Les Ripoux-eurodéputés vendus à la mondialisation qui ont voté le CETA


Les Ripoux-eurodéputés vendus à la mondialisation qui ont voté le CETA

Pour une fois, les DECONNEURS du Monde se sont contentés de donner l’info, sans commentaire :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/15/traite-ceta-les-eurodeputes-francais-ont-majoritairement-vote-contre_5080287_4355770.html

Ainsi se résument les votes.

Alors que le parlement européen a approuvé le CETA par 408 pour,  254 contre et 33 abstention sans compter les absents, la France a été le pays qui s’est le plus opposé au CETA avec 16 pour, 48 contre, 10  abstention pour 74 votants (et 2 absents).

Les pseudo-gaullistes ont voté majoritairement pour (12 pour/6 abstentions/2 absents).
Certes de Gaulle était loin d’être tout blanc dans ses choix politiques, mais il n’aurait pas bradé ainsi l’indépendance de la France.
En somme, il n’y a pas que l’affaire Fillon pour plomber Les Ripoux.
Les Alliot-Marie, Hortefeux, Morano, pour ne citer qu’eux, se sont abstenus et Dati fut absente !
A remarquer que la presse de droite n’a guère fait écho aux votes des parlementaires…

L’UDI : 3 pour, 2 contre, 2 abstention.

Le Front de gauche, le PS, ELVV : 23 contre.
Alors que Hollande s’était prononcé pour le CETA, le PS a voté contre, sûrement un effet Hamon.

Le FN 22 contre, 1 ex-FN contre et 1 ex-FN pour.

La France fut un des 5 pays s’opposant majoritairement au CETA avec l’Autriche, la Grèce, l’Irlande et l’Italie.

Les pays pour très majoritairement : les anciens pays de l’Est, les pays nordiques et bien sûr l’Allemagne, l’Espagne, etc.

Je vous laisse aller voir les détails.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Résistance républicaine Aquitaine


3 thoughts on “Les Ripoux-eurodéputés vendus à la mondialisation qui ont voté le CETA

  1. Fallaci

    Agression ultra-violente contre un policier : François Hollande se déplacera-t-il ?

    post_thumb_default
    Article publié le 21.02.2017

    Un policier en civil s’est violemment fait agresser gare de Lyon à Paris, vendredi. L’auteur des coups, qui avait été placé en garde à vue et déféré, a été laissé libre, sous contrôle judiciaire. Yvan Assioma, secrétaire régional Paris d’Alliance Police Nationale regrette que « le magistrat ait décidé de laisser libre le mis en cause ». Il devra s’expliquer devant la justice prochainement pour ces « violences sur personne dépositaire de l’ordre public ».

    Les faits remontent à lundi. Le policier, 30 ans, petit gabarit, serait intervenu lors d’une bousculade sur un escalator de la gare afin de calmer un homme énervé et aurait sorti sa carte police. Là, tout aurait dégénéré. Les deux hommes se seraient retrouvés en surface, côté rue de Bercy. Plusieurs témoins qui ont tenté d’intervenir parlent de « passage à tabac », d’insultes « sale flic », « enc… de flic tu fais moins le malin là », de « coups de pied à la tête ». Tabassé par un colosse de 110 kg, « la tête tapée contre une grille », le policier est « tombé au sol comme un poids mort », le visage en sang et une triple fracture de la mâchoire. Hospitalisé et opéré, il n’a pu être entendu par les enquêteurs.

    L’agresseur, 19 ans, « corpulence athlétique, tête rasée », déjà connu des services de police alors qu’il était mineur, pour des faits de rébellion, trafic de stupéfiant, vol de voiture, s’est ensuite enfui. Il a été interpellé le lendemain grâce aux signalements des témoins et à l’exploitation des caméras de vidéo surveillance. Il a reconnu les violences.

    François Hollande, qui s’est rendu au chevet de Théo, ira-t-il rencontrer ce policier ?

Comments are closed.