Pour Ben Oït Hamon, Brest était trop blanche, mais ça, c’était avant…


Pour Ben Oït Hamon, Brest était trop blanche, mais ça, c’était avant…

Brest était trop blanche, mais ça, c’était avant

« Quand je suis rentré à Brest, j’ai trouvé la ville très blanche. Pour être très honnête, j’ai même trouvé qu’il y avait trop de Blancs puisque Brest est une ville sans immigration. » Pas de doute, Benoît Hamon maîtrise l’esprit français du XXIe siècle. Celui que les socialos ont sérieusement élu comme représentant des cendres encore fumantes de leur mouvement sait flatter la cour.

 L’entrevue d’Hamon par les hérauts du Télégramme ne date pas d’hier, mais elle n’est pas encore classée aux Archives nationales : septembre 2007. A bien y regarder, le bouleversement idéologique n’a pas eu lieu depuis dans les appartements de rue Solférino.

 Pour Hamon, la Bretagne avait la mine un peu pâle et devait devenir Afrique, le soleil en moins. On est en droit de se demander pourquoi le natif de Saint-Sernan, dans le Finistère, a attendu l’an de grâce 2007 pour que germe cette réflexion. Je doute qu’à sa naissance, en 67, les djembés et autres tam-tams fleurissaient à chaque recoin du port. Mais il n’est jamais trop tard pour faire allégeance au Roi. Les Bretons en savent quelque chose.

 Messire Ben Oït Hamon avait vu juste : dix ans plus tard, Brest s’est dotée de nombreuses chances pour la France et, merveille de la mondialisation heureuse, on peut dire que son passé moribond est fin de race enterré.

 http://www.letelegramme.fr/bretagne/brest-une-fusillade-qui-inquiete-13-06-2015-10664408.php#closePopUp

 Le tout bien inspiré par le sémillant imam Houdeyfa, dont les paroles emplies de sagesse résonnent encore dans les cervelles de nos chères têtes blondes (plutôt brunes à présent).

  Justice rendue sous le chêne, personne n’y voit à redire :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/02/05/imam-de-brest-affaire-classee-les-non-voilees-sont-des-merdes-et-ceux-qui-ecoutent-de-la-musique-des-porcs/

 Élargissons le point de vue. Les historiens du Monde nous apprennent dans une symbiose parfaite que notre beau pays n’est pas un pays, juste un découpage hasardeux de la mappemonde que des colonies de romanichels ont transformé en Etat-Nation tolérant et ouvert sur la planète. Si si, c’est écrit là

 Poitiers en 732 ? Connaît pas, ou plutôt « il ne s’est rien passé », une simple « escarmouche avec les Sarrasins ». L’auteur ne précise pas qui des deux camps avait piqué le taille-crayon à l’autre. Mieux : « La France libre de Charles de Gaulle fut plus africaine que londonienne ». Et tant qu’on est dans les révélations, le cheval blanc de Henry IV se sentait plus femelle que mâle, on l’a donc changé de sexe. Ce qui n’a choqué personne, puisqu’à l’époque la Manif pour Tous comptait peu d’adhérents.

 Pour finir sur une note plus légère, remplaçons le mot « blanc » par « noir » dans la formule de Hamon, et imaginons que l’auteur de la citation soit de notre chère Marine en visite en Seine-Saint-Denis :

 « Quand je suis rentrée à La Courneuve, j’ai trouvé la ville très noire. Pour être très honnête, j’ai même trouvé qu’il y avait trop de Noirs puisque La Courneuve est une ville d’immigration. »

 Mais c’était juste pour rire un peu, il ne faut pas non plus raconter n’importe quoi.




Lou Mantély

Islamophobe en arrêt de traitement


11 thoughts on “Pour Ben Oït Hamon, Brest était trop blanche, mais ça, c’était avant…

  1. Claude LaurentClaude Laurent

    Et oui Lou, notre véhicule n’a que deux vitesses une « En Marche » avant (pas pour n’importe qui) et une marche arrière progressi (ste)ve et parfois, vu la boîte automatique, elles se mélangent et c’est la valls en rond, (on s’adapte mais on reste laïque)

  2. Simon

    Malheureuse est cette haine de soi présente au sein des peuples occidentaux du Nord. Viendrait-il à un Africain l’idée qu’il y ait trop de noir en Afrique ? ou à un Asiatique qu’il y ait trop d’Asiatiques en Asie ? Cela me surprendrait fortement. Cette « auto-mutilation » intellectuel et culturel ne se retrouve probablement qu’au nord de l’Occident. S’il s’agit d’une réaction de culpabilité post-coloniale, alors celle-ci elle est bien mal établie. Quiconque connait l’histoire des relations entre l’Europe et l’Afrique depuis la Grèce Antique – pas seulement les 200 dernières années – sait cela. 10 000 esclaves européens envoyés annuellement au sultanat Turque par les pirates marocains ça vous dit quelques choses ? C’est dans l’histoire de la vie de Saint Vincent de Paul. Les Européens ont-ils reçu des excuses ? des réparations ? etc. Non.

  3. Simon

    Qui plus est, la cagoule, le fusil à pompe et le pitbull, quelle classe ! Ah, mais si c’est une cagoule de chez Lacoste, alors …

  4. Anne

    Aucune éducation, ces pauv’types. Savent faire que des doigts d’honneur et ricaner bêtement. Qu’Est-ce qu’on a fait pour mériter ça?

  5. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Merci Lou Mantély pour cette piqure de rappel. Vous avez raison d’être en arrêt de traitement…

    Vous avez vu sur la photo, le chien au premier rang ? Ces jeunes détestent : la culture, les arts, les animaux : ils ne se « servent » des chiens que pour courser les chats, en faire des martyres !

    Ils portent la HAINE sur eux et c’est nous qui serions fascistes ???

    Vous voudriez que nous les aimions ces monstres qui nous haïssent et haïssent tout ce que nous chérissons ? Allez, retour aux pays ancestraux !

  6. jolly rodgers

    bonjour lou , en effet j’ai aussi constaté les dégâts de nos politiques remplaciste l’année dernière quand je suis retourné en Bretagne . toute la France est malheureusement touché par ce fléau . votons bien dans 3 mois !

Comments are closed.