Plainte contre Macron : interview exclusive pour RR de Thierry Rolando (Cercle Algérianiste)


Plainte contre Macron : interview exclusive pour RR de Thierry Rolando (Cercle Algérianiste)

Interview de Thierry Rolando, propos recueillis par Christine Tasin pour Résistance républicaine

Résistance républicaine : Thierry Rolando, vous êtes le Président de la plus importante association des Français d’Algérie[1], pouvez-vous nous la présenter rapidement avant d’en venir aux propos d’Emmanuel Macron ?

Thierry Rolando : Les Cercles Algérianistes[2] sont présents sur l’ensemble de notre territoire métropolitain et en Nouvelle Calédonie. Ils existent depuis 44 ans et regroupent environ 10 000 adhérents et lecteurs de notre revue.

Notre objet est de défendre une histoire, une culture méditerranéenne originale d’un peuple en création. Depuis 1962 surtout, on nous appelle Pieds Noirs, terme péjoratif au départ, mais nous nous le sommes réappropriés. Suite au traumatisme de l’exode, aux multiples spoliations et au nettoyage ethnique dont nous avons été victimes, nos anciens avaient d’abord défendu des intérêts économiques et des questions d’indemnisation[3]. Longtemps, pour des familles désemparées, il nous a fallu les aider à faire face aux conséquences des milliers de disparus c’est-à-dire d’hommes, de femmes et d’enfants dont on est toujours sans nouvelle. À la fin des années soixante-dix, le ministre Michel Poniatowski avait révélé l’existence de camps d’internement. Faits confirmés par Boumediène en personne qui souhaitait ainsi faire pression sur la France. Ce dossier est encore ouvert.

La création des cercles s’appuie sur l’idée d’un destin commun, d’une mémoire et d’une culture commune des Français d’Algérie toute ethnie et toute religion confondue. Nous sommes sur tous les combats de la mémoire. Nous nous battons également pour le respect de nos morts ensevelis en terre algérienne et dont les sépultures sont saccagées. Nous nous battons enfin pour les ouvertures des archives pour rétablir « l’Histoire vraie »[4]. Malheureusement, avant même la fin de la prescription, nous savons qu’en France des boîtes ont été vidées et nous ne parlons pas de l’Algérie où leur accès est simplement impossible.

Symbole de toutes nos luttes, évoquons la date du 19 mars. Juridiquement, diplomatiquement, humainement c’est une ignominie. Il y a eu plus de victimes après le 19 mars qu’avant. Le gouvernement français d’alors porte une lourde responsabilité. Vous comprendrez que, pour nous, fêter l’ignoble nous étrangle. Il faut comprendre que cette date est utilisée par les porteurs de valises qui ont combattu contre la France et leurs héritiers sous le couvert fallacieux de la paix des mémoires.

Résistance républicaine: Venons-en aux propos du candidat à l’élection présidentielle, favori des sondages et des médias, Emmanuel Macron. Qu’en avez-vous pensé ?

Thierry Rolando : Ces propos sont à la fois insupportables sur la forme et sur le fond.

Choquants sur la forme, car on aurait pu penser que pour un homme qui se prétend un homme neuf, qui veut faire de la politique autrement, pour un homme qui dit vouloir rassembler, il aurait évité de blesser et de mettre de l’acide sur les plaies. Notre premier constat a été qu’il pris le chemin de ses prédécesseurs qui trouvaient de bon ton d’aller se faire adouber auprès d’un régime moribond, corrompu et honni par sa population dont l’échec depuis cinquante ans est patent.

Pour ce régime, le ressentiment vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale est un leitmotiv et ce alors même que paradoxalement la population réclame des visas comme lors de la visite de Jacques Chirac. Donc il s’inscrit dans le même sillage que ses prédécesseurs mais en pire, puisqu’il a fait avec la notion de crime contre l’humanité de la surenchère. Ses propos sont d’autant plus insupportables qu’il les prononce sur un média algérien à l’étranger. On connaît les degrés de liberté de la presse algérienne, c’est pour cela que l’on peut affirmer qu’il se place en collaborateur servile du régime finissant de Bouteflika.

Résistance républicaine : et sur le fond ?

Thierry Rolando : inadmissible sur le fond, car sa démarche de repentance n’aura fait que se surajouter aux autres, celle des précédents Présidents de la République, des ministres ou même celle de nos ambassadeurs en Algérie.

Je résumerai le raisonnement comme suit : Il existait en Algérie un État où régnait une harmonie, l’intervention française y a amené le désordre, après le grand soir l’harmonie reviendra.

Tout dans ce raisonnement est faux. L’harmonie initiale n’était en fait que razzias, rapine, épidémie, famine et d’État même pas l’ombre d’un commencement. Seul le mythe fait exister un quelconque nationalisme. Il préexistait à l’arrivée des Français un ensemble de tribus souvent en guerre sous le joug ottoman dont l’essentiel de l’économie était basé sur la piraterie et le commerce d’esclaves pour l’essentiel européen.

Le désordre de la France a été, en fait, une ère de prospérité avec un accroissement de la population, l’éradication des maladies et de nombreuses découvertes dans le domaine médical, la création de ports, d’aéroport de voies de chemins de fer et un réseau routier considérable dont le pays actuel n’arrive même pas à assurer l’entretien malgré la manne pétrolière mise en exploitation par les ingénieurs français (95 % du PIB). Le pays exportait des denrées alimentaires, aujourd’hui il en arrive à importer même les hydrocarbures.

Les Algériens savent que la nomenklatura FLN s’est servie sur son dos et a placé son argent à l’étranger, en particulier en France. L’harmonie qui devait suivre, n’est qu’une corruption éhontée qui a donné lieu à une guerre civile appelée « décennie noire ». L’aspect religieux n’est que la conséquence de l’introduction du salafisme et de l’exploitation politique de l’islam commencés dans les années cinquante.

Tous les experts savent que ce pays est au bord du gouffre et que des drames humains sont en perspective. Sa seule exportation en progression est celle de ses « harraga »[5] d’où la constante augmentation de demande de visas et le flux croissant de clandestins.

Résistance républicaine: Comment expliquez-vous le choix de nos responsables politiques « d’aller à Canossa » c’est-à-dire de se soumettre aux injonctions des maîtres d’Alger?

Thierry Rolando : En effet, l’Algérie est un des rares pays, qui est devenu un passage obligé de nos hommes politiques prétendant à la magistrature suprême. Comme si l’adoubement d’Alger était un rite pour gagner en carrure politique. Comme en 1958, l’avenir de la Ve République se négocierait-il encore à Alger ? En fait ces responsables cherchent à glaner des voix et la paix sociale. Leurs interlocuteurs algériens le savent bien et les instrumentalisent à leur tour pour cautionner leur désastreuse politique. Ils se délectent de voir nos hommes politiques et nos intellectuels venir encenser leur mythe idéologique et faire accroire que la France est toujours responsable des maux de l’Algérie. Quand le régime chutera, le peuple pourrait alors se retourner contre la France pour lui réclamer des comptes pour avoir contribué à cette manipulation. Cet aveuglement de nos responsables est à terme catastrophique.

Nos politiques esquivent plusieurs paradoxes qui auraient dû les alerter. Comment expliquer que plus de cinquante ans après, on assiste à la ruée des descendants de ces soi-disant victimes, vers le pays qui a soi-disant commis tant de crimes ? A-t-on vu les juifs se précipiter en Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale ? Ou les Arméniens revenir massivement en Turquie ?

Le pire, c’est que beaucoup, en particulier les intellectuels algériens, ne sont même pas reconnaissants des opportunités offertes. Accueillis en France, ils s’y installent, prospèrent mais continuent à dénigrer leur pays d’accueil.

Permettez-moi d’attirer votre attention sur cet autre paradoxe. Beaucoup de ces nouveaux nationaux, issus des accords d’Évian et des politiques de rapprochement familial depuis les années soixante-dix, ont des récriminations permanentes contre la France. Ce comportement tranche singulièrement avec celui de nos parents, eux aussi pour beaucoup issus de l’émigration à la fin du XIXe siècle qui se sont toujours sentis plus français que les Français. Ils l’ont même payé au prix fort. Dans leur combat des Français métropolitains les avaient rejoints, nous regrettons qu’ils ne furent pas plus nombreux. Malgré des taux de mobilisation, au moment des deux guerres mondiales, supérieurs à ceux de leurs compatriotes de métropole, ils ont été longtemps considérés comme des Français de seconde zone, au patriotisme suspect. Il serait plus que temps que la nation leur rende hommage en commémorant comme il se doit leur rôle essentiel dans la campagne d’Italie et dans le débarquement de Provence. Il serait temps aussi d’arrêter de diaboliser leur sursaut patriotique dans les années soixante. C’est au nom des droits de l’Homme et de la résistance à l’oppression (spoliations, massacres, etc.) qu’ils se sont légitimement révoltés.

Résistance républicaine : Qu’est-ce qui différencie les propos d’E Macron et qu’est-ce qui justifie votre plainte ?

Thierry Rolando : Pour en revenir aux propos d’Emanuel Macron qui ne sont que la partie émergée et réactualisée de ce qu’un auteur a appelé « le mensonge français », un nouveau palier dans la gravité a été franchi. E Macron a provoqué non seulement l’émotion mais aussi la colère[6].

D’une part, il ne demande pas au gouvernement algérien de reconnaître les crimes que le FLN dont certains dirigeants encore au pouvoir, a commis il y a cinquante ans[7]. Ce pourrait être une démarche constructive et commune de réconciliation. Non, il va encore plus loin, il utilise une notion qui fait référence au drame des drames : la Shoah. La notion de crime contre l’humanité est issue du tribunal de Nuremberg[8]. Le Tribunal militaire international définissait les « crimes contre l’humanité » comme « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte humain commis contre toutes les populations civiles, avant et après la guerre » et surtout il en désignait les responsables « comme les dirigeants, organisateurs, provocateurs ou complices qui ont pris part à l’élaboration ou à l’exécution d’un plan concerté ou d’un complot pour commettre l’un quelconque des crimes ci-dessus définis ». Sans aucun doute sous cet angle-là le passé colonial ne relève pas du crime contre l’humanité, à moins de poursuivre un autre but que je vais essayer d’expliciter.

Suite au procès Barbie, certains ont voulu faire évoluer la qualification de crime contre l’humanité. Ils cherchent en particulier à la faire appliquer à l’esclavage. L’intérêt pour certains groupes de pression consiste à l’instrumentaliser pour obtenir une rente éternelle du fait de l’imprescriptibilité. Les crimes ne seraient plus comme à Nuremberg individuels mais deviendraient collectifs. Si crime il y a, les fils seraient directement, pénalement et surtout financièrement responsables des crimes de leurs pères et de leurs aïeux. Il faut garder présent à l’esprit que l’institution judiciaire a longtemps cheminé pour s’extraire des responsabilités collectives de justice plus archaïque vers des responsabilités individuelles.

Donc si l’on parle de crime contre l’humanité, il faut nommer les criminels. Pourrait-il y avoir des crimes sans criminel ? Il est absurde de remonter le cours de l’histoire, comme il serait absurde de convoquer devant la justice Jules Ferry, Napoléon, Charles X, Tocqueville Lamartine ou Victor Hugo. Peut-être pourrait-on même remonter convoquer l’homo sapiens pour l’extermination de l’homme de Néandertal. Tout cela est profondément absurde. Méfions-nous de ceux qui pourraient avoir comme objectif de nous imposer une nouvelle loi mémorielle pour interdire sous peine de négationnisme toute opposition à une doxa historique. C’est une vieille tradition de la gauche stalinienne qui reconvoque l’Histoire en la décontextualisant à des fins politiciennes. C’est une démarche perverse, nécessairement anachronique mais surtout hémiplégique destinée à la culpabiliser l’Occident accablé de tous les maux. Car jusqu’où remonter le temps, aux Romains dans leur conquête de la Gaule, aux Ottomans dans l’asservissement de l’Afrique du Nord[9], aux Arabes dans la conquête du Maghreb, de l’Espagne et du sud de la France pendant mille ans, aux Anglais ou aux Irlandais dans leur conquête de l’Ouest américain pour lesquels on est encore loin d’évoquer le crime contre l’humanité dans la gestion des natifs indiens, etc. Je crains qu’à ce rythme-là on ne mette la moitié de l’humanité en examen. Attention certains seront à la fois descendants de victime et de bourreau, peut-être les chantres de cette nouvelle conception du crime contre l’humanité nous expliqueront comment faire.

On peut sans recourir au crime contre l’humanité admettre un assujettissement politique et social du colonisé qui ne fut pas déshumanisé.

Sur la brutalité de la conquête, on n’oubliera pas alors d’évoquer les tueries sanguinaires avant l’arrivée de la France, celles entre tribus, celles d’Abd el Khader contre les juifs à Mascara ou contre les esclaves qui voulaient fuir son emprise[10]. Bien sûr on fera toute la clarté sur les enfumades. Etc… Tout le monde le comprend bien ce qui est inacceptable, c’est de ne retenir qu’une histoire à charge et de masquer ce qui ne convient pas.

Sur les dépossessions foncières et le concept de « génocide économique », la confrontation du système capitaliste ou moderne avec les systèmes ruralo-tribaux traditionnels a été violente dans ses dimensions sociales mais pas plus ni moins que les nombreuses métamorphoses économiques durant le XIXe et le XXe siècle. Qualifierait-on le mouvement des enclosures dans l’Angleterre du XVIe et XVIIe siècle de génocide et de crime contre l’humanité. L’exode rural vécu par une grande partie de la population française a été brutal et a conduit à une profonde aliénation. L’entrée dans la modernité pour beaucoup de populations ne s’est pas faite en douceur et elle fut toujours paradoxale, d’un côté la destruction « d’un équilibre social et culturel » d’un monde ancien de l’autre les acquis d’une modernité (espérance de vie, dynamisme économique, etc.). Chacun peut penser ce qu’il veut de ces évolutions mais doit-on pour autant en parler sous forme de génocide et de crime contre l’humanité?

Enfin j’aborderai, le dernier argument utilisé celui du « génocide culturel et religieux ». La France n’a pas combattu l’islam en Algérie, c’est même tout le contraire et c’est justement ce qui posa problème. Dans le traité de capitulation du Dey D’Alger, De Bourmont s’engageait à respecter le culte mahométan. Ce faisant, la fin du XIXe siècle est traversée par le débat sur l’assimilation. Certains dont les juifs seront assimilés (sauf ceux de la Saoura) en 1870. D’autres plus tardivement en 1889 pour les étrangers que l’on qualifiera péjorativement de « néofrançais ». Pour les musulmans comme pour les juifs, le débat fut ouvert de quitter le statut personnel autrement dit « la Charia » pour les musulmans. L’administration française y a renoncé sur demande des responsables musulmans. Il s’est donc installé un régime double avec un choix ouvert mais qui correspondait pour les musulmans qui feraient le choix d’être assimilés à une apostasie, donc un crime au regard de l’islam. Que certains se soient vite accommodés de cette situation, sûrement, qu’il y eut des dérives sécuritaires avec le statut de l’indigénat, sûrement aussi, mais la logique chronologique est claire. C’est sur ce terreau que dans les années vingt et trente s’est inoculée la pensée salafiste suite à la disparition du califat. Elle se transformera petit à petit en arme d’assaut anti-française comme le soulignait Augustin Berque. Les réticences et les obstacles que la France coloniale a posés à l’arabisation et à l’islamisation en Algérie, ne relèvent donc que du politique et de la conscience que ces vecteurs culturels entravaient la promotion de ses valeurs républicaines.

Résistance républicaine : Vos propos éclairent la manipulation idéologique. Ils montrent toute l’absurdité et la perversité de leur utilisation à propos de la colonisation. Quels objectifs poursuivez-vous au travers de la plainte contre E Macron ?

Thierry Rolando : Ne prenons pas à la légère cette perversité. Elle s’applique spécifiquement à la France. Le plus grave c’est qu’elle est encouragée par certains de nos universitaires qui cherchent à nous faire oublier leurs racines idéologiques trotskistes et communistes. Cette perversité divise les Français, entre ceux qui y succombent et ceux qui y résistent. Les Français d’Algérie sont à la pointe de ce combat. Ils l’ont vécu dans leur chair et ne l’oublieront jamais. Camus parlait des histrions qui battent leur coulpe sur celle des autres. J’ai demandé à Maître Goldnadel d’instruire notre plainte.

J’appelle tous ceux qui sont lassés et qui refusent que l’on bafoue et que l’on salisse l’œuvre française à nous rejoindre. La déclaration d’E Macron fait injure à toute la population française, à nos savants, à notre armée et bien sûr en particulier aux Français d’Algérie. Il nous faut montrer que l’on ne peut pas tout dire en toute impunité. Au-delà de son propos, E Macron devient un symbole d’une médiocrité intellectuelle portée au pinacle par une caste qui méprise le peuple français.

Cette plainte se veut le fer de lance d’un ensemble d’actions (protestations écrites, téléphoniques, manifestations comme à Toulon ,…). Nous en appelons à la mobilisation de toutes les associations de Français d’Algérie autour des Cercles, mais aussi à un sursaut des amoureux de l’œuvre française. Beaucoup d’associations d’anciens combattants nous ont d’ores et déjà rejoints, d’autres mouvements qui ont une conscience aiguë des dérives idéologiques dans lesquelles nous sommes engagés nous contactent. J’en appelle à la coordination de la riposte.

Nous ne rentrerons pas dans le champ du combat politicien. Ce n’est pas notre rôle. Nous respectons les choix de nos concitoyens et en particulier de ceux qui s’engagent à nos côtés. Nous nous plaçons uniquement comme lanceurs d’alerte. Notre combat ne concerne pas uniquement le passé mais aussi l’avenir. On ne construit rien sur du sable, comme ici sur des mensonges.

Stop à la haine de soi ! Stop à la manipulation idéologique et à l’instrumentalisation de l’Histoire à des fins politiciennes ! Nous avons un profond mépris pour les revendications des anciens terroristes qui essaient de faire oublier leurs crimes. Mais notre combat est surtout à destination de certains de nos compatriotes « idiots utiles » d’une idéologie mortifère pour notre unité nationale.

Résistance républicaine : Merci Thierry Rolando d’avoir accepté de répondre aux questions de Résistance Républicaine

Thierry Rolando : Merci à vous Christine Tasin de m’avoir permis de m’exprimer sur votre site. Pour ceux qui veulent nous rejoindre dans ce combat nous restons en contact par votre intermédiaire.

http://www.cerclealgerianiste.fr/splash.html

[1] Dénomination qui regroupe tous ceux fidèles à la France de toutes confessions, de toutes ethnies, de toutes origines

[2] Le terme algérianiste est tiré de l’école algérianiste, écrivains qui pensaient qu’il y avait une culture originale, une école de pensée des peuples de la Méditerranée.

[3] De nombreuses autres associations ont existé et existent pour défendre des intérêts plus spécifiques. Nous oeuvrons de concert tous ensemble.

[4] Formule à la Macron

[5] Haragas, ce sont les jeunes adossés au mur, littéralement qui tiennent les murs.

[6] Le « je vous ai compris » était une provocation.

[7] Pour le cas, le massacre d’Oran ou celui des Harkis devrait être reconnu comme crime contre l’humanité, des plaintes sont en cours.

[8] Rappelons que le mufti de Jérusalem qui avait soutenu Hitler dans ces crimes fut épargné de cette juridiction grâce à la volonté du gouvernement français de l’époque à la barbe des anglo-saxons.

[9] Dans sa loi mémorielle Madame Taubira a pris soin d’écarter l’esclavage réalisé par les arabo-musulman encore actif. Lors de l’arrivée des français en 1830, il y avait à Alger un millier d’esclaves européens.

[10] Dans un esprit de conciliation, cinquante furent décapités une fois remis par la France auprès de laquelle ils pensaient trouver refuge




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


18 thoughts on “Plainte contre Macron : interview exclusive pour RR de Thierry Rolando (Cercle Algérianiste)

  1. UTR

    Je soutiens bien sur l’initiative de ce courageux président ,ayant ici rendu un témoignage historique tellement impressionnant !

    Nous devons appuyer le cercle algérianiste dans son juste combat visant à incriminer Macron – con pour diffamation intolérable envers la France !

    j’adhère parfaitement aux vives inquiétudes ici exprimées, quant aux conséquences prévisibles de l’effondrement de ce régime FLN, autoritaire , et corrompu, que la population ne supporte plus , en terme d’exode migratoire massif !

  2. inconnue

    mais ses copains gauchos, justice comprise, vont balayer cette plainte d’un revers de mains

    1. Leroy

      Ha oui, suis bien d’accord, c’est un bouffon protégé par les gros bonnets des médias, c’est un arriviste qui ne prêche que pour ses propres intérêts.

  3. thierry

    Pour ma part je serais pour la rupture totale de relations diplomatiques et d’échange avec l’algérie!!
    un pays qui se complait dans ce statut de victime ne peut rien nous apporter,
    pour l’expulsion de tous les ressortissants dans notre pays!
    jusqu’à ce que les rapports soit devenus de nouveaux équitables!!

    ils faut bien comprendre que c’est eux qui ont besoin de nous et non pas à nous à leur lecher le cul!!!
    quand les choses auront repris le bon sens alors à ce moment là peut etre une reprise des relations
    et comme ça on pourrait acheter le gaz aux Russes qui méritent beaucoup plus notre partenariat!!

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je suis entièrement d’accord avec vous.

      Macron, cette calamité, veut, bien au contraire, mettre en place des liens solides avec l’Algérie.

      Mais, dans ce marché de dupes, seule l’Algérie, et le FLN en particulier, est bénéficiaire : nous n’avons rien à attendre de l’Algérie.

      Nous sommes la cinquième puissance du Monde, l’Algérie est un pays du tiers-monde, en voie d’effondrement total.

      L’Algérie a voulu son indépendance : il serait bon que l’indépendance que nous avons acquise au même moment soit effective POUR NOUS !

  4. thierry

    et quand ils auront compris que c’est nous les Patrons alors à partir de là on avisera!!

    Mais c’est quand qu’on va se reveiller!!!!!

    Avez vous un lion discuter avec la gazelle avant de la bouffer??

  5. Rosace

    Personnellement, j’ai pris contact avec le Cercle Algérianiste dans le but de m’associer à leur plainte contre ce salaud de Macron.

  6. Mila

    Concernant la corruption de Macron, je m’étonne que les médias ne placent pas à la une l’affaire des autoroutes soulevée par Raymond Avrillier :

    http://www.lelanceur.fr/raymond-avrillier-cest-ladministration-qui-est-proceduriere/

    On peut aussi écouter le même « lanceur d’alerte » en deuxième partie de l’émission de France Culture :

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-4-lorchidee-et-les-autoroutes

  7. Chris2aChris2a

    Bonjour les Résistants !
    Merci à Christine d’avoir eu le réflexe de solliciter le point de vue du patron du Cercle algérianiste, sur l’insulte proférée par notre dernière « start up » politique comme disent les commentateurs « branchés » …et bravo à Thierry Rolando pour sa hauteur de vue.
    Pour compléter son propos, je rappelle que le dessein de ce candidat prodige à l’élection présidentielle, consistait, avec son vocabulaire riche et manipulateur, à solliciter les bulletins de vote des bi-nationaux résidant tant en France qu’en Afrique du Nord, ainsi, d’ailleurs que dans toute l’Afrique qui est musulmane à + de 90% …
    Ah vous ignorez quel effectif ceux-ci peuvent représenter?… Hé bien, je vous fiche mon billet que l’ancien ministre en question a des antennes qui lui permettent d’avoir cette information, ainsi, du reste, que certaines autres, dont, notamment, les noms et revenus des assistants parlementaires de ses principaux concurrents…
    Je pose la question : si tel était le cas, son éventuelle élection ne pourrait-elle pas être invalidée ? Emporter la présidence d’un pays après l’avoir insulté et grâce aux voix de populations plus tentées par le califat que par nos valeurs républicaines …
    Cela suppose que le nombre en question de bi-nationaux et la nature de leurs votes puissent être décomptés après le scrutin ==> problème de stats ethniques etc…La loi républicaine sur l’élection présidentielle sera-t-elle alors supérieure à celle imposée par la LDH et autre association anti-française ?…
    Pardon d’exprimer ainsi librement les pensées qui me viennent à l’esprit…et pour tous mes compatriotes croisiéristes de l’été 1962, mes affectueux sentiments + « quel coulot ce macron !……

  8. zipo

    La vérité dérange ,le manque de culture tue et abétise l’étre humain ,Macron est l’exemple parfait de ce que produit notre éducation ,la bobosphére ,les béni oui’oui de la pensée unique ,cela reflète notre niveau !
    De réforme en réforme notre enseignement est devenu une usine de crétins!
    et ceux-ci veulent occuper les plus hauts postes !
    Les crétins s’entendent avec les crétins ,les chiens ne font pas des chats ,le réveil va étre douloureux une fois que la France sera sous la Charia !
    Pour des voix de plus on vend son propre pays a une idéologie mortifére qui n’a rien a envier a l’Hitlérisme!
    Mais le plus grave plein de crétins vont voter pour lui!

  9. marre-du-PS

    Je vais écrire prochainement un article concernant une petite partie de notre histoire familiale en Algérie, où il sera question d’un méchant père et de sa fille. Je l’enverrai au cercle Algerianiste, avec noms et photos à l’appui. Cet mini saga pourra servir à charge contre Monsieur Macron. Il sera alors obligé de ravaler ses mots de « crime contre l’humanité « . A bientôt pour cet authentique conte de fées, digne des « Mille et une nuits »! 🙂 Et je transmettrai cette histoire à Riposte Laïque, et à des journalistes.

  10. NICOLAS F.

    Un grand merci de nous rendre notre mémoire commune qui est l’Histoire de la France avec ses grandeurs et ses souffrances.
    Le petit con formaté grandes écoles,il vient d’où?De nulle part,un de ces martiens qui ne savent même plus qui est hitler (« la fameuse enqu^te auprès des jeunes: »hitler connais pas »)
    Il ne sait pas que la mémoire fait partie de l’Humanité?
    Comment ce gugus sans imagination, -robo cop de la finance peut il Vivre sans mémoire?
    Peut-être qu’il ne Vit pas,une sorte d’hologramme ,une créature,une chose virtuelle…
    A-il des parents au moins,on en parle Jamais, la Brigitte est sa maman biologique ou virtuelle ?,on ne sait pas tout ça n’est pas vraiment humain (à part les macarons qui doivent être bons)
    Sans mémoire,m’sieur Macaron,on est pas humain.Juste bon à croquer,au secours je suis en pleine névrose emmarchienne,vite un analyste freudien si possible,parequ’avec Lacan on est foutu,il travaille pour la dilcra..
    Au secours mes amours morts pour la France dans le bled,vous aviez 20 ans et vous étiez si beaux;

  11. MaximeMaxime

    Merci pour cet entretien qui m’a permis de compléter mes connaissances.
    Comme d’autres commentateurs, je serais favorable à une rupture des relations diplomatiques avec l’Algérie et l’arrêt de l’immigration venant de ce pays (entre autres)..
    La France aide beaucoup l’Algérie actuellement.
    J’ai ainsi découvert, au hasard d’une décision de justice, que les étudiants algériens en France peuvent bénéficier de bourses sur critères sociaux pour leurs études.
    Au contraire, beaucoup de Français n’y ont pas droit et doivent payer leurs frais d’inscription (contrairement aux boursiers), sans avoir de revenu (contrairement à eux aussi), partant du principe que leurs parents pourvoient à leurs besoins, alors pourtant que l’obligation alimentaire est limitée selon la loi.
    En toutes occurrences, la préférence nationale pourrait justifier de rediriger les sommes concernées vers les boursiers pour améliorer leur revenu ou, mieux, en faire bénéficier tous les étudiants, de façon égalitaire, au lieu de permettre à certains d’avoir un revenu indépendant, tandis que d’autres dépendent du financement parental, sachant, de plus, que si le ou les parents est ou sont récalcitrant(s) à financer les études, l’étudiant qui n’est pas boursier se retrouve dans le pétrin…
    Dans la décision juridictionnelle en question, l’étudiante algérienne avait obtenu un bac ES en France puis une bourse, mais lors de son audition pour être naturalisée française après 9 ans de séjour en France, elle n’avait pas su répondre à certaines questions importantes relatives à son intégration.
    Elle fut notamment incapable de citer un grand événement de l’histoire de France.
    La décision de la Cour administrative d’appel de Nantes est en ligne : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000033725695&fastReqId=1175983299&fastPos=4&oldAction=rechJuriAdmin
    Comme d’habitude, cette juridiction rend une excellente jurisprudence en filtrant attentivement les recours contestant les refus de naturalisation.
    Voici le passage le plus intéressant de la décision :
    « Mme F, qui est entrée en France en 2005 avec sa famille, se prévaut de l’obtention de plusieurs diplômes en France et notamment du baccalauréat dans la série économique et sociale en 2014, de son inscription en BTS  » économie sociale familiale  » au titre de l’année scolaire 2014/2015 et de l’attribution d’une bourse scolaire sur critères sociaux au titre de l’année universitaire 2015/2016 ; qu’il ressort toutefois des pièces du dossier qu’au cours de son entretien d’assimilation qui s’est déroulé le 5 décembre 2013, l’intéressée, en dépit de sa maîtrise de la langue française, n’a pu citer aucun acteur ou chanteur français, ni aucun film et a été dans l’incapacité de mentionner une période marquante de l’histoire de la France ; que si elle connaissait le nom du président de la République, et savait qu’il était le président de la Vème République et que la Marseillaise était l’hymne national, elle n’a su donner le nom d’aucun ministre ; que parmi les principes de la République, elle n’a pas évoqué le droit de vote et a éprouvé des difficultés à expliquer la notion de « laïcité » ; que la commission d’évaluation composée de trois personnes, a émis un avis défavorable à sa demande ».

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Trés intéressant Maxime : voilà une justice qui fonctionne.

      Pourriez-vous développer et faire un article sur ce que vous appelez « la Cour administrative d’appel » (quelles sont ses compétences, pourquoi intervient-elle ici etc) et nous expliquer, justement, pour quelles raisons elle rend une « excellente jurisprudence » ?

      Merci !

      1. MaximeMaxime

        Bonjour Antiislam,
        j’ai déjà évoqué les juridictions nantaises dans plusieurs articles précédemment. Ce sont des juridictions spécialisées dans le contentieux de la nationalité française.
        Elles appliquent, sans le dire expressément, le principe de précaution parfois.
        Voici par exemple deux articles que j’avais écrits pour le site à ce sujet pour remettre dans le contexte :
        http://resistancerepublicaine.eu/2015/12/23/etre-de-gauche-nempeche-pas-de-prononcer-la-decheance-de-nationalite-la-preuve/
        http://resistancerepublicaine.eu/2016/10/09/port-du-voile-au-travail-et-naturalisation-deux-decisions-de-justice-remarquables-a-applaudir/

        1. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          Un grand merci Maxime : ces articles m’avaient échappés.

          Je vais lire tout cela.

        2. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          Merci Maxime.

          Après lecture, vos articles répondent exactement aux questions que je me posais. (Je ne devrais plus zapper aucun article du site :=).)

          Dans le délire actuel de la Justice, ils donnent vraiment des raisons d’espérer …

  12. frejusien

    La justice va-t-elle faire aussi vite avec cette plainte que pour les « affaires fillon, et Marine ?
    Va-t-on entendre parler de cette plainte dans les merdia ?
    Y aura-t-il convocation du sieur minimicron ?

Comments are closed.