Scandaleuse plainte de la mosquée de Saint-Nazaire contre Jean-Claude Blanchard, élu FN


Scandaleuse plainte de la mosquée de Saint-Nazaire contre Jean-Claude Blanchard, élu FN
Illustration : nous étions tous autour de Jean-Claude pour le soutenir hier
Ce mardi 7 mars, notre ami Jean-Claude Blanchard (conseiller municipal FN de Saint-Nazaire & conseiller régional FN des Pays de Loire) était assigné à comparaître au Tribunal correctionnel de Saint-Nazaire, suite à la plainte pour diffamation de l’association musulmane de Saint-Nazaire. Son « crime »: avoir dénoncé dans un communiqué la mise à disposition par la mairie d’un gymnase à l’occasion de l’Aïd 2016, fait avéré et revendiqué par le maire PS David Samzun.
Dans ce même communiqué, Jean-Claude Blanchard, induit en erreur par un informateur peu fiable, avait suggéré que, lors de cette célébration et selon la coutume, des animaux avaient été sacrifiés rituellement dans ce même gymnase. Aussitôt averti de cette bévue, il avait fait un rectificatif et présenté ses excuses à l’association musulmane de Saint-Nazaire. Le dirigeant de cette association, au nom des ses coreligionnaires « blessés » dans leur amour-propre, décida de porter plainte malgré tout.
Le procureur de la République de Saint-Nazaire, bien avisé pour le coup, mettant en avant les excuses présentées par notre ami Jean-Claude, tenta de concilier les deux parties pour clore le dossier et ainsi éviter un procès inutile. Le dirigeant de l’association persista dans le maintien de sa plainte. Dont acte.
Les Patriotes ne laissent jamais un des leurs seul face à ses juges. Nous étions donc une quinzaine d’irréductibles gaulois, dans l’enceinte du Tribunal correctionnel  de Saint-Nazaire, autour de notre ami Jean-Claude, pour une première confrontation entre les deux parties. Un représentant de l’association était présent, assisté d’un avocat. Jean-Claude, précisa au Procureur que son avocat, Maître Frédéric Pichon, n’assisterait pas à cette première audience.
Le représentant de la mosquée, avisé qu’une consignation (1500 euros) était demandée dans un certain délai pour que la plainte soit jugée recevable prit alors la parole. Il précisa que son association, à but non lucratif, était fort peu argentée, que la somme était énorme, que forte de « seulement » une centaine de membres payant une cotisation de 20 euros, il leur était impossible de réunir cette somme. D‘où aparté entre le Procureur et ses adjoints, qui décida de réduire la consignation à 300 euros !
Par ailleurs, l’association réclame 2000 euros pour réparation du « préjudice » subi, la parution dans les journaux locaux et l’affichage en mairie de la possible condamnation.
La date du procès est fixée au 11 juillet 2017.
Je ne doute pas un seul instant que nous nous retrouverons à plus de quinze Patriotes pour assister notre ami Jean-Claude ce jour-là.
Note de Christine Tasin
Les consignations étant fixées en fonction des revenus des plaignants, on ne peut pas comprendre pourquoi celle de la mosquée fixée initialement à 1500 euros passe à 300 dans un contexte où le procureur de la République en personne laisse entendre que la plainte est abusive et que les excuses fournies suffisent. Dans ce cas de figure je ne comprends pas pourquoi il n’a pas laissé la caution à 1500 euros, laissant le représentant de la mosquée décider de maintenir ou pas sa plainte à ce prix…



Philippe Bescond-Garrec

Adhérent Résistance Républicaine Pays de Loire, patriote Français de souche Bretonne. Défenseur de la Loi de 1905 Militant de terrain pour la sauvegarde de sa culture, de son patrimoine, de ses us et coutumes. Fier, déterminé, irréductible.


17 thoughts on “Scandaleuse plainte de la mosquée de Saint-Nazaire contre Jean-Claude Blanchard, élu FN

  1. henri smeyers

    Porté au 11 juillet 2017 ? Inutile de se déplacer, les enjeux auront débordé du cadre. Ca aura bardé bien avant.

  2. Pascal PROUTEAU

    Bonjour à tous,

    C’est encore une conséquence de « l’effet Marine »: ils ont tellement peur que le FN arrive à l’Élysée, signant la fin des « largesses » gouvernementales, qu’ils se dépêchent d’intenter des actions avant cette échéance! De toutes façons, ils l’auront dans le cul quand-même (comme Théo).

  3. Christian Jour

    Les musuls ne reculent devant rien, pourquoi le feraient-ils d’abord, puisqu’ils sont écoutés.

  4. NICOLAS F.

    L’islamisation des pays de Loire est en cours.De tout le territoire français c’est une erreur historique qui va couter cher à l’Histoire de France.
    L’islam en Bretagne,on en veut pas.
    Breton outragé,Breton vengé.

  5. Xtemps

    Il y a aucun préjudice à avoir avec ces musulmans en France, personne ne les à invité de venir en Europe,et nous n’avons pas à recevoir ces gens là par la force contre notre volonté, sans consultation populaire par référendum, dehors!.
    Je refuserai toujours de payer un centime pour cette injustice.
    Les dictatures imposent toujours, les vrais démocraties proposent au peuple et n’imposent jamais.
    Cette cour de justice est une vrai tyrannie, et n’a aucune impartialité, des tyrans avec partialité, alliés de la dictature de l’union européenne, la dictature des juges et mur des cons.
    Ces magistrats là doivent être démis de leurs fonctions sur le champ, c’est des danger publique et criminels, ils ont du sang sur les mains, c’est des assassins, des criminels et jamais je donnerai la main à ces gens là.

    1. Claude LaurentClaude Laurent

      On vous rétorquera « droit du sol »……ces braves sont Français musulmans? pardon musulmans de papiers Français selon le slogan de D Boubakeur et son identité « supra-nationale »

  6. Rosace

    Si le procureur estimait la plainte des mahométans abusive, alors il n’avait qu’à classer leur demande sans suite. Des milliers de plaintes de Français sont classées sans suite si même elles ont la chance d’aller plus loin que la main courante chez les flics.
    Le procureur n’a pas classé sans suite. Le problème, c’est donc bien à ce niveau qu’il se situe, et pas ailleurs.
    Pourritures de magistrats, il n’y en a pas un pour relever l’autre.

  7. durandurand

    Un hors sujet qui mérite d’être su par les patriotes .
    Un ami habitant l’Aisne m’a envoyé ce lien .
    Le portrait bobo de l’électeur FN ,Le livre démontre que les électorats FN se retrouvent sur des thèmes comme la « perte de respectabilité» ou la compétition scolaire.

    L’électeur FN, un « beauf machiste, homophobe et xénophobe ». Avec 6,8 millions de votes portés aux élections régionales de 2015 sur le parti de Marine le Pen, ce portrait-robot a-t-il encore du sens ? Érigé en profil commode par certains, le stéréotype du « prolo raciste et abusé » méritait d’être réinterrogé. C’est désormais chose faite avec l’ouvrage collectif Les Classes populaires et le FN, explications de votes.
    Ce livre vendu sans droits d’auteur, rassemble une quinzaine d’enquêtes et analyses de politologues et de sociologues, issus pour bonne part de l’université de Picardie (UPJV). C’est d’ailleurs à l’UFR de Droit/Science Po que ses auteurs l’ont présenté ensemble mardi dernier. Le recueil souvent adossé à des verbatims d’électeurs frontistes cherche « à y voir de plus près, pour viser juste contre le Front national et mieux le combattre, un moyen de préparer l’avenir. Car les croisades morales, les indignations vertueuses, la dénonciation d’affaires, ne suffisent plus à faire reculer le vote FN », admet Willy Pelletier, coordinateur général de la très à gauche fondation Copernic, partenaire du livre.
    Pour ce faire, les auteurs ont pris le parti de déconstruire des idées reçues. À commencer par celle qui veut que le FN serait le premier parti ouvrier de France. Le premier parti ouvrier de France, « c’est l’abstention », conteste Patrick Lehingue, professeur de Science politique à l’UPJV. Si les deux-tiers des électeurs du FN aux dernières régionales étaient issus des classes populaires, 61 % des ouvriers se sont abstenus et 17 % n’étaient pas inscrits. « De sorte que ce n’est plus qu’un ouvrier sur sept qui avait voté pour le FN ».
    L’ouvrage met aussi et surtout en évidence « la grande dispersion sociale des votes FN. Il ne s’agit pas d’un électorat, mais d’un conglomérat », pose notamment Daniel Gaxie (Paris-Sorbonne).
    Les enquêtes le vérifient en s’immergeant tour à tour dans ce village de la Somme, en périphérie urbaine, à l’usine et même dans un château bourgeois. Les électorats du FN se retrouvent sur l’angoisse du déclassement, autour de la « perte de respectabilité », de la perte de sociabilité, de la compétition scolaire… autant de thèmes qui explorent bien d’autres champs que celui de la seule disposition xénophobe, « cette clef omnibus qui tourne de plus en plus dans le vide ».
    Gaël Rivallain (Courrier picard)
    http://www.aisnenouvelle.fr/11081/article/2017-03-06/le-portrait-bobo-de-lelecteur-fn
    Les classes populaires et le FN, Éditions du croquant – savoir/agir (coordination de Gérard Mauger et Willy Pelletier), 5 euros.

  8. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Interview : Florian Philippot dit toute la vérité sur Fillon et Macron ! – LCI (06.03.17)
    :: https://www.youtube.com/watch?v=gbSB607n8sg

    – sur Fillon et Macron mais pas que ; « les fameuses affaires du FN/RBM »

    Mais comme toujours quand même « le blocage type Ara » de la chroniqueuse qui se gargarise comme tous ; et comme toujours ce sont surtout les question qui importe dans ces interviews du point de vue des chroniqueurs.

  9. deniauddeniaud

    Toujours aussi révoltant de voir les sournois et minables agissements d’une certaine… disons.. société ( attention aux mots rigoureusement interdits dans notre riante France ).

    Par contre , un grand plaisir de voir les mines fort sympathiques de francs camarades patriotes du pays nantais , solidaires et actifs.
    On a du mal à croire que ce serait en réalité de dangereux fachos capables du pire !
    Et un grand bonjour à Philippe Bescond-Garrec que nous avions le plaisir de lire, et qui nous revient avec un large sourire lui aussi.
    Pierre , du pays rochefortais 17

    1. Philippe BESCOND-GARREC

      Bonjour et merci Pierre, je reprends du service après une courte pause régénératrice. Le combat ça use, mais rien de tel que l’esprit de camaraderie qui nous anime pour reprendre des forces et retrouver le sourire malgré l’âpreté de la lutte qui nous unit. Kenavo !

      1. deniauddeniaud

        merci de votre prompte réponse Philippe, je n’en attendais pas moins d’un homme tel que vous.
        J’ai vaguement entendu parler de vos « soucis » comme on dit aujourd’hui , et cela se voyait bien à l’absence de vos textes.
        Peut-être savez-vous qu’il y a quelques mois, Christine et Pierre , juste après vous avoir rendu visite, sont « descendus » jusqu’à Rochefort 17 pour voir pour la première fois notre équipe et ma petite personne ?
        Nous continuons toujours à nous rencontrer sur le 17 tous les mois et nous faisons ce que nous pouvons , pour réinformer , recruter , nous organiser pour l’avenir, nous transmettre un maximum de données fiables et qui pourront servir.
        J’espère avoir un jour le plaisir de vous rencontrer, vous et les RR du pays nantais.
        Bien amicalement.
        Pierre dans le 17

  10. MaximeMaxime

    Bon courage à cet élu de la République, face au processus judiciaire qu’il doit affronter.
    De mon point de vue, il n’y a pas de diffamation étant donné que l’égorgement fait partie de l’aïd et n’est donc pas perçu par les musulmans comme une coutume infamante, puisqu’ils la pratiquent. Tout dépend cependant de la formulation du communiqué, naturellement.
    Quant à dénoncer la mise à disposition d’une salle par le maire, si elle a lieu à titre onéreux, cette critique n’a pas lieu d’être au regard du contexte juridique. Si ce fut à titre gratuit, la loi de 1905 l’interdit.
    C’est actuellement une obligation du maire, comme l’a rappelé le Conseil d’Etat l’été dernier à propos d’une mosquée à Nice dont l’ouverture temporaire pour le ramadan était requise par une association musulmane.
    Le juge des référés décide le 30 juin 2016 :
    « En ce qui concerne l’atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale :
    7. La liberté du culte a le caractère d’une liberté fondamentale. Telle qu’elle est régie par la loi, cette liberté ne se limite pas au droit de tout individu d’exprimer les convictions religieuses de son choix dans le respect de l’ordre public mais a également pour composante la libre disposition des biens nécessaires à l’exercice d’un culte ».
    Or, le Conseil d’Etat présume, sans s’appuyer sur aucune source islamique précise, qu’il faut une salle mise à disposition par la mairie pour fêter le ramadan !
    Il considère que c’est une obligation de la puissance publique, la commune plus exactement.
    Pour le Conseil d’Etat, il y avait une urgence justifiant la décision rendue contre le maire de Nice en référé :
    « Il résulte de l’instruction que la ville de Nice ne compte que treize salles de prières ouvertes aux fidèles du culte musulman. Au regard du nombre de personnes de confession musulmane qui résident dans la ville, ce nombre fait apparaître une insuffisance de lieux de culte qui est particulièrement accusée dans la zone de Nice-Ouest où sont seulement recensées trois salles de prière, de dimension modeste. La ville de Nice reconnaît le caractère insatisfaisant, au regard des conditions dans lesquelles les fidèles doivent normalement pouvoir exercer leur culte, de la situation existante. Afin d’y remédier, elle envisagerait d’ailleurs la création, à l’ouest du territoire communal, d’une salle de prière d’une superficie de 1 000 mètres carrés. Dans l’attente de la réalisation éventuelle de ce projet, qui serait actuellement à l’étude, il apparaît, ainsi que le fait valoir le ministre de l’intérieur dans ses observations, que les lieux de prière existants ne permettent pas, en particulier à l’ouest de la ville de Nice, aux fidèles du culte musulman d’exercer leur culte dans des conditions normales de dignité et de sécurité. Cette situation se trouve aggravée en période de Ramadan, qui a débuté le 6 juin dernier et s’achèvera le 5 juillet prochain ».
    Or, quel besoin impérieux y aurait-il à ouvrir des mosquées ?
    La dimension collective de la liberté de culte n’est pas consacrée par la Déclaration de 1789.
    Seule l’orientation imprimée aux droits de l’homme par le nouvel ordre mondial impulsé dès la CEDH de 1950 conduit à ce résultat !
    Dans tous les contentieux de ce genre, on note l’absence de recherches de nature théologique sur ce qu’exigerait telle ou telle religion à cet égard !
    On présume que la dimension collective est inhérente au culte mahométan, sans le démontrer.
    Aussi incroyable que ça puisse paraître, aucun juge ne paraît jamais avoir cherché à préciser dans une décision ce qu’est l’islam et tiré de sources islamiques précises des éléments de conviction pour prendre une décision, favorable ou non.
    Le processus peut être enrayé notamment en dénonçant la CEDH et en modifiant la Constitution (idéalement l’article 1er actuel) pour préciser que le respect des croyances n’implique aucune créance envers la puissance publique tendant à obtenir la mise à disposition d’un lieu de culte. La loi de 1905 est sur ce point supplantée par la CEDH ; il s’agit d’un conflit entre les deux textes.

Comments are closed.