Région : qui sont ces régionalistes incultes et de mauvaise foi qui accusent Marine ?


Région : qui sont ces régionalistes incultes et de mauvaise foi qui accusent Marine ?

On s’y attendait. Les régionalistes montent au créneau depuis que Marine, qui n’a jamais caché être jacobine ( ce qui nous la rend encore plus précieuse, d’ailleurs) a dit qu’elle voulait ne conserver que 3 niveaux, commune, département, nation et supprimer communauté de communes, régions et UE.

Faut-il rappeler à ces fous du régionalisme (et haineux de l’Etat, voire de la France et même de la République pour certains d’entre eux) que les régions administratives françaises n’existent que depuis 1919 pour leur ébauche et 1955  pour leur forme actuelle ? Et, que je sache, la Bretagne, le Languedoc, le Roussillon, la Savoie existaient déjà et leur existence n’a jamais été en danger, avec ou sans régions administratives…

Les opposants à Marine sont d’une terrible mauvaise foi qui confondent allègrement et volontairement les régions historiques, avec leur histoire, leur identité, et les régions administratives dont nous avons montré récemment tous les abus et l’inutilité.

Jusqu’en 1789, on parlait de Provinces, 34, qui n’empêchaient pas l’Etat jacobin de Henri IV ou de Louis XIV de fonctionner…  et qui furent découpées en 83 départements en 1789, départements prenant en compte les particularités locales et permettant précisément la gestion locale.

Les contre-révolutionnaires ne s’en sont pas remis et n’ont eu de cesse de faire contre-poids au pouvoir de l’Etat en faisant naître des entités régionales s’opposant par la langue, les identités, les particularités à l’Etat-nation, dit la France, dit la République, dit la Gueuse pour un certain nombre d’entre eux.

Il aura fallu la première guerre mondiale (qui s’en étonnera ?Les « droits des minorités » se font très incisifs pendant tout le début du XXème siècle… ) pour que naissent des embryons de régions administratives, des regroupements régionaux économiques, appelés régions Clémentel en 1919. Ces 21 régions abritaient des Chambres de commerce, libres d’adhérer à la région de leur choix. 19 régions « touristiques » cette fois furent formées sur ce modèle la même année à l’initiative de syndicats d’initiative.

C’est, bien entendu, le détestable régime de Vichy et le non moins détestable Maréchal Pétain qui, en nommant des « sur-préfets », des préfets régionaux, instaura de fait les régions actuelles en regroupant plusieurs départements  en 1941. Exemple des länder ? Influence allemande ? Influence des monarchistes et de l’extrême droite anti-républicaine, maurrassienne ? Influence de la mouvance  souvent proche des milieux nazis du droit des minorités ?

Tout cela fut aboli à la libération, mais ne disparut pas hélas, De Gaulle ressuscita ces « super-préfets » gérant plusieurs départements afin de mieux organiser la libérations-reconstruction, c’est à ce moment-là, en 1944 donc que naissent vraiment les vraies régions administratives françaises, telles que nous les connaissons. Dissoutes en 46 quand il quitte le pouvoir.

Ensuite, les choses se précipitent, l’exode rural, notamment, fait peur à Paris, où l’on craint de voir la capitale submergée par les ruraux à la recherche d’une nouvelle vie, on décide donc de développer en province un certain nombre de villes susceptibles d’attirer et d’accueillir les anciens agriculteurs et éleveurs. Pour cela il faut une infrastructure, la région.

« Dans cette optique, le décret Pflimlin du  décida du lancement de « programmes d’action régionale » en vue de « promouvoir l’expansion économique et sociale des différentes régions ». Il renvoyait à un arrêté ministériel, qui sera signé le , pour définir les circonscriptions de ces programmes d’action régionale, 24 à l’origine. D’usage officiellement administratif, ces régions furent aussi utilisées comme cadre aux grandes opérations d’aménagement du territoire. Pour la première fois depuis la Révolution, des régions, ne correspondant pas aux anciennes limites provinciales mais rationnellement construites, étaient utilisées en France. C’est cette préoccupation qui fit d’Amiens une capitale régionale, dans l’espoir que celle-ci, pourvue de l’Aisne et de l’Oise, contrebalance le fort attrait de Paris immédiatement au nord. C’est ainsi encore que la région Midi-Pyrénées, ne correspondant à une réalité historique (comme pour le cas des Pays de la Loire), fut constituée ; la présence centrale et puissamment attrayante de Toulouse la justifiait ». Wikipedia

Le reste, des évolutions, des errements, des ajustements, des monstruosités comme la récente réforme de Hollande… Mais c’est toujours la même histoire, celle d’un monstre qui grignote l’Etat-nation, lui coûte cher, pour une efficacité d’autant plus douteuse que de plus en plus Bruxelles essaie de négocier non plus avec l’Etat français mais avec les régions directement, passant par-dessus les dirigeants nationaux, émanation du peuple de France. C’est ainsi que l’Etat se trouve par exemple mis devant le fait accompli, des subventions accordées selon des critères européistes et non nationaux…

Et pourtant, déjà en 1969 le peuple de France avait dit clairement sa méfiance des régions, n’hésitant pas à renvoyer le Général de Gaulle à Colombey les Deux Eglises, qui avait mis dans la balance du referendum sur l’élargissement des compétences des régions sa démission. 

Depuis, plus personne n’a osé lui demander son avis, ILS ont modifié et inventé des superstructures auxquelles ILS ont donné beaucoup de pouvoirs. Les seuls referendum proposés au peuple sur des modifications de départements et de pouvoirs ont été là aussi très clairs : NON. Non des Corses au statut d’autonomie, de quasi indépendance proposé par Jospin, non des Alsaciens au regroupement des deux départements, proposé par Hollande…

Le peuple de France est jacobin, attaché à sa commune, à son département, à son histoire, locale et nationale. Seuls les anti-France européistes se battent pour des régions vouées à faire disparaître notre beau pays.

Merci à Marine de se faire le chantre, le seul chantre de la FRANCE, une et indivisible. Ce qui n’empêche pas l’existence de richesses locales, régionales… et d’un patrimoine multiple.

 

 




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


38 thoughts on “Région : qui sont ces régionalistes incultes et de mauvaise foi qui accusent Marine ?

  1. Marcher sur des oeufs

    Bonsoir Madame Tasin et merci pour l’article.
    Un opposant, un régionaliste vient de déposer un article sur Blvd Voltaire à charge contre Marine la superfacho…
    Votre article est de loin beaucoup plus instructif et donc très intéressant et NECESSAIRE pour comprendre un peu tout le remue ménage les positions de Marine et les défendre ou en tous cas avoir des arguments pour parler du sujet.

    Permettez-moi, s’il vous plaît de poser cette question :
    Rien n’empêche le régionalisme culturel , on comprend que les gens y soit attaché. Le contributeur de Bld Voltaire, catégorique lâche avec véhémence tout ce qu’il a sur le coeur faisant de Marine une facho nationaliste, dédaigneuse des provinces.

    Mais apparemment sous couvert de régionalisme, régionalisme politique, ce que que veulent ce qui sont en faveur, c’est bel et bien une indépendance, donc une séparation d’avec la France.

    Ce n’est vraiment pas le moment n’est-ce pas ? Qu’ont-ils de français ces régionalistes ? L’indépendance régionales c’est la fin de la France et notre perdition par l’UE, puis la mondialisation.

    On peut s’attendre à ce que papy Soros exploite cette poudrière.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Oui Marcher sur les Oeufs, n’hésitez pas à mettre le lien de mon article sous l’article sur BD Voltaire; il y a beaucoup de catholiques de l’ancien régime qui postent sur BD voltaire haïssant la France, 1789;la République… Ceci explique cela. Et pourtant comme vous le dites ce n’est vraiment pas le moment, mais ces imbéciles sont tellement attachés à leurs vieilles lunes, leur détestation de la République et de la laïcité qu’ils sont pre^ts à voter à nouveau pour un Hollande, un Fillon, un Valls etc plutôt que pour une Marine. Décourageant parfois….

  2. Marcher sur des oeufs

    Madame Tasin ; merci de me répondre.
    Non ! je ne peux pas déposer e commentaire sur Bld Voltaire, vous pensez bien qu’immédiatement j’aurais relayé votre article sur le site en question. Je ne peux tout simplement pas le faire n’ayant pas de compte tweeter, ni facebook, ni g+ ; je suis plutôt allergique à tous les réseaux sociaux.

    CEPENDANT ; illico-presto, votre article s’est vu multiplié par je ne sais combien de fois dispatché dans pas mal de mes dossier sur pearltrees.

    Oui, ça je le comprends que CE N’EST A-BSO-LUMENT PAS LE MOMENT de penser à diviser la France géographiquement et humainement. Je pense que le président apatride Soros comme il se définit, est aux anges. Parce que comme un peu partout dans le monde, c’est, à ceux qui sont intéressés par la mondialisation, utiliser les points susceptibles d’être conflictueux comme stratégie de division et fragilisation des nations. BHL, Soros et cliquette doivent se frotter les mains et se rendre compte que pour eux, c’est tout bénef.
    Ajoutons à cela tous les traitres soudoyés pour agiter les cerveaux, les passions et accomplir leur tâche de mercenaires pour les mondialistes.
    BHL a mis en marche le processus en Kabilye.
    JE NE COMPRENDS PAS pourquoi on laisse agir des personnes comme BHL, Soros… Ils servent le système, mais, avez-vous une idée ?

  3. cm732

    Que Marine veuille suprimer les communautés de communes ce ne serait pas un mal car ces structures servent a dilapider l argent du contribuable en toutes impunites avec a leur tete des barons locaux qui ne fonctionnent que par interet personnel c est a dire les copains des copains des copains.
    Pour info il y a quelques annees en arriere cette soit disant gestion etait effectuee par les sivoms a moindre frais et de facon beaucoup plus reactive.
    Dans la region ou j habite il y a dix ans les impots fonciers et locaux s elevaient a 500euros maintenant nous sommes a 1700 ou passe l argent qu e c est messieurs nous prelevent.Et bien entendu pour n avoir rien de plus.

  4. Eric

    Certes, les régions peuvent servir à détricoter la France ; mais la France jacobine et centralisatrice ne vaut pas mieux : la destruction des langues régionales, qui va de paire avec l’affaiblissement du caractère chrétien de la France, ne protège en rien la France, que vous assimilez bien vite à cette république qui tire à elle une nation dont elle n’est qu’une bien méchante héritière. Détruire ses racines : comment cela pourrait-il nous permettre de vivre ?
    Certes, ceux qui attaquent la république française à l’heure actuelle, l’ont bien compris : ils utilisent la laïcité à la sauce républicaine (anti-catho, anti identité régionale ou nationale) pour mieux avancer leurs pions. Comprenez vous ce processus? Certes, il serait absurde de revenir en arrière (même si je suis royaliste, je ne me vois pas demander le rétablissement de la monarchie…). La France royale respectait ses provinces, leurs langues (le français était langue nationale, mais aucune politique d’éradication des langues régionales), leurs usages, leurs privilèges (mot désormais incompris et interprété de travers) : pourtant cette France était grande et forte et plus prospère que la plupart des pays d’Europe. Cette France voyait les intérêts de ses habitants bien mieux respectés ; justement parce que le pouvoir royal était bien moins intrusif que le républicain. La république a réduit l’homme au statut étroit de citoyen : n’appartenant plus à un peuple « local » (breton, provençal, bourguignon), coupé de la communauté de foi, coupé des confréries etc… nous sommes désormais seuls face à l’état, sans solidarités naturelles, réduits à la fonction de comsommateur-producteur. Bien des républicains sincères ont conscience de cette déchéance, mais ne veulent pas voir que c’est la république qui nous a amené à cette déchéance : d’où l’incapacité à faire face à l’entreprise islamiste qui incarne une foi, une identité, sans penser devoir s’en excuser… Regardez la Corse : seule région aux réactions vigoureuses, seule où on affiche sa langue et sa foi. Les gens qui écrivent ici sont de sincères patriotes me semble-t-il, je ne veux pas blâmer leurs convictions républicaines ; mais il serait bon de ne pas assimiler ceux qui sont attachés à nos provinces, nos langues et même à un héritage royal, à des mercenaires du mondialisme…

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Vous plaisantez ? Non seulement l’état jacobin n’éradique pas les langues régionales mais il leur donne un statut inespéré, avec un enseignement à l’école publique, avec des diplômes dans ces langues, avec des capes dans ces langues… Si les langues régionales ont disparu ce n’est pas la faute de l’Etat c’est que les locuteurs ont peu à peu considéré que le français apportait plus à leurs enfants que la langue régionale et ont même cessé de le parler chez eux, ce sont eux qui en portent la faute. Il fallait interdire la langue régionale à l’école, comment enseigner si ce n’est en français mais rien ni personne n’a jamais empêché les Bretons de parler breton en famille ou avec les voisins. Les langues régionales remplacées par le français dans toute la France pour l’usage normal c’est le sens de l’histoire, comme le latin a peu à peu été remplacé dans les usages officiels par les langues d’oc et d’oïl jusqu’à l’ordonnance de villers-cotteret qui l’a imposé. L’exemple corse montre bien que c’est possible, on parle français à l’école, dans la rue, au boulot, cela n’empe^che pas les Corses de continuer à parler corse entre eux en famille etc. Ce n’est pas incompatible. si les autres ne le font pas c’est qu’ils ne l’ont pas voulu, c’est simple.

      1. Eric

        Je ne plaisant pas, il y a bien eu une politique d’éradication des langues ; même s’il est vrai que les populations ont une part de responsabilité : on a toujours les chefs que l’on mérite. Le monolinguisme n’était pas une nécessité : les peuples bilingues ne sont nullement analphabètes ! L’état jacobin que vous voyez défendre les langues locales n’existe pas : c’est une politique récente que de promouvoir les langues régionales (ce qui ne dérange plus l’état, puisque cela relève désormais du folklore, presque plus personne ne parlant la langue de sa région) et l’état actuel n’est plus jacobin, seulement centralisateur et mondialiste. Enfin, l’histoire n’a pas de sens, en-dehors de celui que l’on voit en se retournant. Les Corses ont bénéficié de l’insularité – et de leur caractère – pour protéger leur langue. Ce que je veux juste faire comprendre c’est que la destruction des langues régionales n’a en rien protégé notre pays : quand vous faites rompre les liens des hommes avec leur terre, ils cessent de la défendre, car ils cessent de s’identifier à elle. Notre pays c’est celui où nos ancêtres demeurent, qui a sa langue et son mode de vie. La destruction, plus ou moins achevée, des petites patries régionales ne peut qu’entraîner celle de la grande…

        1. Christine TasinChristine Tasin Post author

          encore une fois l’état jacobin n’a rien détruit ce sont les gens qui ont renoncé à leurs langues rien ni personne ne les empêchait de continuer à les utiliser comme les Corses ont continué de le fair etout en gardant le français

          1. Eric

            La réalité est toujours complexe et les convictions peuvent se heurter, question de sensibilité et de vécu… merci pour votre réponse.

          2. eozen

            alors pourquoi n’ai je pas eu le droit de comprendre ce que disaient au moins 75% des gens qui m’entouraient (en Bretagne, des Bretons, dont ma propre famille, parlant breton)?!

          3. Christine TasinChristine Tasin Post author

            Qui vous a empêché de parler avec eux en famille ? Personne n à jamais appris le breton à l école de toute l jistoire de l école et de la Bretagne ! A l école on apprend le français. Si votre famille ne vous a pas parlé breton voire vous a interdit de parler breton en famille c est elle la seule responsable et surtout pas la république qui elle depuis des décennies à mis le breton dans les choix des langues vivantes qu on peut apprendre

    2. MaximeMaxime

      Cette France chrétienne, qui instrumentalisait la foi pour conforter le pouvoir royal et les avantages de l’Eglise, n’était pas pleinement respectueuse de la liberté individuelle.
      La laïcité et la république permettent de mieux garantir les droits des minorités à l’égalité.
      L’islam me semble être une mauvaise religion : c’est mon opinion et ce sont les principes révolutionnaires qui me permettent de l’affirmer.
      De même, c’est la loi de 1905 qui devrait empêcher un ministre de l’intérieur en exercice de dire au contraire que c’est une belle religion…
      Le catholicisme est sans doute une meilleure religion, mais il n’a pas empêché l’Inquisition, ni le nazisme, par exemple.
      Encore aujourd’hui au Cameroun, pays à majorité chrétienne, l’homosexualité est réprimée pénalement. La loi russe n’en est pas très loin non plus, même si elle le fait plus indirectement et incomplètement.
      http://www.afrik.com/cameroun-l-homosexualite-reste-punie-par-la-loi
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cameroun#Religions
      La différence avec l’islam, est que les pays qui appliquent la charia dans ce domaine sanctionnent de la peine de mort et non de l’emprisonnement et l’amende, sanctions plus légères.
      La loi républicaine et laïque permet à chacun de faire ce qui ne nuit pas aux autres et c’est très bien ainsi, quoiqu’en pense Dieu, c’est-à-dire quoi qu’en pensent ceux qui croient en lui puisque son existence n’est attestée par personne.

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Le Nazisme était fondamentalement anti-catholique, anti-chrétien.

        Par ailleurs, dans un MOOCS de l’UNEEJ que j’ai suivi, le professeur montrait en parallèle la carte du vote nazi à la Présidentielle de 1932 et celle du recensement de 1933.

        C’est extraordinairement frappant : DANS LES MOINDRES DETAILS des deux cartes la carte du vote nazi est le négatif de celle de la présence catholique.

        Là où les Catholiques prédominent, le vote nazi est faible.

        Là où les Catholiques sont minoritaires, le vote nazi est fort.

        Le Catholicisme est l’ « idéologie » qui, en Allemagne, a le mieux resisté au Nazisme.

      2. Eric

        Maxime, cette France chrétienne et royale n’était pas sans défauts (sinon la révolution n’aurait pas eu lieu: quelques soient les régimes, la France peine toujours à se réformer). Mais est-ce que la France laïque et républicaine est particulièrement exemplaire en matière d’égalité ? Est-ce que cette France là ne voit pas fuir celle qui était longtemps sa principale minorité pour se réfugier en terre d’Israël ? Serait-ce devant une haine catholique que nos compatriotes juifs se résignent à plier bagages? Je note d’ailleurs qu’ils vont dans un état qui, sans être une théocratie, se réclame d’une religion pour affirmer son identité nationale ; sans pour autant exclure d’autres (dont les chrétiens qui s’y trouvent et jouissent d’une des dernières terres où ils ne sont pas persécutés dans cette région du monde).
        Quant à l’Inquisition, on exagère beaucoup son niveau de violence (ridicule en comparaison du bilan révolutionnaire), on généralise ce qui s’est passé en Espagne (en oubliant le contexte très particulier d’une période de récente et fragile – du fait d’une importante minorité musulmane – reconquête ) au reste de l’Europe ; on oublie que l’Inquisition vit en fait le retour du droit : avocats, procès, preuves… et 90 % de jugements donnant des acquittements ou des peines symboliques. Mais il fallait une légende noire… Et comme le rappelle un autre intervenant, c’est dans les régions catholiques que recrutèrent le moins les nazis ; cette secte pseudo-païenne (j’insiste sur « pseudo », c’était du paganisme d’opérette, insultant pour nos ancêtres d’avant le christianisme), anti-chrétienne et s’empressant d’exterminer ceux qui avaient les premiers témoignés des Dix Commandements. Enfin, demandez-vous par quel extraordinaire hasard, est-ce justement en terre chrétienne que sont apparus démocratie, laïcité (non, ce n’est pas un concept républicain à l’origine…), la séparation de l’Eglise et de l’état (pas besoin d’attendre la république), les droits de l’Homme, l’anti-esclavagisme etc… ?

  5. gillet dominic

    excellent article chère Christine, très bien documenté que je vais partager publiquement ! tous nos meilleurs voeux de réussite, de résistance et d’amitié pour toute votre excellente équipe …Honneur et respect à toi, grande dame patriote ♥

  6. Breizatao

    Les incultes et de mauvaise foix sont en priorité ceux qui critiques la région en particulier la Bretagne avec sa culture … moi qui envisage de voter pour Marine Le Pen je suis choqué qu’ elle prévoit de supprimer les régions même si Résistance Républicaine trouve ça normal !!! Les imbéciles Bretons comme moi vont voter à la présidentielle avec comme priorité garder notre pays qui est la Bretagne…

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Qui critique la Bretagne avec sa culture ? Personne ni au FN n i à RR, une fois de plus il s’agit de la région administrative qui coûte cher aux Bretons pour rien

  7. Fantomas

    Je suis globalement en accord avec votre article sauf sur un point : la monarchie à été centralisatrice. c’est elle qui a créé l’état nation en detruisant la feodalite et en creant letat moderne. Les rois ont dû composer avec les régionalismes existants et les ont gommés progressivement. Qu’il existe des royalistes régionalistes certes mais le royaliste est globalement centralisateur. La révolution jacobine n’a fait que continuer cette oeuvre.

  8. eozen

    Comment Mme CT peut à la fois s’allier avec les régionalistes d’une part, et les vilipender d’autre part?
    Si MLP est trop jacobine, je ne voterai pas pour elle.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Madame Tasin travaille avec tous ceux qui se battent contre l’islam, certains régionalistes travaillent avec tous ceux qui se battent contre l’islam, cela n’empêche pas chacun de continuer à défendre ses positions. Vous trouveriez normal que ces régionalistes renoncent à leurs idées parce qu’ils travaiillent avec la jacobine que je suis ? Quand nous manifestons ensemble à Brest, Ronan Le Gall et moi, nous luttons ensemble contre l’immigration et l’islam ça ne fait pas de nous des soumis renonçant à nos combat, lui pour une Bretagne indépendante moi pour une France jacobine et centralisatrice ! Parce que nous savons que l’urgence pour le moment c’est de bouter l’islam hors de France et qu’il sera temps de discuter ou de se battre sur l’autre front après. Mais Ronan continue de tenir ses discours, de militer pour l’indépendance de la Bretagne et moi de militer pour une France unie seule capable de tenir tête à Bruxelles et à la mondialisation

      1. eozen

        Madame Tasin,

        Tout d’abord, je vous remercie d’avoir réagi à mon commentaire directement et aussi promptement.
        Votre réponse a le mérite de la clarté.
        Dont acte.
        Et unis contre l’islam puisque sur ce point là nous sommes parfaitement d’accord.
        Et surtout bon courage à vous pour vos procès iniques.

  9. Mateu

    Bonjour.

    Pardon, mais je rejette la thèse selon laquelle on ne peut pas être autonomiste et vouloir rejeter l’islam, car c’est amplement compatible!!
    Mme TASIN, je suis désolé de vous dire cela, mais vous êtes ancrée sur ce sujet sur des stéréotypes trop anciens pour le monde contemporain….

    L’Etat jacobin a fait son temps, cela ne marche plus, et il faut raisonner aujourd’hui dans un contexte différent; les peuples européens sont suffisamment matures pour pouvoir décider seuls de ce dont ils ont envie.

    Personnellement, je suis corse et français, entend le rester, et qu’on me donne le choix de parler les deux langues, d’avoir une double richesse culturelle ne m’empêchera jamais de vouloir repousser migrants et islam qui ne font pas partie de mes valeurs.

    Le jacobinisme, c’est une dictature de la pensée, qui soumet des peuples par la force (la France a toujours fait cela dans ses conquêtes).

    Alors, oui, je le crie haut et fort: je suis anti-jacobin, islamophobe, chrétien, et fier d’être tout cela.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      personne ici n’ a dit qu’être autonomiste signifiait être islamophile, il y a beaucoup d’autonomistes gauchistes islamophile c’est un fait ( et on le voit bien en Espagne notamment avec Podemos) mais il y a aussi des autonomistes islamophobes, j’ai parlé de ADSAV, j’aurais pu parler de la Ligue du Midi de Richard Roudier dont le combat contre l’islam est exemplaire. Lui aussi aime le français et la France, on a un désaccord sur les régions et l’Etat jacobin mais nous travaillons ensemble. Vous apportez vous – même la contradiction « Personnellement, je suis corse et français, entend le rester », qui vous empêche de le rester ? l’Etat jacobin vous permet cette double richesse, cette double appartenance, les autonomistes et indépendantistes veulent carrément couper la Corse, la Bretagne etc de la France. Ce que les Jacobins que nous sommes ne veulent pas, parce que si nous nous séparons nous sommes tous morts et bons à être dilués dans l’europe de Juncker.

      1. Zachod

        Entièrement d’accord avec vous Christine. La double appartenance, la double richesse, bravo (NB. double ou triple ou quadruple, d’ailleurs, pourquoi se limiter à deux. Qu’est-ce que je deviens, moi, avec mes ancêtres picards, auvergnats et catalans?). L’enseignement des langues régionales, la promotion des solidarités locales, la préservation des paysages, tout ça c’est fort souhaitable. Nous venons tous d’un quelque part plus ou moins compliqué, ce quelque part nous est cher, c’est normal et c’est très bien comme ça.

        Mais si nous commençons à donner force de loi à ce « quelque part » et à mettre juridiquement sur un pied d’égalité le niveau local et le niveau national, si nous ouvrons cette boîte de Pandore, nous sommes foutus. Foutus! Si on s’imagine que fragmenter la loi commune favorisera la prise de décision politique, le rapprochement des citoyens avec le pouvoir, et la prospérité générale, on se met le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. Je ne VEUX PAS que la France devienne l’Espagne ou la Belgique. Et attention, détricoter un Etat, ça peut aller très vite. Ne serait-ce que parce qu’il y a énormément d’argent en jeu, et de belles places à prendre.

  10. eozen

    « si nous nous séparons nous sommes tous morts et bons à être dilués dans l’europe de Juncker. »

    La preuve que non puisque ADSAV, la ligue du Midi, des Catalans et des Corses notamment luttent ensemble contre l’islam!

  11. Philiberte

    Les gens confondent régions historiques, et régions administratives. ça va être dur de le leur faire comprendre.

    1. Marcher sur des oeufs

      Hélas, c’est le bât qui blesse et qui pourrait nous tuer !
      C’est notre tendon d’Achille que les ennemis de tous bords utilisent et utiliserons pour atteindre leurs objectifs.

  12. Mateu

    Oui, nous sommes d’accord à 100% sur tout ce qui concerne la vision sur l’immigration, l’islam et les migrants.
    Malheureusement, la conception jacobine de l’Etat et sa super-centralisation parisienne n’apporte rien de bon lorsque l’on n’habite pas à paris.en terme économique, de transports, de services divers, etc….
    Un système polycentrique comme en Allemagne, Italie et Espagne est beaucoup plus cohérent aujourd’hui,pas tant sur les plans politique et diplomatique, mais plutôt économiquement et sur le développement des territoires.
    Encore une fois, la décentralisation doit se faire, mais en contrôlant (par le biais d’organes indépendants comme les Chambres Régionales des comptes qui auraient un pouvoir fort de sanction), et avec une transparence vis à vis des citoyens, afin d’éviter les dérives clientélistes et « les seigneuries locales ».

  13. bm77

    C’est l’intérêt de la France qui prime sur celui des régions. Une fois de plus je suis complètement en adéquation avec votre analyse et les déclarations de Marine Lepen sur le sujet.
    On nous a vendu la nouvelle découpe de la France en super régions pour soit-disant réduire le « mille feuille administratif », mais tout cela était bien hypocrite.
    En vérité c’est une idée qui a certainement germée dans la tête des europhiles qui voulait diviser la France en länder à la façon germanique.
    Et préparer peut-être la France au grand dépeçage à la façon Balkan Yougoslave mais sans la guerre.
    Il est vrai qu’une partie des régionalistes ne seraient pas mécontents de voir cet ennemi juré qu’est la France au plus bas.
    Sauf que si il y a une certaine idée de la France généreuse et élévatrice on ne m’empêchera pas de penser que certains indépendantistes régionalistes on un côté mercantile de voir les chose .
    C’est bizarre alors que Marine veut rassembler le pays on l’accuse de replie et le régionaliste est lui paradoxalement considéré comme ouvert aux autres par les Européistes il faut bien le dire.
    En tout cas Marine nous démontre qu’elle sera bien la seule à lutter efficacement contre ce mille feuille administratif par cette proposition de revenir à une nation, un département, une commune .
    Avec des économies financières à la clé!

  14. Éliane

    Tout à fait d’accord avec vous Christine! Régionalistes et Européistes sont les chantres de la disparition de l’État Nation.
    La Culture régionale, enracinée dans le Coeur des Provençaux aux Bretons et des Alsaciens aux Bordelais n’est nullement concernée par la suppression de cette strate administrative. On y mangera tjrs une bonne chouchoute et on y boira tjrs un excellent vin tout en y vantant Mireille et le Félibrige!
    Bonne année à tous les patriotes!
    Éliane.

  15. Fantomas

    Marine veut supprimer les conseils regionaux. Il ne s’agit pas de gommer les regionalismes qui font la richersse de la France. Les conseils regionaux sont des administrations enormes qui coutent une fortune (qui ne servent à rien à par à distribuer de l’argent aux copains) et qui servent de cheval de Troie à l’Europe pour passer au dessus des Etats souverains.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Oui il faut faire passer le message sur les forums, sous les articles qui attaquent Marine

  16. Metgé

    Il faut rétablir la vérité.En 1969,le référendum a vu la victoire du non parce qu’il fallait une seule réponse à deux questions:
    Êtes-vous pour la régionalisation et la majorité du peuple était favorable
    Êtes-vous pour la dissolution et la majorité des électeurs étaient contre
    D’où ce NON au référendum

Comments are closed.