgé de 19 ans, il est commis durant l’été au room service de l’Hôtel de Crillon, à Paris. La France mitterrandienne y loge une partie des 160 chefs d’État conviés à célébrer le bicentenaire de la Révolution. « Mon responsable me demande d’apporter un plateau à la suite 101, la plus belle de l’hôtel, avec sa terrasse donnant sur la Concorde », raconte-t-il. Derrière la porte, surprise : le président égyptien Moubarak ! À l’issue d’un bref échange avec ce jeune homme de son pays, le raïs termine avec une formule de politesse propre à la contrée des pyramides : « Cela signifie : “Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? ”, auquel on doit répondre par : “Non merci, je n’ai besoin de rien.” » Sauf que le jeune Hossam rétorque : « Oui, monsieur le président, j’ai quelque chose à vous demander. » Puis enchaîne sur la situation de son père, diplomate, contraint de retourner en Égypte il y a quatre ans et rêvant d’un retour en France. Moubarak opine : « C’est fait ! » Tétanisé, Messiha n’arrive pas à y croire. Présente à ses côtés, la femme du chef de l’État confirme : « Mon garçon, sois rassuré, lui dit-elle, quand le président de la République a parlé, personne ne peut parler après lui. » Un mois après, son père reçoit une nouvelle affectation, mais au… Danemark. Nullement découragé, Hossam file à la poste où il envoie un télégramme au palais présidentiel du Caire, rappelant la première dame à sa promesse. Deux jours plus tard, son père est muté à Paris par décret présidentiel !

SUR LE MÊME SUJET

 

Lui qui n’aspire qu’à se « franciser »

C’est avec ce même acharnement qu’il finira, en plus de son doctorat d’économie, à décrocher Sciences Po et l’Ena — en s’y reprenant à trois fois dans les deux cas ! Avant cela, ce fut, dit-il, son « appropriation de la France ». La lecture à marche forcée : de Oui-Oui à la ferme, son premier livre, aux grands classiques avalés à la chaîne : Molière, Hugo, Dumas, Balzac, Flaubert… Et puis l’histoire : Bainville, Michelet… À l’école, son professeur de théâtre le pousse à vaincre sa timidité par les mots : « Pisse, jeune homme ! Il faut que ça sorte ! » Lui qui n’aspire qu’à se « franciser » — jusqu’à changer de prénom lors de sa naturalisation à 20 ans — découvre dans le même temps combien l’époque est à contre-courant de ses aspirations.

Jean%20Messiha%202.jpg
Marine Le Pen à l’issue de son discours aux assises présidentielles de Lyon. Au premier plan à l’extrême gauche, Jean Messiha.

« Je ne comprenais pas pourquoi ce pays merveilleux était quasi systématiquement dénigré par ses propres représentants. À l’adolescence, j’ai vécu un véritable malaise identitaire : je voulais être français, alors que partout on répétait que la France était un pays rance, un pays de collabos, de racistes… Comment voulez-vous vous assimiler, être fier d’être français, quand ceux-là mêmes qui devraient vous donner foi en votre pays, ses dirigeants, ses professeurs, cherchent à vous en écarter ? Moi, je suis devenu français malgré la France, par contrebande identitaire. » Un jour, l’un de ses camarades de lycée à qui il vante son « sentiment de francité » ira jusqu’à lui rétorquer : « Mais tu es fou, tu vires Front national ? Tu as de la chance d’être un étranger… »

«La vérité, c’est que l’Europe actuelle ne vise qu’à un objectif : tuer les États-nations»

Mais de FN, il n’est alors pas question. Simplement d’« amour fou » pour la France : « Je suis parti travailler un an à Abou Dhabi en 2007 ; lorsque je suis revenu, c’était un bonheur, vous ne pouvez pas savoir ! Si j’avais pu l’étreindre… »La politique, en revanche, le taraude déjà. Dans son viseur, très rapidement : la poussée islamiste. « En Égypte, quand j’étais petit, toutes les communautés faisaient bloc, se souvient- il. Nos voisins musulmans nous apportaient des gâteaux pour Noël. Lorsque j’avais 4 ans, nous sommes partis vivre trois ans à Bogotá ; à notre retour, tout avait commencé à changer. La voisine s’était voilée ; lorsque nous avons frappé à sa porte, nous avons cru qu’elle avait déménagé. L’université du Caire en 1969, c’était la Sorbonne, minijupes et cigarettes ; dix ans après, c’était Téhéran. » Une leçon tirée : « La tolérance vis-à-vis de l’islamisme ne profite qu’aux islamistes. » Autre leçon de vie, ou plutôt de cours : la défiance vis-à-vis de l’Europe.

Après avoir voté “oui” « par suivisme » à Maastricht, en 1992, il soutiendra le “non” lors du référendum sur la Constitution européenne de 2005. Explication de ce revirement : la rédaction de sa thèse, rendue entretemps, consacrée au « statut économique des politiques budgétaires face aux traités de Maastricht et d’Amsterdam »« Contrairement à ce que racontent les élites, dit-il, ce ne sont pas les “bas instincts” qui amènent au souverainisme, mais au contraire la connaissance approfondie de la question. La vérité, c’est que l’Europe actuelle ne vise qu’à un objectif : tuer les États-nations. » En 2005, l’Ena (promotion Romain-Gary) est aussi pour lui « un poste privilégié pour voir la fracture entre les élites et le peuple : lors du référendum, sur les 117 étudiants, nous n’étions que 14 à défendre le “non” comme 54 % des Français… »

Après avoir voté, entre autres, Villiers, Chevènement et Dupont-Aignan, Chirac au second tour de 2002, mais jamais Sarkozy, à la présidentielle, le voilà pilier de la campagne de Marine Le Pen pour 2017. Une première dont il s’est entretenu, récemment, avec Henri Guaino, son ex-maître de conférences à Sciences Po, avec lequel il est resté en contact. « Il m’a dit qu’il n’était pas prêt à franchir le pas, mais que l’amour pour la France qui existait “chez ces gens-là” [au FN, NDLR] le touchait. » Qu’importe ! Messiha, « Arabe à l’extérieur, Français à l’intérieur », comme il se définit, en est convaincu : son parcours et ses diplômes vont aider à « ouvrir les yeux de beaucoup de Français ». Quitte, pour l’heure, à voir se détourner de lui plusieurs de ses “amis”.

http://www.valeursactuelles.com/politique/jean-messiha-lautre-enarque-de-marine-le-pen-66333





15 thoughts on “Mes parents interdisaient de parler arabe dans le métro « pour ne pas gêner les habitants du pays

  1. SarisseSarisse

    Un beau parcours qui rappelle, en Égypte celui d’un autre copte francophone , Boutros-Boutros Ghali qui, de part sa nature de dhimmi au yeux des musulmans n’est jamais parvenu à se hisser à un rang plys élevé que celui de ministre des Affaires Étrangères des gouvernements S’adapte et Moubarak.
    C’est aussi justice pour un chrétien d’Orient qui lui, sait très bien, comme un autre chrétien d’Égypte, le père Henri Boulad, ce qu’il y a dans le Coran.

  2. cayssials

    au moins 1 qui a compris ce qu’est la france et ce quelle représente
    ke pense qu’ils sont pas tres nombreux comme lui

  3. severic2009

    Quand on vient en France,pour vivre en France,on fait tout pour devenir Français,et là seulement,on devient Français,ce n’est pas une carte d’identité qui vous fait devenir Français,c’est l’AMOUR de ce pays et tout ce qu’il représente,mais a quoi bon essayer expliquer a ceux qui la HAÏSSENT,cela il n’y a qu’un mot: DEHORS, …

  4. Xtemps

    C’est le genre de personne qui aime la France, comme certains sont passionnés des pyramides d’Egypte, comme bien d’autres grandes civilisations, mais que l’Islam ne l’a pas accroché à cause de son instruction et son intelligence acquise.
    L’islam rabaisse l’humain et son intelligence par son arrogance stupide et n’apporte aucun raffinement à personne, et que nos dirigeants nous imposent cette saloperie en Europe, et surtout, qui n’est pas un honneur pour nous les européens, mais une insulte.
    Cet homme voyait déjà le danger de l’Islam destructeur sur le terrain, utilisé par les dirigeants au pouvoir centralisateur mondial, comme une arme contre les peuples du monde.
    Et il n’est pas le seul à le voir dans les musulmans forcés de l’être, les dégâts de l’Islam dans le monde.
    J’ai vu une interview avec un journaliste et un ex-musulmans, disant que l’islam est mourant et que énormément de musulman, dans les pays musulmans, ne croient plus à l’Islam en secret et que c’est la peur qui les tient à l’Islam.
    Que si le prophète n’avait pas en premier lieu, instruit de tuer ceux qui quittent l’Islam, l’Islam se serait effondrer avant même de naître.
    C’est donc la peur que nos dirigeants utilisent pour contraindre les peuples, comme les musulmans le font chez eux, comme toutes les dictatures, mais chez nous en Europe c’est le racisme et autres excuses bidons qu’ils utilisent pour la peur, comme le délit de blasphème, qui ressemble étrangement à l’Islamophobie, comme bien des accointances entre l’islam et le politiquement correct de nos escrocs aux pouvoirs centralisateur, qui tient tout l’ensemble du monde.
    Comme les apostats musulmans, nous européens devons faire l »effort d’être des apostats du racisme et du politiquement correct, passer au dessus et se débarrasser du racisme comme du politiquement correct et islamiquement correct définitivement, avec l’esprit libre et serein.
    Je suis donc moi Xtemps un apostat du politiquement correct et du racisme et autres délits blasphématoires du politiquement correct islamique de l’Eurabia, l’esprit libre et serein.
    Ps: Envoyez moi çà à l’égyptien qui aime la France, nous remettrons les Pyramides et la tour Eiffel à jour, pays des droit de l’homme le retour, comme seul les grands savent le faire.

  5. SarisseSarisse

    Et en plus il a une tête de scribe, le même scribe égyptien du temps des pharaon que nous pouvons admirer au musée du Louvre, gageons que ce haut-fonctionnaire servira sans relâche la France eg les français et qu’il sera, entre autres conseillers le Mazarin de Marine.

    La grande France n’est pas une terre de repli, mais elle doit d’abord accueillir et fêter ceux qui l’aiment et écarter sans ménagement ceux qui lui crachent dessus.

  6. Celtillos

    comme le dit si bien ce Monsieur au parcour admirable  » être Francais ce n’est pas naitre ou avoir des papiers Francais, c’est aimer et cherir la France », certains « étrangers » qui aiment ou ont aimé la France sont plus Francais que certains Francais de souche, je pense entre autres aux membres du groupe Manoucian, être Francais cela se mérite et c’est un honneur de pouvoir se dire « vrais Francais »!

  7. frejusien

    c’est vrai qu’il a une tête de scribe égyptien, de pure souche, remontant 5000 ans en arrière, avant l’invasion de la secte tueuse,
    c’est normal qu’il se reconnaisse plus volontiers dans les valeurs françaises plutôt qu’islamistes,
    les égyptiens anciens furent un peuple magnifique et une civilisation de premier plan , qui a laissé tant de témoignages dans la pierre, les objets de la vie quotidienne, l’écriture, etc
    malheureusement l’arabe égyptien actuel, n’ arrive pas au petit doigt de pied des égyptiens pharaonique,même s’il se réclame fièrement comme descendant de celle-ci,
    qquns le sont pourtant, la preuve

  8. Jean Ducluzeau

    Très émouvant ! Français de cœur et d’esprit, mais de souche copte c’est-à-dire chrétienne. Quel beau parcours !

  9. SarisseSarisse

    Marine a trouvé son Mazarin (un autre étranger qui servit la France).

    Un jeu de mot amusant sur son nom , même s’il ne faut pas fêter Pâque avant les Rameaux une formule de résurrection que connaissent tous les chrétiens (catholiques comme orthodoxes ) du monde arabe/

    « Massiah qam , hakan qam! » (Jésus est ressuscité, il est vraiment ressuscité »!)

    Et bien Messiha qam! Jean Messiha s’est levé et aidera à la résurrection de la France!

    Jean Messiha en anglais et en français, en arabe polyglotte et patriote!

    https://www.youtube.com/watch?v=eA6hdXNCcVo

    https://www.youtube.com/watch?v=GouGByvOrmg

    http://medias.france24.com/ar/vod/2017/02/27/AR_20170227_191252_195602_CS.mp4

    Le FN de Marine Le Pen, le repli? vraiment?

  10. SarisseSarisse

    Alors le parti « raciste » , anti « arabe », « antisémite »?

    Marine trinque même en hébreu, « A la Vie  » « Lehaïm »… avec une journaliste métisse , non pas Pulvar, bien sûr mais Karine Le Marchand!
    http://www.dailymotion.com/video/x4x03qn

    Même si je ne m’enflamme pas encore pour Madame Le Pen c’est bien à la fois le seul discours patriotique que nous puissions entendre et pas du tout de repli ni de rejet de qui que ce soit en espérant plus de courage face à l’islam.

    http://www.dailymotion.com/video/x4x03qn

    Fillon , malgré les boules puantes et ses errements passés n’est pas en reste avec une Malika Sorel dont j’espère pour elle qu’il ne l’instrumentalise pas.

  11. René FAVAND

    Ce personnage est un example, pour être bref :
    Ne confondons pas DAESH, l’Islamisme déchaîné et les arabes qui sont amoureux de la France et se sont intégrés sans difficultés, sa famille lui ayant inculqué le principe de respect de l’accueillant. Le niveau intellectuel compte beaucoup, mais l’intelligence encore plus. Alors, c’est vrai, pas d’amalgame
    Mais ne soyons pas cons, ne répétons pas ce slogant imbècile sans savoir ce qu’il signifie et faisons nettement le distingo : D’un côté : des criminels qui n’ont comme projet et objectif de nous envahir et nous SOUMETTRE de force à leurs lois et de l’autre des cytoyens étrangers, comme cet homme, un Egyptien qui est venu en France avec sa famille et… son récit vous en dira plus que moi.
    Bravo à Marine qui a été à l’écoute et a tout compris !!
    Elle, au moins n’est pas vendue aux Criminels qui préparent en secret et en mars non le printemps , mais notre soumission planifiée à un ENNEMI que personne de cette sinistre équipe ne veux appeler comme tels. Tu m’étonnes, ils en sont les instigateurs et EUX SAVENT dans quel but.

Comments are closed.