Le discours des profs dans le genre d’Augustin Grosdoy, co-président du Mrap, c’est celui du coran


Le discours des profs dans le genre d’Augustin Grosdoy, co-président du Mrap, c’est celui du coran

ON S’ÉCHINE À DÉMONTRER AUX ÉLÈVES QU’IL Y A DEUX CAMPS : CELUI DES MÉCHANTS DOMINANTS BLANCS ; CELUI DES VICTIMES, DOMINÉES ET BASANÉES

http://resistancerepublicaine.eu/2017/02/05/manuels-scolaires-et-profs-comme-augustin-grosdoy-radicalisent-chaque-jour-davantage-les-jeunes-musulmans/

Ce discours, qui consiste à n’envisager les rapports humains qu’entre dominant qui humilie et dominé humilié n’est ni plus ni moins que celui tenu par… le coran.

Ce discours du coran est illustré, et glorifié, par la vie de Mahomet, qui finit toujours par dominer et humilier ses adversaires.
La vie de Mahomet n’étant, pour les musulmans, que l’application parfaite des vérités absolues révélées par Allah à Mahomet et mises par écrit (on devrait d’ailleurs plutôt dire « mise par audio ») dans le coran.
La notion de COOPERATION, c’est à dire d’action conjointe avec un non-musulman pour un bénéfice MUTUEL, est TOTALEMENT ABSENTE du coran, comme bien entendu de la vie de Mahomet.
Les musulmans ne peuvent envisager leur vie de « bon » musulman qu’en terme de domination et d’humiliation d’autrui non-musulman, sans quoi c’est eux qui se sentent dominés et humiliés. L’idée même de coopération pour bénéfices mutuels est vécue comme une humiliation, l’autre devant obligatoirement PERDRE et être humilié, faute de quoi il domine le musulman puisque le musulman n’a pas réussi à le dominer.
C’est extrêmement pervers comme mentalité et cela suffit à expliquer bien des actions de musulmans, notamment les radicalisations soudaines des musulmans « parfaitement intégrés ». Oui, ils ont suivi le modèle occidental, coopéré avec des non-musulmans, en ont retiré des avantages, mais…

Mais dans leur inconscient, du fait de leur éducation musulmane, ils se sont sentis dominés et humiliés parce que l’autre, le non-musulman, n’a pas été humilié et dominé comme il aurait dû l’être selon la doxa islamique. Et quand la dose d’humiliation inconsciente dépasse le seuil admissible, variable selon les individus, cela se transforme en une rage aveugle et froide, une volonté absurde de destruction de TOUT ce qui peut leur rappeler leur « lâcheté » face à leur « humiliation ».
Et plus ils font preuve de « courage », plus ils détruisent, tuent, humilient, plus cela les conforte que c’est bien la bonne voie à suivre puisque massacrer, tuer, détruire, humilier leur apporte un certain apaisement psychologique en effacant peu à peu leurs « humiliations » antérieures.

D’où ce fait que la « déradicalisation » est une fumisterie, ce qui explique les exemples de déradicalisés supposés qui repartent en zone Irako-Syrienne.
Et comme on ne peut guère réellement changer la mentalité que d’un tout petit pourcentage, marginal, au delà d’un certain nombre, on en peut plus s’occuper de tous.

La seule solution consiste alors à interdire l’éducation coranique ou à maintenir la population musulmane en dessous d’un seuil où ils ne se sentiront jamais assez nombreux pour passer au stade du djihadisme.

Seuil dépassé en France mais pas encore atteint aux USA et que justement le décret Trump sur l’immigration à pour but qu’il ne soit jamais atteint.
Quant à la France, hormis une politique volontariste pour endiguer l’immigration musulmane, stopper l’implantation des mosquées, voire démigrer cette population pour la faire repasser rapidement sous un seuil où nous pourrions les dominer de manière assurée, hormis cela nous courons bougies et pancartes « charlie » à la main, vers une guerre civile larvée puis ouverte d’ici la prochaine génération.

Ou moins peut-être au train où vont les choses…





One thought on “Le discours des profs dans le genre d’Augustin Grosdoy, co-président du Mrap, c’est celui du coran

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Il y a un livre déjà ancien (écrit par un professeur de fac de Rabat) qui développe aussi cette idée:

    https://www.amazon.fr/sujet-mamelouk-Esclavage-pouvoir-religion/dp/2755500395

    Le musulman ne peut envisager la relation à l’autre non-musulman que sous l’angle de la relation maître/ esclave.

    Le livre est assez technique. Il donne, par exemple, une page entière de mots arabes pour désigner les différentes sortes d’esclaves !

    L’esquimau vit dans le monde de la neige et a multiplié les différents noms pour en désigner les différentes sortes.

    Le musulman vit, lui, dans le monde de l’esclavage et donc …

Comments are closed.