Avec Belkacem et Hollande c’est vous qui « AURAIENT » le dernier mot !


Avec Belkacem  et Hollande c’est vous qui « AURAIENT » le dernier mot   !

Avec Belkacem, orthographe et grammaire c’est à la tête du client…

Le grand remplacement existe aussi dans la langue.
Une amie vient de m’envoyer cet article de  Télérama, et oui, de Télérama…

Comme l’écrit notre (p)résident sur twitter :
» c’est vous qui AURAIENT le dernier mot  » !

Note de Christine Tasin

Le but est toujours le même, empêcher les Français d’origine de créer et renouveler leurs élites. Pour cela, c’est très simple, vous videz les programmes de leurs subsistance, vous enseignez aux gosses des trucs sans queue ni tête, vous les perdez, vous les découragez de travailler… et vous faites des Chances pour la France incultes et teigneux égaux aux autres…

Ce que raconte ci-dessous un professeur de collège est énorme, et compréhensible même si on n’est pas enseignant, même si on n’a jamais bien compris la grammaire…

En 2017, la grammaire est simplifiée, voire négociable

Peu avant les vacances de fin d’année, j’ai participé à une formation sur l’étude de la langue, c’est-à-dire, pour parler vulgairement, sur la grammaire.

Car, soi-disant, la réforme apporte des modifications importantes dans la terminologie à enseigner aux élèves. Nos inspecteurs nous avaient d’ailleurs envoyé au mois d’octobre un document complet et détaillé sur le sujet, pour nous aider à comprendre les nouveaux programmes de grammaire. Effort louable qui n’a pas été fait dans toutes les académies, loin de là.

Bref, ce document devait nous aider à comprendre les changements en grammaire, et donc à les appliquer en classe. Je vais entrer un peu dans les détails, pas trop non plus. Je me doute que vos cours de grammaire sont pour certains fort loin, alors que les excès des fêtes sont eux fort récents… Je ne devrais de plus pas m’inquiéter, puisqu’il est annoncé d’emblée que le but de tout cela est la simplification ! Encore un choc de simplification, c’est merveilleux !

Sauf que j’ai appris – nous avons appris – à nous méfier des chocs de simplification gouvernementaux, et qu’une fois encore nous avons hélas raison.

Accords & désaccords

Un nouvel intitulé est apparu, issu du travail des linguistes, appelé le prédicat. C’est, dans une phrase, ce qui se définit par, je cite, « ce qu’on dit du sujet ». Bon. Par exemple, dans la phrase « Lucie a passé de bonnes vacances de Noël », le sujet, c’est Lucie, et le prédicat c’est ce qui est dit sur Lucie. Et que dit-on sur Lucie ? Qu’elle a passé de bonnes vacances de Noël. Le prédicat dans cette phrase, c’est donc « a passé de bonnes vacances de Noël ».

Simple. Efficace, parfait. Arrêtons de nous encombrer avec des notions complexes, des compléments d’objets directs, indirects, seconds, des compléments circonstanciels, et tout ce charabia qui perturbait nos chères têtes blondes et n’avait aucune utilité !

Sauf que non. Désolés, mais nous avons encore un peu besoin de tout cela. Ne serait-ce, par exemple, que pour les accords, vous savez, les accords du participe passé notamment. La règle insupportable que vous avez apprise il y a fort longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine : « Avec l’auxilaire avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct lorsque celui-ci est placé avant l’auxilaire ». C’est-à-dire : « Les vacances que Lucie a passÉES ont été très bonnes ».

Alors oui, mais si on ne distingue plus les différents compléments, comment va-t-on apprendre aux élèves à accorder des participes passés ? Réponse de l’inspection : alors si, lorsqu’on aborde ces questions d’accords, il faut enseigner aux élèves les différents compléments.

Donc, si j’ai bien saisi, il faut enseigner uniquement sujet et prédicat… sauf qu’il faut aussi parfois enseigner les compléments parce que cela reste nécessaire. Ah. Donc nous rajoutons bien une notion, le prédicat, mais sans enlever les autres. Encore une fois, moi, la simplification, je ne la perçois pas… Mes collègues non plus, vus les regards incrédules que nous échangions.

 

Au cours du stage, un collègue a demandé comment analyser une phrase avec plusieurs verbes et plusieurs sujets. Par exemple : « Lucie a passé de bonnes vacances, le Père Noël a été généreux, les fêtes furent très réussies. » Réponse de l’inspecteur : on ne considère que le premier sujet. Le sujet de la phrase, c’est Lucie. Et le Père Noël ? Et les fêtes ? Ce sont bien des sujets eux aussi ! Ils sont sur le même plan que le sujet « Lucie » ! Eh bien non, d’après l’inspecteur. Consternation muette dans les rangs.

Ah si, il y a un autre changement ! Jusque-là dans une phrase il y avait les compléments essentiels et les compléments circonstanciels. Les compléments essentiels sont ceux qu’on ne peut ni bouger, ni enlever sans rendre la phrase incomplète et incorrecte. Dans mon exemple, si on enlève « de bonnes vacances de Noël », il ne reste que « Lucie a passé », ce qui est manifestement incomplet au niveau du sens. Nous avons immédiatement envie de demander « mais Lucie a passé quoi ?! ». Donc c’est essentiel.

Compléments circonstanciels et essentiels, c’est fini

Un complément circonstanciel n’est pas indispensable, il ne fait que préciser les circonstances : « Lucie a reçu des cadeaux pendant les fêtes de Noël », nous pouvons enlever la précision sur les fêtes, la phrase « Lucie a reçu des cadeaux » reste correcte.

Eh bien, compléments essentiels et circonstanciels, c’est fini. Maintenant, c’est compléments de verbe et compléments de phrase. Pourquoi ? Je n’ai pas compris. Quelle différence ? Je n’ai pas compris. Réponses évasives des inspecteurs, que je n’ai pas comprises non plus, décidément, même avant de commencer à boire du champagne, je ne comprenais plus grand-chose.

De plus, ces soi-disant changements imposés par les programmes, et relayés par l’inspection… ne sont appliqués nulle part ! Je peux témoigner qu’ils ne sont pas enseignés au primaire, où mes enfants continuent cette année d’apprendre compléments circonstanciels et autres compléments d’objet directs. Et l’école de mes enfants n’est nullement un repaire peuplé d’irréductibles enseignants réfractaires à toute réforme.

Car même dans nos nouveaux manuels de collège, ceux édités exprès cette année, rien n’a changé ! Les notions de prédicat ou de complément de verbe sont à peine mentionnées, et tous les compléments d’objet, directs, indirects, essentiels, circonstanciels… sont bien là et constituent la base de l’enseignement de la langue. Si si ! Dans tous les manuels que j’ai reçus ! Même ceux réalisés sous la houlette d’inspecteurs ! Alors nous, que devons-nous enseigner à nos élèves ?

Réponse : Kev Adams.

Non, je ne plaisante pas. Mon taux d’alcoolémie est depuis longtemps redescendu à un niveau tout ce qu’il y a de plus raisonnable. Au stage, on nous a fait travailler sur un extrait d’interview de Kev Adams, idole des jeunes dont les textes peuvent être considérés comme humoristiques, mais sûrement pas littéraires.

Molière vs Hanouna

Nous étions affligés. Bien sûr que nous faisons travailler nos élèves sur les différents niveaux de langue, pour les habituer à les repérer, à les utiliser, à passer de l’un à l’autre… Mais est-ce vraiment notre rôle de leur donner à lire du Kev Adams ? Ne pouvons-nous pas faire ce même exercice avec un extrait de Zazie dans le métro ?

Il semble que non, nous ne devons plus essayer d’ouvrir nos élèves à la littérature, de leur présenter des œuvres qu’ils n’iront pas lire d’eux-mêmes. Non, à nous de nous abaisser au niveau des divertissements télévisés. J’ai hâte que nous arrêtions d’étudier le théâtre de ce casse-pieds de Molière, et qu’enfin nous puissions nous gausser en classe devant les facéties de Cyril Hanouna !

Là je sens que certains sont atterrés, et ont hâte d’en finir. Eh bien non ! Il me reste à vous raconter un point encore de ce stage, et pas le moindre. Car devant nos yeux ébahis, le problème de la difficulté des accords français a été résolu en une maxime à graver en lettres d’or au-dessus de tous les tableaux de France et de Navarre : « en fait, en langue, tout est négociable ».

Si. Je vous jure. Si l’élève a fait une faute, mais qu’il est capable de justifier son choix, même de façon totalement erronée, alors nous devons considérer qu’il a raison.

Par exemple, s’il écrit « Les cadeaux que Lucie a reçue lui ont plue », nous sommes en droit (ô généreuse inspection) de lui demander des comptes sur ses accords défaillants des participes passés. Mais si l’élève répond « Ben on parle de Lucie, or Lucie est une fille, donc j’ai mis des E », eh bien cet élève, qui a fait preuve d’une capacité à justifier ses erreurs… a finalement raison !

Inspecteur dépités, professeurs atterrés

Je suis incapable d’en raconter davantage, me replonger pour vous dans le souvenir de ces heures de stage me donne uniquement envie d’abandonner mon clavier et d’aller chercher s’il ne reste pas une bouteille de champagne à vider.

Je préciserai quand même que les inspecteurs eux-mêmes semblaient dépités, et ne nous ont donné l’impression que de répéter un discours formaté avec lequel eux-mêmes n’étaient pas du tout en accord. Mais, en fonctionnaires, ils ont fonctionné.

Car manifestement ces « directives orthographiques » viennent de haut, de très haut. Elles sont mêmes appliquées pour montrer l’exemple sur le compte Twitter officiel du Palais de l’Elysée, pas plus tard que le 31 décembre 2016. Je vous laisse donc (NDLR de RR image d’illustration de l’article) avec la lecture des messages retranscrivant le discours de vœux du président de la République française. Votre mission, si vous l’acceptez, est de trouver ce qui, il y a encore peu de temps, constituait des « fautes d’orthographe ». A vous ensuite d’inventer la justification adéquate qui permet dorénavant de passer outre et d’écrire n’importe quoi.

Sur ce, quitte à commencer cette année 2017 en étant plus élitiste que jamais : « Novum annum faustum, felicem fortunatumque ex animo vobis opto. »

http://www.telerama.fr/monde/en-2017-la-grammaire-est-simplifiee-voire-negociable,152119.php





22 thoughts on “Avec Belkacem et Hollande c’est vous qui « AURAIENT » le dernier mot !

  1. Peu Importe

    sur Résistance Républicaine, on évite de parler de « subsistance des programmes »mais plutot de leur de leur « substance »

    tout comme on évite de parler de « Enculité et Résignation »

    15 partout … 😆

  2. PUGNACITÉ''

    Le grand remplacement flagrant est en cours…Belkacem anti Françaises en est un témoignage flagrant.
    Je le rappelle
    On est chez nous.
    Zemmour le premier nos amis patriotes

  3. Peu Importe

    juste pour mémoire

    «  »Note de Christine T….
    Le but est toujours le même, empêcher les Français d’origine de créer et renouveler leurs élites. Pour cela, c’est très simple, vous videz les programmes de leurs subsistance, » »

    1. Peu Importe

      Sa Sainteté trés Colèrique n’ a pas rectifié son énorme faute de Français en parlant de vider de sa « subsistance  » au lieu de sa « substance »

      c’est plus un « agrégat » de français qu une « agrégation » 😆

  4. Fomalo

    Est-ce vraiment un message émanant de l’ Elysée? Avez-vous idée du sbire qui a envoyé ce message? C’est tétanisant l’idée du « prédicat ». L’exemple du Larousse de poche est:
    « L’homme est mortel » . »Mortel » est le prédicat de: « L’homme est ».
    (Un adjectif (attribut) devient donc un prédicat). Qu’est donc un prédicateur? ATTENTION!!: « C’est une personne qui prêche ». Là, je sens qu’on dérive gravement, et que bientôt, « imam » et « prédicateur » deviendront un pléonasme. Alors la sinistre arabo- muslim de l’E.N, nous allons j’espère la virer très vite, avec C.s S…….es de S……os, et on arrête tout de suite sa réforme des collèges, et on rejoint SOS Education, qui n’a pas un sou de trop pour continuer son action auprès des parents et grands -parents.

  5. Amelie Poulain

    Je vais me répéter mais je le dis encore tellement c’est fort : je suis sans voix ! Tellement de bêtises, je n’ai jamais vu.

    Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi le Politique s’immisce dans les contenus des programmes et méthodes à appliquer pour apprendre, dans l’Education Nationale, vu qu’ ils n’ont aucune compétence en Pédagogie, ce n’est pas leur rôle.
    Ils ne sont pas là pour modifier l’histoire, la langue etc… tout ce qui constitue l’identité de notre pays. Après ils font semblant de ne pas comprendre les réactions agressives des Français ce qui est pourtant très sain et compréhensible quand on touche aux fondements de ce qui constitue l’identité. Ils ne se rendent même pas compte (ou ne veulent pas le savoir) que c’est très violent. Un ethnocide ?

    Mais on sait qu’il y en a qui ont du mal à trouver et à se situer dans leur rôle et place, et, visiblement, là c’est le cas. J’ai ainsi constaté bien souvent que ce Gouvernement sortait souvent de son rôle d’ailleurs.

    Je crois qu’il faut arrêter de les écouter. Quand c’est fou, on ne suit pas, on essaie de limiter la casse.
    Cf. l’exemple d’ HITLER que l’on savait fou (il avait fait un délire paranoïaque après une explosion au gaz moutarde en14-18 qui l’avait rendu momentanément aveugle et avait été interné en Psychiatrie). Quand on l’observe cela saute aux yeux aussi. Or on sait ce que cela a donné. Et pourtant il y en a qui l’ont suivi….

    Outre l’aspect identitaire d’une langue, quand on voit ce que représente l’orthographe comme rapport à la règle, à l’autre, à la manière de pouvoir se situer dans l’espace et son environnement, …. comment peut-on vouloir même nier cela au lieu d’aider ceux qui justement sont en difficulté à ce niveau, à évoluer ?

    Sans compter l’apprentissage des déclinaisons latines qui nécessitent la connaissance des structures d’une phrase.

    J’avais entendu cela, aussi que maintenant, il n’y a aucune obligation de noter les élèves, juste des appréciations.

    A votre place, je ne m’inquiéterais pas trop, cela va changer forcément car c’est inapplicable et les enfants ne sont pas des objets de « laboratoire » (si on peut appeler ça de la recherche !). C’est comme le latin, comment pourrait-il disparaitre alors qu’il est présent partout dans notre culture et d’autres d’ailleurs, ne serait-ce que dans l’étymologie des mots.

    Patience donc et en attendant, éviter le plus possible la casse.

  6. J

    A propos d’Hitler, vous avez vu que l’Allemagne a sorti du réédition de son livre et qu’il est en top vente ? Incroyable…

  7. Philiberte

    J’ai des doutes sur ce twitt de l’Elysée: rappelez-vous ce faux compte Facebook de Christine, il y a quelques années.

    1. Charles

      C’est bien possible, car il y a de nombreux tweets de l’Elysée qui reprennent les voeux quasiment mot pour mot dans le texte qui est dispo sur leur site…donc je ne vois pas pourquoi cette erreur se serait glissée entre le texte et le tweet.

      Ensuite quand on compare le tweet en question avec un tweet original élyséen, on remarque que la date n’est pas située au même endroit.
      De plus le titre aussi Elysée@¨Elysée est différent …
      L’un a l’heure, l’autre pas ….
      Quelle époque ….épique …

      Donc de grosses questions quant à son authenticité…

      1. Christine TasinChristine Tasin

        En effet, il est possible que ce soit un montage pour mettre en application le contenu de l’article

  8. Patmos

    pour moi,les derniers mots gravés dans ma mémoire vive qui me servent de référence ,sont au nombre de 3 et pourtant résument toute notre Histoire Judéo Chrétienne : »Tout est accompli » !!!!

  9. hathoriti

    Au bled et dans le douar, on n’apprend pas la grammaire française, on apprend à compter les moutons et les chèvres et on apprend à lire dans li coran di prophite, ça sert tout ça, pour devenir ministresse de l’educ. Nat. en France…Bon, dans 4 mois, la bilkacim, elle dégage…!

  10. Dorylée

    Je me demande comment Zola, Hugo, Chateaubriant et tous les autres ont pu écrire leurs œuvres sans l’aide de ces lumières socialos-belkacemiennes…..
    Sept impôts cible !!!

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Merci Marina (je me suis permis de changer votre pseudo nous avons déjà une Marie) je publie votre témoignage qui fait froid dans le dos

  11. John Caffey

    Finalement cette erreur est juste. Puisque le fait d’avoir le dernier mot est mise au conditionnel ce qui est un aveux absolument explicite…Lol comme disent les cons

  12. P

    J’ai entendu des témoignages de professeurs de collèges qui confirment le témoignage ci-dessus concernant la grammaire.

  13. frejusien

    le tweet est faux, c’est tout même énorme,
    le message de l’Élysée est correct (vérifiable lien ci-dessus)
    certainement mis en scène pour donner une idée de ce que ça deviendrait si on continue dans cette voie,
    pour ceux qui regarde les infos à la télé, vous avez dû remarquer une faute de liaison , fréquemment prononcée par les jeunes journalistes fds :
    le ministère des affaires Rétrangères,
    Une fois, au journal de 13 h, Lise Lucet a corrigé une énorme faute d’une journaliste de cette fournée, cela me semblait parfaitement justifié et honorable qu’elle le fasse, ne serait-ce que pour garder une bonne image de la chaîne, et la direction A2 aurait dû la remercier,
    au lieu de quoi, peu de temps après, Lise Lucet a disparu du journal de 13 h

Comments are closed.